Tags Posts tagged with "aliments de base"

aliments de base

par -

Le déficit de la balance alimentaire a sa part dans les problèmes, devenus chroniques, de la balance commerciale. La Tunisie, un pays qui produit pourtant des tas de choses, continue, de manière déraisonnable, d’importer des aliments de base, qui lui coûtent de plus en plus cher avec la fonte du dinar face aux principales devises – dollar et euro. Le déficit de la balance alimentaire a atteint 1276,9 millions de dinars (MD) durant les dix mois de l’année 2017, (contre 884 MD durant la même période de 2016), ce qui représente 9,6% du déficit de la balance commerciale, selon les dernières données publiées par le ministère de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche.
Du 1er janvier au 31 octobre 2017, le taux de couverture de la balance commerciale alimentaire a baissé à 65,8%, à fin octobre 2017, contre 71,1%, au cours de la même période de 2016.
Cette baisse résulte d’une importante progression de la valeur des importations alimentaires de 21,9%, notamment celles des produits de base ayant atteint 75% de la structure des importations contre 69% en 2016, alors qu’une hausse moins importante des exportations de 12,7% a été enregistrée.

Les exportations alimentaires en hausse, grâce aux dattes

Les exportations des produits alimentaires ont enregistré, durant les dix mois de l’année 2017, une évolution de 12,7% par rapport à la même période de 2016, pour se situer à 2452,4 MD.
Cette hausse s’explique par l’évolution de 10%, des recettes des dattes dont la valeur des ventes s’élève à 420,2 MD, en raison de l’amélioration du niveau des prix de 26% et la diversification des marchés (plus de 80 destinations mondiales).
Le ministère de l’Agriculture a précisé, dans ce contexte, une progression enregistrée par les parts des marchés asiatiques et européens et de l’Amérique du Sud, respectivement de 6%, 5% et 20%.

De même, la valeur des exportations des produits de la mer a augmenté de 39%, des pâtes alimentaires (9%) et des légumes frais (11%) en raison de l’amélioration des prix des tomates géothermiques et d’autres légumes.
Les recettes des exportations de l’huile d’olive ont enregistré une légère baisse de 3% pour s’établir à 641 MD, en raison de l’amélioration de 26% des prix à l’échelle mondiale, malgré une régression des quantités exportées de 23% (68 mille tonnes contre 80 mille tonnes) par rapport à la même période de 2016.
Les recettes de l’exportation des fruits d’été ont augmenté de 33% par rapport à la saison écoulée, pour se situer à 57 MD. Il est à noter que la valeur des exportations alimentaires, de janvier à octobre 2017, représente 8,9% du total des exportations des biens du pays, contre 9,3% en 2016.

Hausse affolante des importations

Les importations de produits alimentaires ont atteint 3729 MD, à fin octobre 2017, enregistrant une hausse de 21,9% en comparaison avec la même période de 2016.
Cette progression est due à l’accélération du rythme d’importation de la plupart des produits de base et à l’évolution de leurs prix au niveau mondial, face à la dépréciation continue du dinar vis-à-vis des principales devises étrangères. Cette tendance haussière a essentiellement concerné les importations du sucre (+108%), des huiles végétales (+77%), du thé et café (+99%), du lait et dérivés (+82%), et à moindre degré, celles du blé tendre (+17%) et du maïs (+24%).
Une évolution a aussi été enregistrée au niveau du rythme d’importation d’autres produits alimentaires, classés comme étant non-de base, dont les bananes (+43%) et les préparations alimentaires (+8%).
En revanche, la valeur des importations de certains produits alimentaires a chuté, durant les dix premiers mois de l’année 2017 , à l’instar de la pomme de terre (-50%), l’orge (-7%) et le blé dur (-19%), en raison de la régression des quantités importées et l’amélioration de la production locale.
Il est à noter que la valeur des importations alimentaires a représenté 9,1% du total des importations, au cours des dix mois de 2017, contre 8,9% pendant la même période de 2016.

TAP

par -

Le déficit de la balance commerciale alimentaire s’est aggravé de 87% durant les sept premiers mois de l’année courante, pour se situer au niveau de 754,8 millions de dinars (MD), en comparaison avec la même période de l’année 2016 (402,4 MD).
Selon les données publiées, mercredi 16 août 2017, par le ministère de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche, ce déficit (qui représente 8,7% du déficit global de la balance commerciale), est accompagné par la baisse du niveau de la couverture des importations par les exportations à 80,1%, contre 70,8% en 2016.

Le département de l’Agriculture a expliqué ce déficit par la hausse de la valeur des importations alimentaires (28,1%), dont notamment les produits de base (77% de la valeur des importations contre 68%, à fin juillet 2016), contre une augmentation moins importante de la valeur des exportations (13,3%).

L’agro-industrie est florissante, pourtant on importe!

D’après le ministère, la hausse des importations alimentaires (d’une valeur de 2587,4 MD) est due à l’accélération du rythme des importations de la plupart des produits alimentaires de base, dont les prix sont en hausse continue, face à la dépréciation du dinar contre les devises étrangères. Il s’agit là notamment du sucre, des huiles alimentaires, des viandes rouges, blé tendre, maïs, lait et dérivés…

En revanche, le ministère fait état de la régression de la valeur des importations d’autres produits alimentaires, en l’occurrence, les pomme de terre (-36%), l’orge (-6%) et le blé dur (-2%), et ce, en raison de l’amélioration des niveaux de la production locale.

Les dattes sauvent la mise

Les exportations des produits alimentaires ont atteint, à la fin de juillet 2017, environ 1832,6 MD (une évolution de 13,3%), grâce à la hausse des recettes des dattes de 14%, pour atteindre environ 361 MD, et ce, au vu de l’accroissement des prix de 27% et de la diversification des marchés (plus de 70 destinations mondiales), mais aussi des produits de la mer (56%), des pâtes alimentaires (8%), et des légumes frais (19%).
S’agissant des recettes de l’exportation des fruits de la saison estivale, ils ont évolué de 25% pour s’établir au niveau de 37,8 MD. Ces exportations ont concerné notamment la pastèque, la pêche, l’abricot, le raisin…

Faut-il noter que la valeur des exportations alimentaires, durant les sept premiers mois de l’année en cours, représente 9,5% du total des exportations tunisiennes, contre 9,8%, à fin juillet 2016.
D’après le ministère de l’Agriculture, le niveau de la couverture des importations par les exportations se situera, à fin de 2017, à 73% contre 71,4%, à fin 2016.

TAP

Le meilleur des RS

Dans un récent statut sur sa page officielle, l’économiste Ezzeddine Saidane dit «Non, ce n’est pas vrai, il n’y a pas de reprise économique»....

INTERVIEW

Le président de la Conect (Confédération des Entreprises Citoyennes de Tunisie), Tarek Cherif, a accordé à Africanmanager une interview exclusive dans laquelle il a...

AFRIQUE

Au moins 50 personnes ont été tuées ce mardi dans un attentat suicide attribué au groupe djihadiste Boko Haram qui a frappé une mosquée...

Reseaux Sociaux

SPORT