Tags Posts tagged with "vie politique"

vie politique

par -
Maya Jribi

Maya Jribi, secrétaire générale du parti Al Joumhouri, qui se bat actuellement contre une maladie à évolution lente, a surpris son monde en démentant l’information selon laquelle elle a tiré un trait sur la vie politique. “Je quitterai la vie politique quand je serai morte,” a-t-elle affirmé sur Mosaïque Fm hier vendredi 03 février 2017, à l’occasion de l’ouverture du 6ème congrès de son parti. “Je résiste,” a-t-elle asséné, avec l’énergie et le punch qu’on lui connait, même si la maladie l’a un peu affaiblie…

Elle a ajouté que les ondes positives que lui envoient les Tunisiens lui font du bien et l’aident à faire face. Mais elle n’a pas souhaité en dire plus, histoire de ne pas perturber le déroulement du congrès.
Elle a toutefois tenu à envoyer un message “aux descendants d’Al Joumhouri” qui font partie de l’équipe de Youssef Chahed. Elle les a invités à donner corps aux valeurs et principes de son parti. “Les intérêts du pays doivent être la priorité de tous les membres du gouvernement, et pas seulement des membres du parti Al Joumhouri”, a-t-elle lâché, en mettant le doigt sur la nécessité de de se conformer aux résolutions du Pacte de Carthage.

Enfin Maya Jribi a confirmé qu’il n’est pas question de se présenter pour un nouveau mandat. “Nous croyons en la démocratie et à la succession du pouvoir,” a-t-elle déclaré…

par -

Après deux mandats à la Maison Blanche, Barack Obama fait, ce mardi, ses adieux à la vie politique américaine, rapporte l’AFP.

Le démocrate, qui cédera le pouvoir le 20 janvier au républicain Donald Trump, a choisi la ville de Chicago, terre de sa fulgurante ascension politique, pour prononcer son dernier discours en tant que président des Etats-Unis, a ajouté la même source.

par -

Le principal artisan du Brexit, Nigel Farage, leader du parti europhobe et populiste Ukip, a fait savoir ce lundi 04 juillet 2016 qu’il lâche la direction de son parti, rapporte la BBC. Il a déclaré lors d’un point de presse : « J’ai décidé de quitter la présidence de l’Ukip. La victoire du camp favorable à la sortie du Royaume-Uni au référendum signe la fin de mon ambition politique. J’ai pris part à ce combat en quittant le monde des affaires parce que je voulais que nous devenions un pays autonome, pas pour entamer une carrière politique ».

Farage a ajouté : «Je voulais récupérer mon pays, maintenant je veux récupérer ma vie privée, et ça commence maintenant ». Il a déclaré qu’il a le sentiment d’avoir accompli sa tâche et que sa route en politique s’arrête là.

Le trublion de la scène politique anglaise se retire mais n’a pas l’intention de faciliter la tâche à ceux qui n’ont pas encore fait le deuil du Royaume-Uni au sein de l’Union  européenne, et ils sont très nombreux. Farage a invité ses partisans à bannir « toute faiblesse, ou tout apaisement » dans les pourparlers pour une bonne sortie du Royaume-Uni de l’UE. Il se dit que même effacé des tablettes du parti, il va continuer à mettre la pression sur le prochain gouvernement conservateur pour mettre en oeuvre immédiatement le choix fait par les Britanniques de vivre en dehors de l’UE. Donc ceux qui rêvent d’un autre référendum après le succès de la pétition des partisans du ‘IN’ sont avertis.

Un départ aux allures de débandade

Le départ précipité de Farage est tout de même assez étrange, lui qui pourtant après avoir appris que les résultats du référendum allaient dans son sens avait de suite appelé à mettre sur pied un gouvernement composé de pro-Brexit. Il avait même laissé entendre que lui et Boris Johnson, l’ex-maire de Londres, feraient partie de cette équipe de combattants. Sauf que depuis le bouillant Johnson, l’autre locomotive du Brexit, a déclaré ceci à propos de la succession de l’actuel Premier ministre, David Cameron : « Je dois vous avouer mes amis, vous qui avez attendu plein d’espoirs la conclusion de ce discours, qu’après avoir consulté mes collègues et au vu des circonstances au Parlement, j’en ai conclu que cette personne ne pouvait pas être moi ». Voilà, les deux figures emblématiques du Brexit ont jeté l’éponge, laissant les seconds couteaux recoller les morceaux, une tache très ardue.

On peut se demander si ces retraits ne sont pas simplement une débandade, au regard de la montagne de travail qui attend la prochaine équipe à la tête du pays. En effet il y a moult sujets épineux à traiter pour cette sortie de l’UE, sans parler des coups durs à venir pour l’économie britannique, et qu’il faudra assumer au sein du gouvernement. Par ailleurs les Européens ne feront aucun cadeau aux Britanniques, une manière de faire réfléchir à deux fois ceux qui sont tentés de filer à l’anglaise, notamment les riches pays du Nord du continent (Pays Bas, Finlande…). Peut-être que cette sombre perspective à fait perdre leurs moyens à nos preux chevaliers du Brexit…

par -

A en croire les déclarations du vice-président de l’Assemblée des représentants du peuple et leader d’Ennahdha, Abdelfattah Mourou, il a déjà un pied à l’extérieur de la vie politique. Dans un entretien avec le journal Al Arabi Al Jadid, publié hier dimanche 10 avril 2016, Mourou a dit qu’il ne fera pas long feu sur la scène politique et qu’il envisage prochainement de renouer avec son métier d’avocat.

Par ailleurs il a déclaré qu’il fait ses prêches à l’étranger pour se conformer à la consigne de séparation nette entre activités politiques et religieuses, et « afin de ne pas troubler la quiétude de la société ».

« Depuis que je m’active dans la politique, je n’ai pas prêché, mes liens avec la politique ne dureront plus longtemps car j’ai l’intention de renouer avec mon activité antérieure et laisser la politique aux politiciens. Je n’en suis plus un », a dit Abdelfattah Mourou.
Il a conclu en déclarant qu’il est grand temps de « laisser la place aux jeunes ».

par -

 Le gendre de l’ancien président Ben Ali et ancien président de l’Espérance sportive de Tunis (EST)  Slim Chiboub a démenti dans une déclaration rapportée ce jeudi 4 février 2016 par le quotidien Achourouk, son éventuel retour à la vie politique.

Contrairement aux informations qui avaient circulé dans certains médias et selon lesquelles il pense retourner à la vie politique, Chiboub a déclaré qu’il  s’occupera uniquement de sa famille et de ses dossiers juridiques, rapporte la même source.

Pour rappel, Slim Chiboub a quitté la prison le 12 janvier dernier après une détention de 14 mois. Il devra toutefois rester à la disposition de la justice pour la suite de l’enquête sur différentes affaires de corruption financière intentées contre lui après la Révolution.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Les craintes n’ont pas lieu d’être et l’Etat n’est pas au bord de la faillite, a assuré le ministre conseiller auprès du chef du...

AFRIQUE

Il est impératif que les gouvernements africains adoptent des stratégies cohérentes et des plans de développement nationaux qui répondent aux défis de la croissance,...

SPORT

L’équipe nationale des Comores a décroché son billet pour la phase de groupes des qualifications pour la CAN-2019 de football après son match nul...