Tags Posts tagged with "virus zika"

virus zika

par -
0

L’Organisation mondiale de la santé a annoncé que le virus Zika ne représente plus une urgence de santé publique de portée mondiale.

 Transmis par un moustique et à l’origine d’une grande épidémie en Amérique latine, le virus Zika provoque dans la plupart des cas des symptômes grippaux bénins (fièvre, maux de tête, courbatures).

Il est très fortement suspecté, quand il touche une femme enceinte, d’entraîner une grave malformation congénitale du fœtus, la microcéphalie (réduction du périmètre crânien, néfaste au développement intellectuel).

par -
0
Le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) lance un appel à candidatures en vue de la nomination de personnes

Le Conseil d’administration du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé le 8 septembre 2016 à Abidjan, deux dons d’un million de dollars EU chacun, en faveur du Cabo Verde et de la Guinée- Bissau au titre d’une assistance d’urgence destinée à soutenir la mise en œuvre des plans nationaux de préparation et d’intervention pour lutter contre l’épidémie du virus Zika dans ces deux pays.

L’approbation unanime du Conseil démontre l’engagement continu de la Banque à aider dans la préparation de la lutte contre les pandémies et à renforcer la résilience des communautés et des systèmes de santé sur le continent. Ce soutien viendra compléter les efforts passés et en cours de la Banque visant à renforcer les systèmes de santé, en accompagnant et travaillant en coordination avec d’autres partenaires. La subvention de 2 millions de dollars EU sera utilisée par le Bureau régional des Nations Unies pour l’Afrique de l’Organisation mondiale de la santé (OMS/AFRO). Elle devrait jouer un rôle catalyseur dans le renforcement de la surveillance des maladies, la lutte antivectorielle et le traitement des questions de l’assainissement de l’environnement, à travers une approche intégrant les déterminants sociaux, économiques et environnementaux de la santé.

Le soutien de la Banque est opportun, puisque l’épidémie du virus Zika continue de s’étendre. Au 8 septembre 2016, 72 pays avaient rapporté que plus de 88 000 cas suspects s’étaient présentés. De ce nombre, 6 500 avaient été confirmés. Compte tenu de la présence du virus au Cabo Verde et en Guinée Bissau, l’OMS prévient qu’il est probable que l’épidémie s’étendra au reste de l’Afrique. Les enseignements tirés du soutien de la Banque à la lutte contre l’épidémie du virus Ebola font ressortir la nécessité d’agencer les interventions de manière opportune et ciblée. La Banque a été la première dans la communauté des donateurs à réagir à l’épidémie du virus Ebola, en menant 10 opérations d’un montant total de 290 millions de dollars EU. Dans l’ensemble, les interventions de la Banque ont renforcé les systèmes de santé grâce à la mise sur pied de systèmes d’alerte, un soutien aux infrastructures, l’institutionnalisation des pratiques de prévention des infections et du contrôle de celles-ci, la mise à disposition de services de logistique et le renforcement de l’engagement des communautés à participer à la lutte contre l’épidémie. Cependant, les systèmes établis sont encore loin d’être parfaits et ont encore besoin de beaucoup de soutien avant de devenir forts, résilients et viables, et d’être capables de faire face à de nouvelles menaces pour la santé.

« L’apparition des maladies causées par les virus Ebola et Zika constitue pour tous les gouvernements africains et leurs partenaires un rappel à la réalité : nous n’avons pas investi suffisamment dans des systèmes de santé publique en Afrique », a déclaré le président Akinwumi Adesina au cours d’une table ronde de haut niveau sur « La CMU (couverture maladie universelle) en Afrique » lors de la Sixième conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TICAD VI) à Nairobi.

Pour fournir une solution durable permettant de lutter contre l’incidence croissante de flambées de maladies sur le continent, la Banque va développer substantiellement ses investissements dans les infrastructures de santé publique, y compris en aidant les pays à étendre la fourniture d’eau et l’assainissement. La Banque va accélérer la mise sur pied du Centre africain pour le contrôle des maladies (CACM) régional, établi sous le leadership de la Commission de l’Union africaine, que vont conjointement financer la Fondation Bill et Melinda Gates, la Banque mondiale et l’Organisation mondiale de la santé. Le CACM permettra aux pays africains, tant individuellement que collectivement, de surveiller, prévenir, maîtriser et réagir efficacement et de manière opportune à de nouvelles menaces d’épidémies.

par -
0

Le virus Zika peut se répliquer dans l’appareil génital féminin plusieurs jours après l’infection, ont révélé jeudi 25 août 2016 des chercheurs après avoir étudié, sur des souris, sa transmission par voie sexuelle, rapporte le site « sciences et avenir.fr »

Cette réplication de Zika dans l’appareil génital féminin peut être une importante source d’infection « avec des conséquences potentiellement graves », selon l’étude réalisée pour l’université de Yale, a ajouté la même source.

par -
0

La science tchèque peut se targuer d’un beau succès. Une équipe de chercheurs du Centre biologique de l’Académie des Sciences de République tchèque de České Budějovice et de l’Institut de recherche vétérinaire de Brno ont découvert des molécules qui semblent être efficaces contre le virus Zika. Il s’agit ainsi de la toute première fois qu’une substance a été identifiée comme permettant de lutter contre cette maladie, rapporte le site de la radio.cz

Le virus Zika, transmis par la piqûre de moustiques contaminés, se propage depuis l’an dernier principalement dans les pays de l’Amérique latine. Bien que l’infection par ce virus, semblable à celui de la dengue ou de la fièvre jaune, soit généralement bien tolérée chez les adultes, on suppose qu’elle est responsable d’une brusque augmentation du nombre de cas de microcéphalies et d’autres complications d’ordre neurologique chez les nouveau-nés. Selon les estimations de l’Organisation mondiale de la santé, jusqu’à quatre millions de personnes pourraient contracter cette maladie dans les années à venir, a ajouté la même source.

par -
0

Selon une étude menée par une équipe de chercheurs de l’université du Massachusetts, notre corps serait capable de se défendre face au virus Zika, grâce à une protéine appelée IFITM3.

Une protéine qui bloquerait la réplication du virus

Des chercheurs américains ont fait une découverte qui pourrait bien mettre un terme à la propagation du virus Zika. C’est ce que révèle une étude publiée dans la revue Cell Reports. Selon cette étude, une protéine, présente dans les cellules de notre corps, pourrait bloquer la réplication du virus. La réplication est l’ensemble des processus biochimiques qui se déroulent dans la cellule infectée par un virus et qui ont pour effet de produire de nouvelles unités de ce virus.

 Cette protéine, appelée IFITM3, pourrait donc prévenir l’infection et empêcher sa propagation. Selon les chercheurs, quand la protéine est présente en faible quantité dans la cellule, le virus y pénètre facilement et l’infecte. En revanche, quand IFITM3 est très présente, Zika ne parvient pas à atteindre le cœur de la cellule et est donc éliminé par le système immunitaire.

Zika coincé dans un endroit où il ne peut faire aucun dégât

 « Ces travaux montrent que IFITM3 agit en première ligne pour éviter que Zika envahisse toutes les ressources cellulaires dont il a besoin pour se propager », a souligné George Savidis, l’un des auteurs de l’étude. « Concrètement, IFITM3 maintient le virus dans un endroit où il ne peut faire aucun mal ».

 Selon les chercheurs, il suffirait donc de stimuler l’activité de cette protéine pour combattre efficacement l’infection par le virus Zika. Si de nouveaux travaux seront nécessaires pour tester l’expérience sur des souris, cette découverte pourrait bien être la base de nouveaux traitements, pour lutter contre cette infection qui se transmet à homme par l’intermédiaire d’une piqûre de moustique-tigre.

par -
0

Plus de 1.430 cas de microcéphalie et 285 décès associés à cette malformation ont été signalés depuis le début de l’épidémie dûe au virus Zika en octobre dernier au Brésil, indique un nouveau bilan mercredi du ministère de la Santé.

« Sur un total de 7.623 cas suspects enregistrés au 21 mai courant, 1.434 cas de microcéphalie ont été confirmés, 2.932 autres ont été écartés et 3.257 sont encore à l’étude », a précisé le ministère.

Le Pernambuco (nord-est) reste l’Etat avec le plus grand nombre de cas confirmés (359 cas), suivi de Bahia (247), Paraiba (129) et Maranhao (126 cas). Suite à une augmentation inhabituelle du nombre des cas de microcéphalie chez les nouveau-nés, les autorités sanitaires avaient décrété l’état d’urgence dans le nord-est du Brésil indique l’APS.

Depuis, les autorités sanitaires brésiliennes et internationales ont mis le lien entre cette anomalie de croissance de la boite crânienne et l’exposition du fœtus en utero au virus Zika, véhiculé par le moustique Aedes aegypti.

Lundi, l’Institut Oswaldo Cruz (Fiocruz), basé à Rio de Janeiro, a annoncé la découverte de moustiques Aedes aegypti « naturellement infectés » par le virus Zika, ce qui renforce le rôle de cet anophèle comme vecteur de transmission la plus fréquente du virus dans le pays.

Les autorités brésiliennes craignent que plus de 1,5 million de personnes ont déjà été contaminées par le virus Zika.

par -
0

Deux souches du virus Zika ont été isolées en Chine selon des sources médicales locales.  Ces deux souches ont été isolées à partir d’échantillons de sang et d’urine de deux patients atteints.

Le test d’urine a constitué la première manipulation réussie pour isoler l’échantillon viral selon l’Académie des sciences médicales militaires et l’Hôpital populaire numéro 8 de Guangzhou.

La Chine est en état d’alerte élevé, alors que cinq cas importés du virus Zika ont été confirmés et que les températures se réchauffent.

L’isolement des souches aidera les scientifiques à étudier le mode de transmission du virus tout en fournissant les bases pour la création d’un réactif et d’un vaccin.

par -
0

Le président vénézuélien, Nicolas Maduro, a annoncé jeudi soir le décès de trois personnes au Venezuela en raison des complications associées au virus Zika.

« Au niveau national, il y a 319 cas confirmés, dont 68 connaissent des complications, et trois personnes sont décédées », a indiqué M.Maduro dans une déclaration à la télévision d’Etat.

On a enregistré 5.221 cas possibles de Zika au Venezuela « entre le 5 novembre, date à laquelle la présence de ce virus a été détectée au niveau mondial, et le 8 février », a ajouté le président Maduro.

Les 68 patients qui présentent des complications « ont été placés en soins intensifs », a-t-il dit.  M.Maduro a assuré que le Venezuela disposait des médicaments nécessaires pour traiter les symptômes. Il a remercié « l’Inde, Cuba, la Chine, l’Iran et le Brésil » d’avoir fourni « tout le soutien nécessaire pour que les médicaments contre le Zika et bien plus se trouvent aujourd’hui au Venezuela ».

par -
0

Le ministre de la Santé, Said Aidi, a annoncé lors de son passage lundi 8 février 2016 sur Express Fm que les mesures préventives nécessaires ont été prises afin de faire face au virus Zika.

Said Aidi a par ailleurs ajouté qu’il n’existe à l’heure actuelle aucun vaccin pour traiter le virus Zika.

Pour rappel, au terme de sa réunion d’urgence le 1er février dernier, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a décidé de classer la propagation du virus Zika « urgence de santé publique de portée mondiale ». On soupçonne ce virus d’être derrière de graves malformations congénitales, dont la plus impressionnante est le crâne anormalement petit – microcéphalie – des bébés infectés, même si le lien entre ce virus et cette malformation n’est pas encore « prouvé scientifiquement ».

Le mal frappe surtout en Amérique du Sud, mais des cas ont été signalés en Europe par exemple; il s’agit de personnes qui ont séjourné récemment dans la région touchée. Le Brésil, qui accueille dans quelques mois les Jeux olympiques, demande carrément aux femmes enceintes de ne pas se rendre à l’événement pour ne pas s’exposer au danger.

par -
0
Au terme de sa réunion d’urgence hier lundi 1er février, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a décidé de classer la propagation du virus Zika « urgence de santé publique de portée mondiale ». On soupçonne ce virus d’être derrière de graves malformations congénitales, dont la plus impressionnante est le crâne anormalement petit – microcéphalie – des bébés infectés, même si le lien entre ce virus et cette malformation n’est pas encore « prouvé scientifiquement ».

Le mal frappe surtout en Amérique du Sud, mais des cas ont été signalés en Europe par exemple ; il s’agit de personnes qui ont séjourné récemment dans la région touchée. Le Brésil, qui accueille dans quelques mois les Jeux olympiques, demande carrément aux femmes enceintes de ne pas se rendre à l’événement pour ne pas s’exposer au danger.

« Nous devons agir », a déclaré la directrice de l’OMS, Margaret Chan, lors d’un point de presse à Genève. « Tous s’accordent sur le besoin urgent de coordonner les efforts internationaux pour poursuivre les investigations et mieux comprendre cette relation (…). Les experts considèrent aussi que l’étendue géographique des espèces de moustiques qui peuvent transmettre le virus, l’absence de vaccin et de tests fiables, ainsi que le manque d’immunité de la population dans les pays nouvellement touchés (…) constituent des causes supplémentaires d’inquiétude », a-t-elle ajouté.

Le virus pourrait toucher 3 à 4 millions de personnes en 2016, surtout dans la zone des Amériques, avait alerté l’OMS il y a quelques jours.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Le dirigeant d’Ennahdha Abdellatif Mekki appelle à l’organisation d’un dialogue sociétal qui dépassera les partis, les organisations, pour cibler les coordinations des mouvements sociaux....

AFRIQUE

0
Projet novateur en faveur des entreprises africaines et de leur croissance, l’Initiative AfroChampions vient d’être officiellement lancée à Bamako, au Mali, lors d’un diner...