AccueilActualitésDoses périmées d'Astrazenaca: Le ministère de la Santé dément

Doses périmées d’Astrazenaca: Le ministère de la Santé dément

Le ministère de la Santé a démenti les informations relayées mercredi à propos de l’administration aux citoyens de 20 mille doses périmées du vaccin Astrazeneca.

- Publicité-

Il a précisé dans un communiqué  que les tous les vaccins sont administrés dans les délais impartis et sont « sécurisés, efficaces et sains », ajoutant que le ministère de la santé a respecté le principe de la transparence, en ce qui concerne les données sur la campagne de vaccination anti Covid-19.

« Toutes les informations en rapport avec la vaccination sont publiées au fur et à mesure sur les supports de communication », selon le ministère.

Le communiqué a précisé qu’un premier lot de 98 400 doses de vaccin Astrazeneca a été réceptionné dans le cadre de l’initiative Covex, en plus d’un deuxième lot de 158 400 doses de ce même vaccin qui ont été administrées à temps, à l’exception de 19 boîtes de vaccins périmés, soit 0,19 pour cent du taux global de vaccins, qui n’ont pas été utilisés.

Le ministère a dévoilé que 123 296 doses de vaccin Astrazeneca ont été administrées parmi un total de 256 760 doses, relevant que la date de péremption de la quantité restante qui est fixée pour le 31 août 2021, sera administrée à partir du 18 juin prochain aux bénéficiaires de la deuxième dose.

Dans ce contexte, le ministère de la Santé a mis en garde contre les dangers contre l’instrumentalisation politique de la campagne nationale de vaccination et appelle toutes personnes souhaitant prendre connaissance de tous les détails de cette opération à recueillir ses informations auprès des sources officielles du ministère de tutelle.

Les précisions du ministère de la santé interviennent, à l’issu des déclarations aujourd’hui de l’ancien président de l’instance nationale de lutte contre la corruption (INLUC), Imed Boukhris, dans lesquelles il a évoqué  l’existence de plus de 20 mille doses de vaccin Astrazeneca périmées à la date du 31 mai 2021, soulignant que l’instance était intervenue à temps et informé le ministère de la Santé.

Pour sa part, la directrice de la santé de base et membre de la commission de vaccination au ministère de la Santé avait, dans une déclaration à la TAP, nié la vaccination des citoyens par des doses périmées du vaccin Astrazeneca.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,435SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles