Algérie : La justice change de camp, Sellal finit comme Ouyahia

Algérie : La justice change de camp, Sellal finit comme Ouyahia

par -

Dans une Algérie qui ne sait toujours pas dans quelle direction elle va, dans un pays où les jeunes ne savent toujours pas à quelle sauce ils seront mangés par un morceau de l’ancien régime qui se cramponne au pouvoir, avec l’appui de l’Armée, le système de Bouteflika se retourne contre les siens. La justice a lancé une traque implacable contre ceux-là même qui lui donnaient des ordres il y a peu, dans une tentative de laver plus blanc que blanc, de se délester de son passé encombrant et de prendre le virage du changement. L’ex-Premier ministre Ahmed Ouyahia a été le premier à faire les frais de cette chasse aux sorcières qui suit systématiquement tout déboulonnement de régime, Abdelmalek Sellal vient de s’ajouter à la liste qui pourrait être longue…

Sellal est tombé pour soupçon de corruption, nous apprend la télévision publique algérienne.
Un juge de la Cour suprême a décidé ce jeudi 13 juin de placer en détention provisoire celui qui a piloté le gouvernement de 2012 à 2017 et qui faisait partie de la garde rapprochée de Bouteflika, il a même dirigé à plusieurs reprises ses campagnes électorales. Il rejoint donc Ouyahia, derrière les barreaux depuis hier, épinglé pour gaspillage de l’argent public, abus de pouvoir et des droits que même son rang de Premier ministre ne justifie pas…

Abdelghani Zaalane, l’ancien ministre des Travaux publics et des Transports, a lui aussi de gros ennuis; un juge de la Cour suprême lui a retiré son passeport et l’a mis sous contrôle judiciaire. Il est contraint de se présenter à la Cour une fois par mois, indique la télévision algérienne…

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire