Tags Posts tagged with "Tunisie, UGTT, gouvernement,"

Tunisie, UGTT, gouvernement,

par -
Nul doute que le pouvoir d’achat des classes sociales

Nul doute que le pouvoir d’achat des classes sociales, les plus faibles et la moyenne, s’est érodé. Nul doute aussi que l’inflation n’a jamais grimpé si haut (6 %), depuis le départ de Ben Ali (4,4%). Il est enfin un fait indéniable que l’année 2013 s’était passée sans augmentations salariales et que c’était l’année des hausses des prix et celle de la contrebande par excellence. Mais 2013 fut aussi l’année de toutes les dépenses sociales, du peu de travail, de la baisse de la productivité et l’année surtout de tous les déséquilibres financiers et budgétaires.

Avant même qu’il ne prête serment devant le chef de l’Etat, la Commission Administrative de l’UGTT, principale centrale syndicale en Tunisie, appelait à l’ouverture d’un nouveau round de négociations sociales. Objet : une nouvelle augmentation salariale. Ce jeudi 30 janvier 2014 encore, le SG adjoint de l’UGTT, Hfaiedh Hfaiedh, le confirmait sur les ondes d’une radio privée.

Le jour même où l’ensemble du gouvernement prêtait serment, les syndicalistes de Sfax annonçaient une grève générale de deux jours. Le plus étrange est que l’objet de cette grève est la demande du respect de la feuille de route, tel que le rapporte la presse locale.

Le jour où le nouveau ministre des Domaines de l’Etat devait prendre ses fonctions, les employés du ministère débutaient une grève. Mardi 24 décembre 2013, les cadres et agents du ministère des Domaines de l’Etat et des Affaires foncières se sont mis en grève pour revendiquer la mise en exécution de l’accord relatif à la subvention incitative.

Une journée après que les nouveaux ministres ont été investis de leurs nouvelles fonctions, les instances régionales de l’UGTT à Médenine annoncent des grèves générales dans la région, le 10 février 2014, selon une déclaration du secrétaire général adjoint de l’UGTT de Médenine, Messaoud Labiadh à la TAP. Cette action vient en signe de protestation à des échos sur l’annulation ou la modification du projet d’implantation d’une faculté de médecine dans la région, comme cela a été décidé dans un conseil ministériel.

Ces quatre évènements sociaux n’ont peut-être aucun lien l’un avec l’autre. Ils n’en sont pas moins la preuve d’une nouvelle montée de la fièvre sociale à la veille de l’installation d’un nouveau gouvernement. Un gouvernement, pourtant issu d’une initiative politique de la centrale syndicale autour de laquelle s’était créé le Quartet et qui a donné lieu à la feuille de route qui a débouché sur un nouveau gouvernement.

Des observateurs avertis de la scène politique et sociale tunisienne, ainsi que plus d’un nouveau ministre que nous avons pu rencontrer, se posent cette question : «qu’est-ce qu’il lui prend à l’UGTT ?». L’un d’eux s’était demandé si «l’UGTT n’était pas en fait en train de saboter et de désavouer le gouvernement qu’elle a aidé à mettre en place».

Parti politique de gauche avant toute autre formation politique de ce genre, le rôle de la centrale syndicale ouvrière dans la révolution de janvier 2011, fait l’unanimité en Tunisie. L’UGTT a même été la couverture syndicale et le chapiteau qui a protégé toutes les personnalités et les formations politiques pendant les 20 dernières années du régime de Ben Ali. Force est cependant d’ajouter que «la révolution est montée à la tête» de l’UGTT qui s’est, depuis la révolution, transformée carrément en parti politique d’opposition sans le dire. Son rôle de moteur de toute contestation populaire, pendant les années de plomb et de sang du règne d’Ennahdha en a fait la pièce maîtresse de tout l’échiquier politique et social. Sa participation à la solution politique de la crise de 2013 où son image s’est gonflée démesurément en face du reste du Quartet, ont, à notre sens, fini par transformer l’UGTT, par essence une organisation syndicale, en une force sociale, courtisée par tous les partis politique, crainte par les deux gouvernements successifs d’Ennahdha.

L’UGTT est consciente de cette force, parfois trop. Comme Ennahdha, la centrale syndicale a aussi ses colombes, ses faucons et même ses loups. Comme l’ancien parti au pouvoir, elle ne tient toujours pas ses différentes ailes, et certaines, comme celle de Gafsa, lui échappent carrément. Il n’est pas faux de dire que ce sont ces « débordements de l’exercice du syndicalisme et la protestation et ses dommages collatéraux, qui ont précipité par exemple, la compagnie de phosphate de Gafsa dans l’état perte où elle se trouve ». Tout cela, dans un environnement où la Tunisie de l’après Ben Ali vit une crise économique grave et où des voix de plus en plus aiguës prônent la remise en question de certains choix économiques comme le libéralisme ou le rôle de l’investissement privé dans l’économie tunisienne. Tout cela nous fait dire que l’UGTT, c’est bien. En abuser, ça craint.

Khaled Boumiza

par -
Une réunion aura lieu avec des membres du gouvernement pour trouver des solutions urgentes à la situation actuelle

« Une réunion aura lieu avec des membres du gouvernement pour trouver des solutions urgentes à la situation actuelle », a déclaré Houcine Abassi secrétaire général de l’UGTT à Shems fm.

En ce qui concerne sa rencontre avec le chef du gouvernement, Houcine Abassi a précisé qu’il avait trouvé en Hamadi Jebali une personne pausée et réfléchie et en interaction avec les revendications.

par -
Le Gouvernement a récemment  demandé à l’UGTT de consentir des sacrifices à l’effet de contribuer à la réduction de l’endettement 

Le Gouvernement a récemment  demandé à l’UGTT de consentir des sacrifices à l’effet de contribuer à la réduction de l’endettement et du déficit courant qui a atteint 8,3%, déficit imputé aux augmentations des salaires et à la compensation des produits de base, rapporte Attounssia.

Y répondant, la centrale ouvrière, selon des sources citées par le site, a affirmé que  la hausse excessive des prix et la situation économique et sociale actuelle n’autorisent pas des sacrifices en termes de jours de travail. L’UGTT se propose de signifier au gouvernement, lors des prochaines rencontres, que l’instauration d’un système fiscal équitable est la seule de nature à fonder la justice entre les couches sociales, d’autant que les dernières augmentations salariales n’ont couvert qu’une part infime de la détérioration du pouvoir d’achat.

Les mêmes sources ajoutent que l’organisation syndicale mettra en garde le Gouvernement contre toute atteinte à la compensation des produits de base, car, estime-telle, toute révision des prix des produits de base nuira directement aux couches les plus pauvres.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Il confesse que l’augmentation du résultat de la BNA ne vient pas que de l’exploitation. Mais il donne des explications qui tiennent la route....

AFRIQUE

Au Maroc la lutte contre la corruption est dans toutes les têtes, notamment dans celles des autorités, comme du reste en Tunisie en ce...

SPORT