60,9 % d’insatisfait de l’administration et 63 % préfèrent le mobile pour...

60,9 % d’insatisfait de l’administration et 63 % préfèrent le mobile pour y accéder

par -

Environ 60.9% des Tunisiens ont une mauvaise impression de l’administration publique notamment en ce qui concerne le volet qualité des services et ils sont un peu plus nombreux encore à considérer que les projets engagés par le gouvernement dans ce sens, sont inefficaces, selon un sondage mené par le bureau d’étude Sigma Conseil. 54.7% des personnes interrogées estiment que les services administratifs fournis par les municipalités sont beaucoup plus importants que ceux dispensés par le service public.
Selon Hassen Zargouni, directeur général de Sigma Conseil qui s’exprimait jeudi à Tunis en marge d’un rencontre sur ” l’amélioration des prestations administratives “, environ 55.4% des personnes sondées font recours aux méthodes classiques pour accéder au service public alors que 63% d’entre eux préfèrent utiliser une application mobile pour y accéder.
D’après Zargouni, le taux de Tunisiens qui désirent utiliser les nouvelles technologies dans ce domaine est en nette augmentation à la lumière de la prolifération des Smartphones et l’accès de plus en plus croissant de la population à la toile.
Selon toujours l’étude, les Tunisiens dénoncent une mauvaise qualité d’accueil, d’orientation et de renseignement dans l’administration publique et critiquent le processus de suivi des dossiers de remboursement des frais de soins à la caisse nationale d’assurance maladie (CNAM).
Intervenant, le ministre de la Fonction publique, de la modernisation de l’administration et des politiques publiques Kamel Morjane a souligné que le développement de la qualité des prestations fournies par le service public constitue un axe important dans le programme et le plan d’action de son département.
La simplification des procédures administratives vise à développer la qualité des services et à améliorer la relation entre le citoyen et l’administration, a-t-il dit, faisant remarquer que la création d’un ministère de la Fonction publique s’inscrit dans cette optique.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire