Tags Posts tagged with "Abdelkader Messahel"

Abdelkader Messahel

par -

Une table-ronde sur le Sahara occidental a débuté mercredi à l’Office des Nations Unies à Genève (ONUG).

Les discussions se dérouleront pendant deux jours, au Palais des Nations, sous les auspices d’Horst Köhler, l’Envoyé personnel du Secrétaire général de l’ONU pour le Sahara occidental.

Dans la ville suisse, l’ancien Président allemand tente de relancer les discussions sur le Sahara occidental en réunissant autour de la même table le Maroc, le Front Polisario, mais aussi l’Algérie et la Mauritanie. Les chefs des diplomaties marocaine, Nasser Bourita ; algérienne, Abdelkader Messahel ; et mauritanienne, Ismaïl Ould Cheikh Ahmed participent à la table-ronde de Genève avec Khatri Addouh, membre du Secrétariat national du Front Polisario et Président du Parlement sahraoui.

Territoire situé sur la côte nord-ouest de l’Afrique, le Sahara occidental a été administré par l’Espagne jusqu’en 1976. Rabat et Nouakchott avaient alors tous deux affirmé leur revendication sur le territoire, revendication à laquelle s’oppose le Front populaire pour la libération de la Saguia el-Hamra et de Rio de Oro (Front Polisario).

Suite à la fin de l’administration coloniale espagnole du Sahara occidental, des combats ont éclaté entre le Maroc et le Front Polisario. Depuis, les Nations Unies œuvrent à un règlement de la situation. La Mauritanie a renoncé à toute revendication sur le Sahara occidental en 1979. Un cessez-le-feu a été signé en septembre 1991 et la Mission des Nations Unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (MINURSO) a été déployée.

Première réunion des parties en six ans

La table-ronde sur le Sahara occidental organisée à Genève est la première du genre depuis six ans. Pour l’ONU, cette réunion constitue un « premier pas vers un processus renouvelé » visant à « aider les parties à parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable qui permette l’autodétermination du peuple du Sahara occidental ».

Le 31 octobre dernier, le Conseil de sécurité de l’ONU avait enjoint, dans sa résolution 2440, aux parties « de reprendre les négociations sous les auspices du Secrétaire général, sans conditions préalables et de bonne foi ».

Conformément à cette résolution du Conseil, les parties sont appelées « à faire preuve de réalisme et d’un esprit de compromis pour aller de l’avant dans les négociations ». Le texte encourage également les pays voisins à apporter une contribution importante et active à ce processus.

Mardi, le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, avait repris l’appel du Conseil, exhortant toutes les parties à « s’engager de bonne foi dans les discussions sans conditions préalables et dans un esprit constructif ».

Par la voix de son porte-parole adjoint, le chef de l’ONU avait également réitéré son « soutien indéfectible » à Horst Köhler et aux efforts déployés par ce dernier pour relancer le processus de négociation, conformément à la résolution 2440 du Conseil de sécurité.

par -

Les relations houleuses entre le Maroc et l’Algérie, dont les frontières sont bouclées depuis 1994, rappelons-le, viennent de connaitre un nouveau pic. En effet Rabat a fait savoir ce samedi 21 octobre 2017 qu’il va rappeler son ambassadeur en poste à Alger, officiellement pour consultation, rapporte l’AFP. Dans les faits, les autorités marocaines ont très peu apprécié les propos fracassants du ministre algérien des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, qui n’a pas hésité à accuser des entreprises marocaines de “blanchir l’argent du haschich” en Afrique.

Le ministère des Affaires étrangères (MAE) marocain a pondu un communiqué hier vendredi où il qualifie de “gravissimes” les allégations de Messahel.
Ce dernier a fait cette sortie la vieille, lors de l’université d’été du Forum des chefs d’entreprise. Pour le chef de la diplomatie algérienne, le gonflement des investissements marocains en Afrique ces dernières années serait la résultante d’une vaste opération de blanchiment d’argent. “Les banques marocaines, c’est le blanchiment de l’argent du haschisch, ça tout le monde le sait. C’est des chefs d’Etats africains qui me le disent“, a asséné Messahel, des morceaux de son discours qui d’ailleurs enflamment la toile ce samedi.
Si c’est ça les banques, je ne sais pas, personne ne nous impressionne. La Royal Air Maroc (la compagnie publique marocaine, ndlr) transporte autre chose que des passagers, et cela tout le monde le sait. On n’est pas le Maroc, On est l’Algérie. On a un potentiel, on a de l’avenir. Nous sommes un pays stable“, a-t-il ajouté, histoire de bien enfoncer le clou.

La réplique de la diplomatie marocaine : ces “propos affabulatoires” sont “d’un niveau d’irresponsabilité sans précédent dans l’histoire des relations bilatérales” et “témoignent d’une ignorance aussi profonde qu’inexcusable des normes élémentaires du fonctionnement du système bancaire et de l’aviation civile“.
Ces déclarations sans fondement ne sauraient porter atteinte à la crédibilité ni au succès de la coopération (…) avec les pays africains“, a ajouté le MAE marocain, avant de tirer sur Alger : “Ces allégations mensongères ne peuvent justifier les échecs ou cacher les véritables problèmes économiques, politiques et sociaux de ce pays“…

par -

Le ministre des Affaires étrangères Khemaïes Jhinaoui s’est entretenu samedi au Caire avec le ministre algérien des Affaires maghrébines, de l’Union africaine et de la Ligue des Etats arabes Abdelkader Messahel, en marge de la réunion extraordinaire du Conseil ministériel de la Ligue des Etats arabes.
Selon un communiqué rendu public dimanche par le département des Affaires étrangères, la rencontre a permis d’examiner l’évolution des relations tuniso-algériennes et les moyens de les renforcer dans tous les domaines.
Elle a également permis de mettre l’accent sur la nécessité de favoriser la concertation et la coordination au sujet des questions régionales et internationales d’intérêt commun dont notamment la situation en Libye.
A cet égard, Jhinaoui a souligné l’importance d’appuyer le Conseil présidentiel du gouvernement d’accord national libyen et de l’aider à prendre en main les rênes du pouvoir pour relever les défis économique, social et humanitaire qui se dressent devant la Libye et à faire face au danger terroriste qui menace désormais la paix et la stabilité en Libye et dans la région toute entière.
La réunion a porté aussi sur la marche de l’Union du Maghreb arabe ainsi que sur le prochain sommet arabe prévu fin juillet prochain en Mauritanie.
A ce propos, les deux ministres ont souligné l’importance de se préparer convenablement à cette échéance d’envergure arabe pour aboutir à des décisions qui répondent aux aspirations des peuples arabes et contribuer à accroitre les capacités des pays arabes à relever les défis et à faire face aux dangers qui se dressent devant eux dont notamment la menace terroriste.

FOCUS 🔍

Dans le cadre de la stratégie nationale de « Décashing » et d’inclusion financière et faisant suite aux résultats positifs sur l’ensemble de ses tests techniques,...

Le meilleur des RS

C’est un Post triste, par une journée au climat triste, que publie Ezzeddine Zayani. Triste, d’autant plus qu’elle a trait à toute une frange...

INTERVIEW

Récemment nommée présidente de Nida Tounes, Salma Elloumi a accordé cette brève interview à Africanmanager. Elle y parle de son travail de réunificatrice du...

AFRIQUE

Le Bénin, qui a la réputation d'être une des démocraties les plus solides du continent, traverse des zones de turbulence depuis le 1er mai...

Reseaux Sociaux

SPORT

La star brésilienne Marta a rabroué jeudi un reporter de la chaîne allemande ZDF, qui avait omis de lui poser une question sur son...