Accord entre pays riverains sur le statut de la mer Caspienne

Accord entre pays riverains sur le statut de la mer Caspienne

par -

L’Iran et quatre ex-républiques soviétiques, dont la Russie, se sont entendus dimanche au Kazakhstan sur le principe du partage des ressources gazières et pétrolières de la mer Caspienne, ce qui pourrait théoriquement permettre de relancer des projets d’exploration et de gazoducs dans la région.

La question de la délimitation des frontières – à l’origine de la plupart des conflits territoriaux – n’a cependant pas été tranchée et nécessitera des accords supplémentaires entre riverains, a déclaré le président iranien Hassan Rohani.

Les cinq pays riverains de la mer Caspienne (Iran, Russie, Kazakhstan, Turkménistan et Azerbaïdjan) se disputent depuis près de trois décennies le partage de la plus grande mer fermée au monde.

Si certains projets offshore ont été développés, comme celui de Kashagan au large de la côte du Kazakhstan, d’autres sont suspendus à un accord entre pays concernés. L’un d’eux est un projet de gazoduc reliant le Turkménistan à l’Azerbaïdjan et, au-delà, à l’Europe, qui pourrait offrir aux Européens une alternative aux livraisons de gaz naturel russe.

Le statut de la mer Caspienne est contesté depuis la chute de l’Union soviétique, qui avait une frontière clairement définie avec l’Iran.

Téhéran a proposé lors des négociations de découper la mer en cinq parts égales ou d’exploiter en commun ses ressources, mais ces propositions n’ont pas obtenu les faveurs des quatre autres pays concernés. Trois d’entre eux (Russie, Kazakhstan et Azerbaïdjan) se sont de fait partagé le nord de la Caspienne.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire