Tags Posts tagged with "Tunisie, UIB"

Tunisie, UIB

par -
0
Le 23 septembre dernier

Le 23 septembre dernier, nous écrivions que «le titre de l’Union Internationale de Banques (UIB), a atteint, lors de la séance du 23 septembre 2013, son plus bas niveau de valorisation jamais atteint depuis janvier l’année 2009. En effet, son cours est passé en dessous de la barre des 13 dinars et s’échange aujourd’hui à 12,80 dinars par action, pénalisé par des résultats semestriels pas très excitants, avec une baisse du résultat net de 37,9% par rapport au premier semestre de 2012 ».

– Retour à une fiscalité normale

Sans remettre en question ce qui a été une vérité concernant l’action UIB en bourse, il est important de faire remarquer que le résultat net de la banque s’établissait, au 30 juin dernier, à 11,9 MDT. La banque qui fait toujours, faut-il le noter, l’objet d’un plan de redressement financier que conduit Kamel Néji depuis son rachat par la banque française Société Général (SG) à hauteur de 52 % du capital, reste donc bénéficiaire. Il faut cependant noter aussi que l’UIB n’était pas jusqu’alors assujettie au paiement de l’impôt sur les sociétés. Sans aller jusqu’à dire que ses bénéfices n’étaient pas réels, il faut juste rappeler que cet IS limité au minimum d’impôt, était une des clauses du contrat de rachat de l’UIB par la SG pour l’aider à accomplir le plan de redressement financier. Les actionnaires l’oublient peut-être, mais cette banque souffrait d’une insuffisance de provision de plus de 100 MDT à sa vente en 2002. «Ce n’est qu’à partir de 2013 que l’UIB va amorcer le processus de paiement de l’IS à proportion de ses bénéfices, soit une charge fiscale de 8,8 MDT au 1er trimestre 2013 contre 0,1 MDT de minimum d’impôt», nous informe la direction de l’UIB. Et c’est cette amorce de retour au paiement de l’IS qui a pénalisé le résultat net de la banque qui enregistre, ainsi et pour la première fois, une baisse de 38 %.

Il faut dire, par ailleurs, que l’état de santé de l’UIB, sur les autres compartiments du bilan du 1er semestre 2013, est loin d’être mauvais. Les dépôts de la clientèle ont augmenté de 6,47 %, une évolution qui résulte notamment de la progression de 14,42 % des dépôts d’épargne, lesquels ont atteint 999,95 MDT au 30 juin 2013. L’encours net des crédits à la clientèle a augmenté de 6,49 % par rapport au 30 juin 2012 (+190,44 MDT), ce qui dénote de l’activité de la banque, de la qualité de ses prestations et de sa bonne réputation.

Les produits d’exploitation bancaire, présentés nets des agios réservés, ont, d’ailleurs, atteint 133,727 MDT, au cours du 1er semestre 2013. Un chiffre en progression de +18,419 MDT par rapport au 1er semestre 2012, ce qui correspond à une évolution de +15.97%. Le Produit Net Bancaire en a ainsi atteint le montant de 89,404 MDT, au cours du 1er semestre 2013, contre 79,463 MDT, au cours du 1er semestre 2012, soit une progression de +9,941 MDT correspondant à une évolution de +12,51%.

Et malgré l’augmentation de 4,2 % des frais de personnel, les charges générales d’exploitation étaient en baisse de -3,64%, ce qui a fait passer le RBE (résultat brut d’exploitation) de 33,827 MDT, au cours du 1er semestre 2012, à 42,235 MTND, au cours du 1er semestre 2013. Le RBE de l’UBCI signait ainsi, une évolution de 24,86%. L’effet cumulé de la croissance du Produit Net Bancaire et de la maîtrise des charges générales d’exploitation a permis une amélioration du coefficient d’exploitation (48,67% au 30/06/2013 contre 53,42% au 30/06/2012).

– Un mal pour un bien.

Il est ainsi visible que l’UIB fait de bons résultats et se redresse par rapport à sa situation de pré-privatisation. La banque termine son plan de redressement financier et retrouve de bons ratios bancaires. Son ratio PNB/fonds propres, qui est de 127,5 %, reflète la plus forte optimisation au sein du secteur. Son ROE de 21,2 % est la meilleure moyenne du secteur. Son ratio de liquidité (66,8 %) s’améliore entre 2011 et 2012 et son ratio de solvabilité (10,6 contre 9,7 % en 2011) aussi. Le coût de ses ressources (2,56 %) est l’un des plus faibles du secteur. La banque s’oriente résolument vers le Retail et les crédits à la clientèle signaient une progression moyenne de 18,3 % par an sur les cinq dernières années. Sa part de marché dans les crédits se renforce et passe de 6,34 % en 2008 à 7,30 % l’année dernière. En dépôts, elle passait de 6,37 % à 6,88 % ce qui est remarquable pour une banque qui se redresse et sa marge d’intérêt (25,3 % en moyenne) est la plus forte du marché, selon un benchmark. Son PNB signait, en 2012, la 3ème meilleure progression, son RBE la 4ème meilleure progression et son coefficient d’exploitation (54,4 %) a fait l’évolution la plus remarquable du secteur entre 2008 et 2012.

Il reste que son RN du 1er semestre 2013, a quelque peu flanché. Une lecture à plus long terme nous ferait dire que «c’est un mal pour un bien ». En effet, «la comptabilisation de l’impôt sur les sociétés (IS), à hauteur de 8,8 MDT au titre de ce premier semestre, constitue une marque évidente de la réussite de l’UIB dans sa transition depuis 2008, vers un modèle de croissance équilibré et structurellement sain », nous dit le management de la banque.

Ka. Bou.

par -
0
L’Union Internationale de Banques vient de publier ses indicateurs d’activité au titre du 3ème trimestre 2012.

L’Union Internationale de Banques vient de publier ses indicateurs d’activité au titre du 3ème trimestre 2012.

Le Produit Net Bancaire de la banque a atteint, au 30 septembre 2012, un montant de 120,3 millions de dinars contre 105,2 millions de dinars au 30 septembre 2011, soit une progression de 15,1 millions de dinars correspondant à une augmentation de 14,3%. Cette hausse est imputable à l’effet conjugué de la progression de la marge d’intérêt et celle la marge sur les commissions perçues.

Les charges générales d’exploitation se sont élevées à 14,9 millions de dinars au 30 septembre 2012 contre 14,6 millions de dinars au 30 septembre 2011, soit une hausse de 2,4 %.

L’effet cumulé de l’accroissement du Produit Net Bancaire et de la maîtrise des charges a permis de réaliser une amélioration du coefficient d’exploitation (52,3% au 30 septembre 2012 contre 54,6% au 30 septembre 2011).

Le Résultat Brut d’Exploitation a enregistré, quant à lui, une progression de 9,7 millions de dinars pour atteindre 52,4 millions de dinars au 30 septembre 2012 contre 42,6 millions de dinars au 30 septembre 2011, soit une évolution de 22,8%. En ce qui concerne la collecte des ressources, les dépôts -tous types de clientèle confondus ont augmenté de 15,9 %, au cours des douze derniers mois, atteignant un montant de 2 692,3 millions de dinars (+369,6 millions de dinars). L’UIB clôture le 3ème trimestre 2012 avec un encours net des crédits à la clientèle en hausse de 15,6% par rapport au 30 septembre 2011 (+ 401,4 millions de dinars) pour atteindre 2 967,6 millions de dinars.

par -
0
L’Union Internationale de Banques vient de publier ses indicateurs d’activité au titre du 3ème trimestre 2012.

L’Union Internationale de Banques vient de publier ses indicateurs d’activité au titre du 3ème trimestre 2012.

Le Produit Net Bancaire de la banque a atteint, au 30 septembre 2012, un montant de 120,3 millions de dinars contre 105,2 millions de dinars au 30 septembre 2011, soit une progression de 15,1 millions de dinars correspondant à une augmentation de 14,3%. Cette hausse est imputable à l’effet conjugué de la progression de la marge d’intérêt et celle la marge sur les commissions perçues.

Les charges générales d’exploitation se sont élevées à 14,9 millions de dinars au 30 septembre 2012 contre 14,6 millions de dinars au 30 septembre 2011, soit une hausse de 2,4 %.

L’effet cumulé de l’accroissement du Produit Net Bancaire et de la maîtrise des charges a permis de réaliser une amélioration du coefficient d’exploitation (52,3% au 30 septembre 2012 contre 54,6% au 30 septembre 2011).

Le Résultat Brut d’Exploitation a enregistré, quant à lui, une progression de 9,7 millions de dinars pour atteindre 52,4 millions de dinars au 30 septembre 2012 contre 42,6 millions de dinars au 30 septembre 2011, soit une évolution de 22,8%. En ce qui concerne la collecte des ressources, les dépôts -tous types de clientèle confondus ont augmenté de 15,9 %, au cours des douze derniers mois, atteignant un montant de 2 692,3 millions de dinars (+369,6 millions de dinars). L’UIB clôture le 3ème trimestre 2012 avec un encours net des crédits à la clientèle en hausse de 15,6% par rapport au 30 septembre 2011 (+ 401,4 millions de dinars) pour atteindre 2 967,6 millions de dinars.

par -
0
L'UIB annonce

L’UIB annonce, dans un communiqué de presse, une hausse de 18,3 % de son bénéfice net pour le premier semestre 2012, à 19,3 millions de dinars 16,3 millions de dinars un an plus tôt.

La banque explique que « cette hausse a été soutenue par une activité commerciale dynamique avec des encours de crédits de +15,5 % et des encours de dépôts de 15,8%, ce qui a permis aux revenus et au produit net bancaire d’évoluer à un rythme significatif ».

Selon le communiqué, les résultats annoncés sont en ligne avec ses objectifs contenus dans son plan d’action « Ambition 2015 » censé faire de l’UIB la banque relationnelle, mobilisée au service de ses clients et du financement de l’économie.

par -
0
L’Union Internationale de Banques annonce une augmentation des dépôts -tous types de clientèle confondus- de 16

L’Union Internationale de Banques annonce une augmentation des dépôts -tous types de clientèle confondus- de 16,14 %, au cours des douze derniers mois atteignant un montant de 2 638,4 MTND (+366,5 MTND), ainsi qu’une hausse de  l’encours net des crédits à la clientèle de 15,43 % par rapport au 30 Juin 2011 atteignant un montant de 2 933,2 MTND (+392,2 MTND).

Autre augmentation signalée par l’UIB, celle des produits d’exploitation bancaire, présentés nets des agios réservés, qui ont atteint, au 30 juin 2012, 120,3 MTND (+14,6 MTND), ce qui correspond à une évolution de 13,77%.

Le  Produit Net Bancaire  a atteint, au 30 Juin 2012, un montant de 84,2 MTND contre 69,1 MTND au 30 Juin 2011, soit une progression de +15,1 MTND correspondant à une évolution de +21,76% ; et ce sous l’effet conjugué, de l’accroissement de la marge d’intérêt, de la progression de la marge sur les commissions perçues et de la hausse des revenus du portefeuille titre commercial et d’investissement (qui passe de 5,7 MTND, en juin 2011, à 11,2 MTND, à fin Juin 2012, soit +5,5 MTND).

par -
0
L’Union Internationale de Banques annonce une augmentation des dépôts -tous types de clientèle confondus- de 16

L’Union Internationale de Banques annonce une augmentation des dépôts -tous types de clientèle confondus- de 16,14 %, au cours des douze derniers mois atteignant un montant de 2 638,4 MTND (+366,5 MTND), ainsi qu’une hausse de  l’encours net des crédits à la clientèle de 15,43 % par rapport au 30 Juin 2011 atteignant un montant de 2 933,2 MTND (+392,2 MTND).

Autre augmentation signalée par l’UIB, celle des produits d’exploitation bancaire, présentés nets des agios réservés, qui ont atteint, au 30 juin 2012, 120,3 MTND (+14,6 MTND), ce qui correspond à une évolution de 13,77%.

Le  Produit Net Bancaire  a atteint, au 30 Juin 2012, un montant de 84,2 MTND contre 69,1 MTND au 30 Juin 2011, soit une progression de +15,1 MTND correspondant à une évolution de +21,76% ; et ce sous l’effet conjugué, de l’accroissement de la marge d’intérêt, de la progression de la marge sur les commissions perçues et de la hausse des revenus du portefeuille titre commercial et d’investissement (qui passe de 5,7 MTND, en juin 2011, à 11,2 MTND, à fin Juin 2012, soit +5,5 MTND).

par -
0
L’Assemblée Générale Ordinaire des actionnaires de l’UIB s’est tenue

L’Assemblée Générale Ordinaire des actionnaires de l’UIB s’est tenue, dernièrement, offrant au management l’occasion de passer en revue les principales réalisations au titre de l’exercice 2011. En dépit d’une conjoncture difficile, l’UIB affiche des résultats positifs tant en termes de PNB (+15%) qu’en termes de RBE (+18,43%) et de Résultat Net (+25,57%), signale la Banque.

L’Assemblée Générale Ordinaire a également permis d’échanger sur les perspectives de croissance à court et moyen terme. A cet effet, le Directeur général a réaffirmé la poursuite du trend haussier entamé depuis 2008 et le maintien des objectifs de croissance annoncés dans le Plan Ambition 2015. Il a néanmoins, indiqué qu’à l’instar de ses consœurs, l’UIB se doit de relever les défis qui sont les siens et notamment la levée de contraintes en termes de liquidités.

L’Assemblée a, par ailleurs, été l’occasion d’entériner un plan d’action à même de renforcer la gouvernance de l’UIB qui voit entrer au sein de son Conseil d’Administration deux Administrateurs indépendants et un Administrateur représentant les intérêts du public, ce qui traduit la volonté de l’UIB de préserver les intérêts de l’ensemble des actionnaires.

L’UIB rappelle qu’elle est une banque de référence sur la place financière Tunisienne et qu’elle est, depuis 2002, membre du Groupe Société Générale.

Forte de ses 1300 collaborateurs et d’un fort maillage du territoire, son modèle est celui d’une banque universelle au service d’une clientèle de Particuliers, Professionnels, Entreprises et Associations.

Ses équipes accompagnent au quotidien plus de 400 000 clients autour du métier qu’est la banque de détail.

Quant à la Société Générale, elle est un acteur de premier plan des services financiers en France, en Europe et dans le monde. S’appuyant sur un modèle diversifié de banque universelle, le Groupe emploie 157 000 collaborateurs au service de 33 millions de clients dans 85 pays.

Source : Communiqué

par -
0
L’UIB vient de publier ses indicateurs d’activité. Il en ressort que les dépôts-tous types de clientèle confondus- ont augmenté

L’UIB vient de publier ses indicateurs d’activité. Il en ressort que les dépôts-tous types de clientèle confondus- ont augmenté de 10,23 %, au cours du premier trimestre 2012 par rapport au premier trimestre de l’année 2011 atteignant un montant de 2 521,7 MDT (+234,1 MDT). Par ailleurs, l’encours net des crédits à la clientèle a augmenté de 19,08 % par rapport au 31 mars 2011 (+450,46 MDT).

S’agissant des autres indicateurs, on remarque que l’encours des emprunts et ressources spéciales a atteint 333,030 MDT, au 31 mars 2012, contre 239,433 MDT, à fin mars 2011. Cette variation s’explique, d’une part, par l’émission de deux emprunts obligataires d’un montant global de 101,431 MDT (compte non tenu des dettes rattachées de 1,552 MDT), et d’autre part, par le remboursement de la deuxième échéance de l’emprunt obligataire émis par l’UIB, en juillet 2009, d’un montant de 6,902 MTND, par le remboursement de l’emprunt en dollar auprès de la Société Générale d’un montant de 3,594 MDT et par l’augmentation des ressources spéciales de 1,110 MDT.

Les produits d’exploitation bancaire, présentés nets des agios réservés, ont atteint 58,726 MDT, au 31/03/2012, soit une progression de +8,836 MDT par rapport à la même période de 2011, ce qui correspond à une évolution de +17,71% par rapport, au 31/03/2011.

La marge d’intérêt a atteint 23,680 MDT, au 31 mars 2012 contre 20,311 MDT au 31/03/2011, soit une progression de +16,58%, et ce en dépit d’une baisse des marges appliquées aux crédits, due notamment à l’intensification de la concurrence et à la baisse du taux moyen du marché monétaire au cours des 12 derniers mois.

La marge sur les commissions perçues a augmenté de 29%, au premier trimestre 2012, en passant de 8,2 MDT en mars 2011 à 10,6 MDT, en mars 2012 (soit +2,4 MDT).

L’effet conjugué de l’accroissement de la marge d’intérêt et celle des commissions perçues ainsi que l’accroissement des revenus du portefeuille titre commercial et d’investissement (qui passe de 2,934 MDT en mars 2011 à 6,831 MDT, à fin mars 2012 soit +3,897 MDT) s’est traduit par une amélioration du Produit Net Bancaire qui a atteint, au 31 mars 2012, un montant de 41,111 MDT contre 31,463 MDT, au 31 mars 2011, soit une progression de +9,648 MDT correspondant à une évolution de +30,66%.

par -
0
L’UIB vient de publier ses indicateurs d’activité. Il en ressort que les dépôts-tous types de clientèle confondus- ont augmenté

L’UIB vient de publier ses indicateurs d’activité. Il en ressort que les dépôts-tous types de clientèle confondus- ont augmenté de 10,23 %, au cours du premier trimestre 2012 par rapport au premier trimestre de l’année 2011 atteignant un montant de 2 521,7 MDT (+234,1 MDT). Par ailleurs, l’encours net des crédits à la clientèle a augmenté de 19,08 % par rapport au 31 mars 2011 (+450,46 MDT).

S’agissant des autres indicateurs, on remarque que l’encours des emprunts et ressources spéciales a atteint 333,030 MDT, au 31 mars 2012, contre 239,433 MDT, à fin mars 2011. Cette variation s’explique, d’une part, par l’émission de deux emprunts obligataires d’un montant global de 101,431 MDT (compte non tenu des dettes rattachées de 1,552 MDT), et d’autre part, par le remboursement de la deuxième échéance de l’emprunt obligataire émis par l’UIB, en juillet 2009, d’un montant de 6,902 MTND, par le remboursement de l’emprunt en dollar auprès de la Société Générale d’un montant de 3,594 MDT et par l’augmentation des ressources spéciales de 1,110 MDT.

Les produits d’exploitation bancaire, présentés nets des agios réservés, ont atteint 58,726 MDT, au 31/03/2012, soit une progression de +8,836 MDT par rapport à la même période de 2011, ce qui correspond à une évolution de +17,71% par rapport, au 31/03/2011.

La marge d’intérêt a atteint 23,680 MDT, au 31 mars 2012 contre 20,311 MDT au 31/03/2011, soit une progression de +16,58%, et ce en dépit d’une baisse des marges appliquées aux crédits, due notamment à l’intensification de la concurrence et à la baisse du taux moyen du marché monétaire au cours des 12 derniers mois.

La marge sur les commissions perçues a augmenté de 29%, au premier trimestre 2012, en passant de 8,2 MDT en mars 2011 à 10,6 MDT, en mars 2012 (soit +2,4 MDT).

L’effet conjugué de l’accroissement de la marge d’intérêt et celle des commissions perçues ainsi que l’accroissement des revenus du portefeuille titre commercial et d’investissement (qui passe de 2,934 MDT en mars 2011 à 6,831 MDT, à fin mars 2012 soit +3,897 MDT) s’est traduit par une amélioration du Produit Net Bancaire qui a atteint, au 31 mars 2012, un montant de 41,111 MDT contre 31,463 MDT, au 31 mars 2011, soit une progression de +9,648 MDT correspondant à une évolution de +30,66%.

par -
0
L’encours net des crédits  de l’UIB à la clientèle a augmenté de 18

L’encours net des crédits de l’UIB à la clientèle a augmenté de 18,86 % au cours de l’année 2011 atteignant un montant de 2732,7 MTND (+433,5 MTND). Cette évolution prend racine entre autres dans le renforcement des capitaux propres et le maintien du ratio de couverture des risques. L’UIB a été active en 2011 sur les deux principaux segments du marché du crédit, à savoir, les particuliers et les entreprises.

Les dépôts -tous types de clientèle confondus- ont progressé de 8,89 % au cours de l’année 2011 atteignant un montant de 2 450,9 MTND (+200,1 MTND) , leur structure ayant subi des changements traduisant la nouvelle donne économique durant l’année 2011.

Au cours de la période allant de janvier à décembre 2011, les évolutions les plus significatives, pour ce qui est des dépôts à vue, concernent les dépôts à vue en dinars des particuliers et des « Pro/TPE/Associations » qui ont progressé, respectivement, de 13,43% et de 18,32% alors que les dépôts à vue en devises et en dinars convertibles de la clientèle « Pro/TPE/Associations » et des grandes entreprises privées locales qui ont progressé respectivement de 25,70% et 23,87%.

En revanche, et au cours de la même période, l’UIB a été impactée, sous l’effet de la conjoncture, sur le plan des ressources en devises et en dinars convertibles collectées auprès des entreprises multinationales -43,34% et des établissements locaux opérant dans le secteur public -54,56%. Aussi, l’UIB a subi une évolution défavorable des dépôts à vue en dinars collectés auprès des Grandes Entreprises privées locales -26,24%, de la clientèle PME -13,11% et des établissements opérant dans le secteur public -12,83%.

par -
0
L’encours net des crédits  de l’UIB à la clientèle a augmenté de 18

L’encours net des crédits de l’UIB à la clientèle a augmenté de 18,86 % au cours de l’année 2011 atteignant un montant de 2732,7 MTND (+433,5 MTND). Cette évolution prend racine entre autres dans le renforcement des capitaux propres et le maintien du ratio de couverture des risques. L’UIB a été active en 2011 sur les deux principaux segments du marché du crédit, à savoir, les particuliers et les entreprises.

Les dépôts -tous types de clientèle confondus- ont progressé de 8,89 % au cours de l’année 2011 atteignant un montant de 2 450,9 MTND (+200,1 MTND) , leur structure ayant subi des changements traduisant la nouvelle donne économique durant l’année 2011.

Au cours de la période allant de janvier à décembre 2011, les évolutions les plus significatives, pour ce qui est des dépôts à vue, concernent les dépôts à vue en dinars des particuliers et des « Pro/TPE/Associations » qui ont progressé, respectivement, de 13,43% et de 18,32% alors que les dépôts à vue en devises et en dinars convertibles de la clientèle « Pro/TPE/Associations » et des grandes entreprises privées locales qui ont progressé respectivement de 25,70% et 23,87%.

En revanche, et au cours de la même période, l’UIB a été impactée, sous l’effet de la conjoncture, sur le plan des ressources en devises et en dinars convertibles collectées auprès des entreprises multinationales -43,34% et des établissements locaux opérant dans le secteur public -54,56%. Aussi, l’UIB a subi une évolution défavorable des dépôts à vue en dinars collectés auprès des Grandes Entreprises privées locales -26,24%, de la clientèle PME -13,11% et des établissements opérant dans le secteur public -12,83%.

par -
0

Les résultats de l’Union internationale des banques (UIB) montrent, trimestre après trimestre, qu’elle a retrouvé une réelle solidité financière. Elle a vu ses revenus progresser de 27.4 millions de dinars sur un an, pour atteindre 161.1 millions de dinars au 30/09/2011, soit une hausse de 20.50%.

Son Produit Net Bancaire a atteint, au 30 septembre 2011, un montant de 104.5 millions de dinars correspondant à une augmentation de 16.72%.
Les charges générales d’exploitation, s’élevaient  à  13.9 millions de dinars au 30 septembre 2011 contre 13.4 millions de dinars au 30 septembre 2010, soit une hausse de 4.36%.

Les frais de personnel ont atteint,  quant à  eux, 42.6 millions de dinars au 30/09/2011 contre 37 millions de dinars au 30/09/2010, soit une hausse de 15.7%. Cette évolution est en rapport avec les accords salariaux conclus au niveau du secteur applicable à partir du 1er mai 2011, la mise en place d’un système de motivation en lien avec le mérite de chacun et politique de fidélisation des talents.

La croissance du produit net bancaire et la maîtrise des charges  d’exploitation ont permis une amélioration du coefficient d’exploitation qui se situe à 54.11% au 30/09/2011 contre 56.28 % au 30/09/2010.

Quant au résultat brut d’exploitation, il a enregistré une progression de 7.4 millions de dinars pour atteindre  42.9 millions de dinars au 30/09/2011 contre 35.5 millions de dinars au 30//09/2010, soit une évolution de 20.71%.
Dans le domaine de la collecte des ressources, les dépôts ont enregistré une progression de 7.16 sur un an, atteignant un montant de 2322.5 millions. Depuis janvier 2011, l’UIB a vu ses encours de dépôts à vue et d’épargne de la clientèle « particuliers » augmenter respectivement de 13.8% et 7.2% , les dépôts collectés auprès des PME et des TPE, professionnels et associations progresser respectivement de 15.3 % et 21.6%.

L’UIB clôture le 3e trimestre 2011 avec un encours net des crédits à la clientèle en hausse de 17.31% par rapport au 30 septembre 2010.

par -
0

Les résultats de l’Union internationale des banques (UIB) montrent, trimestre après trimestre, qu’elle a retrouvé une réelle solidité financière. Elle a vu ses revenus progresser de 27.4 millions de dinars sur un an, pour atteindre 161.1 millions de dinars au 30/09/2011, soit une hausse de 20.50%.

Son Produit Net Bancaire a atteint, au 30 septembre 2011, un montant de 104.5 millions de dinars correspondant à une augmentation de 16.72%.
Les charges générales d’exploitation, s’élevaient  à  13.9 millions de dinars au 30 septembre 2011 contre 13.4 millions de dinars au 30 septembre 2010, soit une hausse de 4.36%.

Les frais de personnel ont atteint,  quant à  eux, 42.6 millions de dinars au 30/09/2011 contre 37 millions de dinars au 30/09/2010, soit une hausse de 15.7%. Cette évolution est en rapport avec les accords salariaux conclus au niveau du secteur applicable à partir du 1er mai 2011, la mise en place d’un système de motivation en lien avec le mérite de chacun et politique de fidélisation des talents.

La croissance du produit net bancaire et la maîtrise des charges  d’exploitation ont permis une amélioration du coefficient d’exploitation qui se situe à 54.11% au 30/09/2011 contre 56.28 % au 30/09/2010.

Quant au résultat brut d’exploitation, il a enregistré une progression de 7.4 millions de dinars pour atteindre  42.9 millions de dinars au 30/09/2011 contre 35.5 millions de dinars au 30//09/2010, soit une évolution de 20.71%.
Dans le domaine de la collecte des ressources, les dépôts ont enregistré une progression de 7.16 sur un an, atteignant un montant de 2322.5 millions. Depuis janvier 2011, l’UIB a vu ses encours de dépôts à vue et d’épargne de la clientèle « particuliers » augmenter respectivement de 13.8% et 7.2% , les dépôts collectés auprès des PME et des TPE, professionnels et associations progresser respectivement de 15.3 % et 21.6%.

L’UIB clôture le 3e trimestre 2011 avec un encours net des crédits à la clientèle en hausse de 17.31% par rapport au 30 septembre 2010.

Reseaux Sociaux

PRESSE LOCALE

INTERVIEW

0
Le dirigeant d’Ennahdha Abdellatif Mekki appelle à l’organisation d’un dialogue sociétal qui dépassera les partis, les organisations, pour cibler les coordinations des mouvements sociaux....

AFRIQUE

0
Des militaires mutins ont tiré mardi de nombreux coups de feu en l'air dans cinq villes de Côte d'Ivoire, rapporte France24. L'un d'entre eux aurait...

SPORT