Non classé

par -

Dans son discours prononcé ce lundi 12 novembre 2018, lors de la séance de vote de confiance aux nouveaux ministres et secrétaires d’état, le chef du gouvernement, Youssef Chahed, a déclaré que la baisse du déficit budgétaire à 4,4% contre 4,9% en 2016 (date de la prise de fonction du gouvernement de Chahed) figure parmi les réalisations de son équipe et qu’il peut s’autoriser à la revendiquer. Un résultat qui a été obtenu grâce à certaines mesures prises par le gouvernement, selon ses dires.

Il a ajouté qu’il table encore sur la réduction du déficit budgétaire pour atteindre 3,9% en 2019, ce qui aura un impact positif sur les indices économiques à l’horizon 2020.

par -

La porte-parole officielle de la présidence de la République, Saida Garrache, a annoncé lundi soir, que le président de la République, Béji Caid Essebsi, n’approuve pas le remaniement ministériel annoncé plus tôt par le chef du gouvernement, Youssef Chahed.

Dans une déclaration à Mosaique fm, elle a ajouté que le président de la République n’a pas été consulté au sujet du remaniement ministériel et qu’il n’approuve pas cette démarche marquée par ” la précipitation et la politique du fait accompli”.

par -

Malgré des signes de reprise économique après avoir été affecté par la forte baisse des prix du pétrole entre 2014 et 2017, le Tchad (https://www.AfDB.org/fr/countries/central-africa/chad/) s’avère encore fragile et très dépendant de l’évolution des cours du baril de brut. Afin d’aider le pays à créer les conditions d’une croissance économique durable, le Fonds africain de développement (FAD) (https://www.AfDB.org/fr/about-us/corporate-information/African-Development-Fund-ADF/) lui octroie un don de 21,2 millions de dollars pour soutenir la première phase de son Programme d’appui à la relance économique (PARE), qui débute en 2018.

Ce don a obtenu l’approbation du Conseil d’administration le 31 octobre 2018.

Deux objectifs sont assignés au Programme. Premièrement, appuyer les réformes visant à améliorer la gestion des finances publiques afin de créer une marge budgétaire plus propice au financement des investissements publics, qui tirent la croissance hors-pétrole au Tchad. Il s’agit notamment d’améliorer la mobilisation des recettes fiscales non-pétrolières et de mieux maîtriser la dépense publique.

Deuxièmement, le programme entend soutenir des réformes visant à créer un climat plus propice aux investissements privés. Il s’agit de mesures à même de faciliter l’exécution des contrats, l’application des décisions de justice, l’obtention des permis de construire, la délivrance de titres fonciers, et d’améliorer la gouvernance du sous-secteur de l’énergie électrique.

Par ailleurs, le programme entend consolider les résultats obtenus dans le cadre des opérations d’appui programmatique que la Banque a financées depuis 2015 en faveur du Tchad. Ces opérations ont notamment contribué à atténuer les répercussions de la crise budgétaire et économique que le pays a traversée entre 2014 et 2017 à la suite de la baisse drastique des cours du pétrole.

« Ce programme, qui est financé par un don, vient en complément du programme triennal financé par le Fonds monétaire international qui contribue à la stabilisation de la situation budgétaire du Tchad », a tenu à préciser Ousmane Doré, directeur général de la Banque pour l’Afrique centrale.

En tenant compte de cette première phase du PARE, le portefeuille actif du Groupe de la Banque africaine de développement au Tchad (https://www.AfDB.org/fr/countries/central-africa/chad/) compte aujourd’hui 17 opérations représentant 217,91 millions de dollars d’engagements nets.

par -

L’Instance nationale de lutte contre la corruption (INLUCC) va publier dans les prochains jours une liste nominative actualisée des personnes ayant déclaré leur patrimoine et leurs intérêts, a indiqué jeudi le président de l’Instance, Chawki Tabib.
La loi impose la publication d’une liste nominative des personnes n’ayant pas déclaré leur patrimoine dans un délai de 6 mois à compte de la publication du décret gouvernemental portant conception d’un spécimen de déclaration sur les biens, les intérêts, le minimum d’acquis, les prêts et les cadeaux à déclarer“, a tenu à rappeler Tabib à l’ouverture d’une journée de sensibilisation sur la déclaration de patrimoine organisée à l’Ecole nationale d’administration (ENA).
Tous ceux qui ne respectent pas les délais risquent des sanctions, en l’occurrence des prélèvements sur salaire“, a-t-il averti.
A ce propos, il a appelé les différentes structures de gouvernance auprès des ministères et des établissements publics à inciter leurs salariés à déclarer leur patrimoine dans les délais impartis.
Un délai de 15 jours pourrait s’ajouter dans un premier temps et un autre de 30 jours supplémentaires dans un deuxième temps, a-t-il indiqué.
Trente-sept catégories de personnes devraient déposer une déclaration de patrimoine. Le nombre des personnes concernées par cette procédure s’élève à 350 mille et pourrait atteindre 500 mille, a-t-il ajouté.

Le président de l’Instance nationale de protection des données personnelles, Chawki Gaddes, avait déclaré à la fin du mois d’octobre qu’il semble impossible de mener à terme le processus de déclaration de patrimoine dans un délai de 60 jours”.
La personne concernée par cette opération doit déposer une déclaration de patrimoine à compter de sa prise de fonction et en cas de changement significatif dans son patrimoine. Elle doit ensuite déposer une déclaration de patrimoine tous les trois ans, puis à la fin du mandat ou des fonctions, avait-il expliqué.
Toute cette démarche procédurale, avait-il ajouté, va conduire à la multiplication du nombre des déclarations de patrimoine, ce qui va empêcher l’INLUCC de les recevoir dans les meilleures conditions, de contrôler soigneusement leur contenu et de les comparer avec les déclarations initiales.

par -

Le barrage “Balaoum” à Kalaa Kebira (gouvernorat de Sousse) aura une capacité de rétention d’eau de 33 millions m3, a indiqué Mondher Boukadida, chef du projet.

Les travaux de construction du barrage ont atteint un taux d’avancement de 20% et devront s’achever vers la fin de 2020, a-t-il ajouté dans une déclaration au correspondant de TAP.

Le projet permettra de couvrir les besoins en eau potable des régions du Grand Tunis, Sahel, Cap Bon et Sfax pour les trente prochaines années surtout que le barrage sera raccordé à celui de “Saida” qui va être aménagé au gouvernorat de Manouba l’année prochaine.

Le cout du projet a atteint 89 millions de dinars dont 60 MD pour le cout des travaux, 25 MD pour l’appropriation foncière et 4 MD pour les études, le contrôle et le suivi, a précisé la même source.

par -

Tunisie Telecom annonce la finalisation du projet FTTH 100 Méga Fiber to Home – à la cité Mutuelle Ville relevant de la Direction Régionale de Tunis.

Ainsi, les habitants de cette zone peuvent s’offrir un accès internet rapide, fluide et stable avec des débits pouvant atteindre 100 Méga Haut Débit.

Outre Mutuelle ville, ce service est disponible également dans plusieurs cités du gouvernorat de Tunis à l’instar des Berges du Lac, Le Centre Urbain Nord, Sidi Bou Said, Cité les Pins, Golf Gammarth. Il est disponible également dans  le gouvernorat de l’Arina et notamment à Ennasser et à Sfax Jadida dans le  gouvernorat de Sfax.

La commercialisation de ce service se fera progressivement dans les autres zones et quartiers couverts par le réseau Fibre Optique de Tunisie Telecom.

Par l’augmentation des débits offerts, Tunisie Telecom œuvre ainsi à mieux satisfaire sa clientèle et à répondre comme il se doit à ses attentes.

par -

Trois agents du Centre de traumatologie et des grands brûlés de Ben Arous ont été agressés à coups de couteau par un individu jeudi tard dans la soirée, rapporte le correspondant de l’agence TAP de source hospitalière.
L’agresseur a d’abord asséné un coup de couteau au ventre d’un agent de garde dans le bloc opératoire qui a du être opéré d’urgence, avec succès, a indiqué le directeur général de l’hôpital Mustapha Wader.
L’agresseur qui a été mis en chasse par deux autres agents du centre a poignardé un d’entre eux, lui occasionnant une légère blessure aux côtes alors que le second a été sérieusement atteint à la main et du subir deux opérations, indique-t-on de même source.
L’assaillant qui a été arrêté a été remis aux autorités sécuritaires et fait face à quatre plaintes, deux pour tentative de meurtre, une pour agression avec violence grave et une autre pour port et usage d’arme sans autorisation.
Le ministre de la santé Imed Hammami s’est rendu jeudi au chevet des agents agressés, réaffirmant le souci de son département d’assurer la sécurité des établissements hospitaliers en coordination avec les différentes parties, notamment le ministère de l’intérieur.

par -

Hafedh Zouari est un homme d’affaire, de Kalaa Kébira et qui réussit. L’homme n’a certes pas sa langue dans sa poche et dit aisément ce qu’il pense, tant en politique que dans le domaine des affaires. Cela ne plaît pas toujours à ses adversaires et ennemis, mais il réussit presque tout ce qu’il entreprend.

Il a commencé, dans le domaine de l’automobile, par être concessionnaire et avait été l’un des 1ers à bouder les européens en se tournant vers l’Asie. C’est en effet en 2009 qu’il choisit le sud-coréen SsangYong. Et ce dernier qui le mènera une année plus tard à Mahindra pour les tracteurs agricoles, puis vers les Pick-Up de la même marque, dont il fera le montage en Tunisie.

Hafedh Zouari ne voulait pas se contenter de gagner de l’argent, il voulait surtout construire quelque chose en Tunisie et pourquoi ne pas entamer une reconversion purement industrielle. Le premier pas a été le passage de la concession au montage, qu’il débutera dès 2012 par la création de Medicars, à deux pas de sa ville natale. Jusque-là, Hafedh Zouari n’aura pas réinventé le monde. Il le fera pourtant en 2019, en reprenant le flambeau de la STIA des années 80 de la 1èrevoiture particulière montée en Tunisie.

Toujours à la recherche de la pérennité de son activité et la diversification de ses produits, le groupe Zouari a dernièrement noué un partenariat avec le géant chinois Geely. Ce dernier n’est pas le dernier des constructeurs automobiles (13ème mondial avec près de 2 Millions de véhicules vendus en 2017), puisqu’il est propriétaire de Volvo et actionnaire majoritaire de la firme allemande Daimler, dont Mercedes est une filiale.

Première industrielle absolue dans le domaine de l’automobile, ledit partenariat accorde à Medicars le privilège d’assembler différents modèles de voitures particulières de la marque Geely. Le taux d’intégration ne sera certes pas important au départ. Il faut dire que le constructeur chinois tient à certifier le moindre câble. Pour l’instant, il contrôle toutes les phases du montage, vérifie et certifie, pour assurer une production aux normes internationales, notamment celles de sécurité, pour la Geely qui ne sera pas commercialisée avant 2019.

Pour l’instant, le groupe zouari garde secrètes toutes informations sur le prix dont on ne sait rien, sauf qu’il sera concurrentiel par rapport à ses semblables, ou sur les spécificités techniques qui feront l’objet d’une prochaine communication commerciale. Tout ce que l’on sait, c’est que ça sera une Six-chevaux, pour une boite de vitesse de 5 rapports et une motorisation essence 1.5L de cylindrée.

Africanmanager a pu faire un bref test-drive de la toute première des voitures sorties de la chaîne de montage de Medicars. Confortable et tenant la route, elle a du jus dans le ventre, une fière allure et un coffre où deux personnes pourraient facilement se glisser, de quoi tenir tête à toutes les européennes de sa catégorie.

A l’inauguration de cet investissement de 21 MDT qui a permis d’offrir 200 postes d’emplois aux jeunes de la région, il n’y avait aucun des officiels invités, comme le ministre de l’Industrie, Slim Feriani, qui s’était excusé à la dernière minute, tout comme le chef du gouvernement qui se décommande pour la 2ème fois chez le groupe Zouari.

A croire que le gouvernement, dont le ministre de l’Industrie inaugurait l’autre fois en fanfare une société de décorticage de fruits secs, n’aime pas l’industrie, ou qu’il serait tombé sous l’emprise des lobbies qui cherchent à pérenniser leurs revenus de la simple concession commerciale.

par -

Selon les prévisions de l’Institut National de la Météorologie (INM), les journées des mercredi et du jeudi, seront marquées par des pluies intenses sur la plupart des régions et en quantités importantes notamment dans les gouvernorats de Tozeur, Kebili, Gafsa, Kasserine, Sidi Bouzid, Kairouan, Sfax, Siliana, Zaghouan et les régions du Sahel et le Cap Bon.

Les quantités de pluie évolueront entre 40 et 80 mm et atteignant localement 120 mm avec des chutes de grêle par endroits. Les vents seront forts, dépassant 80 km/h sous orages.

par -

Dans un Post sur sa page des réseaux sociaux, la députée de Nidaa Tounes Fatma Mseddi a parlé de corruption dans le secteur de la douane, qu’elle accuse de faire du chantage et du racket aux hommes d’affaires. Elle a surtout parlé de tout ça en citant les noms, tant des racketteurs que des rackettés. Elle parle ainsi de Wahid Saïdi, de Maker Guesmi qu’elle accuse de faire du chantage à certains hommes d’affaires en les menaçant d’inclure leurs noms dans la liste des interdits de voyage. Elle cite aussi Firas Jedidi qui aurait été racketté de 240 mille DT et donne en preuve un Screenshot d’une discussion téléphonique.

par -

Le ministre du commerce, Omar El Behi a affirmé jeudi, “l’importance de mettre en place un système de pesage et de facturation électroniques dans les marchés de gros, afin d’optimiser le contrôle des circuits de distribution, garantir une meilleure maitrise des prix, renforcer la transparence des transactions commerciales et faciliter la tache des agents de contrôle économique“.
L’instauration de ce système constitue l’une des composantes du programme de réhabilitation des circuits de distribution des produits agricoles et de pêche selon les normes légales et procédurales“, a-t-il ajouté, lors d’une séance de travail tenue avec les présidents des municipalités de Kairouan, Sousse, Monastir, Béja, Gabès et Bizerte, et consacrée à l’examen de “l’avancement du plan de mise en place d’un système de pesage et de facturation électroniques dans les marchés du gros “.
Selon un communiqué du département publié jeudi, le ministre a considéré que “les municipalités seront les grands bénéficiaires de ce système qui est de nature à renforcer leurs ressources financières, à travers le règlement des frais effectifs“.
Et de poursuivre : “l’installation de ce système dans les marchés de Sousse, Hammam Sousse et Menzel Bourguiba a généré une évolution remarquable des flux de produits et des revenus. Les quantités globales de fruits et légumes transférées vers le marché de gros de Menzel Bourguiba ont enregistré une augmentation de 214% en 2017 à 11 mille tonnes, contre 3484 tonnes en 2016“.
Le ministre avait auparavant annoncé l’installation prochaine de ce système dans les marchés de Kairouan, Gabès et Sfax sous le pilotage technique de la Société tunisienne des marchés de gros (Sotumag) de Bir Kassaâ. Lequel système sera par la suite généralisé à tous les marchés de gros d’intérêt national.
Un comité technique national a été créé, en juin dernier, pour diagnostiquer la situation actuelle des marchés de gros d’intérêt national et identifier les axes de leur réhabilitation.

par -

La Tunisie a remporté son deuxième succès au championnat d’Afrique des nations cadets de handball en battant la Guinée par 34 à 22 (mi-temps: 13-14), en match comptant pour la deuxième journée, disputée dimanche à Marrakech (Maroc).
Lors de la première journée, le sept national s’est imposé devant l’Algérie (31-26).
Les protégés de Ahmed Rajhi affronteront lundi le Maroc (19h00), avant de rencontrer le Nigeria jeudi (19h00), la Mauritanie (vendredi) et l’Egypte (samedi).
Rappelons que les trois premiers seront qualifiés pour le Mondial-2019 prévu en août prochain.

par -

Les résultats préliminaires du 2ème trimestre de 2018, en matière de croissance économique, confirment une reprise, et on pourrait bien terminer l’année 2018 avec les 3% promis par le gouvernement en dépit des chiffres du FMI et de la Banque Mondiale. Le second trimestre 2018 s’est ainsi achevé avec un PIB en hausse de 2,8% en glissement annuel ou en comparaison avec le 2ème trimestre de 2017. Par rapport au 1er trimestre de l’actuel exercice 2018, la croissance semble confirmer son trend haussier, en évoluant de 0,6 %. Selon l’INS, l’économie tunisienne aura ainsi enregistré une croissance de 2,6 % au terme des 6 premiers mois de l’année 2018, contre une croissance de seulement 1,9 % pour le 1er semestre de 2017, ce qui donne une idée du saut de 0,7 point réalisé en une seule année

Deux remarques préliminaires à faire. D’abord, le fait que c’est la première fois, depuis 2016, que la Tunisie réalise une hausse aussi visible de croissance, signe d’une reprise économique qui semble réellement redémarrer. Ensuite, presque tous les secteurs ont contribué dans cette hausse, qui n’est plus tirée par un seul secteur, comme elle l’était par l’agriculture essentiellement au 1er trimestre 2018. Ça en bouchera en tout cas plus d’un coin à plus d’une partie et plus d’un parti.

La croissance, on la trouve dans la hausse de 0,8 % de la valeur ajoutée (VA) du secteur des industries manufacturières. Ce sont d’abord les industries agroalimentaires avec +2,4 %, le textile et habillement ensuite avec une croissance de sa VA de 2,6 % et les industries chimiques avec +4,9 % après une baisse de 23,9 % au cours du même trimestre de 2017. Petit bémol, la baisse de 0,6 % de la VA du secteur des industries mécaniques et électriques, à la surprise générale pour la première fois depuis 2015 après les années fastes d’’une croissance qui dépassait les 5 % et constituait un sérieux soutien au PIB, et la chute de 2,3 % pour l’industrie des matériaux de construction.

Hausse aussi de 1,3 % dans la VA du secteur des industries non manufacturières. Une hausse qu’explique, entre autres, la timide reprise du secteur des phosphates qui ne baissait que de 0,3 % et la toute aussi timide reprise du secteur pétrolier qui revenait d’une baisse de 14 % à un petit repli de 1,4 %.

Hausse toujours, de 3,6 %, de la VA du secteur des services marchands, essentiellement tirée par les 11,5 % du secteur du tourisme qui a boosté la restauration et le transport. Cela, sans parler des +3,2 % du sous-secteur des communications et des +5,5 de la VA du secteur financier. C’est dire deux choses. D’abord le poids du tourisme dans l’économie tunisienne. Ensuite, l’impact immédiat de la reprise touristique sur la croissance économique de tout le pays. L’agriculture y a certes pris part, comme toujours, mais de seulement 0,9 % pour le 2ème trimestre de cette année, selon les données du ministère concerné.

Mais ils diront encore que l’INS se trompe ou trempe quelque part. Ce à quoi, à la demande d’Africanmanager, le DG de l’INS, Hédi Saïdi, répond sereinement et loin de toute polémique que «l’INS fait son travail sans se soucier de tout ce qui se dit. Ils parlent. Nous travaillons».

Reste, comme nous l’écrivions en titre, à croiser les doigts pour repousser, comme les Anglais qui sont à l’origine de l’expression, les mauvais esprits et relever les manches pour concrétiser et confirmer la reprise car c’est elle seule, par la valeur ajoutée et la richesse créées, qui baissera l’inflation et fera rebondir le Dinar.

Touchons donc du bois, autre que celui des têtes dures de certains «experts», ex-paires et autres X-files, et allons de l’avant dans le labeur et en-dehors des polémiques politiciennes et partisanes. Cette hausse n’est pas le fait des politiciens. Son mérite n’en revient qu’aux vraies forces vives du pays qui confirment que «Yes, We can … Just want it».

par -

Des dizaines de personnes ont été tuées ou blessées, mercredi 8 août 2018, dans une attaque contre un bus transportant des enfants dans le nord du Yémen, a annoncé la représentation du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) dans ce pays en guerre.

“Selon le droit humanitaire international, les civils doivent être protégés durant les conflits”, a ajouté le CICR sans indiquer précisément le nombre de morts et celui de blessés. La télévision Al-Massirah des rebelles Houthis, qui contrôlent la zone où a eu lieu l’attaque, a affirmé que 39 personnes avaient été tuées et 51 blessées, “des enfants pour la plupart”.

par -

L’attaquant gabonais Djoe Dayan Boussougou vient de s’engager avec l’US Monastir pour trois ans, annonce le club sahélien sur sa page officielle facebook.

Par ailleurs, le comité directeur sortant de l’US Monastir, en fin de mandat depuis le 3 juillet dernier, a accepté de gérer provisoirement le club jusqu’à la présentation de nouveaux candidats.
“Le comité actuel a répondu favorablement à l’appel du devoir et accepté de poursuivre la gestion de l’association dans ces conditions difficiles, appelant toutes les parties à se réunir autour du club et le soutenir matériellement et moralement”, précise le comité directeur dans un communiqué signé par le secrétaire général, Amir Hizem.

Le comité directeur sortant, présidé par Ahmed Belli a décidé de ne pas se présenter à un nouveau mandat, mais le comité indépendant des élections n’a recu aucune candidature.
Pensionnaire de la Ligue 1 du football professionnel, l’US Monastir ouvre ce samedi sa saison face au Stade Tunisien.

par -

La Tunisie a accepté la demande de la compagnie gazière britannique Upland Resources pour une licence exclusive d’exploration et d’évaluation d’hydrocarbures onshore.

La licence couvre 4 004 km2 de surface libre comprenant le permis de Saouaf, censé contenir des «quantités très importantes» de gaz.

Upland, basé à Derbyshire, a déclaré qu’une découverte avait été faite il y a 50 ans et qu’un pipeline traversait la zone couverte par le permis. Upland agira en tant qu’opérateur et détiendra une participation majoritaire dans le permis.

En cas de découverte, la compagnie pétrolière publique ETAP pourra détenir une participation minoritaire en payant sa part des coûts.

Upland commandera une nouvelle étude sismique initiale en 2D, suivie par le forage d’un ou de plusieurs nouveaux puits.

Le directeur général d’Upland, Steve Staley a déclaré: «  Notre équipe se prévaut de plusieurs décennies d’expérience et de connaissance de l’exploration en Tunisie. Nous croyons que Saouaf constituera une partie importante du portefeuille d’Upland et fera partie intégrante de notre stratégie d’acquisition d’actifs à fort impact et de qualité, comme l’illustre déjà notre intégration à la perspective Wick ».

«Avec la demande de prix de soutien du gaz, je vois une opportunité passionnante pour Upland et je suis impatient de fournir plus de détails aux actionnaires en temps opportun. Cette opportunité cadrerait bien avec le calendrier du puits Wick, dont le forage qui devrait commencer en septembre 2018.

par -

Après plus de six heures d’un débat, tantôt enflammé, tantôt hors sujet, et 52 interventions de députés, l’ARP (Assemblée des Représentants du Peuple) a fini par donner son accord à la nomination de Hichem Fourati au poste de nouveau ministre de l’Intérieur (MI) en remplacement de Lotfi Brahem.

La plénière avait été retardée de plus de 2 heures pour cause de tractations de dernière minute. Il se raconte que Hafedh Caïed Essebssi serait venu sermonner les députés de son parti et menacer de mettre la clé sous la porte si les députés de Nida Tounes votaient en faveur du candidat de Youssef Chahed. Ces derniers tiendront réunion et se soustrairont à ses directives. Le passage en force du nouveau ministre de l’intérieur ne requérait pas plus de 109 voix, ce seront 148 députés qui donneront leurs suffrages à Hichem Fourati. On aurait pourtant cru, à entendre la députée Samah Bouhaouala qui avait ouvert le «bal des vampires» avides de «bouffer du Chahed» lorsqu’elle lui disait en face que «je n’ai pas confiance en vous pour vous l’accorder», que le vote sera à tout le moins serré. Il n’en fut rien. Rien que 20 députés avaient pris le risque de défier le MI.

  • Youssef s’était bien préparé pour le purgatoire

Seul avec son candidat et son chef de cabinet face à 186 députés de tous bords, Youssef Chahed cadrait maîtrisait ainsi le débat. Nul doute que l’absence du reste de ses ministres, signifiait son refus d’une séance de vote de confiance à l’ensemble du gouvernement.

Médiatiquement, tout avait été arrangé pour faire passer le mot d’ordre qu’il s’agissait juste de pourvoir à la vacance du poste après le départ de Lotfi Brahem, et Youssef Chahed tenait à le faire savoir au travers d’une présence réduite à sa simple expression au «banc des accusés». Certains députés ont exercé des pressions jumelées à une campagne de lobbying forcée jusqu’à heure tardive du vendredi 28 juillet 2018. L’importance du ministère, la délicate conjoncture de la relève et le risque de déstabiliser tout l’appareil sécuritaire par un vote négatif à Fourati, avaient fini par peser sur les consciences et faire pencher la balance en faveur du candidat de Chahed.

Le chef du gouvernement avait ample conscience du risque que la plénière de l’ARP ne se retourne contre lui et ne se transforme en véritable procès de son mandat. Le choix d’un mini-remaniement après la démission de Mehdi Ben Gharbia, n’était certainement pas fortuit. C’était, en miniature, le remaniement avec passage par la case ARP qu’attendaient tous ses ennemis, à l’intérieur comme à l’extérieur de Nidaa Tounes. Cela le dispensait, au moins pour un temps, de solliciter un vote de confiance et cela s’accordait parfaitement avec sa stratégie de gain de temps. Un temps précieux pour la Tunisie avec la prochaine arrivée en août d’une nouvelle équipe du FMI pour débloquer la 4ème tranche du prêt et l’approche des échéances du budget et de la loi de finance 2019.

  • Bonne gestion du timing et de la manière et même un «Plan B»

Le choix du timing de ce vote de confiance n’est pas non plus fortuit. Le passage par l’ARP s’est fait à l’avant-veille des vacances parlementaires et cadrait très bien avec sa stratégie de gain de temps. Chahed serait même allé jusqu’à échafauder un «plan B» qui consisterait, selon nos informations, à s’adjoindre lui-même le portefeuille de l’intérieur, en plus de la présidence du gouvernement. Et manifestement, Youssef Chahed qui apprend vite, a bien su gérer tout cela.

Un fait indéniable est que le chef du gouvernement aura finalement su gérer le stress des attaques frontales de certains députés, dont la plus virulente aura été celle de Fadhel Ben Omrane, bras droit de Hafedh Caïed Essebssi, lorsqu’il se retrouve obligé d’accuser publiquement le coup de la révolte d’une majorité du groupe parlementaire de Nidaa Tounes contre la volonté du fils du chef de l’Etat qui escomptait faire tomber son rival en recalant son candidat au MI devant l’ARP.

Impassible face aux acerbes critiques sur son mandat, détaché par rapport aux diverses tentatives de certains députés de transmuer la plénière en un vote de confiance à sa propre personne, Youssef Chahed répondait aux questions qu’il voulait et bottait en touche lorsqu’il le voulait (le cas des questions sur les raisons du limogeage de Lotfi Brahem), mettant toujours en exergue les indices d’amélioration de la situation macroéconomique, malgré une perception microéconomique négative par la population.

  • Un combat de coqs et une issue en mondovision

L’autre fait indéniable qui ressort de la plénière du samedi 28 juillet, est que Youssef Chahed aura réussi deux choses. D’abord rendre publique, à la manière d’une affaire qu’on internationaliserait, la crise politique que vit tout le pays à travers celle qui agitait Nidaa Tounes. La guerre entre les deux têtes de l’Exécutif n’est désormais plus larvée et ses coups ne sont plus bas. Ses faits et gestes se font désormais en plein jour, au vu et au su de tout le monde. Une guerre qui en deviendrait presque sainte, au profit du chef du gouvernement, tant elle prend chaque jour un peu plus les allures d’une lutte contre un phénomène qui ne laisse aucun ami de la Tunisie insensible. Une lutte, politique et même démocratiquement soutenable, contre l’héritage.

Youssef Chahed aura ensuite réussi, à travers le vote de confiance au MI, à médiatiser sa victoire contre le fils du chef de l’Etat, et à lui donner une résonance plus forte qu’à travers le meilleur des shows télévisés. Samedi 28 juillet 2018, Youssef Chahed battait ainsi son principal ennemi politique Hafedh Caïed Essebsi qui lui offrait sur un plateau d’argent , sans le vouloir, le vote de confiance que Chahed évitait de revendiquer lui-même. Au final, c’était comme les doigts dans le nez. Peut-être aussi par ignorance et idiotie de son adversaire !

par -

Le grimpeur colombien Nairo Quintana (Movistar) a remporté la 17è étape du Tour de France, devançant de 28 secondes l’Irlandais Dan Martin et de 47 le Gallois Geraint Thomas qui conforte son maillot jaune.
Au classement général, Froome a cédé la deuxième place au Néerlandais Tom Dumoulin, désormais à 1 min 59 sec du leader à quatre jours de l’arrivée à Paris.
Dans le groupe des favoris, les équipes de Bardet et de Quintana ont pris les choses en main dans le col d’Azet-Val Louron, sans déstabiliser pour autant l’équipe Sky. Mais tout s’est joué dans l’ultime montée de 16 kilomètres, classée hors catégorie (8,7 % de pente moyenne) et inédite sur le Tour.
C’est la première victoire d’étape de Quintana depuis 2013, le Colombien de 28 ans avait fini deuxième du Tour à deux reprises (2013 et 2015).
Jeudi, la 18è étape reliera, en plaine, Trie-sur-Baïse et Pau sur 171 km, avant les derniers cols programmés pour vendredi.

par -
Une enquête a été ouverte au sujet d’énormes sommes d'argent qui auraient transité clandestinement

Les services de la douane à l’Aéroport international de Tunis-Carthage ont déjoué, jeudi, quatre tentatives de contrebande de devises, dont la somme globale a été estimée à 44 mille d’euros (137 mille dinars), a annoncé la Douane Tunisienne, mercredi, dans un communiqué.
Lors d’un contrôle de bagages, les douaniers ont repéré des devises bien cachées dans les sacs de quatre passagers ressortissants de deux pays maghrébins et qui allaient voyager à Istanbul, a précisé la même source, sans citer les noms des deux pays.
Les devises ont été saisies et des procès-verbaux ont été rédigés à cet effet, selon le communiqué de la Douane.

FOCUS 🔍

Comme chaque année et pour la 8ème fois consécutive, Orange Tunisie a organisé son Orange Summer Challenge (OSC), le rendez-vous incontournable des jeunes technophiles,...

Le meilleur des RS

Le chef d’entreprise et responsable syndical Rafaa Ennaifer est , à bon droit, vert de rage, à la vue d’articles vestimentaires tunisiens, vendus dans...

INTERVIEW

L'expert en économie et ancien ministre des Finances Houcine Dimasi a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs points dont...

AFRIQUE

Nous apprenons que le président égyptien, Abdelfattah Al Sissi et le maréchal Khalifa Haftar n’assisteront pas à la réunion plénière de la rencontre internationale...

Reseaux Sociaux

SPORT