Tags Posts tagged with "Tunisie, Tourisme,"

Tunisie, Tourisme,

par -
0
Le secteur touristique ne fera pas l'objet d'une levée de la subvention sur l'énergie à hauteur de 50% en 2014

Le secteur touristique ne fera pas l’objet d’une levée de la subvention sur l’énergie à hauteur de 50% en 2014, indique un communiqué du ministère du tourisme.

C’est ce qui ressort d’une séance de travail tenue, jeudi à Tunis, ayant réuni, notamment, MM.Jamel Gamra ministre du tourisme et Nidhal Ouerfelli secrétaire d’état chargé de l’énergie et des mines.

La même source souligne qu’une étude portant sur la rationalisation de l’énergie électrique et du gaz dans le secteur touristique est engagée par le ministère de l’industrie et à laquelle seront associés les professionnels et les intervenants du secteur.

M.Gamra a exhorté, à cette occasion, les professionnels du secteur à participer activement à l’élaboration de cette étude et à optimiser l’utilisation de l’énergie afin d’alléger au maximum la facture énergétique, ajoutant que le tourisme durable se doit de s’ériger en une priorité pour l’avenir du secteur.

De son côté, M.Ouerfelli a indiqué que les plus grands consommateurs d’énergie font actuellement l’objet d’une étude et que la levée de la compensation sur certains secteurs sera accompagnée par des mesures incitant les entreprises énergivores au recours à d’autres énergies moins polluantes et peu coûteuses.

Il a donné un éclairage sur la politique de compensation et sur le déficit énergétique dont souffre le pays, insistant sur la nécessité de procéder aux reformes nécessaires afin que la compensation ne bénéficie qu’à ceux qui en ont réellement besoin.

Il convient de rappeler que le ministre de l’industrie avait annoncé en Septembre 2013, que les industriels énergivores ne seront plus subventionnés qu’à hauteur de 50%, à partir du 1er Octobre 2013, dans une première étape, en attendant la suppression totale de la subvention en 2014

par -
0
Le tourisme tunisien peine encore à renouer avec ses performances d’avant la révolution. Il n’en a pas moins enregistré

Le tourisme tunisien peine encore à renouer avec ses performances d’avant la révolution. Il n’en a pas moins enregistré, durant les 9 premiers mois 2013, une hausse aux niveaux des entrées et des recettes par rapport à la même période 2012.

Selon les chiffres du ministère du Tourisme, de janvier à septembre 2013, 4,905 079 millions de touristes ont visité la Tunisie, en hausse de 4,9% par rapport à la même période de 2012, mais toujours en baisse de 10,4 % par rapport à 2010, année précédant de peu la révolution (17 décembre 2010/14 janvier 2011).

Européens et Maghrébins continuent d’être les principaux clients du tourisme tunisien se partageant quasiment, le marché à hauteur de 49,6% pour les premiers et 48,3% pour les seconds.

Les Français, premiers visiteurs du pays, continuent de bouder le tourisme tunisien avec 638,659 mille entrées, durant les 9 premiers mois 2013, en baisse de 22,8% par rapport à la même période 2012 et de 43,7% par rapport à 2010.

Une éclaircie a cependant été enregistrée enregistré chez d’autres nationalités européennes à l’instar des Anglais, Russes, Italiens et Allemands avec des hausses respectives de 27,6%, 11,5%, 6,1% et 3,7% par rapport à 2012.

Le marché tchèque s’est, lui aussi, inscrit à la hausse avec une augmentation des entrées de 59,6% en comparaison avec 2012.

En ce qui concerne les maghrébins, les libyens continuent à occuper la première position avec 1,681 456 million d’entrées durant les 3 premiers trimestres de 2013, en hausse de 19% par rapport à la même période de l’année dernière et de 21% par rapport à 2010.

Ils sont suivis des Algériens dont les entrées ont atteint 653,032 mille en hausse de 6,6% par rapport à l’année dernière.

S’agissant des recettes touristiques, de janvier au 20 septembre 2013, elles ont atteint selon des chiffres provisoires de la Banque centrale de Tunisie (BCT), 2336, 6 millions de dinars en hausse de 2,7% par rapport à la même période de l’année dernière. Elles demeurent, cependant, en baisse de 6,7% par rapport à la même période 2010.

Les Suisses traînent les pieds

Seulement 41 mille 518 touristes et vacanciers suisses sont entrés en Tunisie, durant la période allant de janvier jusqu’au septembre 2013, soit en baisse de 8,8% par rapport à la même période de 2012 et de 41,1% en comparaison avec l’année 2010, a relevé, Ridha Dkhili, responsable des marchés germanophones (Allemagne, Autriche et Suisse) à l’Office national du tourisme tunisien (ONTT).

Intervenant, jeudi, à un séminaire, organisé par l’Observatoire du Tourisme-info, sur le thème « pour la relance du marché suisse », il a précisé que le recul du nombre des touristes helvétiques n’est pas nouveau. « Cette tendance à la baisse a commencé en 2000, année durant laquelle, les entrées des touristes suisses, ont atteint 120 mille pour passer à 105 mille 728 entrées en 2008 », a précisé le responsable.

D’après lui, la Tunisie est concurrencée, sur le marché suisse, par la Grèce, la Turquie, l’Egypte, le Maroc et la Croatie.

Les professionnels réunis à cette rencontre ont été unanimes pour signaler qu’après la révolution du 17 décembre 2010 -14 janvier 2011, la baisse des entrées touristiques en provenance de la Suisse a continué en raison du climat d’instabilité et aussi de la pollution de l’environnement.

L’ONTT prévoit que d’ici fin 2013, la Tunisie accueillera environ 56 mille 300 vacanciers helvétiques, avec un recul de 5,5% par rapport à 2012. Ils ont rappelé que les recommandations de vigilance accrue et les « expressions mentionnées sur le site web du département fédéral suisse des affaires étrangères concernant l’existence d’un risque d’attentats terroristes ont dissuadé les touristes de venir en Tunisie ».

Pour la relance du marché suisse, l’ambassadeur de la Suisse à Tunis, Pierre Combernous, présent à cette rencontre, a recommandé aux milieux touristiques tunisiens d’assurer un meilleur rapport qualité-prix et une haute valeur ajoutée du produit. Il a aussi insisté sur l’impératif de diversifier davantage l’offre touristique en créant d’autre formes d’hébergement, « du fait que les vacances des suisses sont essentiellement balnéaires, actives et culturelles ».

Il a aussi mis l’accent sur l’impératif de promouvoir le tourisme saharien et de développer « une offre hôtelière économique en utilisant les énergies propres ».

par -
0
Le tourisme tunisien peine encore à renouer avec ses performances d’avant la révolution. Il n’en a pas moins enregistré

Le tourisme tunisien peine encore à renouer avec ses performances d’avant la révolution. Il n’en a pas moins enregistré, durant les 9 premiers mois 2013, une hausse aux niveaux des entrées et des recettes par rapport à la même période 2012.

Selon les chiffres du ministère du Tourisme, de janvier à septembre 2013, 4,905 079 millions de touristes ont visité la Tunisie, en hausse de 4,9% par rapport à la même période de 2012, mais toujours en baisse de 10,4 % par rapport à 2010, année précédant de peu la révolution (17 décembre 2010/14 janvier 2011).

Européens et Maghrébins continuent d’être les principaux clients du tourisme tunisien se partageant quasiment, le marché à hauteur de 49,6% pour les premiers et 48,3% pour les seconds.

Les Français, premiers visiteurs du pays, continuent de bouder le tourisme tunisien avec 638,659 mille entrées, durant les 9 premiers mois 2013, en baisse de 22,8% par rapport à la même période 2012 et de 43,7% par rapport à 2010.

Une éclaircie a cependant été enregistrée enregistré chez d’autres nationalités européennes à l’instar des Anglais, Russes, Italiens et Allemands avec des hausses respectives de 27,6%, 11,5%, 6,1% et 3,7% par rapport à 2012.

Le marché tchèque s’est, lui aussi, inscrit à la hausse avec une augmentation des entrées de 59,6% en comparaison avec 2012.

En ce qui concerne les maghrébins, les libyens continuent à occuper la première position avec 1,681 456 million d’entrées durant les 3 premiers trimestres de 2013, en hausse de 19% par rapport à la même période de l’année dernière et de 21% par rapport à 2010.

Ils sont suivis des Algériens dont les entrées ont atteint 653,032 mille en hausse de 6,6% par rapport à l’année dernière.

S’agissant des recettes touristiques, de janvier au 20 septembre 2013, elles ont atteint selon des chiffres provisoires de la Banque centrale de Tunisie (BCT), 2336, 6 millions de dinars en hausse de 2,7% par rapport à la même période de l’année dernière. Elles demeurent, cependant, en baisse de 6,7% par rapport à la même période 2010.

Les Suisses traînent les pieds

Seulement 41 mille 518 touristes et vacanciers suisses sont entrés en Tunisie, durant la période allant de janvier jusqu’au septembre 2013, soit en baisse de 8,8% par rapport à la même période de 2012 et de 41,1% en comparaison avec l’année 2010, a relevé, Ridha Dkhili, responsable des marchés germanophones (Allemagne, Autriche et Suisse) à l’Office national du tourisme tunisien (ONTT).

Intervenant, jeudi, à un séminaire, organisé par l’Observatoire du Tourisme-info, sur le thème « pour la relance du marché suisse », il a précisé que le recul du nombre des touristes helvétiques n’est pas nouveau. « Cette tendance à la baisse a commencé en 2000, année durant laquelle, les entrées des touristes suisses, ont atteint 120 mille pour passer à 105 mille 728 entrées en 2008 », a précisé le responsable.

D’après lui, la Tunisie est concurrencée, sur le marché suisse, par la Grèce, la Turquie, l’Egypte, le Maroc et la Croatie.

Les professionnels réunis à cette rencontre ont été unanimes pour signaler qu’après la révolution du 17 décembre 2010 -14 janvier 2011, la baisse des entrées touristiques en provenance de la Suisse a continué en raison du climat d’instabilité et aussi de la pollution de l’environnement.

L’ONTT prévoit que d’ici fin 2013, la Tunisie accueillera environ 56 mille 300 vacanciers helvétiques, avec un recul de 5,5% par rapport à 2012. Ils ont rappelé que les recommandations de vigilance accrue et les « expressions mentionnées sur le site web du département fédéral suisse des affaires étrangères concernant l’existence d’un risque d’attentats terroristes ont dissuadé les touristes de venir en Tunisie ».

Pour la relance du marché suisse, l’ambassadeur de la Suisse à Tunis, Pierre Combernous, présent à cette rencontre, a recommandé aux milieux touristiques tunisiens d’assurer un meilleur rapport qualité-prix et une haute valeur ajoutée du produit. Il a aussi insisté sur l’impératif de diversifier davantage l’offre touristique en créant d’autre formes d’hébergement, « du fait que les vacances des suisses sont essentiellement balnéaires, actives et culturelles ».

Il a aussi mis l’accent sur l’impératif de promouvoir le tourisme saharien et de développer « une offre hôtelière économique en utilisant les énergies propres ».

par -
0
La Tunisie trouve d’énormes difficultés à se débarrasser des images honteuses que les médias internationaux ont données sur le terrorisme depuis quelques mois

La Tunisie trouve d’énormes difficultés à se débarrasser des images honteuses que les médias internationaux ont données sur le terrorisme depuis quelques mois, pour les remplacer par des images d’un pays qui a un énorme potentiel touristique qu’il espère développer. Pour s’échapper à cette conjoncture, un plan d’action urgent visant à consolider l’image de la destination touristique tunisienne a été adopté récemment par le ministère du Tourisme.

Ce plan s’articule autour de plusieurs axes dont notamment le renforcement de la communication numérique sur la situation actuelle en Tunisie, notamment après les récents événements, l’invitation des tours opérateurs étrangers et les responsables des circuits de distribution et de commercialisation du produit tunisien, outre des programmes de visite en Tunisie et à l’étranger et la diffusion de témoignages des touristes séjournant en Tunisie…

Les professionnels du secteur sont pessimistes !

Les professionnels du tourisme n’ont pas manqué de faire part de leurs inquiétudes .Selon le vice président de la Fédération Tunisienne de l’hôtellerie Ridha Taktak, la situation touristique en Tunisie est catastrophique, suite à la récurrence des crises par lesquelles passe le pays, des réservations ont même été annulées.

Pour sa part, Mohamed Ali Toumi, président de la FTAV, a mis en garde contre l’impact de la situation sécuritaire et politique sur l’avenir du tourisme. « Aujourd’hui, des voyagistes italiens ont annulé la destination Tunisie, et si les mauvaises nouvelles sécuritaires se poursuivent, le reste de la saison est sérieusement menacé…le tourisme est un secteur d’exportation, qui exporte plusieurs services et produits agroalimentaires, si le tourisme est touché plusieurs secteurs seront touchés », a-t-il dit.

Il convient de rappeler que la Tunisie a, au cours des sept premiers mois de 2013, accueilli 3 290 000 touristes contre 3 244 000 au cours de la même période de 2012 ; soit une légère évolution de 2%. L’écart reste toutefois négatif de 17% par rapport à 2010.

Le secteur du tourisme, considéré comme l’une des mamelles de l’économie tunisienne, traverse une passe difficile avec la montée des actes de terrorisme, à l’heure actuelle toutes les parties concernées devront se collaborer davantage afin de préserver l’image de marque du tourisme tunisien.

N.B.T

par -
0
Jusqu’au 20 mars 2013

Jusqu’au 20 mars 2013, le tourisme en Tunisie a reculé de 1,8 % au niveau des entrées touristiques atteignant 767 000 touristes, en 2013, contre 781 000 ,en 2012. Pour la même période, le secteur a généré des recettes de l’ordre de 413 millions de dinars, soit l’équivalent de 199 millions d’euros.

par -
0
La situation du secteur touristique tunisien est difficile mais rattrapable

La situation du secteur touristique tunisien est difficile mais rattrapable, a assuré Habib Ammar, le directeur général de l’office national du tourisme tunisien (ONTT), lors d’une conférence de presse qui a eu lieu, ce vendredi 29 mars 2013, à Tunis. Et d’ajouter qu’on est encore loin de la haute saison pour se prononcer sur la situation, faisant savoir, par contre, que la reprise du secteur touristique demeure tributaire de la stabilité politique dans le pays, de la sécurité et de la salubrité des zones touristiques : « Ce sont des conditions sine qua non pour garantir la réussite de la haute saison touristique », a-t-il dit. A cela s’ajoutent le bon accueil des touristes et leur satisfaction des services fournis.

Au sujet des objectifs tracés par le ministère du Tourisme, au titre de l’année 2013, Habib Ammar a précisé que le ministère veut que le secteur du tourisme renoue au moins avec son rythme habituel, faisant savoir, cependant, que le secteur a pu récupérer 2/3 de ce qu’il a perdu, en 2011. Il s’agit, d’ailleurs, de l’objectif tracé par le ministère depuis la Révolution.

Le directeur général de l’ONTT a souligné, dans ce cadre, que le ministère s’apprête à lancer une nouvelle campagne pour faire revenir les touristes et apporter une bouffée d’oxygène salutaire pour le secteur, mais il faut attendre, selon Habib Ammar, que la situation politique du pays se stabilise davantage. « Libre de tout vivre » est le slogan de la nouvelle campagne institutionnelle destinée au marché européen.

Il a précisé que cette campagne qui s’inscrit dans le cadre de la stratégie du ministère à l’horizon 2016, est fin prête. Elle comprend aussi un soutien financier de 8 millions de dinars au profit des voyagistes opérant sur la destination Tunisie pour promouvoir la publicité commune et améliorer la programmation aérienne.

Cette campagne touristique prend en considération les spécificités de chaque marché avec la promotion des produits touristiques existant dans les différentes régions du pays (Sahara, golf, culture, archéologie …).

A signaler que le budget alloué au secteur du tourisme au titre du budget de l’Etat pour l’année 2013 est de 65 millions de dinars, dont 50% seront consacrés à la publicité touristique.

Parmi les autres grandes lignes de cette campagne, le ministre a évoqué le côté environnemental. Dans ce cadre, plusieurs réunions ont eu lieu et seront programmées entre les différents ministères et directions s’occupant de l’environnement. Selon Habib Ammar, beaucoup de touristes et voyagistes ont exprimé déjà leur insatisfaction à l’égard de la propreté et ils ont réclamé un surcroît d’effort, en particulier, dans les plages et les zones touristiques. « C’est un facteur déterminant pour garantir la réussite du secteur », a-t-il dit.

Le ministère va se concentrer également sur le tourisme saharien qui a connu, selon le DG de l’ONTT, un recul considérable, durant ces dernières années. Et de préciser que 40% des touristes proviennent des pays arabes, tandis que le nombre des touristes golfiques demeure encore très minime.

Le ministère lancera également, en juin prochain, une campagne publicitaire sur le marché algérien.

Il ya lieu de signaler que le nombre des touristes ayant visité la Tunisie, depuis le début de l’année en cours et jusqu’au 20 mars, a atteint 766 672 contre 780 727 touristes, au cours de la même période de l’année 2012, soit un recul de -1,8%. Les Maghrébins arrivent en tête avec 519 956 touristes jusqu’au 20 mars 2013, représentant de ce fait 67,8% du nombre total des touristes, suivis par les Européens dont les flux ont atteint 221 600, soit 28,9%.

Les recettes touristiques ont atteint jusqu’à cette date, 412,2 millions de dinars contre 437,2 MD en 2012 et 454,3 MD en 2010, enregistrant ainsi des baisses respectives de 5,7% et de 9,3%.

Khadija Taboubi

par -
0
La situation du secteur touristique tunisien est difficile mais rattrapable

La situation du secteur touristique tunisien est difficile mais rattrapable, a assuré Habib Ammar, le directeur général de l’office national du tourisme tunisien (ONTT), lors d’une conférence de presse qui a eu lieu, ce vendredi 29 mars 2013, à Tunis. Et d’ajouter qu’on est encore loin de la haute saison pour se prononcer sur la situation, faisant savoir, par contre, que la reprise du secteur touristique demeure tributaire de la stabilité politique dans le pays, de la sécurité et de la salubrité des zones touristiques : « Ce sont des conditions sine qua non pour garantir la réussite de la haute saison touristique », a-t-il dit. A cela s’ajoutent le bon accueil des touristes et leur satisfaction des services fournis.

Au sujet des objectifs tracés par le ministère du Tourisme, au titre de l’année 2013, Habib Ammar a précisé que le ministère veut que le secteur du tourisme renoue au moins avec son rythme habituel, faisant savoir, cependant, que le secteur a pu récupérer 2/3 de ce qu’il a perdu, en 2011. Il s’agit, d’ailleurs, de l’objectif tracé par le ministère depuis la Révolution.

Le directeur général de l’ONTT a souligné, dans ce cadre, que le ministère s’apprête à lancer une nouvelle campagne pour faire revenir les touristes et apporter une bouffée d’oxygène salutaire pour le secteur, mais il faut attendre, selon Habib Ammar, que la situation politique du pays se stabilise davantage. « Libre de tout vivre » est le slogan de la nouvelle campagne institutionnelle destinée au marché européen.

Il a précisé que cette campagne qui s’inscrit dans le cadre de la stratégie du ministère à l’horizon 2016, est fin prête. Elle comprend aussi un soutien financier de 8 millions de dinars au profit des voyagistes opérant sur la destination Tunisie pour promouvoir la publicité commune et améliorer la programmation aérienne.

Cette campagne touristique prend en considération les spécificités de chaque marché avec la promotion des produits touristiques existant dans les différentes régions du pays (Sahara, golf, culture, archéologie …).

A signaler que le budget alloué au secteur du tourisme au titre du budget de l’Etat pour l’année 2013 est de 65 millions de dinars, dont 50% seront consacrés à la publicité touristique.

Parmi les autres grandes lignes de cette campagne, le ministre a évoqué le côté environnemental. Dans ce cadre, plusieurs réunions ont eu lieu et seront programmées entre les différents ministères et directions s’occupant de l’environnement. Selon Habib Ammar, beaucoup de touristes et voyagistes ont exprimé déjà leur insatisfaction à l’égard de la propreté et ils ont réclamé un surcroît d’effort, en particulier, dans les plages et les zones touristiques. « C’est un facteur déterminant pour garantir la réussite du secteur », a-t-il dit.

Le ministère va se concentrer également sur le tourisme saharien qui a connu, selon le DG de l’ONTT, un recul considérable, durant ces dernières années. Et de préciser que 40% des touristes proviennent des pays arabes, tandis que le nombre des touristes golfiques demeure encore très minime.

Le ministère lancera également, en juin prochain, une campagne publicitaire sur le marché algérien.

Il ya lieu de signaler que le nombre des touristes ayant visité la Tunisie, depuis le début de l’année en cours et jusqu’au 20 mars, a atteint 766 672 contre 780 727 touristes, au cours de la même période de l’année 2012, soit un recul de -1,8%. Les Maghrébins arrivent en tête avec 519 956 touristes jusqu’au 20 mars 2013, représentant de ce fait 67,8% du nombre total des touristes, suivis par les Européens dont les flux ont atteint 221 600, soit 28,9%.

Les recettes touristiques ont atteint jusqu’à cette date, 412,2 millions de dinars contre 437,2 MD en 2012 et 454,3 MD en 2010, enregistrant ainsi des baisses respectives de 5,7% et de 9,3%.

Khadija Taboubi

par -
0
Le sud de la Tunisie

Le sud de la Tunisie, berceau du « printemps arabe » de 2011, figure sur la carte des régions dangereuses pour le tourisme mondial qui vient d’être dressée par le ministère français des Affaires étrangères. Classée dans la zone rouge, cela signifie que la Tunisie est une zone déconseillée pour les touristes souhaitant se rendre dans ce pays pour les vacances de l’été.

Seul le Maroc échappe, pour l’heure, à la contagion puisqu’il n’y a pas, selon le classement, ni d’enlèvements, ni d’instabilité politique ou encore d’attentats.

Au Maghreb, pour l’Algérie, particulièrement au sud d’une ligne Béchar-Hassi Messaoud, et pour la Libye, une étroite bande côtière reliant la frontière tunisienne à la ville de Misrata étant seulement « déconseillée ».

Au Proche-Orient, destination touristique de référence, un autre foyer révolutionnaire est touché. La majorité du territoire égyptien est jugée peu sûre, dont un haut lieu du tourisme de masse, la péninsule du Sinaï, autrefois particulièrement fréquentée par les Israéliens. Les sites prestigieux de la Haute-Egypte échappent pour l’instant à la malédiction.

La totalité de la Syrie est classée également en zone rouge à cause de la guerre civile.

par -
0
Selon les chiffres publiés

Selon les chiffres publiés, mercredi, par le ministère du Tourisme, les revenus du tourisme en Tunisie, ont grimpé de 30% en 2012 par rapport à 2011, toutefois, ils restent 10% en deçà de leur niveau d’avant la révolte.

Les recettes ont atteint 3,17 milliards de dinars (1,52 milliard d’euros), soit une hausse de 30,4% par rapport à 2011. Ce montant reste cependant inférieur de 9,9% à 2010, l’année de référence du ministère.

Le nombre de nuitées dans les hôtels du pays s’est établi à près de 30 millions contre 35,5 millions en 2010 et 20,6 millions en 2011.

Il convient de signaler que la Tunisie espère attirer quelque 10 million de touristes à l’horizon de 2016 pour des recettes de six milliards de dollars.

par -
0
D’après les chiffres communiqués par  l'Office National du Tourisme Tunisien (ONTT)

D’après les chiffres communiqués par l’Office National du Tourisme Tunisien (ONTT), le nombre d’entrées des-non résidents ayant visité la Tunisie, du 1er janvier au 20 décembre 2012, a augmenté de 25,3%, en comparaison avec la même période de 2011,

La même source relève que les entrées touristiques, qui se sont établies à 5 761 657 touristes au 20 décembre 2012, ont généré des recettes de 3 068,9 millions de dinars, contre 2 360,7 MD, en 2011, soit une hausse de 30%.

La hausse enregistrée, jusqu’au 20 décembre 2012, au niveau du nombre des entrées touristiques demeure encore en-dessous des niveaux enregistrés au cours de la même période de 2010, soit une baisse de 14,2%.

Les Européens en tête des visiteurs

Les touristes qui se sont rendus en Tunisie, au cours de l’année 2012, sont, en premier lieu, les Européens, avec une hausse du nombre de leurs entrées de 39,5%, passant de 2 089 272 touristes en 2011 à 2 915 207 touristes en 2012, étant rappelé à ce propos que les entrées des européens, en 2010, en Tunisie, ont atteint 3 748 208 touristes.

Les touristes maghrébins ont occupé la deuxième place en termes de visiteurs non-résidents, affluant vers la Tunisie, en 2012, soit un total de 2 708 331 touristes maghrébins jusqu’au 20 décembre 2012, contre 2 244 979 touristes, au cours de la même période de 2011, enregistrant une augmentation de 20,6%.

 

Les arrivées des touristes en provenance de l’Amérique du Nord ont réalisé une hausse de 27,2%, en 2012, pour atteindre 27 920 touristes contre 21 957 touristes, en 2011.

Par contre, le nombre des touristes moyen-orientaux s’est inscrit à la baisse (-63,9%) en comparaison avec la même période de 2011, passant ainsi de 104 934 touristes, en 2011 (jusqu’au 20 décembre), à 37 933 touristes, cette année (jusqu’au 20 décembre).

De même, l’afflux des Africains et des Chinois a reculé pour cette année respectivement de 45,4%, (passant de 70 584 touristes en 2011 à 38 562 touristes en 2012) et de 69% (passant de 11 772 touristes en 2011 à 3647 touristes en 2012).

En ce qui concerne les nuitées globales, le nombre des nuitées a enregistré un accroissement de 46,1%, au 20 décembre 2012, par rapport à la même période de l’année 2011.Le total général de ces nuitées a atteint, au 20 décembre 2012, 29 346 907 nuitées contre 20 093 435 nuitées en 2011.

La même source confirme que, les régions ayant enregistré, le nombre le plus important en terme de nuitées passées sont respectivement Djerba-Zarzis, avec 7 073 330 nuitées, suivie des régions de Sousse (5 514 716 nuitées), Nabeul-Hammamet (4 905 650 nuitées), Monastir-Skanès (3 361 985 nuitées), Yasmine-Hammamet (2 993301 nuitées), Tunis-côtes de Carthage (2065891 nuitées) et de Mahdia (1 634 529 nuitées).

par -
0
Le nombre des touristes ayant visité la Tunisie

Le nombre des touristes ayant visité la Tunisie, depuis le début de l’année au 20 décembre 2012, a augmenté de 25,3%, par rapport à la même période de 2011, selon les derniers chiffres de l’office national du tourisme tunisien (ONTT). Les entrées touristiques, qui se sont établies à 5.761.657 touristes au 20 décembre 2012, ont généré des recettes de 3.068,9 millions de dinars (MD), contre 2.360,7 MD, en 2011, soit une hausse de 30%, précise la même source.

Jusqu’au 20 décembre 2012, les touristes européens ont enregistré une hausse de 39,5%, passant de 2.089.272 touristes en 2011 à 2.915.207 touristes en 2012.

Les touristes maghrébins ont occupé la deuxième place en termes de visiteurs non-résidents, soit un total de 2.708.331 touristes maghrébins jusqu’au 20 décembre 2012, contre 2.244.979 touristes, au cours de la même période de 2011, enregistrant une hausse de 20,6%.

par -
0
Pour tenter de relancer les investissements dans le secteur touristique

Pour tenter de relancer les investissements dans le secteur touristique, le ministère de tutelle s’est penché sur le lancement de la nouvelle stratégie de développement du tourisme tunisien à l’horizon 2016. Cette stratégie sera officiellement lancée, le 19 février 2013 lors d’un Forum national auquel sont attendus mille participants et plusieurs invités étrangers.

Parmi les grands axes de la stratégie figurent la diversification de l’offre, la promotion et le marketing, la gouvernance et la restructuration des finances du secteur, la maîtrise des nouvelles technologies de l’information et de la communication et le développement du transport aérien. A travers cette initiative la Tunisie ambitionne d’attirer 10 millions de touristes en 2016.

Baisse des investissements touristiques de 50%

Il convient de signaler que les investissements dans le secteur du tourisme, ont enregistré une baisse notable de 50% durant les 11 premiers de 2012. Parallèlement, et au cours de la même période, la Tunisie a reçu 5,554 millions de touristes, au 30 novembre 2012, contre 4,456 millions en 2011 et 6,487 millions en 2010.Les recettes de l’industrie touristique se sont, quant à elles, élevées à 2,9 milliards de dinars, durant les 11 premiers mois de 2012 contre 2,2 milliards en 2011 et 3,2 milliards en 2010.

La répartition des entrées par marché, entre le 1er janvier et le 30 novembre 2012, fait également ressortir une nette amélioration sur la quasi totalité des pays émetteurs de touristes vers la Tunisie par rapport à 2011, mais une régression généralisé par rapport à 2010.

De même, les entrées des touristes européens ont augmenté de 40,6% par rapport à 2010 et régressé de – 22,1% en comparaison avec 2010. Les entrées des touristes maghrébins ont évolué de 18,4% en comparaison avec 2011 et baissé de -3,7% par rapport à 2010. Les entrées des nord-américains ont enregistré une hausse 29,5% par rapport à l’année dernière et une baisse de -20,9% en comparaison avec 2010.

S’agissant de l’endettement global des hôteliers, il est de l’ordre de 3,5 milliards de dinars. Pire encore, entre 600 et 800 millions de dinars sont des créances litigieuses qui seront prises en charge par une société de gestion d’actifs.

S’agissant des perspectives 2013, l’optimisme est aussi de mise. La destination Tunisie table en effet, sur au moins 6,8 millions de touristes en 2013.

Les professionnels du métier exigent de réformes urgentes !

En dépit des tensions observées en Tunisie, les agents de voyages, opérateurs du tourisme alternatif, guides touristiques, restaurateurs, communicateurs et experts du secteur insistent sur l’impératif d’assurer la coordination entre les ministères du Transport et du Tourisme et d’opter pour une coopération étroite afin d’améliorer la performance de la destination tunisienne. En comparaison avec des destinations concurrentes, le coût du transport aérien en Tunisie demeure irrationnel, ce qui amène nombre de tour opérateurs à abandonner la destination tunisienne, pour s’orienter vers d’autres, comme le Maroc, l’Espagne, la Turquie…

De même, les professionnels recommandent de lancer une grande campagne de communication pour améliorer l’image de la Tunisie, ainsi que de concevoir des mesures incitatives pour encourager les tours opérateurs à investir davantage dans la destination tunisienne.

Nadia Ben Tamansourt

par -
0
Pour tenter de relancer les investissements dans le secteur touristique

Pour tenter de relancer les investissements dans le secteur touristique, le ministère de tutelle s’est penché sur le lancement de la nouvelle stratégie de développement du tourisme tunisien à l’horizon 2016. Cette stratégie sera officiellement lancée, le 19 février 2013 lors d’un Forum national auquel sont attendus mille participants et plusieurs invités étrangers.

Parmi les grands axes de la stratégie figurent la diversification de l’offre, la promotion et le marketing, la gouvernance et la restructuration des finances du secteur, la maîtrise des nouvelles technologies de l’information et de la communication et le développement du transport aérien. A travers cette initiative la Tunisie ambitionne d’attirer 10 millions de touristes en 2016.

Baisse des investissements touristiques de 50%

Il convient de signaler que les investissements dans le secteur du tourisme, ont enregistré une baisse notable de 50% durant les 11 premiers de 2012. Parallèlement, et au cours de la même période, la Tunisie a reçu 5,554 millions de touristes, au 30 novembre 2012, contre 4,456 millions en 2011 et 6,487 millions en 2010.Les recettes de l’industrie touristique se sont, quant à elles, élevées à 2,9 milliards de dinars, durant les 11 premiers mois de 2012 contre 2,2 milliards en 2011 et 3,2 milliards en 2010.

La répartition des entrées par marché, entre le 1er janvier et le 30 novembre 2012, fait également ressortir une nette amélioration sur la quasi totalité des pays émetteurs de touristes vers la Tunisie par rapport à 2011, mais une régression généralisé par rapport à 2010.

De même, les entrées des touristes européens ont augmenté de 40,6% par rapport à 2010 et régressé de – 22,1% en comparaison avec 2010. Les entrées des touristes maghrébins ont évolué de 18,4% en comparaison avec 2011 et baissé de -3,7% par rapport à 2010. Les entrées des nord-américains ont enregistré une hausse 29,5% par rapport à l’année dernière et une baisse de -20,9% en comparaison avec 2010.

S’agissant de l’endettement global des hôteliers, il est de l’ordre de 3,5 milliards de dinars. Pire encore, entre 600 et 800 millions de dinars sont des créances litigieuses qui seront prises en charge par une société de gestion d’actifs.

S’agissant des perspectives 2013, l’optimisme est aussi de mise. La destination Tunisie table en effet, sur au moins 6,8 millions de touristes en 2013.

Les professionnels du métier exigent de réformes urgentes !

En dépit des tensions observées en Tunisie, les agents de voyages, opérateurs du tourisme alternatif, guides touristiques, restaurateurs, communicateurs et experts du secteur insistent sur l’impératif d’assurer la coordination entre les ministères du Transport et du Tourisme et d’opter pour une coopération étroite afin d’améliorer la performance de la destination tunisienne. En comparaison avec des destinations concurrentes, le coût du transport aérien en Tunisie demeure irrationnel, ce qui amène nombre de tour opérateurs à abandonner la destination tunisienne, pour s’orienter vers d’autres, comme le Maroc, l’Espagne, la Turquie…

De même, les professionnels recommandent de lancer une grande campagne de communication pour améliorer l’image de la Tunisie, ainsi que de concevoir des mesures incitatives pour encourager les tours opérateurs à investir davantage dans la destination tunisienne.

Nadia Ben Tamansourt

par -
0
Les recettes touristiques ont atteint jusqu’à fin octobre 2012

Les recettes touristiques ont atteint jusqu’à fin octobre 2012, 2.681,1 millions de dinars, contre 2.002,3 MD au cours de la même période de l’année 2011 et 2.999,6 MD en 2010, enregistrant ainsi une hausse de 33,9% par rapport à l’année dernière et une baisse de 10,3% par rapport à 2010.

Le nombre des touristes s’est élevé, quant à lui, à 5.168.764 touristes, toujours à fin octobre 2012, enregistrant de ce fait une hausse de 26,6% par rapport à la même période de l’année 2011 et une baisse de 15,5% par rapport à 2010.

Le nombre des nuitées passées, à fin octobre 2012, ont également enregistré une baisse de 15,8% par rapport à l’année 2010. Toutefois, par rapport aux 10 premiers mois de l’année 2011, une hausse de 49,7% par rapport à la même période de l’année en cours a été observée.

par -
0
Le nombre des touristes à fin septembre 2012 a atteint des chiffres records dépassant la barre des  millions alors que les recettes ont culminé 

Le nombre des touristes à fin septembre 2012 a atteint des chiffres records dépassant la barre des millions alors que les recettes ont culminé à 2400 millions de dinars.

Au niveau de l’emploi, la saison touristique a offert plus de 400 mille postes directs et plus d’un million d’emplois indirects.

Il est prévu aussi que le nombre des touristes dépassera les chiffres de 2010, une année de référence qui a enregistré 6 millions et 900 mille de touristes et des recettes de l’ordre de 3500 millions de dinars.

D’ores et déjà, le nombre des nuitées passées dans les hôtels, durant les 9 premiers mois de l’année en cours, a atteint 24 829 285 nuitées contre 29 114 117 durant la même période de l’année 2010.

Les recettes d’une seule nuitée ont atteint 96 dinars à fin septembre 2012, contre 100 dinars durant la même période de l’année 2010, tandis que les recettes par vacancier se sont élevées à 506 dinars contre 483 dinars en 2010.

Les Libyens arrivent en tête avec 1413 535 visiteurs, suivis par les Français (827 029), les Algériens (612 830), les Allemands (317 172), et les Anglais (267 443). Les Portugais arrivent à la dernière place avec 13944 touristes.

par -
0
Le secteur du tourisme

Le secteur du tourisme, instable depuis la révolution, vient de se prévaloir d’une belle performance, après plus d’un an de vaches maigres. Selon les derniers chiffres communiqués par le ministère du Tourisme, la Tunisie a accueilli 4,4 millions de touristes, du 1er janvier au 20 septembre courant, enregistrant une hausse de 32% par rapport à la même période 2011.

En comparaison avec 2010, les entrées touristiques sont en baisse de 15%». Les recettes touristiques ont atteint, cette année, les 2 milliards de dinars, présentant une augmentation de 38%, par rapport à 2011 et une régression de -12%, par rapport à 2010.

Force est de remarquer que la destination Tunisie est encore prisée par le marché européen qui accapare toujours la part du lion, avec une proportion de l’ordre de 50,6%, passant de 1.309.000 touristes européens en 2011 (8 premiers mois), à 1.972.000 touristes européens en 2012 sans pour autant atteindre le nombre réalisé en 2010, soit 2.498.000 touristes.

Suivant les données récentes, publiées par la même source, le mouvement des touristes issus du Maghreb Arabe et de l’Amérique du Nord est à la hausse, atteignant respectivement, cette année (8 mois), 1.621.000 touristes (contre 1.239.978 en 2011) et 19.779 touristes (contre 13.507 en 2011).

La hausse de l’afflux des touristes, du premier janvier au 20 août 2012, vers la Tunisie a concerné également les Japonais (+169,3% avec 4379 touristes), les Brésiliens (76% avec 1320 touristes) et les Australiens (38,5% avec 1011 touristes).

En revanche, une baisse a été enregistrée, au cours de la même période, au niveau de l’afflux des touristes Moyen-Orientaux (-74,9%) avec 23.406 touristes, Africains (-60,6%), soit 22.732 touristes et chinois (-78,8%), à savoir 2296 touristes.

Il convient de signaler que, le ministère du Tourisme va créer, prochainement, une unité de gestion par objectifs qui prendra en charge la réalisation des programmes de promotion du secteur. L’objectif étant d’attirer un million de touristes supplémentaires, chaque année, pour atteindre 6,8 millions de touristes en 2013 et 10 millions en 2016.

De même, une étude d’évaluation est en cours de réalisation au département du tourisme, portant sur les interventions du programme de mise à niveau touristique, dont une éventuelle hausse du plafond des incitations allouées à l’usage de l’énergie durable, dans le secteur du tourisme.

Indiscutablement, la reprise touristique ne se fera pas seulement à la faveur de la mise en place d’un nouveau système politique. Elle dépendra pour beaucoup de l’amélioration concrète de la sécurité, le dernier rempart pour sauver l’activité.

Nadia Ben Tamansourt

par -
0
Les ministères du Tourisme et de la Communication et la Fédération nationale des technologies de l'information et de la communication envisagent de lancer

Les ministères du Tourisme et de la Communication et la Fédération nationale des technologies de l’information et de la communication envisagent de lancer, très prochainement, une plateforme numérique sur le tourisme tunisien, baptisée « Cloud National ».
Il s’agit d’un portail Web qui devra regrouper toutes les offres présentées par les différents intervenants du secteur touristique (agences de voyage, compagnies aériennes, hôtels, restaurants, agences de location de voitures, prestations diverses).
Ce projet de coopération se propose, également, de répondre en temps réel aux requêtes et aux réclamations des touristes et d’établir une base de données et des statistiques fiables sur le secteur.
Intervenants et métiers du tourisme sont appelés, d’après un communiqué du département du tourisme, à se connecter à cette plateforme en vue d’aboutir à un réseau national global capable d’offrir « le bon service au bon moment ».

par -
0
Le ministère tunisien du Tourisme  prépare activement un programme de grandes manifestations d'animation pour l'arrière- saison et dans les régions

Le ministère tunisien du Tourisme  prépare activement un programme de grandes manifestations d’animation pour l’arrière- saison et dans les régions du tourisme saharien. Le ministère prépare aussi un programme de subvention de siège pour les aéroports de Tozeur et de Tabarka, pour booster le tourisme dans ces régions et le tourisme de l’arrière saison et confirmer ainsi la reprise du secteur touristique.

par -
0

Nous apprenons que l’appel d’offre international qui devait désigner aujourd’hui l’agence ou les agences qui seront chargées de la communication de l’image de la Tunisie et de faire la publicité de son tourisme, aurait été déclaré infructueux pour cause de dossiers incomplets des 5 agences qui ont répondu à cet AO. La séance d’ouverture des plis, avait été présidée par Farid Fetni et aurait vu la participation de plusieurs autres parties comme le Cepex ou Tunisair. La décision finale, dfevrait être prise, au niveau de la Commission supérieure des marchés. 

Nous apprenons aussi que les professionnels du tourisme, avaient fait entendre leur voix, à l’occasion de cet appel d’offre qui pourrait représenter un marché de quelques 40 MDT. Les professionnels s’étaient en effet élevés la condition mise de l’exécution de marché d’un montant de 5 MDT au moins et qui exclue de facto toutes les agences de communication. Les professionnels se seraient aussi élevés contre la décision de donner tout le marché à une seule agence de communication et auraient exigé de fractionner le marché par marché.

par -
0
Selon les derniers chiffres communiqués par l’office national du tourisme de Tunisie

Selon les derniers chiffres communiqués par l’office national du tourisme de Tunisie, au 10 août 2012, les revenus du tourisme ont atteint 1.683 millions de dinars contre 1.234 millions de dinars en 2011, soit une évolution de 36,4% par rapport à la même période de 2011.

Cependant, par rapport à 2010, les recettes touristiques, ont reculé de 13,5%, ce qui correspond à un manque à gagner de 262, 3 millions de dinars.

S’agissant du nombre de nuitées, une progression de 60.1% a été enregistrée par rapport à la même période de 2011, soit 17.262.760 nuitées. Mais ces données restent inférieures de 19,7% par rapport à 2010.

Sur un autre volet, la Tunisie a enregistré l’arrivée de près de 3.452 millions de touristes contre 4.324 millions pour la même période de 2010 marquant ainsi une baisse de 20.2%, ce qui correspond à une perte de près de 872.000 touristes. Comparées à 2011, les entrées des non résidents affichent une croissance de près de 33%.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview exclusive avec Africanmanager ce mercredi 18 janvier, le porte-parole de la Direction générale des prisons et de la rééducation, Kaïs Soltani,...

AFRIQUE

0
Cette année, l’Allemagne accueillera le premier événement privé exclusivement dédié au renforcement des liens commerciaux et des investissements entre l’Allemagne et le continent africain....

SPORT