La STB gagne ses galons de champion de la restructuration

La STB gagne ses galons de champion de la restructuration

par -

Le directeur général de la STB (Société tunisienne de banque, un établissement public), Samir Saied, a annoncé, lors de la communication financière de la banque, tenue le 10 mai 2018 à la Bourse de Tunis, une accélération marquée du rythme de croissance de l’ensemble des agrégats d’activités et de performance. Ainsi, une évolution importante et plus rapide des encours de crédits nets et des dépôts de la clientèle sur les deux premières années du plan, plus particulièrement au cours de l’exercice 2017, a été constatée. En ce qui concerne les créances nettes sur la clientèle, l’évolution a été de l’ordre de 10% en 2017 contre 4% une année auparavant. Idem pour les dépôts de la clientèle qui ont aussi progressé de 10% en 2017 contre 3% en 2016. Quant au portefeuille titres, l’évolution est passée de 28% en 2016 à 5% en 2017.

Le DG de la STB a également fait part d’une inversion confirmée de la courbe des performances avec une accélération du rythme de croissance depuis 2016, date d’amorce de la mise en place de la nouvelle stratégie de la banque à l’horizon 2020. En effet, le PNB de la banque a enregistré  durant l’année 2017 une hausse de 26% contre une évolution de 15% en 2016. Durant l’année 2017, le résultat brut d’exploitation et le résultat net ont également progressé respectivement de 19% et de 28%.

Il en ressort également, d’après un document de la banque, que malgré les efforts consentis pour la maîtrise des engagements, le coût net de risques demeure relativement élevé et continue à peser lourdement sur les résultats de la banque, notamment en l’absence de solutions profondes relatives à l’assouplissement réglementaire pour le traitement transactionnel et à l’amiable des créances compromises mais aussi la lenteur et la complexité des procédures de recouvrement judiciaire.

On note aussi une nette amélioration du coefficient d’exploitation et de la productivité des collaborateurs, conséquence directe de la maîtrise des charges opératoires et de l’accroissement du PNB. Ainsi, le taux de créances accrochées a accusé une baisse significative conjuguée à une amélioration conséquente de leur couverture.

Outre amélioration du coefficient d’exploitation, la STB dévoile des ratios de couverture des risques au-dessus des seuils réglementaires, nonobstant l’accroissement des risques encourus. La fléchissement de ces ratios est expliqué en grande partie par l’impact des provisions et par le coût des départs volontaires, des investissements dont les fruits seront réalisables durant les années futures.

Toujours selon le document dont nous disposons, mis à part les ratios prudentiels, tous les objectifs du contrat programme de la banque ont été dépassés, enregistrant ainsi une nette accélération marquée en 2017, plaçant la STB sur la trajectoire des prévisions retenues à l’horizon 2020.

S’agissant de l’année 2018, il est à constater que les réalisations de la STB, durant le premier trimestre, sont toujours en hausse, confirmant la tendance observée au cours de 2017 et plaçant la STB au rang des banques les plus performantes. Les créances sur la clientèle et les dépôts de la clientèle ont respectivement progressé de 3,2% et de 1,5% durant ce premier trimestre.

La STB a également clôturé le premier trimestre de cette année avec un PNB en évolution de 24,1% et un résultat brut d’exploitation de 25,9%.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire