Tags Posts tagged with "50 dinars"

50 dinars

Hamid Miduni, plus connu comme Abdelhamid Gmati, est un ancien rédacteur en chef d’un quotidien La Presse d’un autre temps. Un Red Chef comme on n’en fait plus, capable de confectionner un vrai journal avec deux pelés et trois tondus. Il y a deux années, il avait publié cette photo d’un billet de cinquante dinars qui ne rapportait que peu de choses dans un marché.

Depuis, la Banque Centrale de Tunisie le compte certes parmi les billets qui doivent être changés d’ici la fin de l’année. Mais sa valeur n’a fait que se déprécier encore plus et le patronat même demande qu’il soit complètement retiré de la circulation. Avec les prix de légumes basiques, tels que les tomates, le piment ou la pomme de terre, il ne serait pas capable seul de nourrir une famille

par -

La présidente de l’UTICA, Wided Bouchamaoui, a indiqué que “l’intégration du secteur informel dans l’économie organisée, le retrait du billet de 50 dinars et la restructuration du port de Radès sont des mesures de nature à fournir à l’Etat des ressources additionnelles lui permettant de ne pas doubler les charges des entreprises organisées”.
Elle a précisé dans une interview accordée à l’Agence TAP que “le relèvement du niveau de l’investissement privé nécessite la réalisation de la stabilité fiscale, la garantie de nouvelles incitations pour l’entreprise notamment au niveau de l’exportation et la préparation d’un environnement propice à l’investissement notamment dans les régions intérieures”.

Pour Bouchamaoui, il faut que l’Etat soit aujourd’hui, la locomotive de l’investissement dans les régions, à travers la mise en place de l’infrastructure nécessaire et l’octroi aux investisseurs des facilités nécessaires.
Nécessité d’intégrer près d’un million de Tunisiens actifs dans l’informel
Elle a fait savoir qu’un million de tunisiens travaillent dans le secteur de l’informel, selon les statistiques publiées par les Nations Unies en 2015, appelant le gouvernement à mettre en place un programme de deux à cinq ans, pour l’intégration de ces derniers dans le secteur organisé, ce qui va générer des ressources additionnelles pour l’Etat, par le biais des contributions sociales et le paiement de l’impôt sur le revenu.

Elle a encore préconisé le retrait du billet de 50 dinars estimant que cela permettra de dévoiler les fraudeurs et les contrebandiers qui travaillent essentiellement, avec ce billet.
La BCT avait révélé récemment le niveau élevé des transactions effectuées en liquide dans le pays, appelant à prendre des mesures pour en finir avec opérations en argent liquide qui atteignent annuellement, selon les statistiques, 11 milliards de dinars au moment les banques tunisiennes connaissent un manque de liquidité équivalent à 9 milliards de dinars”.

FOCUS 🔍

Aures Auto, distributeur officiel de DS Automobiles en Tunisie, a organisé mardi 4 décembre 2018 un point de presse pour annoncer le lancement de...

Le meilleur des RS

Lui, c’est un ancien de la BCT, où il était DG de la politique monétaire. Autant dire qu’il sait très bien de quoi il...

INTERVIEW

Zohra Driss est plus qu’optimiste pour la saison 2019. Elle ne cache pas que son groupe est bénéficiaire et dispose même d’un joli pactole...

AFRIQUE

Le gouvernement zimbabwéen prévoit d'introduire une nouvelle monnaie locale d'ici la fin de l'année 2019, pour répondre à la rareté des billets de dollars...

Reseaux Sociaux

SPORT

L'Espérance de Tunis, tenant du titre, s'est installée dans le fauteuil de leader du championnat de la Ligue 1 du football professionnel, en s'imposant...