AccueilMondeLa journaliste palestinienne  Shireen Abou Akleh tuée  par l'armée israélienne

La journaliste palestinienne  Shireen Abou Akleh tuée  par l’armée israélienne

La journaliste américano-palestinienne Shireen Abou Akleh, une des plus connues de la chaîne panarabe al-Jazeera, a été tuée par balle mercredi matin alors qu’elle couvrait une opération de l’armée israélienne dans un secteur tendu de la Cisjordanie occupée.  

Le ministère palestinien de la Santé et la chaîne al-Jazeera ont annoncé le décès de la journaliste vedette par un tir de l’armée israélienne lors de ces affrontements à Jénine, bastion des factions armées palestiniennes dans le nord de la Cisjordanie occupée.

Un photographe de l’AFP sur place a fait état des tirs de l’armée israélienne et a vu le corps de la reporter qui portait un gilet pare-balles sur lequel était inscrit le mot « presse ». Il a indiqué ne pas avoir vu de miliciens palestiniens à proximité de la scène où la journaliste a été tuée.

Un autre journaliste, Ali al-Samoudi, blessé lors de ces affrontements, a accusé l’armée israélienne d’avoir ouvert le feu sur les journalistes. « Nous étions en chemin pour couvrir l’opération de l’armée lorsqu’ils ont ouvert le feu sur nous (…) Une balle m’a atteint. La seconde balle a touchée Shireen », a-t-il déclaré.

Dans un communiqué, la chaîne al-Jazeera a affirmé que Shireen Abou Akleh a été tuée « de sang froid » par les forces israéliennes.

« Al-Jazeera condamne ce crime odieux, qui a pour objectif d’empêcher les médias de faire leur travail », a indiqué la chaîne qatarie, appelant la communauté internationale à « tenir pour responsables les forces d’occupation israéliennes pour avoir intentionnellement ciblé et tué Shireen », qui a reçu une balle « au visage » selon les autorités qataries.

Israël a offert aux Palestiniens une « enquête conjointe » sur la mort de la journaliste, a déclaré son ministre des Affaires étrangères, Yaïr Lapid.

Le gouvernement palestinien a appelé à une « enquête internationale » sur la mort de la journaliste, a indiqué à l’AFP son porte-parole, Ibrahim Melhem, alors que le président Mahmoud Abbas avait de son côté accusé le « gouvernement israélien d’être entièrement responsable » du décès de Shireen Abou Akleh.

L’ambassadeur américain en Israël Tom Nides a quant à lui appelé à une « enquête approfondie » sur la mort de la journaliste « américano-palestinienne », aussi condamnée par l’émissaire de l’ONU au Proche-Orient, Tor Wennesland.

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,006SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -