Tags Posts tagged with "Al Joumhouri, Issam Chebbi"

Al Joumhouri, Issam Chebbi

par -
L’imbroglio politique ne cesse de s’aggraver en Tunisie depuis l’annonce du défi lancé par Hamadi Jebali de former un gouvernement apolitique de technocrates suite à l’assassinat de l’opposant Chokri Belaid.  ...

L’imbroglio politique ne cesse de s’aggraver en Tunisie depuis l’annonce du défi lancé par Hamadi Jebali de former un gouvernement apolitique de technocrates suite à l’assassinat de l’opposant Chokri Belaid.

L’initiative de numero2 d’Ennahdha, exacerbe un peu plus la crise et continue, de ce fait, de susciter des polémiques. Désapprouvée par les deux partis au pouvoir, le CPR et Ennahdha, qui insistent pour que ce cabinet inclue aussi les forces politiques, l’initiative d’un gouvernement des compétences est cependant plébiscitée par Ettakatol et la majorité de l’opposition, à l’instar d’El Joumhouri qui l’a soutenue sans réserve.

Lors d’un point de presse organisé au siège d’Al Joumhouri, Issam Chabbi s’est dit favorable à cette initiative qui est « se situe dans la lignée de la demande de son parti de former un gouvernement de salut capable d’expédier les affaires de l’Etat jusqu’à la tenue des prochaines élections, et ce dans les brefs délais».

En termes de conception, Issam Chabbi a confirmé l’appui de son parti à un gouvernement de consensus national estimant qu’il est essentiel de « garantir les meilleures succès à ladite initiative».

D’après lui, cette décision qu’il a qualifiée d’audacieuse permettrait sans doute de se libérer des contraintes de la Troïka et de placer l’intérêt national au-dessus de toutes les autres considérations. Dans ce contexte particulier, la Tunisie a besoin « d’une gouvernance nouvelle fondée sur la lutte contre la violence, la suprématie de la loi et la neutralité de l’administration ».

Pour rappel, l’initiative de Hamadi Jebali est appuyée par la majorité des autres partis politiques lesquels ont appelé à un véritable dialogue national afin de s’attaquer aux grandes questions, faisant référence à l’urgence de la situation actuelle et au danger que font peser les violences sur la Tunisie. « L’initiative de Hamadi Jebeli ne pourra réussir qu’avec l’appui de tous les partis politiques qui doivent saisir cette occasion pour réaliser la coalition nationale », a précisé le dirigeant d’Al Joumhouri appelant le parti islamiste Ennhadha à la soutenir dans le but ultime de mettre fin à la violence politique qui a frappé fort avec le meurtre de Chokri Belaid.

« L’initiative doit être soutenue par tous les partis prenantes en s’inscrivant dans le cadre de la légitimité institutionnelle pour qu’on puisse mettre fin à la crise politico-économique » a-t-il soutenu.

Al Joumhouri critique la formation d’un conseil des sages

Par ailleurs, Issam Chabbi s’est interrogé sur la formation d’un conseil des sages tout en jugeant critiquant la décision du chef de gouvernement lequel a annoncé la création dudit conseil sans consulter les différents partis politiques. « On était surpris par la présence de représentants du pouvoir exécutif au sein de ce comité, du secrétaire général du parti au pouvoir et d’ex- symboles du régime déchui…nous souhaiterions également qu’il y ait une loi qui régisse ce comité, et qui définisse son rôle », a-t-il ajouté.

Al Joumhouri a appelé le chef du gouvernement à clarifier le cadre réglementaire ainsi que la mission principale du conseil des sages.

Wiem Thebti

par -
L’imbroglio politique ne cesse de s’aggraver en Tunisie depuis l’annonce du défi lancé par Hamadi Jebali de former un gouvernement apolitique de technocrates suite à l’assassinat de l’opposant Chokri Belaid.  ...

L’imbroglio politique ne cesse de s’aggraver en Tunisie depuis l’annonce du défi lancé par Hamadi Jebali de former un gouvernement apolitique de technocrates suite à l’assassinat de l’opposant Chokri Belaid.

L’initiative de numero2 d’Ennahdha, exacerbe un peu plus la crise et continue, de ce fait, de susciter des polémiques. Désapprouvée par les deux partis au pouvoir, le CPR et Ennahdha, qui insistent pour que ce cabinet inclue aussi les forces politiques, l’initiative d’un gouvernement des compétences est cependant plébiscitée par Ettakatol et la majorité de l’opposition, à l’instar d’El Joumhouri qui l’a soutenue sans réserve.

Lors d’un point de presse organisé au siège d’Al Joumhouri, Issam Chabbi s’est dit favorable à cette initiative qui est « se situe dans la lignée de la demande de son parti de former un gouvernement de salut capable d’expédier les affaires de l’Etat jusqu’à la tenue des prochaines élections, et ce dans les brefs délais».

En termes de conception, Issam Chabbi a confirmé l’appui de son parti à un gouvernement de consensus national estimant qu’il est essentiel de « garantir les meilleures succès à ladite initiative».

D’après lui, cette décision qu’il a qualifiée d’audacieuse permettrait sans doute de se libérer des contraintes de la Troïka et de placer l’intérêt national au-dessus de toutes les autres considérations. Dans ce contexte particulier, la Tunisie a besoin « d’une gouvernance nouvelle fondée sur la lutte contre la violence, la suprématie de la loi et la neutralité de l’administration ».

Pour rappel, l’initiative de Hamadi Jebali est appuyée par la majorité des autres partis politiques lesquels ont appelé à un véritable dialogue national afin de s’attaquer aux grandes questions, faisant référence à l’urgence de la situation actuelle et au danger que font peser les violences sur la Tunisie. « L’initiative de Hamadi Jebeli ne pourra réussir qu’avec l’appui de tous les partis politiques qui doivent saisir cette occasion pour réaliser la coalition nationale », a précisé le dirigeant d’Al Joumhouri appelant le parti islamiste Ennhadha à la soutenir dans le but ultime de mettre fin à la violence politique qui a frappé fort avec le meurtre de Chokri Belaid.

« L’initiative doit être soutenue par tous les partis prenantes en s’inscrivant dans le cadre de la légitimité institutionnelle pour qu’on puisse mettre fin à la crise politico-économique » a-t-il soutenu.

Al Joumhouri critique la formation d’un conseil des sages

Par ailleurs, Issam Chabbi s’est interrogé sur la formation d’un conseil des sages tout en jugeant critiquant la décision du chef de gouvernement lequel a annoncé la création dudit conseil sans consulter les différents partis politiques. « On était surpris par la présence de représentants du pouvoir exécutif au sein de ce comité, du secrétaire général du parti au pouvoir et d’ex- symboles du régime déchui…nous souhaiterions également qu’il y ait une loi qui régisse ce comité, et qui définisse son rôle », a-t-il ajouté.

Al Joumhouri a appelé le chef du gouvernement à clarifier le cadre réglementaire ainsi que la mission principale du conseil des sages.

Wiem Thebti

Le meilleur des RS

C’est court, mais pertinent. Professeur universitaire avec notamment un doctorat en finances de Paris-Dauphine et ancien ministre, Chokri Mamoghli ne mâche pas ses mots...

INTERVIEW

Nejib Snoussi, directeur général de l'Habitat au ministère de l'Équipement, de l'Habitat et de l'Aménagement du territoire, a accordé à Africanmanager une interview exclusive...

AFRIQUE

Youtap a lancé Youtap Cloud, une plate-forme de traitement des paiements proposée sous forme de service dans le nuage pour les prestataires de paiements...

Reseaux Sociaux

SPORT