Bouchra BHH révèle : Hafedh Caïed Essebssi était derrière le départ de...

Bouchra BHH révèle : Hafedh Caïed Essebssi était derrière le départ de Habib Essid qui ne l’avait pas laissé faire ce qu’il voulait du pays

par -

Bochra Belhaj Hmida, est une avocate et femme politique des premières heures de Nida Tounes. Elle n’en est pas à son premier déballage qui a fait des remous sur la place politique tunisienne. Hier, elle récidive avec une attaque en règle contre le fils de l’ancien président, Hafedh Caïed Essebssi (HCE). Elle indique d’abord, que Hafedh Caïed Essebssi compterait demander le statut de réfugié politique en France, alors qu’il a déjà la résidence au Qatar et que les choses vont bien pour lui.

Et de lui faire remarque ensuite que «certains de Nida Tounes, vous ont mis dans la tête que vous pouvez être un leader. Et depuis, nous n’avons vécu rien de bon. Vous n’avez pas accepté les résultats des élections internes », avant de révéler que Hafedh Caïed Essebssi, qui avait tout fait pour renvoyer Habib Essid (Ancien chef de gouvernement) «alors nous n’étions pas d’accord, parce qu’il avait tout simplement pris position sur certaines choses pour ne pas vous laisser libre de faire dans le pays ce que vous vouliez. C’est vous aussi, qui aviez voulu aussi faire tomber Youssef Chahed . Je ne défends personne, mais nous vous avions dit que cela suffit  et que ce qui nous importe le plus c’est la stabilité du pays, malgré tous ces problèmes. Et je vous dit que je serais heureuse, quel que soit le résultat (des élections) », le priant de faire, une fois dans votre vie, quelque chose pour son pays.

  • «je partirai pas. Sauf intervention de l’armée ». Dixit HCE

Elle lui rappelle ensuite ses erreurs, comme celle d’accepter la publication, sur la chaîne Al Hiwar Attounsi, de la photo de son père, dans son bureau personnel, qui refusait de signer les amendements de la loi électorale, une photo qui portait atteinte à son image. «Je ne suis pas sa fille, mais j’en étais malade. Et vous osez raconter que vous allez jouer un rôle (politique) dans le pays. Arrêtez s’il vous plait ». Et Bochra Belhaj Hmida de rappeler à HCE que «vous n’aviez jamais voulu suivre les conseil de votre père. Il vous avait alors dit de quitter le parti et vous lui aviez répondu que non, sauf intervention de l’armée. Pour vous, BCE devait candidater à la présidence, même dans un état semblable à celui de Bouteflika. Je n’en dirai pas plus et si je me trompez, corrigez moi ».

Pour l’avocate, le problème de HCE «c’est le pouvoir, mais pire, certaines personnes vous ont utilisé, et le font encore, vous ont trahi, qui se sont enrichis en 3 ans et laissé le pays dans un piteux état face au mur. Certains d’entre eux d’ailleurs, vont pouvoir renouveler leurs immunités (à l’ARP). Je n’ai jamais cru que BCE ferait de vous son héritier. Mais ceux qui vous entourent qui en ont parlé ». Et de raconter cette anecdote lorsque BCE lui avait un jour demandé de retourner à Nida. «Je lui avais alors dit en pleurant qu’il ne pouvait me demander de retravailler avec des personnes, loin d’être propres. Sa réponse était qu’il n’y avait pas de quoi avoir peur et que le congrès de Nida n’élira que les bonnes personnes. J’étais alors plus que sûre, encore une fois, que Béji ne fera jamais de vous son héritier, contrairement à ce que vous vouliez, coûte que coûte, comme vous en aviez convaincus les opportunistes qui vous entourent ». Et Bochra Belhaj Hmida d’accuser directement HCE que, «personne autre que vous-même, n’avait trahi BCE », avant de lui conseiller de «rester en-dehors du groupe de la terre brûlée ».  L’avocate semblait en avoir dit plus, car la vidéo semblait clairement avoir été montée, au moins à deux occasions.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire