Tags Posts tagged with "Unimed"

Unimed

par -

La société Unimed veut étendre ses tentacules en Afrique subsaharienne. Elle a fait savoir, hier jeudi 5 janvier 2017, à travers un communiqué, qu’elle a présenté une offre dans le cadre d’un appel pour une participation majoritaire dans un groupe pharmaceutique qui possède une unité de production et une plateforme d’approvisionnement de l’Afrique de l’Est (Ouganda, Tanzanie, Kenya, Burundi et Rwanda).

Le communiqué précise que la société de Ridha Charfeddine a soumis une offre ferme et est déjà en pourparlers exclusifs avec les actionnaires de ce groupe. L’affaire est donc très bien engagée…

Mais Unimed souligne que la finalisation de cette opération dépendra des conclusions d’investigations qui seront bouclées mi‐février 2017. Elle dépend également de l’aval des directions des deux parties et de celui des autorités dont relève ce secteur…

par -

Au 30 juin 2016, les états financiers intermédiaires de la société Unimed de Ridha Charfeddine a réalisé des revenus de 31,787 MDT contre 29,906 MDT à la fin du premier semestre 2015. Ses charges d’exploitation ayant augmenté de presque 2 MDT et après un IS de 1,265 MDT, le résultat net de la période s’établissait à 7,287 MDT en nette hausse par rapport aux 5,670 MDT de la même période de l’exercice 2015.

Notons par ailleurs que les dividendes payés au cours des 6 premiers mois de 2016 s’élèvent à un montant global de 8,279.359 MDT, alors que les dividendes décidés par l’AGO du 20/06/2016 s’élevaient à 7,889.500 MDT soit 0,310 DT par action (avec un nombre total des actions de 25.450.000). Expliquant cette hausse des dividendes distribués, le management de la société cotée indique dans un communiqué que «l’excédent provient de dividendes décidés précédemment sur des exercices antérieurs et réclamés en 2016 par les actionnaires ».

par -

Dans un communiqué rendu public,  jeudi 11 août 2016, la société UNIMED a nié le moindre rapport avec l’affaire de l’anesthésiant périmé.

Par ailleurs, l’UNIMED a menacé de poursuivre en justice tous ceux qui l’accuseront d’être impliqué, d’une quelconque manière, à cette affaire.

Ce médicament a été fabriqué à l’étranger et la pharmacie centrale demeure la seule partie autorisée à importer et distribuer les médicaments sur les secteur public et privé. Ce médicament a été retiré du marché entre 2014 et 2015, ajoute UNIMED dans ce communiqué.

par -

Le chiffre d’affaires du deuxième trimestre 2016 a connu une croissance de 11,4 % par rapport à celui du deuxième trimestre 2015 en passant de 15.241 KDT à 16,974 MDT. Cela provient essentiellement de l’effet cumulé des hausses du chiffre d’affaires officinal de 10,5%, du chiffre d’affaires export de 34,5% et du chiffre d’affaires de la sous-traitance export de 13,2%.

La production en unités durant le deuxième trimestre 2016 (ampoules, flacons, seringues, poches) a connu une hausse moins importante que celle du chiffre d’affaires, soit 2,2%. Les investissements (incorporels &corporels) ont atteint, à la clôture du deuxième trimestre 2016, un total de 3,121 MDT contre 2,611 MDT pour la même période de l’année 2015, soit une augmentation de 19,5%. Les immobilisations de 2016 se composent essentiellement de l’acquisition d’un terrain pour 785 mille DT, du matériel et outillage industriel pour 1,105 MDT, du matériel de transport pour 321 mille DT et des constructions, installations et agencements pour 404 mille DT.

Notons que la valeur de l’endettement à Long Terme (LT) au 30 juin 2016 s’élève à 2,583 MDT contre 4,486 MDT au 30 juin 2015, soit une baisse de 42%. Cela s’explique d’un côté par le remboursement de l’emprunt bancaire (1.991 KDT par an) et d’un autre côté par l’obtention de nouveaux emprunts leasing. L’endettement à Court Terme a enregistré quant à lui une augmentation de 7,8% provenant essentiellement de la hausse des échéances à moins d’un an sur emprunts leasing.

par -

Je vous prie de trouver ci-après la réponse d’Unimed à l’article publié hier sur votre site web :. Dans cette réponse qui nous est parvenue par mail à travers l’intermédiaire boursier Tunisie Valeur, on lit que « Le résultat définitif de l’exercice 2015 est de 13.076 KDT, contre 12.369 KDT en 2014. Pour ce qui est des modifications de méthodes comptables, elles ont été clairement expliquées dans le rapport du commissaire aux comptes publié au journal « La Presse » du 26 mai 2016 (page 11) ainsi que sur le site du CMF dans la partie dédiée aux états financiers publié le 02 juin 2016 (page 6).

Concernant les pertes ordinaires, leur majeure partie est constituée par la destruction de stocks avec la présence d’un huissier notaire et de deux agents de l’administration fiscale. Cette opération a été également mentionnée dans le rapport du commissaire aux comptes. Ceci est un fait ordinaire pour toute activité industrielle. Notons qu’en 2013, les pertes ordinaires étaient de 127 KDT, et étaient engendrée par la même opération.

Pour ce qui est du redressement fiscal mentionné dans l’article, la remarque du commissaire aux comptes en « post-opinion » a été introduite dans les rapports des exercices 2014 et antérieurs. En effet il s’agit d’un ancien litige fiscal qui est aujourd’hui devant la cour d’appel. Unimed n’aura à payer aucune somme d’argent puisque le montant a déjà été saisi par l’administration. Un jugement de première instance donne droit à Unimed de récupérer un montant de 640 KDT sur les 970 KDT, d’où l’absence d’incidence sur les résultats de l’exercice 2015. »

 

par -

La société Unimed, de l’homme d’affaires Ridha Charfeddine, avait terminé l’exercice 2015 par une baisse assez conséquente de son bénéfice. De 12,3 MDT, le résultat net passait à 9,5 MDT sous l’effet de modifications comptables dont on ne trouvait pas explication. Dans la rubrique «autres pertes ordinaires», on notait cette perte de … 367.323 DT. Un montant important sans aucune explication de la nature de la perte et de ses causes pour une entreprise cotée, surtout que cette perte n’était que de 11.237 DT pendant l’exercice 2014 avant l’entrée en bourse.

Notons par ailleurs cette remarque des commissaires aux comptes d’Unimed, qui soulignent que «suite à une vérification approfondie subie par la société et couvrant les exercices 2004 à 2007, un montant de 970.389 DT a été saisi par l’administration fiscale. En date du 02/04/2014, un jugement de première instance a été prononcé en faveur de la société «Unimed» réduisant le montant de la taxation de 639.238 DT. Ce jugement a été attaqué devant la cour d’appel par la société et par l’administration fiscale. A ce jour, aucun jugement définitif n’a encore été prononcé par la cour d’appel».

par -

A l’UPR (Union Populaire républicaine), parti politique  au Logo sous forme d’avion et présidé par Lotfi Mrayhi, médecin de profession, n’en démord pas dans son offensive contre la société Unimed de Ridha Cherfeddine. C’est ainsi que, dans un dernier communiqué dont nous avons reçu copie, Mrahi réagit à la cérémonie de cotation d’Unimed, en écrivant  que «par la participation du chef du gouvernement mercredi 2 mai à l’introduction en bourse de la firme pharmaceutique Unimed, la présence du chef du gouvernement entouré d’un staff aussi fourni était incongrue avec la nature de l’événement. Néanmoins, le plus grave est que Unimed a été au long des deux derniers mois au milieu d’une grosse controverse».

Et l’UPR de Mrayhi de continuer que «l’affaire du dossier de l’Enoxamed actuellement en instruction doit faire la lumière sur de sérieuses suspicions de favoritisme.. L’instance de suivi et de révision relevant de la présidence du gouvernement avait rendu ses conclusions relatives à ce dossier. Elle a réconforté nos accusations et débouté la société Unimed. Il est à se demander si le chef du gouvernement est au courant des conclusions des instances qui relèvent de son autorité directe? Il semble que dans le présent cas, c’est la logique des accointances qui prévaut».

Selon Lotfi Mrayhi, «ce n’est certainement pas avec cette république des copains et des coquins que l’on combattra la corruption et le favoritisme. Bien au contraire, elle est en voie de leur offrir l’impunité totale marquée du sceau de la dite réconciliation. Cette caste peut vaquer à ses forfaits en toute impunité, en attendant un mouvement populaire salvateur ».

par -

La bourse de Tunis annonce qu’à partir de ce mercredi 4 mai 2016, les 25 450 000 actions, de nominal un dinar chacune, qui composent le capital social actuel de la société UNIMED seront négociables dans les conditions suivantes:

Groupe de cotation    : 11 (continu)

Code Mnémonique    : UMED

Code ISIN                  : TN0007720014

Cours de référence    : 11,800 dinars

Un seul fixing sera programmé à 14h05

Négociation au dernier cours coté: de 14h05 à 14h10

La bourse de Tunis précise que pendant les trois premières séances de cotation de la valeur, la fourchette autorisée est établie en appliquant un pourcentage de fluctuation de ±18% par rapport au cours de référence du jour; aucun pourcentage de fluctuation additionnel n’est autorisé. Durant ces trois séances, il est programmé un seul fixing par séance. Cependant, ajoute-t-elle, dès qu’un cours est établi durant l’une des deux premières séances, ces règles particulières cessent d’être appliquées.

par -

«La société a été sujette à deux vérifications fiscales approfondies couvrant les périodes allant des exercices 2004 à 2007 et des exercices 2008 à 2010. Le premier contrôle fiscal fait encore l’objet de désaccord avec l’administration fiscale pour un montant de 0,970 MDT. Un expert judiciaire a été désigné afin de statuer sur ce désaccord ». C’est ce que rapporte le Commissaire aux comptes d’Unimed, le société de produits pharmaceutiques de Ridha Charfeddine, dans le document de référence publié à l’occasion de son entrée en bourse à Tunis.

Et le Commissaire aux Comptes de préciser, à propos de ce désaccord avec l’Administration fiscale, que «à l’issue d’une demande de restitution de la TVA effectuée par la société, l’administration fiscale a admis la restitution de 2,580 MDT. Cette dernière a bloqué le montant de 0,970 MDT, objet du premier litige, en attendant son dénouement et a restitué à la société le reliquat soit 1,610 MDT ». Selon l’extrait d’opinion du Commissaire aux comptes sur les états financiers d’Unimed pour l’exercice 2014, «à ce jour, aucun jugement n’a encore été prononcé par les tribunaux de cette affaire».

par -

Dans un communiqué, signé par son président Lotfi M’Raihi et dont Africanmanager a reçu copie ce lundi 8 février 2016, le parti politique UPR (Union républicaine populaire) s’attaque directement à la société Unimed, de l’homme d’affaires Ridha Charfeddine, et qui vient récemment de faire demande d’introduction en bourse. L’UPR y porte de graves accusations qui, si elle se vérifiaient, pourraient impacter cette demande de cotation en bourse. Dans son communiqué, l’UPR affirme ainsi qu’il «tient à porter à la connaissance de l’opinion publique des faits prouvés et avérés qui, non seulement suscitent notre inquiétude concernant la rigueur de la gestion des dossiers de santé, mais également en rapport avec des pratiques flagrantes de favoritisme et de copinage ». Il cite d’abord, «le cas de la firme Unimed qui avait présenté de l’aveu même du Ministère de la Santé à la Direction de la Pharmacie et du Médicament (DPM), un dossier incomplet portant sur une héparine dénommée Enoxamed. La directrice en exercice avait refusé de cautionner le dossier auquel manquaient les essais cliniques indispensables pour prouver l’efficacité du produit. Aussitôt limogée, elle est remplacée par une nouvelle directrice qui obtempère. Contre toute bonne logique, une autorisation de mise sur le marché (AMM) du produit est accordée sous réserve de fournir les essais cliniques dans un délai d’un an. Visiblement, il n’y avait aucune urgence puisque l’administration était disposée à attendre un an pour recevoir la preuve d’efficacité d’un produit dont l’intérêt et jusqu’à preuve du contraire restait hypothétique. Fort de cet AMM conditionnée, Unimed postule avec ce dossier pour l’appel d’offre de la pharmacie centrale. Or, non seulement le dossier n’est pas récusé, car il fait concourir un produit dont l’efficacité n’a pas encore été prouvée, mais il remporte l’appel d’offre. Le samedi 6 février alors que le délai d’un an fixé par la DPM avait expiré, une commission technique est convoquée un jour de congé administratif pour légitimer ces pratiques ».

Plus grave encore, l’UPR affirme que «la quasi-majorité des médicaments génériques commercialisés n’ont jamais fait la preuve de leur bioéquivalence, c-à-d de leur efficacité clinique, comme l’exigent toutes les recommandations nationales et internationales. De ce fait, il se pourrait qu’ils soient d’efficacité variable voire inefficaces.  Ce manquement incombe entièrement au Ministère de la Santé Publique qui a négligé de mettre en application la législation encadrant les tests de bioéquivalence traitant ainsi avec une légèreté déconcertante la santé des tunisiens ».

Et l’UPR de M’Raihi de continuer ses dangereuses révélations, en indiquant que «suite à l’arrêt de production sur le site des laboratoires Stallergènes, les patients allergiques sont privés des vaccins de désensibilisation. Cette suspension est préjudiciable au traitement de milliers d’allergiques. Un monopole de fait a été soit toléré soit encouragé et que rien ne justifie ce qui laisse planer des doutes sur la probité de ceux qui l’ont permis ». Le parti politique de M’Raihi franchit ensuite le pas, indiquant qu’il «n’a aucune confiance dans la volonté des institutions politiques pour lutter contre  cette nébuleuse où la corruption, le favoritisme et la mal-gouvernance font bon ménage » et annonce son intention de «porter ces affaires devant les autorités judiciaires afin que la vérité soit faite ». A suivre !

par -

«L’intermédiaire en Bourse Tunisie Valeurs a déposé à la Bourse de Tunis, le 27/01/2016, une demande d’admission de la société UNIMED, au Marché Principal de la Cote. Après instruction, ce dossier sera présenté au Conseil d’Administration». C’est ce que rapporte le site de la bourse de Tunis. Unimed est l’entreprise de médicaments du président du club de Footbal de l’Etoile Sportive du Sahel. Ridha Chardeddine est l’homme d’affaire qui avait survécu, l’été dernier, à une t(entative d’assassinat.

INTERVIEW

Le PDG de la BIAT, Mohamed Agrebi, a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs questions dont principalement la stratégie...

AFRIQUE

Des avions de guerre ont bombardé lundi la ville de Derna, ville côtière de l'Est libyen, a annoncé un témoin à Reuters, dans la...

Reseaux Sociaux