36 C
Tunisie
mercredi 12 août 2020
Accueil La UNE Effectifs des combattants de l’EI : L’avant et l’après Mossoul, mais les...

Effectifs des combattants de l’EI : L’avant et l’après Mossoul, mais les Tunisiens toujours en tête

Quels sont les effectifs de l’Etat Islamique(EI), installé en Irak et en Syrie et dernièrement en Libye?

Plusieurs rapports, dont celui publié par l’ONU il y a 24 heures et repris par des agences de presse, indiquent que ce nombre avoisine les 25.000, et que les Tunisiens sont en tête du peloton.

Deux dates significatives jalonnent l’évolution de ces effectifs. D’abord, l’échec de la révolution syrienne dans sa forme pacifique, fin 2011, et le choix fait par la Ligue des Etats arabes, sous la pression des pays du Golfe, de militariser le mouvement de contestation en Syrie. Et puisque les forces qui étaient au-devant de la scène politique (Frères Musulmans et autres) n’étaient pas préparées pour ce genre de tournant, ce sont les combattants venus d’Irak et d’Afghanistan qui vont combler ce vide. Et c’est à travers la Jordanie, et plus tard directement d’Irak et de Turquie que l’entrée des combattants takfiristes va s’opérer. Ensuite, c’est l’attaque de la ville de Mossoul en juin 2014, l’occupation de tout le Nord-ouest irakien et la proclamation, depuis, de l’EI et du Califat de Boubaker Al Baghdadi qui va faire le reste. Le rapport de l’ONU indique que le nombre des combattants étrangers a évolué de 71% entre la mi-2014 et mars 2015.

Tous les rapports se rapportant à l’évolution des effectifs des combattants de Daech indiquent que les Tunisiens sont toujours restés en tête des étrangers qui ont fait allégeance à l’EI et les estimations les situent entre 3000 et 7000 combattants.

Daech qui contrôle, en 2015, un territoire deux fois plus vaste que la Tunisie, 15% du PIB de l’Irak, une grande partie de l’infrastructure et des stocks stratégiques et alimentaires énormes (blé, riz, maïs, etc), n’est apparu qu’en 2006.

En 2010, Daech avait un effectif d’environ 5200 combattants en Irak. A cette date, lorsque « le printemps arabe » a été déclenché, Daech était restée cloitrée en Irak. Après le premier véto sino-russe d’Octobre 2011 au sujet de la Syrie, Daech a été dépêché en Syrie, et a vu ses effectifs, passer en peu de temps (en 2012) de 5200 à 7000 éléments.

Fin 2014, selon la CIA, ces effectifs variaient entre 20000 et 31500 djihadistes. L’Observatoire Syrien des Droits de l’Homme (OSDH), très au fait de ce qui se passe dans le pays, situe ce chiffre à environ 50000 rien que pour la Syrie. Les experts estiment que 100 000 djihadistes se trouvant en Syrie, en Irak et ailleurs, sont potentiellement prêts à se battre.

Parmi les combattants, il y a des prisonniers de droit commun, des aventuriers, des djihadistes d’obédience sunnite de la région et près de 15000 combattants étrangers, y compris des Turcs et 2000 Occidentaux.

Daech prend en charge ses soldats blessés et les fait soigner dans les zones que l’organisation occupe ou à Kilis, en Turquie, ville située près de la frontière syrienne. Chaque combattant est payé à 600$, les médecins 900$ et les ingénieurs plus de 1000$.

Au sujet de l’âge des combattants, les rapports indiquent que Daech a enrôlé dans son armée de jeunes enfants du Kazakhstan âgés de moins de 10 ans qu’il entraîne au maniement du fusil d’assaut AK-47. Une vidéo a montré un enfant tuant un jeune homme accusé d’intelligence avec « l’entité sioniste ».

Le grand bond réalisé dans les effectifs de l’EI a eu lieu à partir de juin-juillet 2014, date des victoires de Mossoul et la proclamation du Califat. En mai 2014, le nombre des combattants était d’environ 10 000 hommes en Irak et 7 000 à 8 000 en Syrie, selon le journaliste au Monde, Christophe Ayad. Et déjà, début 2014, ces chiffres étaient moins importants. D’ailleurs, Charles Lister, chercheur au Brookings Doha Centre, estime que les combattants en Irak étaient entre 5 000 et 6 000 et entre 6 000 et 7 000 en Syrie, début 2014.

En juillet, cependant, ces chiffres sont revus à la hausse, accréditant la thèse d’ « Avant et Après Mossoul». On parle de manière courante de 20 et 25.000 hommes. L’EI a libéré de nombreux prisonniers, mais il a surtout bénéficié de ralliements.

Le journal britannique The Daily Telegraph, citant, début juillet 2014, l’analyste irakien Hisham al-Hashimi qui a eu accès à des documents de l’ÉI saisis par les forces de sécurité irakiennes, situe à environ 25 000 les combattants qui auraient prêté allégeance à l’ÉI rien qu’en en Irak.

Le 19 août, l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) affirme que les effectifs de l’État islamique sont désormais de 50 000 hommes en Syrie. Parmi ceux-ci, 20 000 sont étrangers et 6 000 ont été recrutés pour le seul mois de juillet.

Aboussaoud Hmidi

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

104,351FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,291SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles