Tags Posts tagged with "Tunisie, UGTT, LPR, Ennahdha,"

Tunisie, UGTT, LPR, Ennahdha,

par -
Le rapport final de la commission d'enquête et d'investigation sur les événements survenus

Le rapport final de la commission d’enquête et d’investigation sur les événements survenus, place Mhamed Ali à Tunis, le 4 décembre 2012, élaboré par l’Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT), a affirmé « l’implication des ligues de protection de la révolution (LPR) et des partisans d’Ennahdha ».

Le document présenté lors d’une conférence de presse samedi au siège de l’UGTT à Tunis cite deux rapports présentés par le ministère de l’Intérieur ainsi que des enregistrements vidéos de la scène des incidents place Mohamed Ali, réalisés par le ministère de l’Intérieur, des chaînes de télévision et des caméras de l’UGTT. Il s’agit aussi de films vidéo diffusés sur les réseaux sociaux, tel que « facebook ».

La présentation du rapport, qui fait référence à des témoignages et à un recoupement de scènes où apparaissent les agresseurs de l’UGTT, a été aussi argumentée par la projection de films vidéos des incidents du 4 décembre.

Au moment de la conférence de presse, un important rassemblement de syndicalistes encadré par un important dispositif de sécurité, était présent aux abords du siège de l’organisation syndicale.

Les membres de la commission de l’UGTT ont souligné que le rapport du ministère de l’Intérieur a présenté les événements suivant un ordre chronologique.

Ce rapport évoque la présence d’éléments des Ligues de protection de la révolution des régions d’Ezzahra, Hammam- Lif, Tunis et des partisans du mouvement d’Ennahdha ,place Mhamed Ali et dans les rues avoisinantes lors des événements du 4 décembre 2012. Ils ont indiqué que les préparatifs pour empêcher la commémoration du décès du leader syndicaliste Farhat Hached et les agressions contre l’UGTT « étaient des actes prémédités ».

Les membres de la commission se sont appuyés en cela sur le fait que les agresseurs étaient, avant le déclenchement des violences, organisés en deux groupes.

Un premier groupe de 500 personnes qui se trouvait place Mhamed Ali, a rejoint, après les agressions du siège de l’UGTT, un second groupe de 300 personnes se trouvant place de la Kasbah. « Les membres de ces deux groupes, dont le nombre a été estimé à 800 personnes, ont cherché ensemble à empêcher la manifestation de l’UGTT », ont-ils encore dit.

De son côté, Houssine Abassi, a indiqué que «les campagnes de diffamation et de dénigrement contre l’Union et les syndicalistes cherchent à perturber l’organisation et ses structures et à faire pression pour la contraindre à adopter des choix imposés par les autorités ».

« L’UGTT est une force sociale qui assure un rôle d’équilibre et de consensus à tout moment où des défaillances surgissent dans le pays », a-t-il dit, affirmant que « nul ne peut restreindre le champ d’action de l’UGTT ou la dominer».

INTERVIEW

Il confesse que l’augmentation du résultat de la BNA ne vient pas que de l’exploitation. Mais il donne des explications qui tiennent la route....

AFRIQUE

SPORT

Reseaux Sociaux