Le spécialiste français des risques de santé et sécurité International SOS, et le cabinet britannique Control Risks, expert en gestion des risques politiques, sécuritaires et d’intégrité viennent de publier leur nouvelle carte du monde interactive Travel Risk Map 2018.

La Tunisie y figure comme pays à risque très élevé en matière de sécurité routière et à risque moyen pour ce qui est de la sécurité médicale et de sécurité des voyageurs. S’agissant d’Alger, capitale de l’Algérie, le risque est jugé élevé pour les trois volets. Le Caire, capitale de l’Égypte, a reçu des notes de risque moyen dans les domaines de la sécurité médicale et de la sécurité des voyages (bien que la partie ouest de l’Égypte et le nord du Sinaï aient reçu aient été jugés zones à risque élevé). Le risque de sécurité routière dans le pays est qualifié de modéré, légèrement meilleur qu’au Maroc où, comme la Tunisie, ce risque est très élevé.

En Libye, où deux gouvernements rivaux se battent pour le contrôle du pays déchirée par la guerre, les notes sont faibles pour les trois domaines. Les risques médicaux et de sécurité routière sont tous deux jugés très élevés et le risque lié à la sécurité des déplacements est extrême.

La Finlande, la Norvège et l’Islande ont reçu les meilleures notes. Tous les trois ont reçu la note de faible risque pour les trois domaines, selon la carte.

Les pays qui présentent le plus grand risque en matière de sécurité routière sont l’Arabie saoudite, l’Iran, le Kazakhstan et la Bolivie. Les pays européens, ainsi que la Nouvelle-Zélande, le Japon et l’Australie, ont reçu la note de risque faible ou très faible dans cette catégorie.

Les pays considérés comme présentant des risques extrêmes en sécurité sont la Syrie, le Mali, la Libye, le Soudan du Sud, l’Afghanistan, la Somalie et le Yémen. Le Mexique, le Pakistan et certaines parties de l’Inde sont tous classés parmi les meilleurs de cette catégorie.

Le Canada, les États-Unis, une grande partie de l’Europe, l’Australie, le Japon et la Nouvelle-Zélande sont tous considérés comme présentant un faible risque dans la catégorie médicale.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire