Tags Posts tagged with "Zafer Gaglayan, Turquie, Tunisie"

Zafer Gaglayan, Turquie, Tunisie

par -
0
Le volume d’échanges commerciaux assez timide entre la Tunisie et la Turquie

Le volume d’échanges commerciaux assez timide entre la Tunisie et la Turquie, d’environ 1 milliard de dollars annuellement, et le niveau d’investissements en-deçà des potentialités des deux économies, nécessitent la multiplication des efforts se multiplient dans l’objectif de développer les partenariats dans maints domaines, notamment le tourisme. «La Turquie est prête à travailler avec la Tunisie et de partager les acquis » a affirmé Zafer Gaglayan, le ministre turc de l’économie de la république, lors du forum de partenariat tuniso-turc tenu lundi, à l’occasion de sa visite à la tête d’une délégation composée d’une centaine d’hommes d’affaires représentant les secteurs de l’investissement, des infrastructures et du tourisme.

En présence d’un grand nombre des hommes d’affaires tunisiens et turcs, il s’est voulu rassurant quant à l’avenir de la Tunisie, notamment avec la signature, ce lundi, d’un mémorandum d’entente portant sur une coopération dans les zones de libre échange , la signature aussi d’un amendement au protocole III concernant la définition du concept de « l’origine des produits » et les méthodes de coopération administrative ainsi que d’un autre relatif aux tableaux A et B du protocole II sur l’échange de concessions sur les produits agricoles.

Un nouveau chapitre vient de s’ouvrir donc, dans les relations bilatérales et qui jouera un rôle stratégique dans l’évolution des échanges commerciaux, financiers et économiques des deux pays au rythme des signatures des conventions et des accords. Les propos optimistes de Zafer Gaglayan le confirment et expriment une volonté turque de hisser les relations à un palier supérieur surtout avec l’octroi par la Turquie d’un prêt de 500 millions à la Tunisie qui a cruellement besoin de s’inspirer de l’expérience turque pour relancer l’économie », a-t-il dit, faisant état de la décision de son gouvernement d’accorder ce prêt à des taux très favorables et un délai de remboursement de 10 ans, en appui à la Tunisie postrévolutionnaire.

La Turquie, 16ème puissance économique mondiale, accordera également à la Tunisie divers avantages économiques. Istanbul est le principal pôle industriel du bassin méditerranéen et un pays possède un fort potentiel de croissance. Elle a enregistré une progression de son PIB qui a atteint 1 billion en 2011. D’ici 2015, le PIB turc devrait avoisiner 1,25 billion de dollars US, selon les données actuelles du Fonds monétaire international (IMF). Le ministre turc de l’économie a signalé que les réformes engagées par le gouvernement portent leurs fruits. Le climat des affaires a ainsi permis de créer un environnement très favorable aux investisseurs étrangers. Selon Gaglayan, ce climat a permis une évolution notable des IDE passant de 13 millions de dollars à 107 millions de dollars en 9 ans. A cela s’ajoute la place dont jouit la Turquie au niveau touristique avec plus de 30 millions de visiteurs par an générant des recettes de l’ordre de 30 milliards de dollars.

Zafer Gaglayan a incité les investisseurs à de s’implanter en Tunisie, et la balle est dans le camp des acteurs économiques, pour relever le défi. A cet égard, Tarek Ben Yahmed, vice- président de l’UTICA nous a précisé que « l’important, pour l’instant, est de se mettre au travail. Beaucoup reste à faire et nous devons profiter des atouts offerts. Cela ne pourra se faire qu’à travers un travail de partenariat par l’instauration de bases solides». Et d’ajouter : « nos exportateurs devront être à la hauteur pour gagner le pari et devront se signaler par des produits de qualité pour convaincre nos partenaires turcs »

De son coté, Tarek Cherif, le président de la Confédération des entreprises citoyennes de Tunisie (Connecta) nous a souligné la nécessité de travailler sur un partenariat solide. « Nos partenaires turcs nous ont offert une assise performante qui nous oblige de redoubler d’ efforts pour relever le défi ».

Wiem Thebti

par -
0
Le volume d’échanges commerciaux assez timide entre la Tunisie et la Turquie

Le volume d’échanges commerciaux assez timide entre la Tunisie et la Turquie, d’environ 1 milliard de dollars annuellement, et le niveau d’investissements en-deçà des potentialités des deux économies, nécessitent la multiplication des efforts se multiplient dans l’objectif de développer les partenariats dans maints domaines, notamment le tourisme. «La Turquie est prête à travailler avec la Tunisie et de partager les acquis » a affirmé Zafer Gaglayan, le ministre turc de l’économie de la république, lors du forum de partenariat tuniso-turc tenu lundi, à l’occasion de sa visite à la tête d’une délégation composée d’une centaine d’hommes d’affaires représentant les secteurs de l’investissement, des infrastructures et du tourisme.

En présence d’un grand nombre des hommes d’affaires tunisiens et turcs, il s’est voulu rassurant quant à l’avenir de la Tunisie, notamment avec la signature, ce lundi, d’un mémorandum d’entente portant sur une coopération dans les zones de libre échange , la signature aussi d’un amendement au protocole III concernant la définition du concept de « l’origine des produits » et les méthodes de coopération administrative ainsi que d’un autre relatif aux tableaux A et B du protocole II sur l’échange de concessions sur les produits agricoles.

Un nouveau chapitre vient de s’ouvrir donc, dans les relations bilatérales et qui jouera un rôle stratégique dans l’évolution des échanges commerciaux, financiers et économiques des deux pays au rythme des signatures des conventions et des accords. Les propos optimistes de Zafer Gaglayan le confirment et expriment une volonté turque de hisser les relations à un palier supérieur surtout avec l’octroi par la Turquie d’un prêt de 500 millions à la Tunisie qui a cruellement besoin de s’inspirer de l’expérience turque pour relancer l’économie », a-t-il dit, faisant état de la décision de son gouvernement d’accorder ce prêt à des taux très favorables et un délai de remboursement de 10 ans, en appui à la Tunisie postrévolutionnaire.

La Turquie, 16ème puissance économique mondiale, accordera également à la Tunisie divers avantages économiques. Istanbul est le principal pôle industriel du bassin méditerranéen et un pays possède un fort potentiel de croissance. Elle a enregistré une progression de son PIB qui a atteint 1 billion en 2011. D’ici 2015, le PIB turc devrait avoisiner 1,25 billion de dollars US, selon les données actuelles du Fonds monétaire international (IMF). Le ministre turc de l’économie a signalé que les réformes engagées par le gouvernement portent leurs fruits. Le climat des affaires a ainsi permis de créer un environnement très favorable aux investisseurs étrangers. Selon Gaglayan, ce climat a permis une évolution notable des IDE passant de 13 millions de dollars à 107 millions de dollars en 9 ans. A cela s’ajoute la place dont jouit la Turquie au niveau touristique avec plus de 30 millions de visiteurs par an générant des recettes de l’ordre de 30 milliards de dollars.

Zafer Gaglayan a incité les investisseurs à de s’implanter en Tunisie, et la balle est dans le camp des acteurs économiques, pour relever le défi. A cet égard, Tarek Ben Yahmed, vice- président de l’UTICA nous a précisé que « l’important, pour l’instant, est de se mettre au travail. Beaucoup reste à faire et nous devons profiter des atouts offerts. Cela ne pourra se faire qu’à travers un travail de partenariat par l’instauration de bases solides». Et d’ajouter : « nos exportateurs devront être à la hauteur pour gagner le pari et devront se signaler par des produits de qualité pour convaincre nos partenaires turcs »

De son coté, Tarek Cherif, le président de la Confédération des entreprises citoyennes de Tunisie (Connecta) nous a souligné la nécessité de travailler sur un partenariat solide. « Nos partenaires turcs nous ont offert une assise performante qui nous oblige de redoubler d’ efforts pour relever le défi ».

Wiem Thebti

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Le député du bloc parlementaire Ennahdha Houcine Jaziri est d'avis que le gouvernement d’union nationale est appelé à prendre en compte les intérêts de...

AFRIQUE

0
La Commission Economique pour l’Afrique (Bureau pour l’Afrique du Nord) et le Secrétariat général de l’Union du Maghreb Arabe (UMA) ont tenu hier mardi...

SPORT