18 C
Tunisie
dimanche 27 septembre 2020
Accueil Monde Corée du nord : Pendant que Kim Jong-un se paye des bombes,...

Corée du nord : Pendant que Kim Jong-un se paye des bombes, 10 millions de personnes meurent de faim

En Corée du Nord, plus de dix millions de personnes sont confrontées à des pénuries alimentaires après la pire récolte depuis une décennie. Pyongyang a besoin d’une aide alimentaire de 1,36 million de tonnes cette année, selon une nouvelle évaluation de l’état de la sécurité alimentaire dans le pays réalisée par les Nations Unies.

« Dix millions de Nord-Coréens sont en état d’insécurité alimentaire aggravée en République populaire et démocratique de Corée (RPDC). Elles sont surtout menacées en cette saison de soudure », a déclaré Hervé Verhoosel, porte-parole principal du Programme alimentaire mondial (PAM).

« Cette nouvelle évaluation de la sécurité alimentaire dans la République populaire démocratique de Corée a montré qu’à la suite des pires récoltes en dix ans, dues à des vagues de sécheresse, de canicules et d’inondations, 10,1 millions de personnes souffrent d’une grave insécurité alimentaire », a-t-il ajouté lors d’un point de presse ce vendredi à Genève.

La production agricole ne s’est élevée cette année qu’à 4,9 millions de tonnes, au plus bas depuis la saison 2008-2009, débouchant sur un déficit alimentaire de 1,36 million de tonnes. Toutefois, seulement 200.000 tonnes d’importations commerciales et 21.200 tonnes d’aide alimentaire sont prévues cette année, souligne le rapport publié conjointement par le Programme alimentaire mondial et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture.

Or les perspectives de production des récoltes de début de saison 2018-2019, à récolter en juin, sont défavorables en raison « de la faible pluviométrie généralisée et du manque de couverture neigeuse, qui a laissé des récoltes exposées à des températures glaciales pendant l’hiver », note le rapport.

« Notre évaluation montre que la réduction des pluies et le manque de neige en hiver, qui ont laissé les cultures exposées au gel, ont réduit la production d’environ 20% », a précisé Mario Zappacosta, économiste principal de la FAO et co-responsable de la mission, cité dans le communiqué de presse.
Des rations publiques ramenées à 300 grammes par jour

Face à cette situation, les autorités ont ramené les rations publiques à 300 grammes par jour, un niveau historiquement bas à cette époque de l’année, ont précisé ces deux agences de l’ONU. Le rapport a révélé des niveaux de consommation alimentaire inquiétants, une diversité alimentaire limitée et des familles obligées de couper les repas ou de manger moins. Les Nations Unies se sont surtout préoccupées par le manque de diversité alimentaire qui est pourtant essentiel pour une bonne nutrition. « La situation est particulièrement préoccupante pour les jeunes enfants et les femmes enceintes et allaitantes, qui sont les plus vulnérables à la malnutrition », relève le document.

L’évaluation a également montré que le système de distribution publique du gouvernement, sur lequel repose une grande partie de la population, a été contraint de réduire les rations au plus bas niveau jamais atteint pour cette période de l’année.

« On craint qu’en l’absence d’une aide extérieure substantielle, les rations puissent être encore réduites pendant les mois critiques de juin à octobre, au plus fort de la période de soudure », ont fait valoir la FAO et le PAM.

De nombreuses familles survivent avec une alimentation monotone à base de riz et en kimchi (mets traditionnel coréen composé de piments et de légumes lacto-fermentés) presque toute l’année, en consommant très peu de protéines.

« C’est inquiétant car de nombreuses communautés sont déjà extrêmement vulnérables et toute nouvelle réduction des rations alimentaires déjà minimales pourrait les plonger dans une crise de la faim », a déclaré Nicolas Bidault, codirecteur de la mission et conseiller régional principal du PAM pour l’analyse et la cartographie de la vulnérabilité.
Pour une augmentation de l’aide alimentaire

Face à cette insécurité alimentaire, la FAO et le PAM plaident pour une augmentation de l’aide alimentaire afin de répondre aux besoins immédiats. Ils recommandent également une hiérarchisation des domaines dans lesquels les besoins alimentaires sont les plus importants et les impacts climatiques les plus graves. Les Nations Unies veulent aussi un élargissement des programmes de nutrition et des mesures de réduction des risques de catastrophe pour permettre aux communautés à risque de mieux faire face aux chocs futurs.

Les agences onusiennes ont envoyé du 29 mars au 12 avril des représentants en Corée du Nord, chargés d’estimer l’ampleur de la pénurie alimentaire dans le pays.

A noter que les activités du PAM en Corée du Nord consistent principalement à fournir une assistance nutritionnelle à plus de 700.000 femmes et enfants souffrant de malnutrition dans neuf provinces. L’Agence onusienne leur fournit des céréales nutritives et des biscuits enrichis en micronutriments, en graisses et en protéines, indispensables à une croissance saine, et l’assistance est acheminée par le biais de crèches, d’hôpitaux et d’établissements pour enfants.

S’agissant de la FAO, leurs activités dans ce pays consistent à apporter une aide à plus de 500.000 agriculteurs membres de coopératives, en leur fournissant des intrants essentiels à la production agricole.

« Grâce à son assistance, la FAO soutient les approches de la production alimentaire tenant compte de la nutrition et encourage la diversification alimentaire afin de remédier à la situation actuelle en matière de sécurité alimentaire et nutritionnelle », a précisé Vincent Martin, Représentant de la FAO en Chine et en Corée du Nord.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

104,645FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,308SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles