AccueilMondeLe marché du pétrole transformé et plus incertain

Le marché du pétrole transformé et plus incertain

Un an de guerre en Ukraine et de sanctions a profondément bouleversé le marché du pétrole, devenu plus fragmenté et plus incertain, sans doute pour longtemps, avec des prix moyens plus élevés à l’avenir.

« Le fonctionnement du marché est radicalement différent, sur bien des points, de ce qu’il était avant l’invasion de l’Ukraine », explique Jim Burkhard, responsable de la recherche sur le pétrole pour S&P Global Commodity Insights, cité par l’AFP.

L’Europe s’est, pour l’essentiel, sevrée des exportations russes, qui ont été redirigées vers l’Asie, et leur a substitué du brut venu de plus loin, Moyen-Orient et Etats-Unis principalement.

L’Asie — Chine et Inde en particulier — achète son pétrole bon marché auprès d’une Russie contrainte, tandis que les pays ayant choisi de s’en passer paient leur or noir plus cher.

« Nous avions un vrai marché mondial, très compétitif, qui n’existe plus aujourd’hui », selon Jim Burkhard. « Il est maintenant fractionné. »

« Entre la Russie, le Venezuela et l’Iran, c’est presque 20% du pétrole mondial qui est coupé de beaucoup de marchés, en particulier des Etats-Unis et de l’Europe », dit-il. « Et désormais, le prix du pétrole dépend de son (pays d’) origine, pas de sa qualité. »

En moyenne, le pétrole doit voyager davantage pour aller jusqu’à l’acheteur, « à flotte constante », a rappelé Torbjorn Tornqvist, président du négociant Gunvor Group, lors la conférence sur l’énergie CERAWeek, à Houston (Texas). Dès lors, « les tarifs du fret maritime ont donc augmenté et restent élevés ».

« Le marché est transformé et n’est pas près de revenir en arrière », estime Jose Fernandez, sous-secrétaire d’Etat chargé de l’énergie, plus haut responsable de la diplomatie américaine sur cette question.

« Il y a désormais une défiance fondamentale de l’Europe vis-à-vis de l’énergie russe qui va durer longtemps », précise Eirik Waerness, économiste en chef de la compagnie pétrolière publique norvégienne Equinor.

Lors de CERAWeek, Bader Al-Attar, directeur de la Kuwait Petroleum Corporation (KPC), a indiqué que le conglomérat public qui exploite les ressources pétrolières du Koweït avait notamment vu s’ouvrir de nouveaux débouchés en Europe pour son kérosène.

« L’Europe achète maintenant du gazole au Moyen-Orient, en Inde et en Chine », abonde Torbjorn Tornqvist.

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,045SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -