Tags Posts tagged with "Tunisie, Turquie,"

Tunisie, Turquie,

par -
Environ 20  accords stratégiques et conventions d’entente

Environ 20 accords stratégiques et conventions d’entente, ont été conclus entre la Tunisie et la Turquie, en marge de la visite officielle du premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan. Il s’agit d’accords qui couvrent plusieurs secteurs à valeur ajoutée : technologie, enseignement supérieur, éducation, commerce, tourisme, développement régional…

Il convient de noter que quelque 85 entreprises turques opérant dans différents secteurs d’activité ont accompagné le premier ministre turc dans sa visite en Tunisie.

par -
Trois accords de coopération ont été signés

Trois accords de coopération ont été signés, ce mardi 28 mai entre la Tunisie et la Turquie, lors de la visite du président de la république provisoire Moncef Marzouki en Turquie, indique Shems FM .

Les accords concernent principalement un protocole d’entente entre l’Université du Moyen-Orient en Turquie et Pôle technologique d’Al Ghazala, et d’un accord de coopération bilatérale entre les institutions de la radio et de la télévision turque et tunisienne ainsi que qu’un accord concernant la sécurité sociale entre les deux parties.

par -
La Turquie a accordé à la Tunisie un crédit de 500 millions de dollars dont 100 millions $ de don octroyé sous forme d’équipements

La Turquie a accordé à la Tunisie un crédit de 500 millions de dollars dont 100 millions $ de don octroyé sous forme d’équipements, a annoncé le vice-premier minstre turc, Basir Atalay, à l’issue d’un entretien, à la Kasbah, avec le chef du gouvernement, Ali Laarayedh.

Le reste du montant sera débloqué prochainement, a-t-il précisé, affirmant que son pays ne ménagera aucun effort pour soutenir la Tunisie dans divers domaines, notamment financier et logistique.

Le vice-premier ministre turc se trouve en Tunisie pour préparer la visite qu’effectuera prochainement le chef du gouvernement turc, Recep Tayyip Erdogan.

par -
Les structures sécuritaires et les collectivités locales relevant du ministère de l'Intérieur ont reçu un don du gouvernement turc consistant 

Les structures sécuritaires et les collectivités locales relevant du ministère de l’Intérieur ont reçu un don du gouvernement turc consistant en 434 véhicules et engins de voirie, soit 296 véhicules ( bus, des voitures, des pick-up et des motocyclettes à l’usage des structures sécuritaires), 146 camions bennes, camions de voirie, tracteurs et autres types de matériel.

Ce don d’une valeur de près de 65 millions de dinars , contribuera à accroître le potentiel du ministère de l’Intérieur, à soutenir ses efforts et à aider ses structures à améliorer la qualité de ses prestations de services.

La remise du don a été marquée par une cérémonie tenue, lundi, au Palais des congrès de Tunis, sous la présidence du chef du Gouvernement provisoire, Ali Larayedh, et en présence du ministre de l’Intérieur, Lotfi Ben Jeddou et du Vice- Premier ministre turc Bakar Bozdag, en visite de deux jours en Tunisie.

par -
Dans un communiqué qui fait suite à toute la polémique

Dans un communiqué qui fait suite à toute la polémique, née du Prix décerné par la Turquie à Saida Agrebi, l’Ambassade de la République de Turquie a diffusé ce communiqué à l’attention de l’opinion publique tunisienne, dans lequel elle justifie la participation de «la citoyenne tunisienne Saida Agrebi en tant que représentante de l’Organisation Mondiale de la Famille au panel sur « la famille et les politiques sociales », organisé les 2 et 3 janvier 2013, à Ankara par le ministère de la Famille et des Politiques Sociales », par le fait que «le ministère de la Famille et des Politiques Sociales, agissant dans le seul but d’organiser une activité relative à la famille, n’était pas au courant du passé de Saida Agrebi en Tunisie ».Il ajoute que, «si c’était le cas, sa participation n’aurait été autorisée en aucun cas ». Manifestement, l’ambassadeur de Turquie en Tunisie, ne lisait pas les journaux tunisiens où ne résiderait pas tout simplement sur le territoire tunisien ! Son interdiction de voyage et le tollé général qui avait accompagné un de ses passages à Paris, avaient pourtant fait largement les Unes de toute la presse locale et même étrangère !

Le communiqué précise que «suite à la démarche effectuée par l’Ambassade de Tunisie à Ankara auprès du ministère des Affaires étrangères, l’après-midi du 2 janvier 2013, les autorités turques de sécurité et de justice compétentes ont été rapidement prévenues; et un processus juridique a été entamé pour la mise en œuvre du bulletin de l’Interpol issu à l’encontre de Saida Agrebi suite à la demande des autorités tunisiennes ». A moins que ce ne soient les autorités tunisiennes qui n’auraient pas émis de bulletin international de recherche, manifestement, le ministère turc de l’Intérieur n’avait pas reçu, n’avait pas lu ou simplement égaré, le bulletin de recherche tunisien diffusé sur Interpol.

par -
Les deux Tunisiens arrêtés en Turquie sur des soupçons d’implication dans l’assassinat de l’ambassadeur des Etats-Unis à Benghazi

Les deux Tunisiens arrêtés en Turquie sur des soupçons d’implication dans l’assassinat de l’ambassadeur des Etats-Unis à Benghazi, ont été relâchés et sont en instance d’expulsion après avoir été établi qu’ils n’ont aucun lien avec les événements de Benghazi, le mois dernier, annonce le journal turc « Milliyet ».

Les deux Tunisiens ont été interrogés par les enquêteurs de la brigade de lutte anti-terroriste eu égard au fait que leurs noms figurent sur la liste des personnes soupçonnées d’être impliquées dans l’assassinat du diplomate américain, liste établie par la CIA.

Les autorités turques avaient interpellé les deux Tunisiens, jeudi soir, à l’aéroport Atatürk alors qu’ils tentaient d’entrer en Turquie avec de faux passeports. 

par -
Les relations de coopération  entre la Tunisie et la Turquie connaissent des avancées inédites ! Il semble qu’un nouvel élan soit en train d’etre  donné aux rapports tuniso-turcs

Les relations de coopération entre la Tunisie et la Turquie connaissent des avancées inédites ! Il semble qu’un nouvel élan soit en train d’etre donné aux rapports tuniso-turcs, notamment après la Révolution. Mardi, 17 juillet, 2012, un accord de coopération a été signé entre le ministère du Développement régional et de la Planification et le ministère de Développement turc. Ont procédé à la signature de cet accord, Jameleddine Gharbi et Cevdet Yilmaz. Un programme de coopération au développement a été convenu entre les deux ministères, et ce suite à plusieurs visites effectuées entre les deux pays. La dernière en date est celle faite , début mars, en Turquie par le ministre du Développement régional. Durant cette rencontre, la Tunisie a exposé à la partie turque plusieurs difficultés relatives à l’emploi, à la pauvreté, à l’équilibre régional et la compétitivité de l’économie tunisienne.

Ces visites ont été couronnées par un projet de coopération au développement concernant 6 axes de coopération, à savoir le cadre macro-économique et l’emploi, le système d’incitation à l’investissement, le développement régional, la coopération interrégionale, la démocratie locale et les ONG et le soutien social.

En chiffres, 500 millions de dollars est le montant qui sera débloqué par la Turquie pour un programme de coopération au développement de la Tunisie. 100 millions de dollars seront déboursés sous forme de don, tandis que 400 millions de dollars seront alloués sous forme d’un prêt remboursable à long terme.

Sur les domaines d’intervention, la Turquie a laissé le soin au gouvernement tunisien d’identifier ses besoins et définir ses priorités. La signature de l’accord financier n’est pas été encore effectuée, mais cela ne va pas prendre du temps, selon le ministre turc.

Cevdet Yilmaz a indiqué également que l’Agence turque de coopération internationale (TIKA) ouvrira, prochainement, son premier bureau à Tunis. Les démarches et les procédures pour le lancement officiel de cette antenne sont en cours.

Sur les domaines qui ont été déjà identifiés, la macroéconomie et l’emploi viennent en tête des projets envisagés. Cette coopération se focalisera principalement sur la formation dans les domaines de la modélisation, la planification et l’organisation, entre autres, des visites et des études de concert avec les établissements concernées. En ce qui concerne l’emploi, l’objectif est de partager les expériences des programmes turcs visant à accroître l’accès à l’emploi et le développement d’un programme de coopération pour le marché de l’emploi et de la formation professionnelle.

Le système d’incitation à l’investissement se présente aussi comme un grand axe de développement pour la Tunisie. Selon Jameleddine Gharbi, le code actuel d’incitation à l’investissement n’a pas pu absorber le chômage et valoriser les ressources naturelles du pays, d’où la nécessité de pousser les investissements vers des secteurs innovateurs. Selon lui, il existe actuellement en Tunisie, plus que 6 mille projets d’investissement public qui sont à la recherche d’un partenariat, dont plus que 100 mégaprojets.

Au sujet du développement régional, l’accord signé stipule le développement de la capacité régionale institutionnelle, la coopération locale à travers le développement de politiques régionales. Il s’agit aussi de partager les expériences entre le deux pays, notamment, en ce qui concerne la collecte et le stockage des données, le traitement et l’analyse des données. En effet, 30% des statistiques sont collectées par l’INS, alors que 60% par des agences affiliées aux différents ministères, d’où un programme pour la mise en place de moyens pour le regroupement de l’ensemble des organes de la statistique et des données indicatrices.

La coopération tuniso-turque, c’est aussi la coopération interrégionale, visant à réaliser des projets à intérêt commun. Des visites d’études seront effectuées pour discuter de l’opportunité d’implémenter ce programme à la lumière de l’expérience turque avec d’autres pays.

Ainsi, le programme de coopération est basé sur la formation, l’assistance technique et le partage d’expériences en vue der renforcer la coopération bilatérale entre les deux pays. Ce programme associe le secteur public, privé et la société civile des deux pays. Le programme présente aussi des opportunités de réaliser des projets à intérêt commun grâce notamment à l’axe de la coopération interrégionale.

Plusieurs autres axes de coopération seront discutés ultérieurement, selon les commentaires des structures concernées.

Khadija Taboubi

par -
Les relations de coopération  entre la Tunisie et la Turquie connaissent des avancées inédites ! Il semble qu’un nouvel élan soit en train d’etre  donné aux rapports tuniso-turcs

Les relations de coopération entre la Tunisie et la Turquie connaissent des avancées inédites ! Il semble qu’un nouvel élan soit en train d’etre donné aux rapports tuniso-turcs, notamment après la Révolution. Mardi, 17 juillet, 2012, un accord de coopération a été signé entre le ministère du Développement régional et de la Planification et le ministère de Développement turc. Ont procédé à la signature de cet accord, Jameleddine Gharbi et Cevdet Yilmaz. Un programme de coopération au développement a été convenu entre les deux ministères, et ce suite à plusieurs visites effectuées entre les deux pays. La dernière en date est celle faite , début mars, en Turquie par le ministre du Développement régional. Durant cette rencontre, la Tunisie a exposé à la partie turque plusieurs difficultés relatives à l’emploi, à la pauvreté, à l’équilibre régional et la compétitivité de l’économie tunisienne.

Ces visites ont été couronnées par un projet de coopération au développement concernant 6 axes de coopération, à savoir le cadre macro-économique et l’emploi, le système d’incitation à l’investissement, le développement régional, la coopération interrégionale, la démocratie locale et les ONG et le soutien social.

En chiffres, 500 millions de dollars est le montant qui sera débloqué par la Turquie pour un programme de coopération au développement de la Tunisie. 100 millions de dollars seront déboursés sous forme de don, tandis que 400 millions de dollars seront alloués sous forme d’un prêt remboursable à long terme.

Sur les domaines d’intervention, la Turquie a laissé le soin au gouvernement tunisien d’identifier ses besoins et définir ses priorités. La signature de l’accord financier n’est pas été encore effectuée, mais cela ne va pas prendre du temps, selon le ministre turc.

Cevdet Yilmaz a indiqué également que l’Agence turque de coopération internationale (TIKA) ouvrira, prochainement, son premier bureau à Tunis. Les démarches et les procédures pour le lancement officiel de cette antenne sont en cours.

Sur les domaines qui ont été déjà identifiés, la macroéconomie et l’emploi viennent en tête des projets envisagés. Cette coopération se focalisera principalement sur la formation dans les domaines de la modélisation, la planification et l’organisation, entre autres, des visites et des études de concert avec les établissements concernées. En ce qui concerne l’emploi, l’objectif est de partager les expériences des programmes turcs visant à accroître l’accès à l’emploi et le développement d’un programme de coopération pour le marché de l’emploi et de la formation professionnelle.

Le système d’incitation à l’investissement se présente aussi comme un grand axe de développement pour la Tunisie. Selon Jameleddine Gharbi, le code actuel d’incitation à l’investissement n’a pas pu absorber le chômage et valoriser les ressources naturelles du pays, d’où la nécessité de pousser les investissements vers des secteurs innovateurs. Selon lui, il existe actuellement en Tunisie, plus que 6 mille projets d’investissement public qui sont à la recherche d’un partenariat, dont plus que 100 mégaprojets.

Au sujet du développement régional, l’accord signé stipule le développement de la capacité régionale institutionnelle, la coopération locale à travers le développement de politiques régionales. Il s’agit aussi de partager les expériences entre le deux pays, notamment, en ce qui concerne la collecte et le stockage des données, le traitement et l’analyse des données. En effet, 30% des statistiques sont collectées par l’INS, alors que 60% par des agences affiliées aux différents ministères, d’où un programme pour la mise en place de moyens pour le regroupement de l’ensemble des organes de la statistique et des données indicatrices.

La coopération tuniso-turque, c’est aussi la coopération interrégionale, visant à réaliser des projets à intérêt commun. Des visites d’études seront effectuées pour discuter de l’opportunité d’implémenter ce programme à la lumière de l’expérience turque avec d’autres pays.

Ainsi, le programme de coopération est basé sur la formation, l’assistance technique et le partage d’expériences en vue der renforcer la coopération bilatérale entre les deux pays. Ce programme associe le secteur public, privé et la société civile des deux pays. Le programme présente aussi des opportunités de réaliser des projets à intérêt commun grâce notamment à l’axe de la coopération interrégionale.

Plusieurs autres axes de coopération seront discutés ultérieurement, selon les commentaires des structures concernées.

Khadija Taboubi

par -
Un accord de coopération entre la Tunisie et la Turquie a été signé

Un accord de coopération entre la Tunisie et la Turquie a été signé, mardi 17 juillet 2012, entre le ministre du développement régional et de la Planification, Jameleddine Gharbi et le ministre turc de Développement, Cevdet Yilmaz.

L’accord s’articule autour d’un projet de coopération au développement concernant 6 axes de coopération, à savoir le cadre macro-économique et l’emploi, le système d’incitation à l’investissement, le développement régional, la coopération interrégionale, la démocratie locale et les ONG et le soutien social.

par -
La Turquie va former des unités de sécurité et de renseignement dans la Tunisie postrévolutionnaire

La Turquie va former des unités de sécurité et de renseignement dans la Tunisie postrévolutionnaire,  a annoncé le vice-Premier ministre Besir Atalay, dans une déclaration au journal turc Zaman où il a indiqué que la Turquie joue un rôle actif dans la reconstruction du Moyen-Orient, théâtre d’une  vague de changements suite aux révolutions du Printemps arabe.

Jeudi, à Ankara, un accord de coopération de sécurité a été signé entre les ministres tunisien et turc de l’Intérieur.

Le ministre turc de l’Intérieur, Idris Naim Şahin, a affirmé la volonté de la Turquie d’apporter une assistance aux forces de sécurité tunisiennes dans tous les domaines.

L’accord de coopération prévoit la  lutte commune  contre les crimes comme le terrorisme, le crime organisé, l’immigration clandestine, la traite des êtres humains et le trafic illicite de drogue.

« Nous considérons la Tunisie comme une passerelle pour la Turquie sur le continent africain, et dans le cadre de notre interaction avec l’Afrique, nous cherchons à développer la coopération avec la Tunisie  dans tous les domaines, » a noté Şahin.

Le ministre tunisien de l’Intérieur, Ali Laareydh, a souligné, pour sa part,  que d’autres  d’accords entre la Turquie et la Tunisie sont  à l’ordre du jour,  visant à aider  la Tunisie dans ses efforts de restructuration.

par -
La confédération des Entreprises Citoyennes de Tunisie organise en collaboration avec la FIPA

La confédération des Entreprises Citoyennes de Tunisie Conect, organise en collaboration avec le FIPA (Foreign Investment Promotion agency), le « Forum d’Investissement et de partenariat dans le Secteur Textile et Habillement  en Turquie du 22 au 25 Avril 2012

Selon la Conect, cette mission a pour objet la mise en relation des responsables et d’hommes et femmes d’affaires dans le secteur textile, habillement et activités annexes. Des séances B to B ainsi que des visites d’usines sont prévues dans le programme.

par -
Dans une déclaration faite à l’hebdomadaire tunisien «Al Ossbouii»

Dans une déclaration faite à l’hebdomadaire tunisien «Al Ossbouii», le ministre tunisien délégué chez le chef du Gouvernement et chargé des dossiers économiques, a indiqué «il y a une coopération entre les deux pays, dans le domaine touristique, à travers l’orientation d’une partie des touristes qui vont vers le Turquie et leur nombre est de 30 millions touristes, vers le Tunisie». On devrait ainsi croire Ridha Saïdi qui affirme que les Turcs vont donner leurs touristes et ce qu’ils lui rapportent en devises, à la Tunisie. عيش بالمنى يا كمون   dirait le proverbe tunisien !

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Les craintes n’ont pas lieu d’être et l’Etat n’est pas au bord de la faillite, a assuré le ministre conseiller auprès du chef du...

AFRIQUE

AFC s'apprête à investir 30 millions d'EUR dans des améliorations essentielles apportées à l'infrastructure de transport de la Guinée

Africa Finance Corporation (AFC), une grande institution multilatérale panafricaine de financement et de développement de projets, annonce aujourd'hui ses résultats pour l'exercice financier 2016.Une...

SPORT