AccueilMondeIsraël «empêtré» dans la guerre après 200 jours

Israël «empêtré» dans la guerre après 200 jours

Bien que 200 jours se soient écoulés depuis la guerre d’Israël contre Gaza, peu de personnes en Israël, à l’exception du Premier ministre Benjamin Netanyahu, revendiquent une victoire claire. Même l’armée, habituellement vantarde, parle désormais plus modestement, note l’observateur politique israélien Nazir Magally sur les colonnes d’al-Chark al-Awsat.
Les attentes sont passées de la « destruction du Hamas » à l’« affaiblissement de son pouvoir » et de la « libération forcée des captifs » à la « négociation de leur libération ».
Alors que Netanyahou insiste sur le narratif d’une victoire écrasante, les meilleurs experts mettent en garde contre un échec significatif, certains suggérant même une défaite.
Ron Ben-Yishai, expert en sécurité au journal « Yedioth Ahronoth », a averti qu’Israël se trouvait dans une impasse stratégique. Il a noté qu’en ce qui concerne les prisonniers, Israël a perdu son influence sur le Hamas.
En ce qui concerne l’invasion de Rafah, Netanyahou est toujours en pourparlers avec Washington au sujet de la portée des actions d’Israël, sans que les Américains n’aient encore donné leur accord.
En ce qui concerne le « jour d’après », Israël est toujours dans l’incertitude, ses propositions étant considérées comme irréalisables. Bien que le Hamas ait perdu une grande partie de sa puissance militaire, il contrôle encore de nombreuses régions.
Les tensions augmentent également sur le front libanais, mais il n’y a pas de voie claire vers la guerre ou un accord politique, tout le monde attendant la fin des combats à Gaza.
Quant à l’Iran, Israël peine à former une alliance régionale en raison de l’absence de progrès sur la question palestinienne, considérée comme cruciale pour la résolution d’autres problèmes.
Ben-Yishai a affirmé qu’Israël devait assouplir sa position sur la Palestine et répondre aux appels de Washington. Sans coopération stratégique avec l’administration Biden, non seulement Israël restera bloqué, mais il sera également confronté à une défaite dans la guerre, a-t-il averti.
Dans un article paru récemment dans le quotidien israélien « Haaretz », le penseur israélien Yuval Noah Harari souligne que la guerre est un outil permettant d’atteindre des objectifs politiques.Selon lui, le succès d’une guerre devrait être mesuré à l’aune de la réalisation de ces objectifs. Il souligne qu’après la tragédie du 7 octobre, Israël avait pour objectif de libérer les captifs et de désarmer le Hamas, mais qu’il devait également renforcer ses alliances et établir la stabilité régionale.
Cependant, il critique le gouvernement de Netanyahu pour avoir privilégié la vengeance plutôt que ces objectifs plus larges, n’ayant pas réussi à libérer tous les captifs ou à éliminer le Hamas.

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,135SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -