Tags Posts tagged with "wael"

wael

par -
Dans sa déclaration à Al Wataniya 1

Dans sa déclaration à Al Wataniya 1, où il paraît livrer l’essentiel de ses aveux aux services de sécurité , Wael Boussaidi a donné une image d’un djihadiste repenti qui veut collaborer sur toute la ligne avec la police et en arrive même jusqu’à lancer un appel aux djihadistes retranchés dans les hauteurs du Nord-ouest et du Centre-ouest du pays pour se rendre aux unités de sécurité.

Cette image ne correspond que sommairement au portrait dépeint par le ministère de l’Intérieur (MI) au moment de son arrestation, samedi 28 juin dernier. Le porte-parole du MI avait affirmé qu’il s’agissait d’un « élément terroriste dangereux, impliqué dans des affaires terroristes à Jendouba et dans d’autres régions du pays « . Et on a même compris que son arrestation a constitué un tournant dans la traque des terroristes dans le Mont Ouergha .

Or, l’apport principal de ses aveux c’est l’idée claire qu’il donne des groupes terroristes qu’il a côtoyés : manque de confiance entre les éléments de ces groupes, ségrégation contre les Tunisiens , et dilettantisme qui éloigne les djihadistes du professionnalisme qu’ils revendiquent.

Il retrace son itinéraire personnel, qui le fait évoluer vers une religiosité qui s’accentue de jour en jour, et qui va connaître son grand bond en avant après la révolution du 14 janvier 2011. Il commence, à partir de cette date, à s’impliquer dans une guérilla urbaine à Jendouba qui a pour épicentre la Mosquée Bilel, d’où partaient à partir de février 2012, parallèlement aux évènements sanglants de Bir Ali Ben Khalifa, les menées qui prenaient pour cible les locaux sécuritaires de la ville et de la région. C’est vrai que les djihadistes n’étaient pas seuls, à cette époque, dans leur lutte contre les hommes de sécurité, il y avait le grand banditisme, les trafiquants et quelques militants qui veulent en découdre avec les structures de sécurité.

L’autre tournant a été opéré peu avant l’attentat d’Aouled Mannaâ. Il ne voulait pas rejoindre la montagne, mais la pression policière après l’assassinat d’agents de la sécurité le pousse à gagner le maquis. Ceux qui finiront par le convaincre ne sont autres que Ragheb Hannachi et Rabiî Saïdani qui avaient trouvé la mort, le lundi 17 mars 2014, à Jendouba.

L’idée qu’il donne du maquis du Mont Ouergha est assez originale. On lui confie des basses besognes, sans prendre la peine de lui apprendre à manier les armes, ce qui prouve que leur présence a un objectif stratégique unique : occuper les hauteurs pour déconcentrer les unités sécuritaires et donner l’impression que les djihadistes sont omniprésents et qu’ils sont opérationnels et aguerris. Leur armement est réduit, ils vivent dans des conditions difficiles et parfois, n’ont pas, quoi manger. Plusieurs djihadistes dont Wael Boussaidi lui-même sont atteints de la gale et leur état de santé s’est beaucoup dégradé à cause de la faim. Il arrive au chef algérien, Abou Ahmed, de descendre lui-même quémander la nourriture auprès des habitants de la région.

Outre cette donnée, les Tunisiens présents dans les hauteurs ne connaissent rien des vrais plans préparés par le commandement qui est en totalité algérien. La direction prend contact directement avec le reste du réseau Al Qaeda en Algérie et en Libye, sans en informer les Tunisiens présents, et même les mines sont acheminées du territoire algérien et posées, par les soins de la direction, pour piéger les unités de l’Armée et de la sécurité tunisiennes qui sont à ses trousses. En outre, d’importantes sommes d’argent sont envoyées régulièrement à partir de l’Algérie au commandement algérien, et là encore, les Tunisiens sont mis à l‘écart.

Ce qui apparaît de manière claire, c’est que les Algériens n’ont pas confiance dans les Tunisiens, et que ces derniers, d’après les aveux de Wael Boussaidi, veulent rentrer, mais ont peur des représailles contre leurs personnes et leurs familles.

Aboussaoud Hmidi

INTERVIEW

Il confesse que l’augmentation du résultat de la BNA ne vient pas que de l’exploitation. Mais il donne des explications qui tiennent la route....

AFRIQUE

SPORT

Reseaux Sociaux