Tags Posts tagged with "Tunisie, textile,"

Tunisie, textile,

par -
Après une année 2012 en demi-teinte

Après une année 2012 en demi-teinte, le secteur tunisien textile-habillement enregistre une relative embellie de ses exportations, en augmentation de 2,2 % pour les deux premiers mois de 2013 par rapport à leur niveau à fin février 2012, confirme le CEDITH, Cercle Euro-méditerranéen des dirigeants du textile, de l’habillement et des industries de la mode.

Cette évolution globale encourageante est cependant diversifiée selon les marchés.

Certains, parmi les plus importants, connaissent une évolution positive. C’est le cas notamment des exportations vers la France (+2,3 %), l’Allemagne (+15,4 %), la Belgique (+4,3 %), les Pays-Bas (+4,2 %) et le Royaume-Uni (+32,7 %). Parmi les motifs de satisfaction, on notera aussi la progression des ventes vers le Portugal et les Etats-Unis.

A l’inverse, et ce n’est pas surprenant compte tenu de leur situation économique difficile, l’Italie (-8,2 %) et l’Espagne (-6,8 %) sont en baisse sensible.

 

Au niveau des branches, le secteur textile-habillement enregistre d’assez bonnes performances pour les exportations de vêtements, de tissus et de fil à coudre. A l’inverse, les exportations de linge de maison sont décevantes.

Parmi les exportations tunisiennes d’habillement, de belles progressions sont enregistrées en jeans (+18,8 % à fin février 2013 par rapport à fin février 2012), en « autres pantalons » (+10,3 %), en vêtements pour bébés (+16 %), en sous-vêtements homme (+40,1 %) et en vêtements de sport (+18,3%).

Par contre, l’évolution d’autres exportations constituent de réelles déceptions : vêtements de travail (-11,4 %), lingerie femme (-2,0 %), pulls et chandails (-7,6 %), T-shirts (-1,4 %), chemises et chemisiers (-18,6 %), manteaux et blousons (-24,1 %), costumes (-18,4 %).

Il est à noter que les importations tunisiennes des deux premiers mois (essentiellement des tissus) sont en légère augmentation (+3,9%) mais que celles en provenance des trois premiers fournisseurs sont en baisse sensible : Italie (-7,7%) ; France (-9,9%) ; Belgique (-10,9%).

Il y a lieu de constater enfin que les achats tunisiens de textiles turcs (+51,9%) et chinois (+18 %) sont en plein essor et que les importations tunisiennes de matériels pour le textile et la confection sont en forte baisse, à l’exception de ceux concernant le finissage.

par -
En dépit d’une conjoncture délicate que traverse le textile en Tunisie

En dépit d’une conjoncture délicate que traverse le textile en Tunisie, secteur vital qui comporte 2000 entreprises et emploie environ 200 mille personnes (cadres, techniciens et ouvriers), toutes les parties intervenantes (autorités, industriels, professionnels et exportateurs) ne comptent pas rester les bras croisés. Au contraire, elles multiplient les initiatives dans le but ultime de réussir à réformer le secteur le plus tôt possible.

A vrai dire, une telle réforme est importante pour un secteur dont les exportations ont régressé de 11%, durant les premiers huit mois de cette année à cause de la crise dans la zone Euro, partenaire stratégique de la Tunisie. Pis encore, les tendances ne semblent pas devoir s’améliorer durant les prochains mois.

Une telle réforme est importante aussi dans la mesure où le textile jouera un rôle déterminant en matière de la lutte contre le chômage. D’après une enquête réalisée récemment par le Centre Tunisien de Veille et Intelligence Economique relevant de l’IACE sur l’évaluation des besoins en mains d’œuvres non satisfaits, ce secteur peut embaucher 35% de main d’œuvre

C’est dans ce contexte qu’une réunion a été organisée récemment par la Chambre du Commerce et d’Industrie de Sfax et la Chambre du Commerce et d’Industrie du Sud-est. Elle a planché sur un projet de développement des exportations tunisiennes dans le secteur Textile et Habillement, qui serait piloté par le ministère du Commerce et de l’Artisanat en collaboration avec le Centre de Commerce International (www.intracen.org) et avec l’appui financier du secrétariat d’Etat à l’Economie Suisse SECO.

Ledit projet aura pour but de renforcer la compétitivité des entreprises tunisiennes exportatrices opérant dans le secteur du Textile et Habillement, plus particulièrement les entreprises sous-traitantes des régions défavorisées.

Aussi, ce projet de développement tient à soutenir les entreprises dans leurs efforts à évoluer dans la chaîne de valeurs du secteur, et ce par leur accompagnement dans les activités qui peuvent apporter de la valeur tels que le développement des compétences à l’exportation, l’amélioration des techniques de ventes et des outils de promotion, la diversification de l’offre en déployant l’innovation au sein de l’entreprise afin de rendre l’offre plus attractive et compétitive, le développement des services de design et de stylisme à travers la mise en valeur les talents des designers tunisiens et l’exploitation du potentiel créatif des jeunes artisans en habillement.

Pour rappel, le secteur du textile est aux prises avec plusieurs problèmes l’empêchant de soutenir une concurrence assez rude. Parmi ces défaillances, on cite également l’absence de la créativité essentiellement dans le domaine de l’habillement.

La mise en place de ce projet sera donc une opportunité surtout qu’il visera le renforcement des services clés au sein des Institutions d’appui au commerce afin de constituer des interfaces efficaces entre les institutionnels et le secteur privé. Encore plus, l’accent sera mis sur le renforcement des organismes professionnels et des chambres de commerce et d’Industrie, l’appui aux exportateurs pour remonter en gamme et l’amélioration des partenariats public-public et public-privé.

Diversifier les marchés condition sine qua none pour mieux se positionner

Ce nouveau projet sera pourrait être une planche de salut pour les professionnels du secteur non seulement au niveau de l’exportation, mais aussi au niveau de la diversification des marchés et de l’augmentation des parts de marchés des entreprises tunisiennes de façon à permettre aux entreprises de maintenir les emplois actuels et de créer de nouveaux postes d’emploi.

La diversification des marchés permettra sans doute au secteur de reprendre l’exportation qui génère 5 milliards de dinars par an.

par -
En dépit d’une conjoncture délicate que traverse le textile en Tunisie

En dépit d’une conjoncture délicate que traverse le textile en Tunisie, secteur vital qui comporte 2000 entreprises et emploie environ 200 mille personnes (cadres, techniciens et ouvriers), toutes les parties intervenantes (autorités, industriels, professionnels et exportateurs) ne comptent pas rester les bras croisés. Au contraire, elles multiplient les initiatives dans le but ultime de réussir à réformer le secteur le plus tôt possible.

A vrai dire, une telle réforme est importante pour un secteur dont les exportations ont régressé de 11%, durant les premiers huit mois de cette année à cause de la crise dans la zone Euro, partenaire stratégique de la Tunisie. Pis encore, les tendances ne semblent pas devoir s’améliorer durant les prochains mois.

Une telle réforme est importante aussi dans la mesure où le textile jouera un rôle déterminant en matière de la lutte contre le chômage. D’après une enquête réalisée récemment par le Centre Tunisien de Veille et Intelligence Economique relevant de l’IACE sur l’évaluation des besoins en mains d’œuvres non satisfaits, ce secteur peut embaucher 35% de main d’œuvre

C’est dans ce contexte qu’une réunion a été organisée récemment par la Chambre du Commerce et d’Industrie de Sfax et la Chambre du Commerce et d’Industrie du Sud-est. Elle a planché sur un projet de développement des exportations tunisiennes dans le secteur Textile et Habillement, qui serait piloté par le ministère du Commerce et de l’Artisanat en collaboration avec le Centre de Commerce International (www.intracen.org) et avec l’appui financier du secrétariat d’Etat à l’Economie Suisse SECO.

Ledit projet aura pour but de renforcer la compétitivité des entreprises tunisiennes exportatrices opérant dans le secteur du Textile et Habillement, plus particulièrement les entreprises sous-traitantes des régions défavorisées.

Aussi, ce projet de développement tient à soutenir les entreprises dans leurs efforts à évoluer dans la chaîne de valeurs du secteur, et ce par leur accompagnement dans les activités qui peuvent apporter de la valeur tels que le développement des compétences à l’exportation, l’amélioration des techniques de ventes et des outils de promotion, la diversification de l’offre en déployant l’innovation au sein de l’entreprise afin de rendre l’offre plus attractive et compétitive, le développement des services de design et de stylisme à travers la mise en valeur les talents des designers tunisiens et l’exploitation du potentiel créatif des jeunes artisans en habillement.

Pour rappel, le secteur du textile est aux prises avec plusieurs problèmes l’empêchant de soutenir une concurrence assez rude. Parmi ces défaillances, on cite également l’absence de la créativité essentiellement dans le domaine de l’habillement.

La mise en place de ce projet sera donc une opportunité surtout qu’il visera le renforcement des services clés au sein des Institutions d’appui au commerce afin de constituer des interfaces efficaces entre les institutionnels et le secteur privé. Encore plus, l’accent sera mis sur le renforcement des organismes professionnels et des chambres de commerce et d’Industrie, l’appui aux exportateurs pour remonter en gamme et l’amélioration des partenariats public-public et public-privé.

Diversifier les marchés condition sine qua none pour mieux se positionner

Ce nouveau projet sera pourrait être une planche de salut pour les professionnels du secteur non seulement au niveau de l’exportation, mais aussi au niveau de la diversification des marchés et de l’augmentation des parts de marchés des entreprises tunisiennes de façon à permettre aux entreprises de maintenir les emplois actuels et de créer de nouveaux postes d’emploi.

La diversification des marchés permettra sans doute au secteur de reprendre l’exportation qui génère 5 milliards de dinars par an.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Dans une interview exclusive accordée à Africanmanager, le PDG de la Poste Tunisienne, Moez Chakchouk, a mis l’accent sur les efforts fournis par l’entreprise pour...

AFRIQUE

SPORT