Tags Posts tagged with "Violence, , Politisation, université tunisienne,"

Violence, , Politisation, université tunisienne,

par -
Le système universitaire tunisien a été énormément secoué par le conflit qui a éclaté entre deux groupes d'étudiants

Le système universitaire tunisien a été énormément secoué par le conflit qui a éclaté entre deux groupes d’étudiants, le premier s’opposant au gouvernement et le second lui apportant son soutien. Ce conflit idéologique entre les deux parties a même tourné à la violence qui prend plusieurs formes : rackets, insultes, menaces verbales, extorsion, bagarres, gangs, armes, vandalisme…

N’est-il pas temps de prendre des mesures concrètes afin de dénoncer les actes de violence et la politisation de l’université pour donner aux étudiants l’exemple d’une université libre, indépendante et à l’écart de tous les conflits politiques ?

Contacté par Africanmanager, le professeur universitaire Mouldi Lahmar, a affirmé que les affaires politiques devront être traitées ailleurs qu’à l’université. Et d’ajouter que la liberté d’expression devrait être exercée de manière pacifique sans recours à la violence. Selon lui, il faut créer un climat de communication et de négociation entre les différentes parties afin d’éviter tout conflit.

Wajih Douma, un autre professeur universitaire, a imputé la responsabilité de la recrudescence de la violence aux différentes parties concernées, essentiellement la famille, l’administration de l’université, les professeurs…. « La violence existe depuis des années dans les universités, ce n’est pas un nouveau phénomène ; cependant, nous devons tous chercher des solutions pertinentes, dont notamment les moyens de communiquer avec les étudiants et les encadrer.

De même, les politiciens sont appelés à s’éloigner des universités, car de nombreux politiciens exploitent des étudiants pour faire passer leurs idéologies, qualifiant cette démarche de « grave ». La politique devrait être pratiquée dans des espaces privés ». a-t-il affirmé.

Sur un autre volet, le professeur a passé en revue la dégradation du niveau intellectuel et le mauvais comportement de certains étudiants à l’égard de leurs professeurs. « De nombreux étudiants ne respectent pas les enseignants, ils les insultent, ils scandent aussi des slogans tels « Dégagez »… c’est vraiment inacceptable et décevant, il faut mettre en place une stratégie globale garantissant le respect et la neutralité de l’institution éducative… »

Voilà pourquoi le ministère de l’Enseignement supérieur est appelé, aujourd’hui, à trouver des solutions adéquates afin prendre les mesures et les précautions nécessaires pour que les universités tunisiennes soient à l’abri de tous les conflits politiques et de l’augmentation remarquable des violences parmi les étudiants.

N.B.T

par -
Le système universitaire tunisien a été énormément secoué par le conflit qui a éclaté entre deux groupes d'étudiants

Le système universitaire tunisien a été énormément secoué par le conflit qui a éclaté entre deux groupes d’étudiants, le premier s’opposant au gouvernement et le second lui apportant son soutien. Ce conflit idéologique entre les deux parties a même tourné à la violence qui prend plusieurs formes : rackets, insultes, menaces verbales, extorsion, bagarres, gangs, armes, vandalisme…

N’est-il pas temps de prendre des mesures concrètes afin de dénoncer les actes de violence et la politisation de l’université pour donner aux étudiants l’exemple d’une université libre, indépendante et à l’écart de tous les conflits politiques ?

Contacté par Africanmanager, le professeur universitaire Mouldi Lahmar, a affirmé que les affaires politiques devront être traitées ailleurs qu’à l’université. Et d’ajouter que la liberté d’expression devrait être exercée de manière pacifique sans recours à la violence. Selon lui, il faut créer un climat de communication et de négociation entre les différentes parties afin d’éviter tout conflit.

Wajih Douma, un autre professeur universitaire, a imputé la responsabilité de la recrudescence de la violence aux différentes parties concernées, essentiellement la famille, l’administration de l’université, les professeurs…. « La violence existe depuis des années dans les universités, ce n’est pas un nouveau phénomène ; cependant, nous devons tous chercher des solutions pertinentes, dont notamment les moyens de communiquer avec les étudiants et les encadrer.

De même, les politiciens sont appelés à s’éloigner des universités, car de nombreux politiciens exploitent des étudiants pour faire passer leurs idéologies, qualifiant cette démarche de « grave ». La politique devrait être pratiquée dans des espaces privés ». a-t-il affirmé.

Sur un autre volet, le professeur a passé en revue la dégradation du niveau intellectuel et le mauvais comportement de certains étudiants à l’égard de leurs professeurs. « De nombreux étudiants ne respectent pas les enseignants, ils les insultent, ils scandent aussi des slogans tels « Dégagez »… c’est vraiment inacceptable et décevant, il faut mettre en place une stratégie globale garantissant le respect et la neutralité de l’institution éducative… »

Voilà pourquoi le ministère de l’Enseignement supérieur est appelé, aujourd’hui, à trouver des solutions adéquates afin prendre les mesures et les précautions nécessaires pour que les universités tunisiennes soient à l’abri de tous les conflits politiques et de l’augmentation remarquable des violences parmi les étudiants.

N.B.T

INTERVIEW

Il confesse que l’augmentation du résultat de la BNA ne vient pas que de l’exploitation. Mais il donne des explications qui tiennent la route....

AFRIQUE

SPORT

Reseaux Sociaux