AccueilActualitésLes violences ne doivent pas être passées sous silence

Les violences ne doivent pas être passées sous silence

L’Union Tunisienne de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (UTICA) a appelé, jeudi, à prendre toutes les mesures nécessaires afin de mettre fin à la violence physique et verbale qui sévit fréquemment à l’Assemblée des Représentants du Peuple, qualifiant ces violences de « très graves » qui ne doivent pas être passées sous silence.

- Publicité-

Dans un communiqué, l’UTICA a dénoncé avec fermeté les agressions physiques dont ont été victimes, hier mercredi, les députés du Parti Destourien Libre (PDL), Abir Moussi et Wissam Chaari, au sein même de l’hémicycle, et en présence de la ministre de la Femme.

Ces agressions physiques ont été commises par Sahbi Smara, député et ancien élu de la coalition El Karama et Seifdine Makhlouf, député de cette même coalition, en séance plénière.

Exprimant sa solidarité avec Abir Moussi et son collègue Wissam Chaari, l’organisation patronale a exhorté les députés à se tenir à l’écart des discours de haine et des agissements qui ne font qu’exacerber la tension en Tunisie qui connaît une crise économique, financière, sociale et sanitaire « sans précèdent ».

« Toutes les forces politiques sont appelées aujourd’hui à surmonter leurs différends afin de trouver une issue à cette crise », a insisté l’UTICA.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,452SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles