Tags Posts tagged with "Zine_el-Abidine_Ben_Ali"

Zine_el-Abidine_Ben_Ali

par -
0

La colère contre les dirigeants corrompus et leurs acolytes  en affaires a précipité dans la rue des  milliers  de Tunisiens et d’Egyptiens en  2011 et a finalement conduit à la chute des deux dictateurs de longue date, Zine el-Abidine Ben Ali et Hosni Moubarak, écrit le quotidien économique et financier britannique « Financial Times », dans un article consacré à la corruption en Tunisie et en Egypte .

Depuis lors, ajoute-t-il, les deux révolutions ont divergé ostensiblement: la Tunisie est maintenant présentée comme un exemple d’une transition démocratique réussie, tandis que l’Egypte est largement considérée comme ayant renoué avec  l’autoritarisme. Les deux gouvernements sont, cependant, en train de revenir sur les efforts visant à sévir contre  la corruption qui a contribué à déclencher des soulèvements.

En vertu d’un nouveau projet de loi sur la réconciliation économique en Tunisie et des amendements à la loi sur les avoir mal acquis  en Egypte, les fonctionnaires et les hommes d’affaires accusés de pratiques de corruption peuvent échapper à la prison s’ils restituent  ce qu’ils avaient acquis illégalement.

Les nouvelles lois soulignent la résilience des élites alliées à la vieille garde et la difficulté de lutter contre la corruption, estiment les observateurs. En Tunisie, le projet de loi a l’appui solide de Béji Caïd Essebsi, le président et fondateur du principal parti au pouvoir Nidaa Tounes, lui-même ancien ministre de l’intérieur sous Habib Bourguiba.

« En Egypte, il n’y a aucune  volonté politique de traduire en justice les auteurs de corruption par le passé », a déclaré Ruben Carranza du Centre international pour la justice transitionnelle, un groupe à but non lucratif basé à New York. « En Tunisie, les partis politiques de la coalition au pouvoir éprouvent probablement le  besoin de disposer du soutien des hommes d’affaires interdits de voyage ou dont les actifs ont été gelés. »

Les milieux officiels à Tunis et au Caire affirment que la réconciliation est le chemin le plus court  pour récupérer les avoirs volés et  envoie un signal rassurant pour les entreprises à un moment où l’investissement fait cruellement défaut. Cependant, les adversaires de l’initiative  rétorquent que la législation dans les deux pays s’applique aussi bien aux  cas passés que futurs de la corruption.

En Tunisie, où le principal parti au pouvoir,  Nidaa Tounes, est un composé de la  vieille garde, des libéraux et des gauchistes, le projet de loi  sur la réconciliation économique a provoqué des manifestations de rue et une vague d’accusations selon lesquelles il ouvre grandes les portes au  retour des élites Ben Ali.

Les opposants font grief au  projet de loi d’offrir  une couverture aux  hommes d’affaires de l’époque de Ben Ali qui ont soutenu Nidaa Tounes dans sa campagne électorale et de saper  la Commission  Vérité et Dignité.

« L’automne sera chaud » !

Aux termes du projet de loi, les poursuites judicaires contre les anciens fonctionnaires et les hommes d’affaires  devront cesser ’ils dévoilent leurs avoirs volés à un comité de réconciliation. Ils  sont passibles d’amendes et de leurs fonds gelés sont ensuite alloués aux régions défavorisées. Les recours contre les décisions de la commission ne sont pas autorisés.

Moez al-Joudi, président de l’Association tunisienne de gouvernance, un groupe de recherche sur l’entreprise, a défendu le projet de loi en disant qu’il a vocation à «accélérer» le règlement des  différends et améliorer le climat des affaires pour les entreprises. En revanche, a-t-il soutenu, le processus de vérité et de la dignité pourrait prendre jusqu’à cinq ans.

« Ce projet de loi est une outrecuidance et une effronterie», a déclaré l’avocat Ayachi Hammami. « L’opposition descendra dans la rue parce que la majorité au parlement soutiendra Nidaa Tounes. Nous attendons au cours des prochaines semaines le retour des étudiants universitaires. L’automne sera chaud « , a-t-il dit.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview exclusive avec Africanmanager ce mercredi 18 janvier, le porte-parole de la Direction générale des prisons et de la rééducation, Kaïs Soltani,...

AFRIQUE

0
Bruits de bottes hier mercredi 18 janvier 2017 à la frontière gambienne, où des troupes militaires sénégalaises ont pris position, rapporte l'agence Reuters, aux...