Authors Posts by African Manager

African Manager

52334 POSTS 0 COMMENTAIRES

par -

Elyes Fakhfakh est déterminé à former un cabinet ministériel restreint de 25 ministres, a souligné Rached Ghannouchi, président du mouvement Ennahdha.
Dans une déclaration aux médias, à l’issue de sa rencontre, jeudi, à Dar Dhiafa à Carthage, avec le chef du gouvernement désigné Elyes Fakhfakh, Ghannouchi a indiqué que son parti plaide pour cette option, même ” si cela conduirait à reconstituer certains ministères où à supprimer la plupart des secrétariats d’Etat.
” Le mouvement Ennahdha est disposé à ne pas perdre du temps dans la formation du prochain gouvernement “, a-t-il insisté, ajoutant que le futur cabinet ministériel devrait refléter l’image du paysage parlementaire.
Par ailleurs, Ghannouchi a formé le vœu de voir le prochain gouvernement se composer de partis politiques et non pas de personnalités, affirmant préférer un gouvernement d’union nationale loin de toute exclusion.
Dans ce contexte, il a insisté sur le fait que le parti Qalb Tounes fasse partie de la coalition gouvernementale.
Selon Ghannouchi, Elyes Fakhfakh a fait part, lors de cet entretien, de sa volonté d’interagir avec les partis politiques et non pas avec les personnalités. “Le chef du gouvernement désigné nous a également informé de son programme et de ses priorités”, a-t-il ajouté.
Le programme du chef du gouvernement désigné porte sur l’amélioration des conditions de vie des citoyens notamment à travers la baisse des prix et la lutte contre la contrebande, a-t-il précisé.
Le chef du gouvernement désigné avait entamé, jeudi, les concertations avec les acteurs politiques et sociaux en vue de former le prochain gouvernement.
Le président de la République, Kais Saied, avait chargé, le 20 janvier courant, Elyes Fakhfakh, de former un gouvernement dans les plus brefs délais.

par -

Le Fonds Mondial pour la Nature (WWF-NA) et le Global Water Partnership Mediterranean (GWP-Med), viennent de lancer un appel à candidatures pour sélectionner une trentaine de jeunes de Ghar El Melh et du Grand Bizerte afin de les accompagner dans la concrétisation de leurs idées de projets verts.
Ces jeunes assisteront à un ensemble de formations ciblées et de sessions de coaching leur permettant à la fois d’élaborer leurs “business plans”, de développer et de renforcer leurs connaissances sur les thématiques liées à la gestion intégrée et durable des ressources naturelles dans un contexte de changement climatique.
Les jeunes souhaitant bénéficier de cet accompagnement sont appelés à envoyer leurs candidatures avant le 26 Janvier 2020. Pour plus d’information, ils peuvent contacter l’adresse mail suivante: gemwet.jobs@gmail.com
Cet appel à candidatures s’inscrit dans le cadre du projet GEMWET ” Conservation et Développement Durable des Zones Humides Côtières à Haute Valeur Ecologique ” mis en œuvre à Ghar El Melh et financé par la Fondation MAVA pour la Nature.
e projet qui s’étale sur une période de trois années (2018-2021), a pour principal objectif de contribuer au développement économique, socioculturel et écologique de la zone.
Le Projet est financé par la fondation MAVA pour la Nature et mis en œuvre par
Un ensemble de partenaires régionaux et nationaux sont chargés de la concrétisation de ce projet.
Il s’agit de WWF Afrique du Nord, StichtingBirdLife Europe, Association ” Les Amis des Oiseaux “, Global Water Partnership Mediterranean (GWP-Med), Centre d’Activités régionales du programme d’Actions prioritaires (CAR/PAP) de le Programme de l’ONU pour l’environnement (PNUE), l’Institut National Agronomique de Tunis (INAT), Tour du Valat, Union Internationale pour la Conservation de la Nature en Méditerranée (IUCN Med).

par -

Le Vice-Président de la Banque européenne d’investissement, Ambroise Fayolle, a signé aujourd’hui avec le ministre des finances Richard Randriamandrato, en présence du Président Andry Rajoelina un prêt de 35 millions d’euros accordé à la République de Madagascar lançant ainsi le projet Jirama Water III. Ce financement est complété par un don de l’Union européenne au travers de la Plateforme d’Investissement pour l’Afrique (PIA).

Mené par la Jiro sy Rano Malagasy (JIRAMA), la compagnie 100% publique d’eau et d’électricité, le projet consiste en la réalisation des investissements prioritaires pour le système d’adduction d’eau potable de la Commune Urbaine d’Antananarivo. Ces investissements concernent autant la capacité de production que de transport et de distribution d’eau potable à l’échelle de la capitale et de sa périphérie.

Le montant total de l’investissement s’élève à 74 millions d’euros, auquel la BEI participe à 47%. Il n’aurait pu être lancé sans le fort soutien de la Commission Européenne, qui apportera 30 millions d’euros, dont 27 millions sous forme de don d’investissement et 3 millions destinés à l’assistance technique. Le reste du financement proviendra de la République de Madagascar (6,5 millions d’euros) et de l’Organisation à but non lucratif Water & Sanitation for the Urban Poor (WSUP) qui s’est activement engagée auprès de la Jirama depuis plus de 10 ans pour améliorer la performance de sa prestation de services d’eau et qui a apporté un soutien précieux pour préparer le projet et fournir un don de 2,5 millions d’euros.

Ce projet est conforme aux objectifs de l’UE pour le pays. Il est ainsi spécifiquement mentionné dans le Programme Indicatif National (PIN) de l’UE pour Madagascar pour la période 2014-2020 (11ème FED) et se distingue par son impact élevé sur la santé publique, l’environnement, le genre et la réduction des inégalités. Il contribue ainsi à 5 des « Objectifs de Développement Durable » (ODD) : « Eau propre et assainissement », « Pas de pauvreté », « Bonne santé et bien-être », « Égalité entre les sexes » et « villes et communautés durables ». Il est également en ligne avec les orientations de la BEI en matière de prêts au secteur de l’eau et éligible aux «Sustainability Awareness Bonds (SABs) », au titre de sa contribution à améliorer l’accès à l’eau potable.

L’impact positif du projet sur le genre se traduira à travers la réduction de la pénibilité et du temps d’accès à l’eau potable, corvée qui incombe habituellement aux femmes et filles des foyers. Cela permettra de manière indirecte de favoriser la scolarité des jeunes filles et de libérer du temps pour les femmes qui pourront le consacrer à d’autres tâches, notamment des activités génératrices de revenus.

Depuis 2014, la BEI a multiplié les investissements à Madagascar, dans les secteurs routiers et de l’énergie. Elle finance ainsi, conjointement avec l’AFD et l’UE le développement du réseau péri-urbain d’Antananarivo (projet « Rocade »), à 100% la reconstruction d’infrastructures suite aux cyclones particulièrement dévastateurs de 2015, conjointement avec l’UE la modernisation du réseau routier de Madagascar (RN6 er RN13) et enfin la quatrième turbine du projet JIRAMA Andekaleka Hydro Expansion. Ces projets ont représenté 208,6 millions d’euros de prêts ayant été appuyés par des dons de l’Union Européenne à hauteur de 120 millions d’euros.

La BEI devrait conduire en 2020 l’évaluation du projet d’interconnexion énergétique entre Antananarivo et Toamasina PRIRTEM-1 et pourrait participer au financement auprès de la Banque africaine et de développement et de l’UE.

« La Banque de l’Union européenne est heureuse de pouvoir accompagner Madagascar dans le financement de nombreux projets de développement cruciaux pour le pays, et souhaite s’engager davantage, toujours aux côtés de ses partenaires, dans les projets d’infrastructures (routières, hydro-électriques ou d’énergie) ayant un niveau important de lutte contre le changement climatique, notamment en termes d’adaptation », a déclaré le vice-président de la BEI, Ambroise Fayolle.

par -

Plusieurs malades et visiteurs de l’hôpital régional de Jendouba ont exprimé, jeudi, leur mécontentement face à la détérioration de la qualité des services dispensés par cet établissement public.

Dans des propos recueillis par l’agence TAP, les citoyens ont mis l’accent sur le manque de médicaments et de couvertures, la panne du scanner de l’hôpital et du chauffage, en plus du manque de médecins.

Ils ont, par ailleurs, mentionné l’absence de lumière dans certains halls des étages, dont les services de cardiologie et de natalité, en plus de la panne de certains ascenseurs et de l’absence de sécurité au niveau des étages, durant la nuit.

Certains ont soulevé les problèmes endurés par les malades, qui viennent des délégations lointaines à l’instar de Ghardimaou, Ain Draham et Tabarka. Selon les témoignages, les malades n’arrivent pas à faire les analyses et les consultations nécessaires, malgré les rendez-vous pris à l’avance, à cause des appareils médicaux en panne, de l’absence de médicaments ou de médecins spécialistes.

Selon le directeur de l’hôpital par intérim, Sami Amroussi, le scanner est en panne depuis février 2019 et le ministère de tutelle en a été informé.

Evoquant la panne touchant les chauffages de l’établissement, le directeur explique que le retard des réparations est dû au blocage de l’un des appels d’offres, ajoutant que, le personnel de l’hôpital est obligé de demander aux malades et à leurs familles d’apporter des couvertures supplémentaires pour pallier à ce problème.

Par ailleurs, Amroussi s’est engagé à trouver les solutions adéquates aux problèmes relatifs à la lumière des étages, les ascenseurs et le manque de sécurité.

Rappelons que l’hôpital régional de Jendouba a subi, depuis trois ans, une inspection administrative et financière, à cause de l’accumulation des dettes ayant dépassé les 7 millions de dinars.

L’enquête administrative a permis de révéler des faits de corruption, donnant suite à des arrestations parmi les cadres de l’hôpital et certains fournisseurs, pour détournement de fonds publics.

par -

Suite à l’annulation de la desserte du navire français “Daniel CASANOVA” programmée, le 26 janvier 2020 vers Marseille, la Compagnie Tunisienne de Navigation (CTN) a appelé, jeudi, les voyageurs qui ont réservé leurs billets, à appeler contacter les agences de la CTN ou les agences privées pour réserver sur l’une de ces dessertes :
De Tunis vers Gênes : le 24 janvier 2020 à 11h à bord du navire Carthage.
De Tunis vers Marseille : le 28 janvier 2020 à 11 à bord du navire Carthage.
La CTN, a rappelé dans un communiqué, que la desserte de Daniel CASANOVA a été annulée à cause des grèves en France et la perturbation du trafic maritime à Marseille.

par -

Une conférence de presse a été organisée ce jeudi 23 janvier 2020 par l’Institut national agronomique de Tunisie (INAT), pour annoncer le lancement officiel de l’Union Nationale des Opérateurs de la Filière Bio (UNIbio).

Dans une déclaration faite à Africanmanager, Leith Tlemçani, président de l’union UNIbio, a précisé qu’il s’agit d’un syndicat professionnel indépendant qui regroupe tous les agriculteurs, les transformateurs et les distributeurs de produits agricoles naturels ou transformés et portant ou destinés à porter des indications se référant au mode de production biologique.

  • Structurer le marché du Bio

Tlemçani a, encore, précisé que l’objectif de cette nouvelle structure est de contribuer à une meilleure structuration du marché de la Bio, notamment en matière de circuits d’approvisionnement et de vente, d’encourager la synergie entre les différents opérateurs de la filière à l’instar des agriculteurs, des transformateurs, des distributeurs dont les exportateur…

Il s’agit aussi d’aider les agriculteurs à se convertir à l’agriculture biologique, d’assurer une meilleure promotion des produits bio tunisiens et de limiter l’impact de la consommation sur les ressources naturelles (sol, eau, biodiversité, …).

Sur un autre volet le président de l’UNIbio, a évoqué les difficultés que rencontre la filière bio tunisienne. il assuré que «nous avons remarqué qu’il y a un manque au niveau des synergies entre les différents intervenants, aussi bien une absence d’un cadre légal pour la distribution des produits bio ce qui ouvre ainsi la voie à la fraude, ainsi que d’un contrôle de la commercialisation et de l’usage des pesticides en Tunisie ce qui favorise l’utilisation de produits toxiques interdits selon les normes internationales »a-t-il noté .

Et d’ajouter que «Nous sommes convaincus que les perspectives sont énormes pour le secteur du bio. D’ailleurs, à l’échelle internationale, le marché du bio représente à peine 3% du marché global. En Tunisie, la part de ce marché reste aussi dérisoire, malgré l’importance de produits comme les dattes et l’huile d’olive. Dans le monde comme en Tunisie, la demande est beaucoup plus importante que l’offre…» a conclu Tlemçani.

  • 60 mille tonnes de produits bio exportées en 2018

La commercialisation des produits bio sur le marché local se développe d’une manière timide, mais de façon croissance grâce à l’ouverture de points de vente spécialisés dans plusieurs régions du pays.

Selon les données annoncées par l’Union Nationale des Opérateurs de la Filière Bio, en Tunisie, les superficies Bio ont atteint 336 mille ha en 2018. 60 mille tonnes de produits bio ont été exportées en 2018 d’une valeur de l’ordre de 677 millions de dinars.

Cependant, la filière bio en Tunisie reste dominée à 99% par deux produits essentiels à savoir l’huile d’olive (80%) et les dattes (19%).

A noter que l’agriculture biologique constitue un mode de production qui a recours à des pratiques culturales et d’élevages soucieux du respect des équilibres naturels. Elle exclut ainsi l’usage des produits chimiques de synthèse (pesticides et engrais chimiques), des OGM et limite l’emploi d’intrants.

par -

Les membres du conseil municipal de Métlaoui (gouvernorat de Gafsa) ont élu, samedi dernier, Ammar Messaoui, président du conseil municipal, après la démission de Sihem Dinari, en décembre dernier.

Le nouveau maire a été élu par les 18 conseillers municipaux présents lors de cette session, sur un total de 24 membres.

Les quatre adjoints au maire sont :
Zaineb Abidi : 1er adjoint
Ammar Akouri : 2eme adjoint
Jamila Sehili : 3eme adjoint
Ezzedine Bakouri : 4eme adjoint

Les priorités du conseil municipal seront basées, au cours de la prochaine période, sur le dossier de la propreté et de la protection de l’environnement, annonce le nouveau maire.

Il a ajouté que de nouveaux équipements de propreté seront acquis, en cours d’année, afin de renforcer le parc de la municipalité.

Selon la même source, le conseil municipal s’occupera également de la réhabilitation de l’infrastructure routière défectueuse.

Ammar Messaoui s’était présenté aux élections municipales de mai 2018, parmi la liste indépendante ‘’la construction et l’innovation’’ (Al-Binaa wa Al-tajdid) qui avait remporté 4 sièges.

par -

Zouheir Maghzaoui, secrétaire général du mouvement Echaab  a assuré ce jeudi 23 janvier 2020, à Mosaïque fm, que les conditions de participation de son parti au gouvernement de ILyes Fakhfakh n’ont pas changé.

Il a , dans ce contexte, précisé que l’indépendance de la BCT, la recherche des solutions urgentes pour les entreprises publiques, la résolution de la crise du secteur phosphatier à Gafsa, sont désormais les principaux exigences de son parti.

par -

Nous apprenons, de sources officielles, que la Biat a racheté un bloc de contrôle de la société Tunisie Valeurs. Il s’agirait en fait, essentiellement des actions des Abdelkefi père et fils, sachant que l’actionnariat actuel de Tunisie Valeurs est réparti à 35,3 % chez Integra Partners, 15 % chez Tunisie Leasing et Factoring et 5,4 % chez Slaheddine Caïed Essebssi. On attendra le communiqué de presse de la Biat pour plus de détails

par -

Rached Ghanouchi, président du mouvement Ennahdha a annoncé ce jeudi 23 janvier 2020 que son parti est favorable à une forme de gouvernance réduite.

Ainsi, le nombre de ministres ne doit pas dépasser 25. La majorité des postes de secrétaires d’Etat seront supprimés.

Ghanouchi a insisté sur le fait que ce gouvernement reflète la situation parlementaire et la représentativité au parlement, rapporte Mosaïque fm.

par -

L’Union Tunisienne de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (UTICA) se penche actuellement sur l’élaboration d’une stratégie de développement du secteur des industries mécaniques et métallurgiques (IMM) à l’horizon 2035.

“Cette stratégie permettra de dégager une vision pour l’avenir d’un secteur qui est d’une grande importance pour l’économie et de contribuer à mieux définir le positionnement du secteur des IMM dans la chaine de valeur mondiale”, a indiqué Béchir Boujdai, membre du bureau exécutif de l’UTICA et président de la fédération nationale de la mécanique, lors d’un atelier consacré à l’élaboration de cette stratégie tenu, jeudi, à Tunis.

Et d’ajouter que cette stratégie constitue une opportunité pour l’entreprise tunisienne afin de mieux s’intégrer dans la chaine de valeur internationale, notamment à travers la conclusion de partenariats, le développement d’activités à forte valeur ajoutée et la diversification des marchés.

L’atelier a pour objectif de faire une revue du positionnement et de la situation concurrentielle du secteur, d’analyser les tendances internationales et les opportunités à saisir et de contribuer à l’élaboration d’une vision pour le devenir du secteur à l’horizon 2035.

Le secteur des industries mécaniques et métallurgiques compte 635 entreprises de plus de 10 employés en 2019. Il représente 11.9% du tissu industriel et emploie 46889 personnes (entreprises de plus 10 employés) soit 8.9% du total des emplois industriels. Quelque 187 (29.4%) entreprises du secteur sont totalement exportatrices.

par -

La station d’assainissement de Lessouda (gouvernorat de Sidi Bouzid) est entrée en service, en début de la semaine dernière.

Ce projet est financé par la Banque allemande de développement moyennant 24 millions de dinars.

La capacité de traitement de la station est de 7300 m3 par jour. Elle couvre les villes de Sidi Bouzid et de Lessouda, souligne à l’agence TAP Faouzi Jaouadi, directeur régional de l’assainissement.

Par ailleurs, les travaux d’installation des canalisations et d’équipement de la station d’assainissement de Sidi Ali Ben Aoun se poursuivent pour un coût de 15 millions de dinars.

Le taux d’avancement des travaux est de 98 %, en attendant de trouver une solution aux objections des citoyens à l’électrification de la station et au déversement des eaux traitées.

Dans le cadre de la protection contre les inondations, les services de la direction régionale de l’office national de l’assainissement de Sidi Bouzid ont entamé le nettoyage des réseaux d’évacuation des eaux pluviales, ainsi que la coordination avec les différentes directions régionales (équipement, agriculture, municipalités) pour intervenir à chaque fois qu’il est nécessaire.

L’absence de réserves foncières freine la réalisation des projets programmés tels que les stations de pompage et d’assainissement dans les délégations de Cebbala, de Bir El Hafey, de Souk Jedid, d’Ouled Haffouz, de Regueb et de Menzel Bouzaiane.

Le réseau d’assainissement de Sidi Bouzid s’étend sur 270 kilomètres, avec un taux de raccordement de 85%. Il compte 10 stations de pompage et 5 stations d’assainissement.

par -

C’est avec une grande satisfaction que City Cars Kia annonce ses performances commerciales de 2019.

Forte d’une gamme de produits diversifiée, une équipe efficace et un large réseau d’agents agréés, City Cars Kia a pu immatriculer au terme de l’année écoulée 4.309 unités pour se hisser en tête de classement par marquedes Véhicules Particuliers (VP), avec une part de marché de l’ordre de 12%.

Comparativement à 2018, City Cars affiche une amélioration notable de ses immatriculations VP de 27%, ce qui lui a permis d’accroitre son chiffre d’affaires de 40%, dépassant ainsi la barre symbolique de 200Millions de Dinars.

Les performances réalisées en dépit d’une année particulièrement difficile confirment la ténacité de la marque et témoignent aussi de la capacité de réagir promptement des équipes City Cars Kia.

Aujourd’hui, Kia répand l’image d’une marque jeune et puissante dotée d’une offre pertinente en ligne avec les attentes du consommateur tunisien.

De la mini citadine à l’SUV en passant par la berline, Kia ne cesse de séduire ses clients par la fiabilité de ses modèles et leurs designs novateurs.

Les équipes de City Cars Kia, ses agentsagrééset ses partenaires se consacrent au quotidien avec énergie et professionnalisme pour satisfaire des dizaines de milliers de clients automobilistes répartis sur l’ensemble du territoire tunisien.

La satisfaction client étant au cœur de sa réflexion, City Cars Kia démarre l’année 2020 avec plusieurs projets prometteurs. Au-delà du simple commerce des véhicules automobiles, City Cars Kia se doit désormais de reformater ses processus, moderniser ses outils et orienter ses ressources dans une démarche d’amélioration continue de l’expérience client.

Kia mise notamment sur l’encadrement et le développement de son réseau d’agents agréés en vue d’assurer un véritable service de proximité et se rapprocher davantage de ses clients. Le réseau Kia compte jusqu’ici 17 agents qui constituent les principaux relais de la vente et de l’après-vente.

L’après-vente est également un axe stratégique pour Kia. Autant les produits Kia sont fiables offrant une garantie constructeur de 5 ans, le service après-vente est en mesure d’accompagner le client automobiliste pour un usage optimal de son véhicule.

City Cars Kia se félicite enfin d’être parvenue à gagner la confiance de ses clients et promet de mettre en œuvre tous les moyens pour les satisfaire par ses produits innovants et ses services de professionnels.

Kia, The Power to Surprise

par -

La station de dessalement de l’eau de mer de Sfax dont les travaux de réalisation de ses premières composantes démarreront en mars 2020, sera la solution radicale aux problèmes d’approvisionnement en eau potable devenus récurrents dans la région, ces dernières années, a affirmé, jeudi, le Secrétaire d’Etat chargé des Ressources hydrauliques et de la pêche, Abdallah Rebhi.

En visite, jeudi, dans le gouvernorat de Sfax pour prendre connaissance du déroulement du projet de forage de 6 puits profonds dans certaines délégations de la région, réalisé dans le cadre des préparatifs pour l’été 2020, Rebhi a indiqué que les premières composantes de ce projet concernent l’installation de conduites reliant la station aux réservoirs de la SONEDE.

Le coût global du projet financé par un crédit de l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA), s’élève à 956 millions de dinars. Ce projet comporte la construction d’une station de dessalement dans la région de Gargour située à 20 Km au sud de la ville de Sfax et l’installation des conduites de raccordement de cette station aux réservoirs de la SONEDE et au réseau d’approvisionnement en eau dans la région.

Toujours selon Rebhi ” les 6 puits profonds en cours de forage (Puits Sidi Abdallah 2 et Sidi Abdallah 3 (Route de Menzel Chaker), Puits Km 15 Route El Ain, Puits Salah Bis ( Sakiet Ezzit), Puits Route El Ain km 14 (Sfax Sud), Puits kraimia ( Agareb)), vont limiter les perturbations et les coupures d’approvisionnement en eau potable que connait la région ces dernières années, mais ils sont insuffisants pour résoudre définitivement ces problèmes “.

Le coût de réalisation de ces puits dont le débit global est estimé à 270 litres/seconde, s’élève à 3,5 millions de dinars, compte non tenu des coûts de leur équipement, leur électrification et leur raccordement au réseau d’approvisionnement en eau.

Selon le directeur régional du Sud de la SONEDE, Ahmed Soula ” Les taux d’avancement des travaux de ces puits varient entre 20 et 60%. Ils entreront en exploitation avant l’été 2020. Un projet de réalisation de 7 autres puits dans la région est au stade de sélection des offres “.

Ces projets s’inscrivent dans le cadre des budgets de 2019 et 2020 et visent à renforcer le système d’approvisionnement en eau dans la région pour faire face à la demande croissance surtout durant la saison estivale, sachant que 85% des ressources hydrauliques du gouvernorat de Sfax proviennent de l’extérieur du gouvernorat qui se situe à l’extrémité du système des eaux du Nord, ce qui l’expose à une pression croissante sur cette ressource.

par -

La récolte de dattes battrait, cette année, les anciens records, avec une production estimée à 330 mille tonnes, a déclaré le ministre de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche, Samir Taïeb.

La Tunisie a exporté, jusqu’à ce jour, 45 mille tonnes de dattes et table sur l’exportation de 130 ou 140 mille tonnes de ce produit, a-t-il ajouté, jeudi, lors d’un point de presse organisé après la réunion de la Commission nationale de suivi des programmes d’intervention du fonds de promotion de la qualité des dattes.

La commission a passé en revue les activités et les résultats du groupement interprofessionnel des dattes, selon Taieb.

La réunion a, en outre, a-t-il dit, permis d’évoquer les questions relatives à l’augmentation des filets moustiquaires destinés à la protection des régimes de dattes, soulignant que 22 millions sur 44 millions de régimes sont protégés, à savoir 14,587 régimes par les moustiquaires et 7,581 autres par le plastique.

Il a rappelé, dans ce cadre, que l’objectif est de généraliser l’utilisation des moustiquaires pour atteindre 6 millions de moustiquaires, en 2020, dont 4 millions de moustiquaires importés déjà disponibles et 2 millions en cours de confection, en Tunisie, destinés à la protection de 17 millions de régimes de dattes.

Il convient de noter que les appels d’offres pour la confection de ces moustiquaires ont été déjà lancés.

La réunion a permis aussi de passer en revue les résultats du programme national de confection des filets moustiquaires réservés à la protection des régimes de dattes, moyennant l’installation de 40 unités de confection (20 à Tozeur et 20 à Kébili), et la poursuite de ce programme dans l’objectif de limiter l’importation de ce produit.

Les participants à la réunion ont, par ailleurs, proposé la mise en place de 10 unités de confection à Gabes et 10 autres à Gafsa.

par -

Le rapport annuel de l’observatoire social tunisien relevant du forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES) de 2019 vient de révéler que les cas de suicide et tentatives de suicide ont connu une baisse de 42,6% par rapport à 2018.

Le rapport indique qu’en 2019, 268 cas de suicide et tentatives de suicide ont été enregistrés (203 sont de sexe masculin et 43 sont des enfants) contre 467 cas en 2018.

Présentant les résultats du rapport, jeudi à Tunis, lors d’une conférence de presse, Najla Arfa, coordinatrice de l’observatoire a indiqué que la catégorie la plus concernée par le suicide est celle dont l’âge varie entre 26 et 35 ans sachant que les régions les plus touchées sont le Kairouan, Gafsa, Sidi Bouzid, Jendouba, Kasserine et Nabeul.

De son côté, la chercheuse en sociologie, Rania Ghouil a justifié le recours au suicide à la marginalisation sociale et au fiable rendement des institutions sociales outre les séparations familiales, la violence exercée sur les enfants et la crise du secteur éducatif qui n’arrive pas à assumer le rôle qui lui est dévolu.

Selon la même source, le premier mode de suicide utilisé en 2019 est la pendaison (103 cas) suivi de l’auto-immolation (74 cas).

par -

Tarek Cherif, président de la Conect a approuvé le choix d’Elyes Fakhfakh pour la formation du nouveau gouvernement, estimant “qu’il a la volonté d’assurer la transformation du pays”. Il a toutefois, espéré “qu’il ne soit pas entravé par l’opposition”.

Tenant jeudi, une conférence de presse, à Tunis, le président de la 2ème organisation patronale du pays, a averti que “la Tunisie fait face à de grandes difficultés économiques, qui nécessitent le lancement, en urgence de réformes structurelles, sinon nous allons au désastre”.

” Aujourd’hui, nous somme à la croisée des chemins, soit nous lançons les réformes nécessaires, qui sont douloureuses, soit la situation va s’aggraver davantage. Le nouveau gouvernement doit faire preuve d’audace, dans ce contexte délicat “, a-t-il affirmé.

D’après lui, afin de réussir ces réformes, il faut établir un consensus avec les parties sociales et s’assurer, par la même, de l’adhésion de la population, et ce, en expliquant aux citoyens la nécessité et l’intérêt de ces réformes.

Parmi les réformes urgentes, il a réitéré l’impératif d’instaurer un partenariat public privé efficace, permettant d’alléger le fardeau des entreprises publiques, ” qui pèsent plus de 1 milliard de dinars, sur le budget de l’Etat “. Il ne s’agit pas de privatiser ces sociétés, mais plutôt, d’assurer un partenariat avec le privé, afin d’optimiser et améliorer la gouvernance et la gestion de ces sociétés.

par -

Un programme riche et varié de conférences, de workshops, de missions sectorielles… a été concocté par la Conect au titre de l’année 2020, dont notamment l’organisation du fameux ” Conect Business Forum “, du 18 au 20 novembre 2020, avec la participation d’un grand nombre d’hommes d’affaires, d’investisseurs, et de décideurs représentant plus de 30 pays, a indiqué Tarek Cherif, président de Conect.
Intervenant lors d’une conférence de presse, organisée à Tunis, Cherif a fait savoir que ce forum abritera environ 6000 rencontres professionnelles, afin de renforcer les opportunités de partenariat et de coopération entre des hommes d’affaires tunisiens et étrangers.
La confédération propose, également, d’organiser le Business forum Tunisie 2020 et le trophée de la femme manager, durant le mois de mars, la conférence Gabes Géothermie (en avril), et les deux évènements ” Miqyes ” pour les toutes petites entreprises et Forum International des Dattes (en septembre).
Le mois d’octobre sera marqué par l’organisation du Prix Hannon pour la promotion du co-développement par l’investissement responsable, qui est attribué alternativement en Tunisie et en France et qui vise à récompenser les entreprises engagées, ayant réalisé des investissements responsables.
“La Conect organisera, également, durant le mois d’octobre, la Conférence ” Responsabilité Sociétale de l’Entreprise (RSE)” laquelle s’attèle à instaurer une complémentarité entre tout ce qui est économique et social et une meilleure coopération entre les entreprises économiques et les associations, pour impulser le développement dans le pays notamment dans les régions intérieures “, a indiqué Cherif.
De son côté, la présidente de Conect International, Douja Gharbi, a fait savoir que quatre société publiques, dont la Caisse de Dépôt et de Consignation, et deux sociétés privées ont été labellisées RSE, en 2019.
“Pour l’année 2020, nous envisagerons la labellisation d’une dizaine d’entreprises “, a-t-elle ajouté.
A noter que l’année 2019 a été marquée, aussi, par l’organisation de plusieurs manifestations économiques d’envergure, ainsi que d’un grand nombre de missions économiques sectorielles, avec la participation de délégations d’hommes d’affaires tunisiens (Egypte, Amman, Kuwait…).

par -

Facebook a eu le plaisir de recevoir 150 invités lors de l’événement de rentrée ‘“Focus on Africa” qui a eu lieu le 21 janvier 2020 à Paris. L’occasion pour Facebook de présenter ses ambitions pour l’Afrique subsaharienne francophone et de souligner le rôle clé des réseaux sociaux pour promouvoir le nouveau récit africain. Entrepreneurs, artistes, influenceurs, ONG et médias panafricains ont répondu présents et ont pris part à la discussion en détaillant comment Facebook, Instagram ou WhatsApp contribuent à augmenter la portée de leurs messages, leur notoriété et leurs bénéfices.

L’équipe de Facebook a ainsi fait un état des lieux de sa présence sur le continent et présenté les chiffres et initiatives qui ont marqué 2019. Deux projets phares ont été présentés : le Third Party fact-checking et Boost Avec Facebook. Lancé en 2018 dans cinq pays (Sénégal, Nigéria, Afrique du Sud, Kenya et Cameroun), le programme de vérification des faits par des tiers s’est étendu et couvre désormais 15 pays en Afrique subsaharienne. Il rassemble aujourd’hui plus de 50 partenaires dans le monde entier, dont notamment Africa Check, l’AFP et Les Observateurs France 24, qui vérifient le contenu dans plus de 40 langues afin de lutter contre la propagation de fausses nouvelles en ligne.

Boost Avec Facebook, programme de formation et d’accompagnement des PME africaines, a quant à lui été lancé en 2017 sur le continent africain. L’initiative vise à former des petites et moyennes entreprises dans six pays d’Afrique francophone aux outils du marketing digital. Au total, ce sont plus de 10 000 entrepreneurs du Cameroun, de Côte d’Ivoire, de Guinée, de RDC, du Bénin et du Sénégal qui pourront être formés et ainsi bénéficier des opportunités offertes par les plateformes de Facebook grâce à cette seconde initiative. Des investissements importants qui font de Facebook un véritable partenaire du développement économique et social du continent africain.

FOCUS 🔍

تونس-افريكان مانجر انطلقت رحلتنا من العاصمة التونسية نحو مدينة صغيرة تسمى "بوعرادة" تابعة لولاية سليانة بالشمال الغربي للبلاد , هي محافظة فلاحية بامتياز , أهلها...

Le meilleur des RS

Dans un récent Post, l’expert en communication et ancien journaliste Slaheddine Dridi, lance cet intéressant pavé dans la marre de la scène politique tunisienne....

INTERVIEW

Le chef du gouvernement sortant, Youssef Chahed, a affirmé mercredi, que son gouvernement laisserait au prochain gouvernement des finances publiques et une situation sécuritaire...

AFRIQUE

Reseaux Sociaux

SPORT