AccueilMondeGaza : Début de la trêve entre le Hamas et Israël

Gaza : Début de la trêve entre le Hamas et Israël

La trêve entre Israël et le mouvement islamiste Hamas dans la bande de Gaza est entrée en vigueur vendredi, et doit être assortie de la libération dans l’après-midi de 13 otages contre des prisonniers palestiniens, premiers signes de répit après des semaines de guerre.   

La branche armée du Hamas a déclaré que pour chacun des otages relâchés, trois prisonniers palestiniens, des femmes et des jeunes, seraient libérés.

Des tracts en arabe lancés depuis les airs par l’armée israélienne préviennent: « la guerre n’est pas encore finie ».

« Revenir dans le nord est interdit et très dangereux! », soulignent encore les tracts, l’armée israélienne considérant le nord de la bande de Gaza, d’où ont fui des centaines de milliers de Palestiniens vers le sud, comme une zone de combat.

Des responsables sécuritaires israéliens, accompagnés du personnel de la Croix-Rouge et d’agents égyptiens, seront déployés de leur côté au « hall égyptien » du poste-frontière de Rafah, afin de recevoir les otages libérés de Gaza qui s’envoleront ensuite de l’aéroport al-Arich vers Israël, a indiqué à l’AFP une source sécuritaire égyptienne.

Une source au sein du Hamas a indiqué à l’AFP que la libération des otages à Rafah se ferait « loin de la presse ».

Le bureau du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, avait dit jeudi disposer d’une « première liste de noms » d’otages et être en lien avec leurs familles, alors que les proches des captifs font pression depuis des semaines sur le gouvernement pour obtenir leur libération.

Israël a diffusé une liste de 300 Palestiniens susceptibles d’être libérés au total si la trêve est prolongée, comptant 33 femmes et 267 jeunes de moins de 19 ans. Parmi ces détenus, 49 sont membres du Hamas.

  « Nous avons posé comme condition que (…) les prisonniers femmes et enfants palestiniens » soient libérés « par ordre d’ancienneté » en détention, a déclaré Bassem Naïm, haut cadre du Hamas.

      Une source sécuritaire égyptienne a indiqué à l’AFP qu’une délégation égyptienne serait présente à Jérusalem et à Ramallah, en Cisjordanie occupée, pour s’assurer du « respect de la liste » des prisonniers palestiniens libérés.

La trêve doit permettre également l’entrée d’un plus grand nombre de convois d’aide, et vendredi, « trois camions transportant 150.000 litres de carburant et quatre camions de gaz sont entrés (dans la bande de Gaza via Rafah), soient 84 tonnes », a déclaré à l’AFP Waël Abou Omar, directeur de la communication du point de passage de Rafah, côté palestinien.

En outre, un total de 230 camions contenant de l’aide alimentaire doit entrer dans la journée, dont une cinquantaine sont déjà passés côté palestinien.

Selon l’Unrwa, 160.000 litres de carburant sont nécessaires chaque jour pour assurer « uniquement les opérations humanitaires de base ».

Cette aide est uniquement destinée au sud de la bande de Gaza et elle est remise à l’ONU et au Croissant-Rouge, ont précisé des responsables.

Mais la trêve reste « insuffisante » pour faire entrer l’aide nécessaire, ont souligné des ONG internationales, réclamant un véritable cessez-le-feu.

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,135SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -