Des partenariats public-privé dans l’agriculture, mais pas pour tous…

Des partenariats public-privé dans l’agriculture, mais pas pour tous…

par -

Le ministère de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche a entamé le gigantesque chantier de la modernisation du secteur agricole. Au-delà de la nécessaire réforme du secteur, pour que ceux qui s’y activent puissent en vivre décemment, il s’agit de sauver un pan clé de l’économie nationale et dont les problèmes ont eu une autre résonance depuis qu’on a appris les ennuis qui guettent la Tunisie du fait du réchauffement climatique. Alors le temps presse et il y a urgence à lancer les projets de grande envergure. Les partenariats public-privé en font partie…

Mais le ministère a décidé de limiter les projets de partenariat entre les secteurs privé et public uniquement aux terres récupérées (environ 16 mille hectares), en vertu d’un accord signé ce lundi 19 juin 2017 entre le département de l’Agriculture et l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) et le secrétaire d’Etat chargé des domaines de l’Etat et des Affaires foncières et dont l’agence TAP a reçu une copie.
Cet accord porte aussi sur la mise de certaines fermes agricoles récupérées à la disposition de l’Office des terres domaniales en vue de renforcer ses équilibres financiers et de reformuler le cahier des charges dont l’annexe relative à la location des complexes agricoles pour la création de projets agricoles intégrés entre des investisseurs privés et l’Office des terres domaniales.
L’accord stipule aussi de s’attacher à tous les complexes agricoles et industriels de l’Office des terres domaniales en tant qu’établissement public et à ouvrir les négociations entre les structures de l’UGTT et l’autorité de tutelle, dans les plus brefs délais, pour examiner les formules permettant de renforcer l’office afin de surmonter les difficultés.

Le ministère de l’Agriculture a indiqué, dans un communiqué, que cet accord vise à développer et moderniser le secteur agricole, à mieux maitriser l’exploitation des terres domaniales, tout en encourageant les investisseurs tunisiens et étrangers à investir dans le secteur agricole
Le département a indiqué que cet accord constitue un bond qualitatif pour développer le rendement du secteur agricole.

Mais quid des autres terres agricoles ? Les agriculteurs risquent de râler sec en apprenant que les nouveaux dispositifs du partenariat public-privé ne concernent que les terres récupérées, c’est-à-dire directement contrôlées par l’Etat. Qu’a-t-on prévu pour les autres particuliers ? Mystère pour le moment, mais ce qui est sûr c’est que le gouvernement a intérêt à des réponses, et à la hauteur !

Par ailleurs on appris que la grève dans le secteur de l’agriculture, initialement prévue les 21 et 22 juin courant, a été reportée, indique un communiqué publié ce lundi par le bureau de presse du ministère des Affaires sociales.
La grève a été reportée à l’issue d’une séance de conciliation tenue au siège du ministère, en présence du ministre de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche, Samir Ettaieb et le chef de cabinet du ministre des Affaires Sociales, précise le communiqué.
Une réunion de coordination est prévue entre la Fédération générale de l’Agriculture et les structures administratives concernées pour examiner les différents points présentés par la partie syndicale.
Les deux parties ont convenu d’organiser, le 13 juillet prochain, une réunion du comité central pour conciliation, selon la même source.

TAP

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire