Non classé

par -

Les résultats préliminaires du 2ème trimestre de 2018, en matière de croissance économique, confirment une reprise, et on pourrait bien terminer l’année 2018 avec les 3% promis par le gouvernement en dépit des chiffres du FMI et de la Banque Mondiale. Le second trimestre 2018 s’est ainsi achevé avec un PIB en hausse de 2,8% en glissement annuel ou en comparaison avec le 2ème trimestre de 2017. Par rapport au 1er trimestre de l’actuel exercice 2018, la croissance semble confirmer son trend haussier, en évoluant de 0,6 %. Selon l’INS, l’économie tunisienne aura ainsi enregistré une croissance de 2,6 % au terme des 6 premiers mois de l’année 2018, contre une croissance de seulement 1,9 % pour le 1er semestre de 2017, ce qui donne une idée du saut de 0,7 point réalisé en une seule année

Deux remarques préliminaires à faire. D’abord, le fait que c’est la première fois, depuis 2016, que la Tunisie réalise une hausse aussi visible de croissance, signe d’une reprise économique qui semble réellement redémarrer. Ensuite, presque tous les secteurs ont contribué dans cette hausse, qui n’est plus tirée par un seul secteur, comme elle l’était par l’agriculture essentiellement au 1er trimestre 2018. Ça en bouchera en tout cas plus d’un coin à plus d’une partie et plus d’un parti.

La croissance, on la trouve dans la hausse de 0,8 % de la valeur ajoutée (VA) du secteur des industries manufacturières. Ce sont d’abord les industries agroalimentaires avec +2,4 %, le textile et habillement ensuite avec une croissance de sa VA de 2,6 % et les industries chimiques avec +4,9 % après une baisse de 23,9 % au cours du même trimestre de 2017. Petit bémol, la baisse de 0,6 % de la VA du secteur des industries mécaniques et électriques, à la surprise générale pour la première fois depuis 2015 après les années fastes d’’une croissance qui dépassait les 5 % et constituait un sérieux soutien au PIB, et la chute de 2,3 % pour l’industrie des matériaux de construction.

Hausse aussi de 1,3 % dans la VA du secteur des industries non manufacturières. Une hausse qu’explique, entre autres, la timide reprise du secteur des phosphates qui ne baissait que de 0,3 % et la toute aussi timide reprise du secteur pétrolier qui revenait d’une baisse de 14 % à un petit repli de 1,4 %.

Hausse toujours, de 3,6 %, de la VA du secteur des services marchands, essentiellement tirée par les 11,5 % du secteur du tourisme qui a boosté la restauration et le transport. Cela, sans parler des +3,2 % du sous-secteur des communications et des +5,5 de la VA du secteur financier. C’est dire deux choses. D’abord le poids du tourisme dans l’économie tunisienne. Ensuite, l’impact immédiat de la reprise touristique sur la croissance économique de tout le pays. L’agriculture y a certes pris part, comme toujours, mais de seulement 0,9 % pour le 2ème trimestre de cette année, selon les données du ministère concerné.

Mais ils diront encore que l’INS se trompe ou trempe quelque part. Ce à quoi, à la demande d’Africanmanager, le DG de l’INS, Hédi Saïdi, répond sereinement et loin de toute polémique que «l’INS fait son travail sans se soucier de tout ce qui se dit. Ils parlent. Nous travaillons».

Reste, comme nous l’écrivions en titre, à croiser les doigts pour repousser, comme les Anglais qui sont à l’origine de l’expression, les mauvais esprits et relever les manches pour concrétiser et confirmer la reprise car c’est elle seule, par la valeur ajoutée et la richesse créées, qui baissera l’inflation et fera rebondir le Dinar.

Touchons donc du bois, autre que celui des têtes dures de certains «experts», ex-paires et autres X-files, et allons de l’avant dans le labeur et en-dehors des polémiques politiciennes et partisanes. Cette hausse n’est pas le fait des politiciens. Son mérite n’en revient qu’aux vraies forces vives du pays qui confirment que «Yes, We can … Just want it».

par -

Des dizaines de personnes ont été tuées ou blessées, mercredi 8 août 2018, dans une attaque contre un bus transportant des enfants dans le nord du Yémen, a annoncé la représentation du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) dans ce pays en guerre.

“Selon le droit humanitaire international, les civils doivent être protégés durant les conflits”, a ajouté le CICR sans indiquer précisément le nombre de morts et celui de blessés. La télévision Al-Massirah des rebelles Houthis, qui contrôlent la zone où a eu lieu l’attaque, a affirmé que 39 personnes avaient été tuées et 51 blessées, “des enfants pour la plupart”.

par -

L’attaquant gabonais Djoe Dayan Boussougou vient de s’engager avec l’US Monastir pour trois ans, annonce le club sahélien sur sa page officielle facebook.

Par ailleurs, le comité directeur sortant de l’US Monastir, en fin de mandat depuis le 3 juillet dernier, a accepté de gérer provisoirement le club jusqu’à la présentation de nouveaux candidats.
“Le comité actuel a répondu favorablement à l’appel du devoir et accepté de poursuivre la gestion de l’association dans ces conditions difficiles, appelant toutes les parties à se réunir autour du club et le soutenir matériellement et moralement”, précise le comité directeur dans un communiqué signé par le secrétaire général, Amir Hizem.

Le comité directeur sortant, présidé par Ahmed Belli a décidé de ne pas se présenter à un nouveau mandat, mais le comité indépendant des élections n’a recu aucune candidature.
Pensionnaire de la Ligue 1 du football professionnel, l’US Monastir ouvre ce samedi sa saison face au Stade Tunisien.

par -

La Tunisie a accepté la demande de la compagnie gazière britannique Upland Resources pour une licence exclusive d’exploration et d’évaluation d’hydrocarbures onshore.

La licence couvre 4 004 km2 de surface libre comprenant le permis de Saouaf, censé contenir des «quantités très importantes» de gaz.

Upland, basé à Derbyshire, a déclaré qu’une découverte avait été faite il y a 50 ans et qu’un pipeline traversait la zone couverte par le permis. Upland agira en tant qu’opérateur et détiendra une participation majoritaire dans le permis.

En cas de découverte, la compagnie pétrolière publique ETAP pourra détenir une participation minoritaire en payant sa part des coûts.

Upland commandera une nouvelle étude sismique initiale en 2D, suivie par le forage d’un ou de plusieurs nouveaux puits.

Le directeur général d’Upland, Steve Staley a déclaré: «  Notre équipe se prévaut de plusieurs décennies d’expérience et de connaissance de l’exploration en Tunisie. Nous croyons que Saouaf constituera une partie importante du portefeuille d’Upland et fera partie intégrante de notre stratégie d’acquisition d’actifs à fort impact et de qualité, comme l’illustre déjà notre intégration à la perspective Wick ».

«Avec la demande de prix de soutien du gaz, je vois une opportunité passionnante pour Upland et je suis impatient de fournir plus de détails aux actionnaires en temps opportun. Cette opportunité cadrerait bien avec le calendrier du puits Wick, dont le forage qui devrait commencer en septembre 2018.

par -

Après plus de six heures d’un débat, tantôt enflammé, tantôt hors sujet, et 52 interventions de députés, l’ARP (Assemblée des Représentants du Peuple) a fini par donner son accord à la nomination de Hichem Fourati au poste de nouveau ministre de l’Intérieur (MI) en remplacement de Lotfi Brahem.

La plénière avait été retardée de plus de 2 heures pour cause de tractations de dernière minute. Il se raconte que Hafedh Caïed Essebssi serait venu sermonner les députés de son parti et menacer de mettre la clé sous la porte si les députés de Nida Tounes votaient en faveur du candidat de Youssef Chahed. Ces derniers tiendront réunion et se soustrairont à ses directives. Le passage en force du nouveau ministre de l’intérieur ne requérait pas plus de 109 voix, ce seront 148 députés qui donneront leurs suffrages à Hichem Fourati. On aurait pourtant cru, à entendre la députée Samah Bouhaouala qui avait ouvert le «bal des vampires» avides de «bouffer du Chahed» lorsqu’elle lui disait en face que «je n’ai pas confiance en vous pour vous l’accorder», que le vote sera à tout le moins serré. Il n’en fut rien. Rien que 20 députés avaient pris le risque de défier le MI.

  • Youssef s’était bien préparé pour le purgatoire

Seul avec son candidat et son chef de cabinet face à 186 députés de tous bords, Youssef Chahed cadrait maîtrisait ainsi le débat. Nul doute que l’absence du reste de ses ministres, signifiait son refus d’une séance de vote de confiance à l’ensemble du gouvernement.

Médiatiquement, tout avait été arrangé pour faire passer le mot d’ordre qu’il s’agissait juste de pourvoir à la vacance du poste après le départ de Lotfi Brahem, et Youssef Chahed tenait à le faire savoir au travers d’une présence réduite à sa simple expression au «banc des accusés». Certains députés ont exercé des pressions jumelées à une campagne de lobbying forcée jusqu’à heure tardive du vendredi 28 juillet 2018. L’importance du ministère, la délicate conjoncture de la relève et le risque de déstabiliser tout l’appareil sécuritaire par un vote négatif à Fourati, avaient fini par peser sur les consciences et faire pencher la balance en faveur du candidat de Chahed.

Le chef du gouvernement avait ample conscience du risque que la plénière de l’ARP ne se retourne contre lui et ne se transforme en véritable procès de son mandat. Le choix d’un mini-remaniement après la démission de Mehdi Ben Gharbia, n’était certainement pas fortuit. C’était, en miniature, le remaniement avec passage par la case ARP qu’attendaient tous ses ennemis, à l’intérieur comme à l’extérieur de Nidaa Tounes. Cela le dispensait, au moins pour un temps, de solliciter un vote de confiance et cela s’accordait parfaitement avec sa stratégie de gain de temps. Un temps précieux pour la Tunisie avec la prochaine arrivée en août d’une nouvelle équipe du FMI pour débloquer la 4ème tranche du prêt et l’approche des échéances du budget et de la loi de finance 2019.

  • Bonne gestion du timing et de la manière et même un «Plan B»

Le choix du timing de ce vote de confiance n’est pas non plus fortuit. Le passage par l’ARP s’est fait à l’avant-veille des vacances parlementaires et cadrait très bien avec sa stratégie de gain de temps. Chahed serait même allé jusqu’à échafauder un «plan B» qui consisterait, selon nos informations, à s’adjoindre lui-même le portefeuille de l’intérieur, en plus de la présidence du gouvernement. Et manifestement, Youssef Chahed qui apprend vite, a bien su gérer tout cela.

Un fait indéniable est que le chef du gouvernement aura finalement su gérer le stress des attaques frontales de certains députés, dont la plus virulente aura été celle de Fadhel Ben Omrane, bras droit de Hafedh Caïed Essebssi, lorsqu’il se retrouve obligé d’accuser publiquement le coup de la révolte d’une majorité du groupe parlementaire de Nidaa Tounes contre la volonté du fils du chef de l’Etat qui escomptait faire tomber son rival en recalant son candidat au MI devant l’ARP.

Impassible face aux acerbes critiques sur son mandat, détaché par rapport aux diverses tentatives de certains députés de transmuer la plénière en un vote de confiance à sa propre personne, Youssef Chahed répondait aux questions qu’il voulait et bottait en touche lorsqu’il le voulait (le cas des questions sur les raisons du limogeage de Lotfi Brahem), mettant toujours en exergue les indices d’amélioration de la situation macroéconomique, malgré une perception microéconomique négative par la population.

  • Un combat de coqs et une issue en mondovision

L’autre fait indéniable qui ressort de la plénière du samedi 28 juillet, est que Youssef Chahed aura réussi deux choses. D’abord rendre publique, à la manière d’une affaire qu’on internationaliserait, la crise politique que vit tout le pays à travers celle qui agitait Nidaa Tounes. La guerre entre les deux têtes de l’Exécutif n’est désormais plus larvée et ses coups ne sont plus bas. Ses faits et gestes se font désormais en plein jour, au vu et au su de tout le monde. Une guerre qui en deviendrait presque sainte, au profit du chef du gouvernement, tant elle prend chaque jour un peu plus les allures d’une lutte contre un phénomène qui ne laisse aucun ami de la Tunisie insensible. Une lutte, politique et même démocratiquement soutenable, contre l’héritage.

Youssef Chahed aura ensuite réussi, à travers le vote de confiance au MI, à médiatiser sa victoire contre le fils du chef de l’Etat, et à lui donner une résonance plus forte qu’à travers le meilleur des shows télévisés. Samedi 28 juillet 2018, Youssef Chahed battait ainsi son principal ennemi politique Hafedh Caïed Essebsi qui lui offrait sur un plateau d’argent , sans le vouloir, le vote de confiance que Chahed évitait de revendiquer lui-même. Au final, c’était comme les doigts dans le nez. Peut-être aussi par ignorance et idiotie de son adversaire !

par -

Le grimpeur colombien Nairo Quintana (Movistar) a remporté la 17è étape du Tour de France, devançant de 28 secondes l’Irlandais Dan Martin et de 47 le Gallois Geraint Thomas qui conforte son maillot jaune.
Au classement général, Froome a cédé la deuxième place au Néerlandais Tom Dumoulin, désormais à 1 min 59 sec du leader à quatre jours de l’arrivée à Paris.
Dans le groupe des favoris, les équipes de Bardet et de Quintana ont pris les choses en main dans le col d’Azet-Val Louron, sans déstabiliser pour autant l’équipe Sky. Mais tout s’est joué dans l’ultime montée de 16 kilomètres, classée hors catégorie (8,7 % de pente moyenne) et inédite sur le Tour.
C’est la première victoire d’étape de Quintana depuis 2013, le Colombien de 28 ans avait fini deuxième du Tour à deux reprises (2013 et 2015).
Jeudi, la 18è étape reliera, en plaine, Trie-sur-Baïse et Pau sur 171 km, avant les derniers cols programmés pour vendredi.

par -
Une enquête a été ouverte au sujet d’énormes sommes d'argent qui auraient transité clandestinement

Les services de la douane à l’Aéroport international de Tunis-Carthage ont déjoué, jeudi, quatre tentatives de contrebande de devises, dont la somme globale a été estimée à 44 mille d’euros (137 mille dinars), a annoncé la Douane Tunisienne, mercredi, dans un communiqué.
Lors d’un contrôle de bagages, les douaniers ont repéré des devises bien cachées dans les sacs de quatre passagers ressortissants de deux pays maghrébins et qui allaient voyager à Istanbul, a précisé la même source, sans citer les noms des deux pays.
Les devises ont été saisies et des procès-verbaux ont été rédigés à cet effet, selon le communiqué de la Douane.

par -

La direction générale de la douane a annoncé avoir déjoué lundi 23 juillet 2018 au port de la Goulette-nord une opération de contrebande d’un pistolet soupçonné d’être à sons qui a été introduit avec une cartouche de 9 mm cachée dans une voiture d’un passager tunisien résident à l’étranger venant de la France.

La douane a ajouté dans un communiqué, publié, lundi, à Tunis, avoir trouvé, après une inspection minutieuse des bagages du passager et de sa voiture, deux morceaux de cannabis d’environ 37,9 grammes.
Un procès-verbal a été rédigé à cet effet. Le suspect a été arrêté et transféré avec les biens saisis à la direction des enquêtes douanières.

par -

Les ministres de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche, Samir Taieb et du Tourisme et de l’Artisanat, Salma Elloumi, ont procédé lundi à la signature d’un accord de partenariat entre les deux départements ayant pour objectif de développer l’agritourisme biologique.
Cet accord vise à créer 25 projets de développement du tourisme biologique dans cinq gouvernorats (Nabeul, Kasserine, Bizerte, Béja et Tozeur), dynamiser l’emploi agricole, artisanal et agri-rural dans les régions concernées, créer de nouveaux postes d’emploi, faire connaitre et valoriser les produits locaux biologiques et les activités reflétant les caractéristiques et spécificités de chaque région.

Le ministre de l’Agriculture a déclaré aux médias que cet accord permettra de valoriser les régions agricoles et de créer plusieurs projets au sein de ces régions.
La ministre du Tourisme a, de son côté, indiqué que l’accord met en valeur l’agriculture biologique et durable lequel est “un secteur important mais qui est encore marginalisé en Tunisie et qui sera développé afin d’attirer une nouvelle catégorie de touristes tout au long de l’année contrairement au tourisme balnéaire qui est un tourisme saisonnier”.
De nouveaux circuits touristiques dans l’agriculture biologique seront créés dans cinq gouvernorats (Béja, Bizerte, Kasserine, Nabeul et Tozeur) et seront suivis par d’autres projets dans les gouvernorats.

L’accord s’inscrit dans le cadre du partenariat entre les ministères de l’Agriculture, du Tourisme, de la Culture et des secteurs public et privé, selon le ministère du Tourisme.
Pour rappel, une convention de coopération entre la Tunisie et la Belgique a été signée le 21 avril 2018 portant sur l’élaboration d’un plan d’action pour le développement du secteur du tourisme vert juste et durable.
Il s’agit d’une action qui s’inscrit dans le cadre du Plan national “Agriculture biologique : horizon 2020 “, notamment le projet d’écotourisme.

par -

Le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Sofiène Zaag, a révélé que l’homme qui a commis le hold-up d’une agence bancaire à Manar II utilisait un pansement en guise de cagoule alors qu’il faisait irruption dans l’établissement aux environs de 11h38 ce mercredi matin.

Sous la menace d’un revolver, il s’en est pris aux employés et aux clients de la banque avant de s’emparer d’une somme d’argent et échapper aux agents de sécurité de l’établissement, précise Mosaïque fm.

Accourus sur les lieux alors que le braqueur s’y trouvait encore, les forces de sécurité ont tenté de l’arrêter, mais il a tiré en l’air avant de prendre la poudre d’escampette.

L’auteur du hold-up est toujours en cavale et les policiers se sont mis à sa recherche après avoir relevé la plaque minéralogique de la voiture à bord de laquelle il a pris la fuite.

par -

Deux conventions ont été signées mercredi matin, au palais du gouvernement à la Kasbah, entre Zied Ladhari, ministre du Développement, de l’investissement et de la coopération internationale et Marie Francoise Marie-Nelly, Directrice du Département Maghreb et Malte, Moyen-Orient et Afrique du Nord à la Banque Mondiale, pour le financement de deux projets moyennant un budget de 1 620 millions de dinars.

Le premier projet d’appui au budget de l’Etat de 2018, est un prêt de 500 millions de dollars (environ 1300 millions de dinars) en une seule tranche, remboursable sur une période de 28 ans, avec une période de franchise de 5 ans et un taux d’intérêt ne dépassant pas les 1%. Il est destiné à appuyer un important train de réformes en Tunisie, dans le but de stimuler l’investissement privé et la création de débouchés pour les petites entreprises et, parallèlement, de protéger les ménages vulnérables et renforcer la sécurité énergétique.

Ce projet soutiendra des mesures concrètes pour simplifier les procédures d’importation et d’exportation, ouvrir de nombreux secteurs à l’investissement, faciliter l’accès des petites entreprises au crédit et aux marchés publics, garantir une couverture sociale aux plus pauvres, renforcer le capital humain et bâtir un secteur de l’énergie plus durable et plus vert.

Selon Ladhari, ce prêt accordé à la Tunisie avec des avantages préférentiels, vise à booster la croissance économique, l’investissement et la création d’emplois par le secteur privé. Ce programme est basé sur trois composantes, à savoir l’élimination des obstacles à l’investissement, le renforcement du rendement du secteur énergétique et de l’inclusion économique et sociale.

Le deuxième projet est un prêt de 130 millions de dollars (environ 320 millions de dinars), remboursable sur une période de 28 ans, avec une période de franchise de 6 ans et un taux d’intérêt ne dépassant pas le 1%.

Il s’agit d’un prêt complémentaire dans le cadre du programme de développement urbain et de gouvernance locale financé depuis octobre 2014 par la Banque internationale pour la reconstruction et le développement, moyennant un budget de 217 millions d’euros.

Il a pour principal objectif de doter les collectivités locales, des capacités nécessaires pour gérer leur propre budget et associer les citoyens aux décisions d’investissement, afin de favoriser le développement économique local. Le prêt permettra de prolonger ce programme de trois ans (jusqu’en 2023), d’élargir le nombre de bénéficiaires à 2,7 millions de Tunisiens, afin de tenir compte de l’expansion des frontières municipales, et de fixer des objectifs plus ambitieux.

Le ministre a souligné que les financements octroyés dans le cadre de ce programme seront utilisés au profit des municipalités pendant la période 2019-2023.

par -

Le ministre de la Défense nationale, Abdelkrim Zbidi, a a affirmé lundi que « la situation sécuritaire est sous contrôle depuis des mois, mais les actes terroristes isolés sont toujours susceptibles d’être perpétrés et ne sont pas particuliers à la Tunisie, étant un fléau dont souffrent tous les Etats ».

S’exprimant à l’issue d’un entretien avec le président de l’Assemblée des représentants du peuple, Mohamed Ennaceur, il a ajouté que les mesures préventives sécuritaires et militaires sont constamment en place et ne sont pas conjoncturelles, affirmant que la coordination est permanente entre les ministères de la Défense et de l’Intérieur.

S’agissant de la sécurisation de la saison touristique après l’opération terroriste de Ain Soltane, il a indiqué qu’une réunion groupera cette semaine les ministères de la Défense, de l’Intérieur, du Tourisme et de la Culture, l’organisation touristique, et les représentants des agences de voyage en vue de l’examen des questions relatives à la réussite de la saison touristique.

par -

Le représentant du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés en Tunisie, Mazen Abou Shanab, a souligné que le nombre de réfugiés qui séjournent, actuellement, en Tunisie est d’environ mille personnes dont la plupart sont des Syriens.

Dans une déclaration à la TAP en marge d’une rencontre organisée, samedi soir à Tunis pour célébrer la Journée mondiale des réfugiés, Mazen Abou Shanab a fait savoir que le ministère de la justice a élaboré un projet de loi sur les droits des réfugiés en Tunisie inspirée du droit international et conforme aux normes internationales, indiquant que le bureau du HCR a participé aux réunions de concertations consacrées à l’élaboration de cette loi.

Il a expliqué que le but de ce projet de loi n’est pas d’attirer les réfugiés mais de régulariser leur situation et de déterminer la liste de ceux qui ont droit au statut de réfugié, formant l’espoir de voir le gouvernement tunisien soumettre cette loi au parlement au cours de cette année.

Il a ajouté que la célébration de la Journée mondiale des réfugiés s’inscrit dans le cadre de la solidarité avec tous les réfugiés du monde, saluant les efforts déployés par la Tunisie pour les accueillir.

Pour sa part, la ministre de la Femme, de la Famille, de l’Enfance et des séniors, Naziha Laabidi, a déclaré que son département traite le dossier des réfugiés sur la base des dimensions humanitaires et des droits de l’homme loin de toutes formes de discrimination.

Le coordonnateur résident des Nations unies en Tunisie, Diego Zorilla, a indiqué que le nombre de réfugiés en Tunisie est très faible bien qu’il s’élève à environ 68 millions de personnes à travers le monde, selon les statistiques menées l’année dernière par les Nations Unies.

par -

 Le conseil des ministres tenu mercredi au palais du gouvernement à la Kasbah, en présence du chef du gouvernement Youssef Chahed, a approuvé le plan d’action national pour l’institutionnalisation de l’approche genre social.
La ministre de la femme, de la famille, de l’enfance et des personnes âgées, Néziha Laabdi, a présenté à cette occasion ce plan d’action qui s’inscrit dans le cadre des priorités du pan quinquennal de développent 2016/2020, indique un communiqué du ministère de la femme.
L’objectif de ce plan d’action est notamment l’intégration du genre social dans planification afin d’éradiquer les différentes formes de discrimination et réaliser l’équité en matière de développement.

par -

Le collectif des coordinations régionales des ouvriers de chantier a annoncé l’organisation à partir du 21 juin prochain de sit-in de protestation à cause de la non satisfaction de leurs demandes portant sur la régularisation de leur situation sociale. Ainsi, ils ont menacé d’entamer une grève nationale le 10 juillet prochain avec un rassemblement à la place du gouvernement à la Kasbah.

Dans un communiqué, le collectif des ouvriers a expliqué que ces mouvements de protestation interviennent après le refus de l’autorité centrale de dialoguer et l’absence de réaction de la part du gouvernement qui n’a pas respecté, selon eux, son engagement constitutionnel devant l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), en matière de lutte contre toute forme d’emploi précaire. Le texte appelle à la reprise des négociations avec l’UGTT.

par -

Rupert Stadler, PDG d’Audi, filiale du constructeur allemand Volkswagen, a été placé derrière les barreaux ce lundi 18 juin 2018. C’est la toute première détention d’un dirigeant du groupe allemande depuis qu’il est pris dans la tempête des moteurs diesel trafiqués (“dieselgate”).
Entre six et sept heures ce matin“, quatre policiers bavarois ont interpelé à son domicile Stadler, qui pilote Audi depuis onze ans, a confié à l’AFP un porte-parole du parquet de Munich.
Le prévenu est accusé de “fraude” et complicité d'”émission de faux certificats“, “d’avoir voulu influencer des témoins ou d’autres suspects“.

Autre sanction : Le conseil de surveillance de Volkswagen a remplacé Stadler par le Néerlandais Bram Schot, qui est passé par Daimler et a débarqué à VW en 2011, a dit l’agence DPA.

Rappelons que le “dieselgate” avait explosé en septembre 2015 chez Volkswagen, maison mère d’Audi et de Porsche. L’agence américaine de l’environnement (EPA) avait alors accusé le leader mondial des fabricants automobiles d’avoir installé dans 11 millions de ses véhicules diesel un logiciel apte à truquer le résultat des tests antipollution et de masquer des émissions qui peuvent parfois dépasser 40 fois les normes autorisées.

par -

Le ministre tunisien des Affaires étrangères, Khemaïès Jehinaoui, en visite à Tripoli, a évoqué avec son homologue libyens, Mohamed Tahar Siala, les perspectives de développement de la coopération économique et commerciale bilatérale et de l’accroissement des exportations tunisiennes, notamment agricoles et industrielles, à destination de la Libye, en contrepartie de l’importation de pétrole brut destiné à être raffiné en Tunisie.

Un communiqué du ministère tunisien des AE précise que cet entretien intervient en prévision de la réunion de la commission mixte préparatoire à la Grande commission mixte au niveau des chefs de gouvernement des deux pays, prévue dans quelques mois.L’es deux ministres ont également évoqué des questions consulaires en suspens, outre le paiement d’une deuxième tranche des créances de cliniques privées tunisiennes.

par -

La cour d’appel  au tribunal de première instance de Tunis a prononcé vendredi la relaxe de l’ancien ministre de l’Intérieur Habib Ammar, rapporte Mosaïque fm.

Elle a ordonné sa mise en liberté pour prescription des faits pour lesquels il était poursuivi, étant rappelé que le prévenu était incarcéré depuis le 20 mai dernier.

par -

L’ambassadeur d’Italie en Tunisie, Lorenzo Fanara, s’est félicité du climat social et professionnel incitatif à l’investissement dans la région du Bizerte.
Lors d’une visite mardi 05 juin 2018 à des entreprises installées dans le gouvernorat, le diplomate a exprimé son admiration pour l’infrastructure et les avantages accordés aux entreprises opérant au parc d’activités économiques de Bizerte, soulignant la nécessité d’oeuvrer pour faire connaitre ces atouts auprès des investisseurs italiens.
De son côté, le gouverneur Mohamed Gouider a mis l’accent sur les richesses, ressources et opportunités d’investissement dont recèle la région et les incitations accordées par l’Etat pour drainer des investissements étrangers et des projets à forte valeur ajoutée.
Au cours d’une réunion au siège du gouvernorat, Mohamed Gouider et Lorenzo Fanara ont évoqué les moyens susceptibles de renforcer les relations bilatérales et encourager les investisseurs italiens. Selon la direction régionale de l’Agence de Promotion de l’Industrie et de l’Innovation (APII), 29 sociétés italiennes sont installées dans la région de Bizerte.
Lors de cette visite, l’ambassadeur Lorenzo Fanara s’est rendu aux locaux de trois entreprises italiennes œuvrant dans le domaine des industries pharmaceutiques, médicales et technologiques.

FOCUS 🔍

L’Union Internationale de Banques (UIB) vient de franchir le cap symbolique d’un Milliard de Dinars de Capitalisation boursière, soit l’équivalent de 1% du PIB...

Le meilleur des RS

Ancien DG de l’ONTT, Wahid Ibrahim en a certainement gardé cette capacité à brosser d’un «coup de gueule» qui ne dit que gentiment son...

INTERVIEW

Walid Ben Salah, expert comptable, a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs points dont l'augmentation et à plusieurs reprises...

AFRIQUE

Au terme d'un mandat de cinq années aux performances économiques remarquables, saluées par les plus grandes organisations internationales dont la Banque Mondiale et FMI,...

Reseaux Sociaux

SPORT

L'ancien sélectionneur du Portugal Paulo Bento a été nommé à la tête de la Corée du Sud pour les quatre prochaines années, a annoncé vendredi...