AccueilMondeEtats-Unis : Tempête politique après la perquisition du domicile de Trump

Etats-Unis : Tempête politique après la perquisition du domicile de Trump

Une première étape vers un procès pour les uns, « une persécution politique » pour les autres: la perquisition spectaculaire du domicile de Donald Trump par le FBI jetait mardi une nouvelle lumière sur les profondes fractures de l’Amérique, à l’heure où l’ancien président flirte ostensiblement avec une nouvelle candidature.

Jamais un ancien locataire de la Maison Blanche n’avait été inquiété par la justice de cette façon.

La perquisition de la police fédérale a-t-elle à voir avec les nombreux cartons que Donald Trump a emportés avec lui en quittant la Maison Blanche en janvier 2021? Est-elle liée à l’enquête sur sa responsabilité dans l’assaut du Capitole? Concerne-t-elle plutôt les soupçons de fraude financière dont la Trump Organization fait l’objet à New York?

Donald Trump, qui clame son innocence dans chacune de ces affaires et prétend faire l’objet d’une chasse aux sorcières, a vivement dénoncé la perquisition, à laquelle il n’a pas assisté, dans un communiqué.

« Notre nation vit des jours sombres », a-t-il regretté, assurant que « cette perquisition non annoncée de (son) domicile n’était ni nécessaire ni appropriée ».

« Personne n’est au-dessus des lois (…) pas même un ancien président », a rétorqué mardi sur NBC la présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi — qui, comme la plupart des autres ténors de son camp, appelle depuis des années à ce que l’ex-magnat de l’immobilier rende des comptes.

Au lendemain de l’opération de la police fédérale, l’élu républicain Scott Perry a annoncé que des agents du FBI avaient saisi son téléphone, sans que cet allié de Donald Trump n’en précise la raison.

« Ce matin, alors que je voyageais avec ma famille, trois agents du FBI m’ont rendu visite et ont saisi mon téléphone portable », a-t-il déclaré à Fox News, dénonçant des « espèces de tactiques dignes d’une république bananière ».

L’escalade judiciaire semble avoir dans le même temps cimenté l’emprise de Donald Trump sur le parti républicain, qui a fait bloc autour de l’ancien homme d’affaires — au point de l’ériger en martyr.

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,019SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -