AccueilMondeBiden se rend en juillet au Moyen-Orient, où il va rencontrer "MBS"

Biden se rend en juillet au Moyen-Orient, où il va rencontrer « MBS »

Le président américain Joe Biden va effectuer un vol historique en juillet en se rendant directement d’Israël en Arabie saoudite, où il compte rencontrer le prince héritier Mohammed ben Salmane malgré les accusations contre ce dernier concernant l’assassinat d’un journaliste saoudien.

La Maison Blanche a donc mis un terme mardi à des semaines de spéculations en annonçant une tournée de  Biden en Israël, en Cisjordanie et en Arabie saoudite du 13 au 16 juillet.

Ce sera son premier déplacement au Moyen-Orient en tant que président des Etats-Unis. Outre ses rencontres avec les dirigeants israélien, palestinien et saoudien, M. Biden a prévu de participer à un sommet du Conseil de coopération du Golfe (GCC) –forum diplomatique réunissant plusieurs pays arabes de la région– en Arabie saoudite.

Selon les observateurs,  Biden devrait chercher à obtenir des Saoudiens une augmentation de leur production de pétrole, afin d’arrêter la hausse des prix des carburants et de l’inflation dans son pays où vont se dérouler les élections de mi-mandat en novembre. Un scrutin à risque pour son parti démocrate.

En Arabie (15-16 juillet), Joe Biden rencontrera le roi Salmane et le prince héritier. Avec ce dernier, surnommé « MBS », il discutera notamment d’énergies renouvelables, de cybersécurité et de sécurité alimentaire et énergétique, selon un communiqué de l’ambassade d’Arabie à Washington.

« Le partenariat entre nos deux pays est plus essentiel que jamais à la promotion de la paix, de la prospérité et de la stabilité dans le monde », ajoute le royaume.

Quelle qu’en soit l’issue, sa rencontre avec le prince héritier saoudien et dirigeant de facto du royaume va marquer un changement controversé de la diplomatie américaine.

Pendant la campagne pour la présidentielle de 2020, Joe Biden avait en effet affirmé que l’assassinat et le démembrement en 2018 en Turquie du journaliste saoudien Jamal Khashoggi avaient fait de l’Arabie saoudite un pays « paria ».

Le renseignement américain a conclu que « MBS » avait « validé » cet assassinat.

« La politique américaine nécessitait un recalibrage des relations » après le meurtre de Khashoggi « mais pas une rupture », a indiqué un haut responsable américain à la presse.

Il a souligné que l’Arabie saoudite était un partenaire stratégique des Etats-Unis depuis huit décennies et que quelque 80.000 Américains y habitaient.

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,006SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -