Tunisie : «Il faut institutionnaliser les arrestations pour corruption», préconise le DG...

Tunisie : «Il faut institutionnaliser les arrestations pour corruption», préconise le DG de l’APII

par -

Le Directeur général de l’Agence de promotion de l’industrie et de l’innovation (APII), Samir Bechoual, a appelé à l’institutionnalisation de la campagne d’interpellations et d’arrestations visant un certain nombre d’hommes d’affaires pour être étendue à tous les secteurs.

Il a estimé dans un entretien accordé à Africanmanager que la lutte contre la corruption est un déterminant majeur pour l’attraction des investissements entre pays, car l’élimination des lobbys de la corruption et de la corruption reflète la ferme volonté de l’Etat de combattre ce fléau qui gangrène la plupart de ses compartiments. Interview :

L’année dernière n’était pas brillante pour l’investissement en Tunisie eu égard aux défis qu’elle avait à relever. Comment jugez-vous l’investissement industriel en ce 5ème mois de l’année ?

L’investissement industriel déclaré a enregistré au cours des 5 premiers mois de 2017 une progression de 24,2% pour dépasser les 1777,7 millions de dinars contre 1431,7 millions de dinars, alors que le nombre des projets déclarés a évolué de 1,2%.

Par secteur, les industries chimiques et diverses ont été celles qui ont affiché les hausses les plus importantes, respectivement de 53,4% et de 47%, soit l’équivalent de 180,4MDT et 273 MDT respectivement.

Qu’en est-il des investissements locaux ?

Pour la première fois depuis 2011, les investissements nationaux déclarés enregistrent une remarquable augmentation de 43,5%. Par contre, les investissements étrangers déclarés ont accusé un recul de 29,3%.

Comment expliquez-vous ce regain d’intérêt pour l’investissement local ?

Cette évolution que connaît l’investissement local est l’indice que les Tunisiens ont repris confiance dans le dispositif des investissements eu égard notamment à l’amélioration du cadre législatif et juridique et au lancement d’une série de réformes et de mesures en tête desquelles la nouvelle loi relative à l’investissement et ses textes d’application qui vont porter leurs fruits dans les années à venir outre l’engagement du gouvernement à consacrer dans les faits la gouvernance dans ce domaine.

Pensez-vous que la campagne contre la corruption se traduira par un surcroît d’intérêt pour l’investissement ?

Assurément, la mise en œuvre par le gouvernement actuel de la stratégie de lutte contre la corruption va avoir des effets positifs sur le climat d’investissement et des affaires vu notamment les excellents échos qu’a eue aux plans populaire, national et international, la campagne qui a touché nombre d’hommes d’affaires impliqués dans la corruption et la contrebande y compris l’économie parallèle.

La lutte anticorruption à travers l’élimination de ses symboles est de nature à stimuler les investissements locaux et encouragera les investisseurs à lancer de nouveaux projets, ce qui favorisera le développement de l’économie nationale grâce au climat de transparence et aux garanties fournies à l’investisseur aussi bien tunisien qu’étranger.

Que faudra-t-il faire encore pour encourager les investisseurs ?

Il est nécessaire d’institutionnaliser les interpellations et les arrestations pour en faire une campagne permanente couvrant tous les secteurs, car la lutte contre la corruption compte parmi les principaux déterminants pour l’attraction des investissements entre pays, et aussi parce que l’élimination des lobbys de la corruption et de la contrebande reflète la ferme et sérieuse volonté du gouvernement de combattre ce fléau qui gangrène la plupart des compartiments de l’Etat.

Parmi les mesures qu’il est nécessaire de mettre en place, la mise en œuvre des dispositions mentionnées par la loi relative à l’investissement, notamment l’Instance tunisienne de l’investissement et le Conseil supérieur de l’investissement, et ce en améliorant la coordination entre les différentes structures concernées pour surmonter les difficultés de la période transitoire.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire