Tags Posts tagged with "Tunisie, transport,"

Tunisie, transport,

par -
0
Le problème du transport a  toujours été un handicap pour le déplacement des Tunisiens en milieu urbain ou régional. Manque de matériel oblige

Le problème du transport a toujours été un handicap pour le déplacement des Tunisiens en milieu urbain ou régional. Manque de matériel oblige, il est souvent difficile d’affecter des bus en nombre suffisant à certaines zones dans la périphérie de la capitale…

Les usagers sont obligés d’attendre de longues périodes pour voir pointer à l’horizon le fameux bus qui arrive surchargé, notamment pendant les heures de pointe. C’est dans cette optique que la Société des transports de Tunis, a annoncé la mise en place d’un nouveau plan directeur du transport dans le Grand Tunis qui sera élaboré par le ministère du Transport dans un délai ne dépassant pas les 6 mois.

Cette décision a été prise lors d’une réunion consacrée à l’évaluation des activités de la Société des transports de Tunis. Le plan décidé, qui sera élaboré sur la base des données actualisées du secteur, devrait permettre la mise en place d’un système de transport collectif regroupant, de manière harmonisée, les différents modes de transport.

Il a été également décidé d’élaborer un rapport sur le secteur du transport en 2012 et d’accélérer la mise en place d’un programme de réforme de la Taranstu en collaboration avec toutes les parties concernées notamment les syndicats et la société civile. Ce programme sera soumis ensuite à la présidence du gouvernement, précise encore le ministère.

D’après la Transtu, plusieurs difficultés entravent la marche du travail au sein de cette société. Il s’agit notamment de l’encombrement des moyens de transport particulièrement, pendant les heures de pointe, l’accroissement des agressions perpétrées contre les moyens de transport et le personnel, et la régression du nombre des bus exploitables et la congestion du trafic routier.

Toujours selon la même source, l’encombrement de la circulation est dû à la hausse de l’utilisation des véhicules privés qui assurent environ 72% du transport et utilisent 50% de l’infrastructure contre respectivement 90% et 2% seulement pour le parc de Transtu.

Afin de remédier à cette situation, il est temps de concrétiser le plan régional de transport, notamment le volet relatif aux voies réservées aux bus et le respect des différents plans de circulation qui accordent la priorité au transport public.

Il convient de signaler que, actuellement, ce secteur représente environ 8,5% du PIB, assure 130 mille postes d’emplois directs, génère près de 1 500 millions de dinars de devises (près de 980 millions de dollars) et constitue 15% du total des investissements du pays.

par -
0
La restructuration approfondie demeure une obligation  pour la Tunisie d’aujourd’hui pour pallier  les défaillances et surmonter les obstacles confrontés par un certain nombre d’organismes et établissements publics et certaines activités sectorielles. Chose dont continue de se ressentir l’économie du pays dans un climat d’incertitude croissante

La restructuration approfondie demeure une obligation  pour la Tunisie d’aujourd’hui pour pallier  les défaillances et surmonter les obstacles confrontés par un certain nombre d’organismes et établissements publics et certaines activités sectorielles. Chose dont continue de se ressentir l’économie du pays dans un climat d’incertitude croissante, en dépit de quelques signes de relance affichés ces derniers temps.
En dépit de son poids dans l’économie avec une contribution à hauteur de 8.5% au PIB et une part d’investissement de l’ordre de 10%, le transport fait face à de réelles menaces, qui limitent son efficacité, mais aussi qui paralysent les différentes activités connexes.
Face à ce constat inquiétant, toutes les parties concernées  se mobilisent actuellement pour relever le défi de la restructuration. C’est dans ce cadre que le ministre de Transport s’est réuni récemment avec le groupe de travail chargé de la restructuration du ministère, créé, en avril dernier, et chargé de réexaminer la structure et l’organisation du ministère du Transport au niveau central et régional.
C’est une occasion propice pour passer en revue le rapport élaboré par ce groupe et qui sera présenté lors de la consultation élargie prévue début août 2012.
Le rapport traite, en fait, de plusieurs thèmes relatifs à la restructuration de l’aviation civile, de la marine marchande outres les problématiques liées  à l’organisation régionale. A cela s’ajoute la répartition des rôles entre les services horizontaux et celles du ministère du Ttransport (supervision des établissements et des entreprises  publiques, les affaires juridiques ainsi que la logistique et la formation).
Pour la restructuration de l’aviation civile, le groupe de travail chargé de la restructuration du ministère a constaté l’interférence des tâches de l’administration générale de l’aviation civile, d’une part, et l’Office de l’Aviation Civile et des Aéroports (OACA), d’autre part, ce qui conduit à confondre les responsabilités et à entraîner  une baisse au niveau de sécurité et la qualité des services. Aussi,  la dépendance de l’Administration générale de l’aviation civile à hauteur de  67% des cadres et des agents qui ne sont pas titularisés, vis-à-vis des établissements sous-tutelle du ministère de transport et particulièrement l’OACA ainsi que la contestation par les personnels de leur situations administrative et surtout salariale.
S’agissant de la marine marchande, le rapport a fait ressortir la dispersion des tâches confiées à l’autorité et l’administration maritime entre l’administration générale de la marine marchande, d’une part et de l’office de la Marine Marchande et des Ports (OMMP), d’autre part.
Contrairement aux orientations adoptées au titre du programme de la restructuration du ministère  du transport prévu en 1998, l’OMMP a continué de se concentrer sur les activités commerciales liées à l’exploitation des ports, au détriment de ses responsabilités en tant qu’autorité maritime. Aussi, on constate une certaine contradiction entre la vocation de l’OMMP en tant qu’autorité maritime et portuaire d’une part et d’exploitant des ports d’autre part.
En ce qui concerne le transport routier, plusieurs lacunes ont été identifiées, liées essentiellement à la tâche de contrôle au niveau des routes. Parmi ces obstacles, on cite également, le nombre limité des contrôleurs ainsi qu’une pénurie des ressources financières et des équipements nécessaires.
Dés lors, il est devenu urgent  de traiter les problématiques de déséquilibre structurel de l’activité en ce qui concerne la création, l’exploitation et l’aménagement des stations du transport terrestre, destinées au grand public.
Plusieurs recommandations ont été proposées.
S’agissant du secteur aérien, le groupe de travail a proposé d’accorder plus d’attention aux fonctions stratégiques qui consistent à identifier les stratégies relatives à la sécurité, à la protection de l’environnement, à la coopération et la planification à long terme ainsi que  la supervision des institutions et des établissements publics.
Il est question de la création d’une agence qui assumera  les prérogatives accordées actuellement à la direction générale de l’aviation civile, l’office de l’Aviation Civile et des Aéroports (OACA).
Quant à la restructuration de la marine marchande, deux hypothèses ont été élaborées : la mise en place d’une agence nationale de la marine marchande ayant les missions de la direction générale de la marine marchande et l’OMMP. La seconde hypothèse recommande la création d’une agence nationale de la marine marchande ayant les missions citées à la première hypothèse ainsi que les missions d’autorité maritime.
En ce qui concerne le transport terrestre, les suggestions  prônent  le contrôle au niveau des routes. Et là, l’agence technique de transport terrestre sera chargée de cette mission en vertu du décret- loi numéro 33 régissant  cette activité.
Wiem Thebti

 

 

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview exclusive avec Africanmanager ce mercredi 18 janvier, le porte-parole de la Direction générale des prisons et de la rééducation, Kaïs Soltani,...

AFRIQUE

SPORT

0
Déclarations après le match Tunisie-Angola (43-34), disputé jeudi après-midi à Metz, pour le compte de la 5e et dernière journée du Mondial-2017 de handball...