Tags Posts tagged with "aliou sall"

aliou sall

par -

Le moins qu’on puisse dire est que le président sénégalais, Macky Sall, requinqué par son succès aux législatives du 30 juillet 2017, ne craint pas l’affrontement avec l’opposition et une partie de l’opinion publique. Quelques mois après la tempête de l’affaire Pétro-Tim, où il avait battu en retraite en interdisant à son frère, Aliou Sall, de gérer de quelque manière que ce soit les affaires du pays, le chef de l’Etat s’est dédit en l’installant à la tête de la Caisse des dépôts et consignations, laquelle est dotée d’un énorme budget (130 milliards de francs CFA en 2016) et a un rôle central dans le financement des structures publiques locales. Le président avait pourtant pris soin, il y a quelques jours, d’offrir les têtes de 3 ministres clés de son gouvernement, très décriés par les partis d’opposition, en espérant, peut-être, que ça allait dégonfler la vague de contestations que la nomination de son frère provoquerait inéluctablement. Manoeuvre complètement ratée…

Un problème «éthique», «népotisme», “favoritisme“… L’opposition ne décolère pas après cette décision annoncée au terme du premier conseil des ministres du nouveau gouvernement, le lundi 11 septembre 2017. Joint par Jeune Afrique, El Hadj Hamidou Kassé, ministre-conseiller auprès du président de la République en charge de la communication, tente de contenir le tollé : «c’est une prérogative constitutionnelle du chef de l’État que de nommer les personnes de son choix à tous les emplois publics civils ou militaires». Le problème c’est que Sall avait assis sa popularité en pourfendant les pratiques de ce type du temps d’Abdoulaye Wade, qui avait eu la mauvaise idée de confier à son fils, Karim, 4 ministères clés (Ministre d’État, ministre de la Coopération internationale, de l’Aménagement du territoire, des Transports aériens et des Infrastructures, de 2009 à 2012). “Ministre du Ciel et de la Terre“, se gaussaient à l’époque les citoyens. La désignation du frère de Macky Sall risque de prendre les mêmes proportions…

Pourtant en décembre 2016, dans une interview accordée au magazine africain, l’actuel président disait de manière péremptoire ceci : «Je ne mêle jamais ma famille à la gestion du pays (…). Si mon frère a été amené à être cité dans des affaires de sociétés privées, c’est parce je lui avais justement indiqué très clairement, dès ma prise de fonctions, qu’il ne bénéficierait jamais de ma part d’un décret de nomination, notamment en raison de l’histoire récente du Sénégal [Wade père et fils] et parce que je ne voulais pas être accusé de népotisme. Je lui avais même conseillé, à l’époque, d’essayer de voir dans le privé». Des propos que l’opposition s’est fait une joie d’exhumer. Malick Gackou, président du Grand Parti, a dit dans un communiqué publié hier mardi que «avec cette nomination, le Sénégal a touché le fond» et qu’il s’agit d’une «déclaration de guerre contre les intérêts vitaux du Sénégal». Même tonalité chez Babacar Gaye, porte-parole du Parti démocratique sénégalais, le parti de Wade : «On assiste à la mise en place d’une dynastie autour de la famille du président et de son épouse (…). C’est d’autant plus choquant que, lorsqu’il y a eu une controverse autour de la candidature d’Aliou Sall aux législatives, Macky Sall avait déclaré que jamais il ne signerait de décret de nomination pour son frère»…

par -

En ce moment ce qui agite le milieu de la presse et la société civile au Sénégal, ce sont les affaires sulfureuses, avérées ou supposées, du frère du président de la République, Aliou Sall. A en croire l’association Alliance Sauvons le Sénégal, il serait derrière des dossiers douteux, et même frauduleux, dans le pétrole, le transport aérien, les banques. Les enjeux financiers seraient colossaux. L’affaire a tellement enflé et les tirs en direction du frère du président Macky Sall tellement nourris que ce dernier aurait demandé à Aliou Sall de monter au front pour s’expliquer. Chose faite le 29 août 2016, avec une déclaration sur l’honneur du maire de Guédiawaye, une cité dans la banlieue de la capitale et président de l’Association des maires du Sénégal. Les dénégations d’Aliou Sall sont fermes, les explications longues mais il n’est pas du tout certain que ça va calmer les interrogations des citoyens. Ce qu’il faudrait ce sont des enquêtes judiciaires, neutres et indépendantes, pour faire la lumière sur ces sombres affaires. Ou à limite des investigations des services du fisc. Mais on n’en prend pas le chemin…

La première vraie salve contre Aliou Sall date de décembre 2014, avec une plainte déposée par la société civile auprès de l’Ofnac (Office National de la Lutte Contre la Fraude et la Corruption). Un dossier qui risque de tourner puisque la présidente de l’organisme, Nafy Ngom Keïta, a été éjectée de son poste récemment pour s’être, dit-on, trop approchée du clan présidentiel par ses investigations sans concession. Le départ de la dame, réputée incorruptible et inflexible, même face aux menaces qui planaient sur elle, a été déplorée par une partie de l’opinion publique. Mais ce n’est pas le seul dégât collatéral, Ousmane Sonko, inspecteur principal des impôts et des domaines, qui s’est acharné à mettre sur la place publique les affaires d’Aliou Sall, l’a payé au prix fort. Il a tout bonnement été radié de la fonction publique, après un conseil de discipline expéditif, lequel aurait normalement dû respecter les procédures en édictant des sanctions du genre mise à pied, avant d’en arriver à cette mesure radicale dénoncée par le Syndicat unique des travailleurs du Trésor (Sutt).

Le meilleur des RS

Il a été ministres, de l’industrie, de la Défense nationale, de la Santé publique et surtout illustre ministre de l’Economie et des finances en...

INTERVIEW

En exclusivité sur la Radio Tunisienne Chaine Nationale (RTCN), l’ambassadeur de l’Union Européenne en Tunisie, Patrice Bergamini, est intervenu ce mercredi 6 décembre 2017...

AFRIQUE

Le "One Planet Summit "a donné l’occasion à la France d’initier de nouvelles actions et de prendre des engagements qui consistent, essentiellement, à amplifier...

Reseaux Sociaux