AccueilActualitésLes magistrats judiciaires détachés qui souhaitent poursuivre leurs missions d'affectation ont le...

Les magistrats judiciaires détachés qui souhaitent poursuivre leurs missions d’affectation ont le droit de démissionner du corps de la magistrature

Les magistrats de l’Ordre judiciaire en détachement auprès des institutions de la présidence de la République, la présidence du gouvernement ou encore les instances publiques indépendantes qui souhaitent poursuivre leurs missions d’affectation ont le droit de démissionner du corps de la magistrature, a indiqué mercredi Walid Melki, magistrat et membre du Conseil de l’Ordre judiciaire.

- Publicité-

Il a fait observer que les magistrats concernés par la décision mettant fin au détachement de magistrats auprès des institutions précitées bénéficient de délais « raisonnables » pour prendre leurs décisions.

Joint au téléphone par la TAP, Melki a affirmé que cette décision prise, mardi, par le Conseil de l’Ordre judiciaire relevant du Conseil supérieur de la magistrature (CSM) s’inscrit dans le cadre d’une orientation visant à mettre un terme aux interférences entre le politique et la fonction juridictionnelle.

Et d’ajouter: Le pouvoir judiciaire doit être en mesure d’ouvrir des perspectives et de répondre aux ambitions et objectifs des magistrats au sein même du système judiciaire. L’objectif, selon lui, est de renoncer à la nomination de juges aux postes en dehors du pouvoir judiciaire et de tenir les magistrats à l’écart des tiraillements politiques pouvant nuire à leur crédibilité.

Le Conseil de l’Ordre judiciaire a décidé, mardi, de mettre fin au détachement des magistrats auprès d’institutions et instances nationales, tant que la loi n’impose pas la présence d’un magistrat dans leur composition.

Il s’agit des magistrats judiciaires affectés à la présidence de la République, la présidence du gouvernement, les ministères et d’autres instances où l’affectation d’un magistrat n’est pas dictée par la loi.

Le Conseil motive cette disposition par le souci de consacrer le principe de l’indépendance et de la neutralité de l’autorité judiciaire, de la tenir à l’écart des tiraillements politiques et de préserver la réputation et la dignité des magistrats et de la magistrature face aux campagnes de discrétisation et de diffamation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,438SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles