Tags Posts tagged with "Tunisie, Tourisme, Mohamed Tellili"

Tunisie, Tourisme, Mohamed Tellili

par -
0

Face à la situation de plus en plus alarmante que vit le tourisme en Tunisie, Docteur Mohamed Tellili, fondateur d’un établissement de formation en thermalisme, nous décrit un état des lieux du secteur en recommandant des nouvelles mesures pérennes pour y faire face. Interview :

Neuf mois après le déclenchement de la Révolution, le secteur du tourisme passe par l’une des périodes les plus difficiles  où tous ses indicateurs sont au rouge. Comment appréhendez-vous la situation actuelle?

La crise du secteur touristique ne date pas du 14 Janvier. Cette date est juste la goutte qui a fait déborder le vase. A mon avis, c’est l’occasion au jamais pour dévoiler les défaillances de ce domaine. Parlons un peu de ces défaillances qui sont très simples avec un diagnostic très clair. On peut dire que nous n’avons jamais opté pour la qualité, on parle de la qualité mais on n’a jamais essayé de respecter ses normes. Que cherche le touriste ? Tout simplement, il cherche le confort, l’hygiène, un service de qualité et une animation correcte.

Une autre défaillance concerne bien évidemment les hôtels dont la majorité est constituée d’entreprises familiales qui ne consacrent pas un budget adéquat pour ses ressources humaines.

En outre, le bradage de prix demeure un grand handicap pour le développement du tourisme. C’est une démarche qui opte tout simplement pour la bas de gamme.

La communication demeure encore un grand vide dans le secteur

Que faudrait-il faire, alors ?

Il faut être exigeant de point de vue cahier des charges, du point de vue la présence d’une main d’œuvre compétente, qualifiée et chevronnée, une hygiène rigoureuse capable de séduire les touristes, essayer, d’autre part, de diversifier le produit touristique sachant que la Tunisie a tous les ingrédients mais avec des mauvais cuisiniers.

Quelles seront vos recommandations  pour remédier à cette situation ?

Je suis pour l’encouragement des jeunes promoteurs qui sont pleins de volonté et de professionnalisme mais qui sont bouffés par les géants. C’est pour cela que  j’insiste sur la diversification des produits tout en permettant aux jeunes de se spécialiser dans ce domaine. On ne peut réussir qu’à travers une collaboration étroite entre les différents organismes pour mieux organiser le secteur.  Cela exige aussi la vigilance des professionnels.

 Mais ceci nécessite une révision du système de la formation touristique. Que pensez-vous ?

Tout à fait, il faut exiger des gens qualifiés et bien formés. C’est pour cette raison qu’il est nécessaire d’actualiser la formation touristique pour qu’elle réponde  aux exigences du secteur. Nous avons beaucoup des chômeurs alors qu’il y a un manque énorme de compétences
dans les hôtels.

Une grande responsabilité qui incombe au prochain gouvernement ?

Justement. Il faut savoir que le secteur du tourisme est capable d’absorber toutes les compétences sans exception. Et pour résoudre le problème du chômage, il est primordial de régler celui du tourisme. C’est le temps de donner plus de chance aux compétences sachant que le pays dispose de ressources humaines qualifiées, mais qui est encore dans l’ombre. Je profite de cette occasion pour dire que les experts ne sont pas les propriétaires des grandes chaînes qui ont montré malheureusement leurs insuffisances et leurs défaillances et
qui cherchent leur profit et leur intérêt personnel C’est pourquoi, il faut consulter des experts indépendants qui n’ont aucun intérêt dans ce domaine tout en évitant  la présence des intrus aussi bien tunisiens qu’étrangers qui ont massacré notre tourisme

Alors, vous êtes optimistes pour l’avenir du tourisme tunisien?

Bien sûr, et surtout avec la présence des investisseurs qui sont prêts à investir dans des projets luxueux, capables de ramener de la clientèle. Il y a des investisseurs qui abandonnent la Tunisie qu’il faut encourager à travers la facilitation des procédures administratives et juridiques et la mise en place des mesures encourageantes.

Mais comment convaincre cette classe pour s’implanter en Tunisie ?

Il faut leur présenter des projets crédibles, sérieux et de qualité. Actuellement, il y a une fuite d’investisseurs qui sont en train d’investir ailleurs dans le monde. Toutefois, ils ont raison en
quelque sorte. Malgré tout leur patriotisme, ils sont en train d’investir ailleurs parce qu’ils sont plus sérieux. Maintenant, il faut  profiter de ce qu’on avait, on a maintenant la démocratie et la liberté. Nous avons en plus la révolution, un atout avantageux pour notre nouvelle Tunisie.
Il faut opter pour le sérieux et la qualité ainsi que l’honnêteté. En fait, si les Tunisiens manquent  cette occasion sur le plan touristique, ce secteur va perdre beaucoup, puisque c’est la meilleure conjoncture pour combler les lacunes.

On peut dire que la reprise déprendra du processus électoral ?

Il ne faut pas attendre l’échéance électorale. Dans l’acquisition de la démocratie, on a un nouveau-né un peu prématuré et qui est dans la couveuse. Il faut en prendre soin vu qu’il est fragile. Il faut lui donner le temps, le nursing nécessaire pour qu’il devient robuste  et viable. La démocratie ne s’installe pas du jour au lendemain. IL faut des générations des militants pour l’instaurer.

Le tourisme est un secteur vital pour l’activité économique. Qu’attendent les hommes politiques  pour le révolutionner ? Si on fait un tour, il y a des pseudo-hommes politiques qui prennent des Tunisiens comme des débiles mentaux avec leurs promesses pour le quotidien.

Toutefois, et avec un nouveau gouvernement, il y aura une autre vérité. Et là, il est important d’assainir l’administration dans le secteur touristique qui garde encore les vieux reflexes, puisque notre tourisme va de pair avec la conjoncture. D’où l’importance d’un assainissement total en obligeant tous les acteurs à respecter les cahiers des charges, les normes de qualité.  Il faut faire confiance aux compétences tunisiennes particulièrement les jeunes pour reconstruire notre tourisme

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview exclusive avec Africanmanager ce mercredi 18 janvier, le porte-parole de la Direction générale des prisons et de la rééducation, Kaïs Soltani,...

AFRIQUE

0
Cette année, l’Allemagne accueillera le premier événement privé exclusivement dédié au renforcement des liens commerciaux et des investissements entre l’Allemagne et le continent africain....

SPORT