AccueilActualitésL’icône du féminisme, la franco-tunisienne Gisèle Halimi, est décédée

L’icône du féminisme, la franco-tunisienne Gisèle Halimi, est décédée

L’avocate, militante féministe et femme politique franco-tunisienne Gisèle Halimi est morte à l’âge de 93 ans, annonce sa famille à l’AFP ce mardi 28 juillet. « Elle s’est éteinte dans la sérénité, à Paris », a déclaré à l’AFP l’un de ses trois fils, Emmanuel Faux, estimant que sa mère avait eu « une belle vie ».
Née Zeiza Gisèle Élise Taïeb en 1927 à la Goulette, elle participe dès 1965 au Mouvement démocratique féminin. Fondatrice en 1971 avec Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir de l’association pour le droit à l’avortement Choisir la Cause des Femmes, elle est signataire, la même année dans « le Nouvel Observateur », du « Manifeste des 343 » réclamant le libre accès aux moyens contraceptifs et l’avortement libre.
Elle devient députée apparentée au groupe socialiste, entre 1981 et 1984, avant d’être nommée ambassadrice de la France auprès de l’Unesco par François Mitterrand. Elle faisait également partie des membres fondateurs de l’association altermondialiste ATTAC, en 1998.
Le président français Emmanuel Macron a salué dans un tweet « une républicaine passionnée qui, comme avocate, militante et élue, fut une grande combattante de l’émancipation des femmes », commentant : « Pour Gisèle Halimi, le féminisme était un humanisme. »

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,567SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles