Voilà pourquoi le Centre-ouest tunisien gronde à nouveau (Vidéo)

Voilà pourquoi le Centre-ouest tunisien gronde à nouveau (Vidéo)

par -

Le 17 décembre 2010, la mort par immolation de Mohamed Bouazizi, à Sidi Bouzid, marquait le début de la « révolution tunisienne ». Cinq ans plus tard, cette région déshéritée du centre-ouest de la Tunisie, rurale, pauvre, sinistrée et minée par le chômage, est de nouveau le théâtre de la contestation, alors que Thala, Meknassi, Mazzouna, notamment d’autres villes ont rejoint le mouvement de protestation.

Si Kasserine et les autres s’enflamment à nouveau au cœur de l’hiver, c’est qu’en cinq ans, rien n’a changé, ou plutôt tout porte à croire que les conditions de vie de ces citoyens laissés pour compte, empirent : Chômage en progression, analphabétisme atteignant les 50%, espérance de vie, tous les paramètres sociaux sont alarmants. Et pour cause…

Le directeur de l’Institut Sigma Conseil, Hassen Zargouni, a présenté mercredi soir, lors de l’émission 27/4 à El Hiwar Ettousi, des chiffres éloquents qui mettent franchement en cause une politique de marginalisation perpétuée par les autorités de Tunis.

S’adressant au pouvoir central, Zargouni a déploré l’absence de la volonté politique de régler les problèmes de la région : « La politique économique n’est pas à la hauteur, elle n’est pas juste et la politique sociale est quasi inexistante », a-t-il dénoncé.

Et d’ajouter « 184 ministres se sont succédé depuis la Révolution mais ils n’ont rien fait pour la région. »

Mercredi soir, le porte-parole du gouvernement tunisien, Khaled Chaouket, a annoncé une série de mesures en faveur de la région de Kasserine. Mais suffiront-elles à satisfaire et à apaiser ces régions ?

Selon les chiffres présentés par Sigma-Conseil, probablement pas…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1 COMMENTAIRE

  1. C’est facile de critiquer. presentez des chiffres concernant la demande (chomeurs, travailleurs) mais presentez aussi des chiffres relatifs a la capacite (emplois) tout en specifiant le nombre d’entreprises qui ont quitte le pays. La plupart ont quitte le pays a cause de l’insecurite, et les tunisiens qui n’arretent pas de demander plus tout

Laisser un commentaire