Tags Posts tagged with "viandes,"

viandes,

par -

Le déficit de la balance commerciale alimentaire s’est aggravé de 58%, entre 2016 et 2017 (mois d’Avril), pour atteindre 490,9 MD, a fait savoir mardi le Ministère de l’agriculture, des ressources hydrauliques et de la pêche.
Le département explique l’exacerbation du déficit par l’augmentation des importations alimentaires de 21,9%, à un rythme beaucoup plus soutenu que les exportations (+9,8%), à cause des importations de céréales, surtout du blé tendre et des importations de viandes (+ 50%), dans le cadre des préparatifs pour le mois de Ramadan.
Cette tendance a engendré une baisse du taux de couverture des importations par les exportations, à 67,4%, contre 74,9% durant avril 2016.
Le ministère a indiqué que la valeur des exportations de l’huile d’olive a atteint jusqu’au 30 avril 483,6 MD contre 412,6 MD l’année dernière.
La valeur des importations alimentaires (9,8% du total des importations) a augmenté de 21,9%, pour atteindre 1507,8 MD. Les importations des céréales ont fait un bond de 25%, à 679,8 MD, elles se taillent, notamment le blé (64,1% des importations des céréales), la part du lion avec 45,1% du total des importations alimentaires pour avril 2017, contre 44%, l’année dernière.
Les importations des huiles végétales ont aussi progressé de 55,7% pour une valeur de 180,6 MD, alors que les prix des huiles importées ont cru de 33,7%. Aussi, les importations de sucre ont pratiquement doublé (+ 99,3%) et les prix ont augmenté de 59,5% par rapport à la même période de 2016.

par -

Les prix des fruits et légumes et des produits de consommation devraient baisser considérablement par rapport aux prix actuels, a déclaré, jeudi, la directrice du Commerce Intérieur, Feten Belhedi. En mars dernier, le taux d’inflation a atteint 4,8 % alors qu’une hausse de 10% a été enregistrée au niveau des prix des légumes.
La responsable qui s’est voulue rassurante a ajouté, dans un entretien accordé à l’agence TAP, qu’un programme pour garantir la transparence et la légalité des transactions économiques et lutter contre les monopoles a été préparé pour le mois de Ramadan (fin mai/fin juin 2017), période pendant laquelle la consommation augmente de 15%.
Les services du ministère œuvrent dans le cadre d’une démarche préventive à contrôler les dépôts frigorifiques où des dépassements sont enregistrés. Il s’agit notamment d’entrepôts frigorifiques anarchiques, a-t-elle affirmé.
Tous les produits de consommation seront disponibles en quantité suffisante et à des prix raisonnables, selon ses dires.
Des stocks régulateurs ont été créés pour des produits comme le lait, les produits de volailles, les œufs, et ce en collaboration avec les services du ministère de l’Agriculture et des organisations professionnelles chargées de la production.

Voici les prévisions concernant les productions de certains légumes et fruits prisés par les Tunisiens :

Pommes de terre : production saisonnière variant entre 180 et 200 mille tonnes
Piments verts : production des primeurs de 109 mille tonnes
Tomates : 63 mille tonnes
Légumes à feuille : 3500 tonnes de persil et 1500 tonnes de céleri
Fruits : 18 000 tonnes de fraise, 35000 tonnes d’abricot, 3000 tonnes de nèfle, 35 000 tonnes de pèche, 130000 tonnes de pastèque et 87000 tonnes de melon.
Un stock de 20 000 à 25 000 tonnes de dattes a été constitué.
Viandes blanches et rouges : un stock de 1915 tonnes de poulet et de 1573 de viande de dinde a été constitué outre la production mensuelle de ces deux prix de respectivement de 11000 tonnes et 6200 tonnes.
Quant à la production nationale de viande d’agneau, elle sera suffisante alors que pour la production de viande de bœuf, sera en baisse de 10%, ce qui a incité le ministère de l’Industrie et du Commerce à importer 600 tonnes de viande congelées, laquelle sera commercialisée à 17,800 dinars.
Œufs et lait : La production d’œufs sera de 163 millions outre un stock régulateur de 41 millions unités. La consommation de ce produit atteint pendant le mois de Ramadan, 200 millions unités.
Quant au lait, Ramadan coïncide avec le pic de la production et un stock de 50 millions de litres.
S’agissant des produits importés par l’Office du Commerce, un stock de plusieurs produits dont le riz, le sucre, le café, le thé, couvrant une consommation de 6 mois a été constitué.
Concernant les eaux minérales, un stock de 85 millions de litres a été constitué par les professionnels outre la production mensuelle variant entre 80 et 90 millions de litres, contre une consommation mensuelle de 110 millions litres.

par -

Au cours de la prochaine période et le mois de ramadan, le rythme d’approvisionnement des marchés en légumes, fruits, viandes rouges et blanches, sera régulier selon des rapports du ministère de l’agriculture, des ressources hydrauliques et de la pêche.
Un rapport présenté, lundi, lors d’une réunion tenue au siège du département de l’agriculture, révèle que la production actuelle de pomme de terre primeurs atteint entre 27 mille et 30 mille tonnes, précise un communiqué du ministère.
S’agissant de la production de pomme de terre primeurs pour le reste de la période, elle est estimée entre 20 mille et 24 mille tonnes (jusqu’au 20 avril 2017), une quantité qui peut approvisionner le marché de manière régulière.
S’agissant des tomates, les rapports précisent que le rythme d’approvisionnement sera régulier.
Au cours du mois de Ramadan, le marché sera approvisionné des récoltes de production de primeurs (pic de production) dans toutes les zones de production (30 mille tonnes). Des quantités importantes seront disponibles à partir du mois de juin (55 mille tonnes au cours de ce même mois).
Au cours du mois de ramadan qui coïncide avec le pic de production, les marchés seront approvisionnés garce à la récolte de primeurs (23 mille tonnes) outre la production de saison (environ mille tonnes).
S’agissant des fruits, les prévisions tablent sur une hausse de 5% de la récolte de pêche contre une stabilité de production pour les autres variétés.
La production de dattes atteint 242 mille tonnes dont 186 mille tonnes de la variété Deglet Nour.

L’approvisionnement du marché, au cours du mois de ramadan et la période estivale en lait et ses dérivés sera régulier, d’autant plus qu’il coïncide avec la période de pic de production (fixation d’un programme de stock de lait dans la limite de 60 millions de litres).
Les opérations de suivi des marchés ont souligné l’amélioration du niveau de l’offre des bovins et la régression de la demande, ce qui a entraîné une baisse relative des prix.
S’agissant des bovins, une hausse de l’offre a été enregistrée, face à une fluctuation de ses prix. Un programme a été lancé pour l’’importation de 600 tonnes de viandes congelées, dans la limite de 600 tonnes.
Le mois de ramadan représente le pic de production des viandes ovines, néanmoins les autorités pourront recourir à l’importation de quantités de viandes congelées en cas de besoin.
Un programme prévoit l’importation d’environ 500 tonnes de viandes bovines congelées afin de répondre à la demande de la saison touristique.
Pour la viande de poulet, les quantités disponibles au cours du mois de ramadan 2017, sont estimées à environ 12,815 mille tonnes, outre 7,741 mille tonnes de viandes de dindes. Ces quantités pourront répondre aux besoins de consommation.
Le stock d’œufs est estimé à environ 202 millions alors que la moyenne de consommation au cours du mois de ramadan atteint entre 188 et 208 millions d’œufs.

par -

Les agents de la direction régional de contrôle sanitaire à Sousse ont réussi durant les deux derniers jours, à saisir d’importantes quantités de produits alimentaires impropres à la consommation, rapporte Jawhara Fm.

Il s’agit de 1188 yaourts, 200 kilogrammes d’abricot, 65 kilogrammes de viande de chameau, 40 kilogrammes de poissons et 16 kilogrammes de salami.

par -
Le ministère du Commerce et de l'Artisanat a décidé

Le ministère du Commerce et de l’Artisanat a décidé, vendredi, de fixer les prix maxima de vente au public des viandes ovine et bovine.

Ainsi, à partir du 24 juin, les prix seront fixés comme suit :

Viande ovine: 16 dinars/kg

Viande bovine désossée : 15,500 dinars/kg

Viande bovine côtelettes : 13,200 dinars/kg

Viande bovine avec ose : 9,700

A noter que 10% seront ajoutés à ces prix pour les viandes rouges emballées et commercialisées dans les grandes surfaces.

Le ministère précise dans son communiqué que toute infraction à cette décision sera relevée et des poursuites seront engagées contre son auteur, conformément à la loi numéro 64 de 1991 relative à la concurrence et aux prix.

a décision de fixation des prix de vente au public des viandes ovine et bovine a été prise après l’organisation de réunions avec les représentants du ministère de l’agriculture, des associations de défense du consommateur et des représentants des organisations professionnelles.

INTERVIEW

Il confesse que l’augmentation du résultat de la BNA ne vient pas que de l’exploitation. Mais il donne des explications qui tiennent la route....

AFRIQUE

Selon un nouveau rapport présenté aujourd'hui lors d'une conférence, le commerce transfrontalier informel en Afrique pourrait contribuer à l'amélioration des moyens d'existence et à...

SPORT

Reseaux Sociaux