Tags Posts tagged with "UTAP, moutonne"

UTAP, moutonne

par -
Selon le ministère du Commerce

Selon le ministère du Commerce, le choix de la Tunisie du marché espagnol pour l’importation des ovins se justifie par la ressemblance des races de moutons dans les deux pays et par la similarité des conditions climatiques prévalant dans les deux pays.

Le premier arrivage des 6 mille têtes de moutons de l’Aïd, made in Spain, est arrivé, le mercredi 25 septembre 2013. Les autres lots sont attendus pour aujourd’hui 30 septembre. Le prix de vente étant fixé à 9 dinars pour le kilo, le prix de vente variera de 270 à 400 dinars par tête d’ovin.

La nourriture de ces bêtes destinées aux sacrifices, selon la même source, est soumise aux normes internationales et se compose principalement de, mais et de soja. Toutefois, dans une déclaration plus au moins « choquante » pour plusieurs Tunisiens, l’homme d’affaires tunisien Mohamed Ayachi Al Ajroudi a déclaré au journal Al Anouar, que les ovins importés d’Espagne consomment les cadavres de porcs.

Pour vérifier la crédibilité de cette information nous avons contacté Mohamed Zarrouk, vice-président de L’organisme de la défense du consommateur (ODC) qui a démenti catégoriquement ces propos tout en affirmant que « une commission spécialisée composée de vétérinaires très compétents s’est rendue récemment en Espagne pour s’assurer de l’importation des moutons de l’Aïd el Idha. Ces allégations sont dénuées de tout fondement. Et d’ajouter que la décision concernant l’importation des ovins a pour objectif de réguler le marché.

En ce qui concerne l’appel du syndicat national des imams Tunisiens à boycotter le mouton de l’Aïd à cause du prix élevé des ovins et en raison du pouvoir d’achat des tunisiens qui est en chute libre, le vice-président de l’ODC a déclaré que seule la déclaration du Mufti de la République a valeur de référence et est officielle et sera prise en considération.

L’UTAP mécontente des ovins espagnols !

En réaction à la décision du ministère du Commerce concernant l’importation des moutons, l’Union Tunisienne de l’Agriculture et de la Pêche (UTAP), a déclaré que la production nationale en cheptel et notamment en moutons, est tout à fait en mesure de répondre à la demande occasionnée par Aïd El Idha.

Il s’agit, selon la même source, d’une décision « arbitraire » qui n’émane d’aucune réflexion, ni d’étude de l’état du marché des moutons dans le pays. L’organisation a dénoncé une totale absence d’imposition fiscale sur ces importations. « C’est un grand point d’interrogation! Les producteurs de cheptel étrangers sont favorisés et ont la priorité par rapport aux producteurs tunisiens.

Et d’ajouter : « il est vrai qu’une importation détaxée aura un impact sur les prix des moutons et profitera par conséquent aux consommateurs. Mais il ne faut pas non plus léser les producteurs locaux, au bénéfice de concurrents étrangers! », affirme la même source.

Boycottez le mouton de l’Aïd !

Depuis quelques semaines, l’importation des ovins espagnols a suscité une vive polémique notamment sur les réseaux sociaux. D’ailleurs, une page « Boycottez le mouton de l’Aïd » vient d’être créée pour dénoncer les dépenses de devises dans un pays en pleine crise. Cette page appelle, sur un autre volet, à gérer les problèmes de fourrage et de sécheresse des éleveurs tunisiens au lieu de les mettre en concurrence avec les éleveurs espagnols, subventionnés.

Il convient de rappeler que la Tunisie a importé, l’année dernière, quelque 100 000 moutons de Roumanie. Les prix de vente des moutons roumains variaient entre 240 DT et 350 DT. Selon des informations relayées sur les réseaux sociaux, plusieurs Tunisiens se plaignaient du goût du mouton roumain, ajoutant que de nombreux ovins roumains avaient péri en mer durant le voyage.

N.B.T

par -
Selon le ministère du Commerce

Selon le ministère du Commerce, le choix de la Tunisie du marché espagnol pour l’importation des ovins se justifie par la ressemblance des races de moutons dans les deux pays et par la similarité des conditions climatiques prévalant dans les deux pays.

Le premier arrivage des 6 mille têtes de moutons de l’Aïd, made in Spain, est arrivé, le mercredi 25 septembre 2013. Les autres lots sont attendus pour aujourd’hui 30 septembre. Le prix de vente étant fixé à 9 dinars pour le kilo, le prix de vente variera de 270 à 400 dinars par tête d’ovin.

La nourriture de ces bêtes destinées aux sacrifices, selon la même source, est soumise aux normes internationales et se compose principalement de, mais et de soja. Toutefois, dans une déclaration plus au moins « choquante » pour plusieurs Tunisiens, l’homme d’affaires tunisien Mohamed Ayachi Al Ajroudi a déclaré au journal Al Anouar, que les ovins importés d’Espagne consomment les cadavres de porcs.

Pour vérifier la crédibilité de cette information nous avons contacté Mohamed Zarrouk, vice-président de L’organisme de la défense du consommateur (ODC) qui a démenti catégoriquement ces propos tout en affirmant que « une commission spécialisée composée de vétérinaires très compétents s’est rendue récemment en Espagne pour s’assurer de l’importation des moutons de l’Aïd el Idha. Ces allégations sont dénuées de tout fondement. Et d’ajouter que la décision concernant l’importation des ovins a pour objectif de réguler le marché.

En ce qui concerne l’appel du syndicat national des imams Tunisiens à boycotter le mouton de l’Aïd à cause du prix élevé des ovins et en raison du pouvoir d’achat des tunisiens qui est en chute libre, le vice-président de l’ODC a déclaré que seule la déclaration du Mufti de la République a valeur de référence et est officielle et sera prise en considération.

L’UTAP mécontente des ovins espagnols !

En réaction à la décision du ministère du Commerce concernant l’importation des moutons, l’Union Tunisienne de l’Agriculture et de la Pêche (UTAP), a déclaré que la production nationale en cheptel et notamment en moutons, est tout à fait en mesure de répondre à la demande occasionnée par Aïd El Idha.

Il s’agit, selon la même source, d’une décision « arbitraire » qui n’émane d’aucune réflexion, ni d’étude de l’état du marché des moutons dans le pays. L’organisation a dénoncé une totale absence d’imposition fiscale sur ces importations. « C’est un grand point d’interrogation! Les producteurs de cheptel étrangers sont favorisés et ont la priorité par rapport aux producteurs tunisiens.

Et d’ajouter : « il est vrai qu’une importation détaxée aura un impact sur les prix des moutons et profitera par conséquent aux consommateurs. Mais il ne faut pas non plus léser les producteurs locaux, au bénéfice de concurrents étrangers! », affirme la même source.

Boycottez le mouton de l’Aïd !

Depuis quelques semaines, l’importation des ovins espagnols a suscité une vive polémique notamment sur les réseaux sociaux. D’ailleurs, une page « Boycottez le mouton de l’Aïd » vient d’être créée pour dénoncer les dépenses de devises dans un pays en pleine crise. Cette page appelle, sur un autre volet, à gérer les problèmes de fourrage et de sécheresse des éleveurs tunisiens au lieu de les mettre en concurrence avec les éleveurs espagnols, subventionnés.

Il convient de rappeler que la Tunisie a importé, l’année dernière, quelque 100 000 moutons de Roumanie. Les prix de vente des moutons roumains variaient entre 240 DT et 350 DT. Selon des informations relayées sur les réseaux sociaux, plusieurs Tunisiens se plaignaient du goût du mouton roumain, ajoutant que de nombreux ovins roumains avaient péri en mer durant le voyage.

N.B.T

INTERVIEW

Il confesse que l’augmentation du résultat de la BNA ne vient pas que de l’exploitation. Mais il donne des explications qui tiennent la route....

AFRIQUE

SPORT

Reseaux Sociaux