Tags Posts tagged with "Bamako"

Bamako

par -

Quelques heures à peine après une incursion meurtrière dans un camp militaire de la localité de Bintagoungou, à 80 km à l’ouest de Tombouctou samedi 17 juin 2017 («cinq morts, huit blessés et neuf véhicules perdus», selon un bilan de l’armée malienne), les djihadistes frappent de nouveau dans un lieu de villégiature à quelques encablures de la capitale, Bamako. Deux personnes dont une Franco-Gabonaise y ont laissé la vie. A noter qu’il y avait une quarantaine personnes sur place au moment de l’assaut, des clients et salariés du site. Quatre terroristes ont été abattus par les forces de sécurité. Il n’y a pour le moment aucune revendication, mais pour les autorités il ne faut aucun doute que ce sont les groupes djihadistes…

L’attaque s’est produite hier dimanche vers 16h, heure locale. Les individus armés ont pénétré sur les lieux et ont tout de suite commencé à tirer sur les clients de ce lieu de vacances très prisé par les expatriés et les Occidentaux. N’eût été l’intervention très rapide des forces spéciales maliennes, des soldats français de l’opération Barkhane et des troupes de la Minusma (mission de l’ONU au Mali), le bilan aurait pu être beaucoup plus lourd. La dernière attaque de ce type remonte au 21 mars 2016, presque dans les mêmes conditions dans un hôtel de Bamako où séjournait la mission de l’Union européenne au Mali (EUTM Mali).

Depuis le terrible assaut de l’hôtel Radisson Blu de Bamako (21 morts), la capitale est régulièrement la cible des djihadistes, qui profitent des faiblesses de l’armée malienne pour frapper presque où bon leur semble, pour ensuite disparaitre rapidement dans la nature, dans ce vaste pays, le 23ème dans le monde par la superficie, impossible à sécuriser, surtout pour un Etat aussi démuni…

par -

Les cinq pays du G5 Sahel ont annoncé lundi 6 février à Bamako vouloir réaliser leur projet de force destinée à combattre les groupes djihadistes utilisant notamment le Mali comme « base de repli ».

Selon Le Monde.fr, ce sommet des cinq chefs d’Etat intervient moins de trois semaines après l’attentat-suicide du 18 janvier, qui a fait près de 80 morts à Gao, principale ville du nord du Mali. Une attaque revendiquée par le groupe Al-Mourabitoune du djihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar, rallié à Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI).

La décision de création de cette « force conjointe du G5 Sahel », dont ni les effectifs, ni le commandement, ni le mode de fonctionnement n’ont été précisés, remonte au sommet de l’organisation le 20 novembre 2015 à N’Djamena, la capitale tchadienne, a affirmé la même source.

par -

Il y a du beau monde au sommet Afrique-France, qui a démarré hier vendredi 13 janvier et s’achève ce samedi, dans la capitale malienne, Bamako. En effet une trentaine de chefs d’État et de gouvernement ont fait le déplacement pour la 27e rencontre du genre.

Comme ce fut le cas au dernier sommet, à Paris, en décembre 2013, les présidents francophones du continent se sont mobilisés en masse. En Afrique de l’Ouest, Macky Sall (Sénégal), Alpha Condé (Guinée) ou encore Roch Marc Christian Kaboré (Burkina Faso) ont répondu présents. Pareil pour leurs homologues d’Afrique centrale : Ali Bongo Ondimba (Gabon) ou Denis Sassou Nguesso (Congo). Même les chefs d’État anglophones sont venus au Mali : Uhuru Kenyatta (Kenya), Nana Akufo-Addo (Ghana) ou encore Muhammadu Buhari (Nigeria). Mais l’événement cette année est sans doute la présence de Paul Kagame (Rwanda) et Robert Mugabe (Zimbabwe), qui ne raffolent pas de ce genre de rendez-vous. Kagame a des rapports très tendus avec la France, qu’elle accuse d’avoir fermé les yeux sur le génocide dans son pays ; quant à Mugabe, il n’a pas son pareil pour tirer sur les Occidentaux, qui l’accusent à leur tour, à juste titre d’ailleurs, d’être un tyran…

Mais il y a de grands absents : Alassane Ouattara (Côte d’Ivoire) et Joseph Kabila ( République Démocratique du Congo). Le premier vient d’essuyer une mutinerie des soldats dans plusieurs villes du pays, le second fait face à une crise politique majeure du fait de son entêtement à briguer à un troisième mandat que la Constitution lui interdit…

Les dirigeants africains sont venus converser avec le président français, François Hollande sur les voies et moyens pour enrayer le péril terroriste qui a frappé les capitales africaines dernièrement. Bien entendu il y aura au passage quelques leçons administrées par Hollande sur la nécessité impérieuse de respecter les verdicts des urnes et de ne pas tripatouiller les Constitutions, sport favori de certains hommes forts du continent ( Mugabe, Kagame… pour ne citer que ceux-là). Mais le discours du chef de l’Etat français risque d’être fragilisé par son statut de futur retraité de la vie politique après l’élection de 2017, à laquelle il a décidé de ne pas participer…

par -

Traditionnellement convoqué en février, le Forum de Bamako tient cette année sa 16ème édition du 18 au 20 sous le haut patronage de Ibrahim Boubacar Keita, Président de la République. Ce sera sur le thème « L’Afrique, entre chaos et émergence ». Entre constat lucide et optimisme mesuré, le Forum de Bamako propose aux décideurs, chercheurs, chefs d’entreprises et médias de procéder à un état des lieux du continent et d’analyser les conditions opérationnelles et politiques de son émergence. Migration, enjeux sécuritaires, radicalisme religieux, chômage notamment celui des jeunes, développement de l’entrepreneuriat jeune, qualité des services publics et liens entre l’Etat et les citoyens, progrès de l’intégration régionale, ce sont là les thématiques qui seront au menu des débats durant les travaux du forum. Ainsi donc, cette année encore, ce sont tous les défis et les opportunités auxquels l’Afrique fait face qui ont inspiré l’agenda du Forum de Bamako.
La méthode qui a fait le succès de cet événement depuis sa création, et qui  fonde sa réputation largement au-delà de l’élite africaine, alternant échanges informels et panels de haut niveau sera encore à l’œuvre cette année « Dans l’esprit de dialogue qui caractérise nos travaux au sein du Forum, nous allons confronter les idées et les projets – avec l’ambition d’écrire une feuille de route intéressant toute l’Afrique. Nous sommes à un moment charnière de notre histoire et l’urgence nous commande d’agir», explique le Président de la Fondation Forum de Bamako, Monsieur Abdoullah Coulibaly.
Joël Ruet, Directeur du Bridge Tank et un des habitués de l’évènement, déclare que « le Forum de Bamako est une plateforme unique et progressiste où l’on retrouve toute la créativité de l’Afrique ». Marwane Ben Yahmed, Directeur de Jeune Afrique estime lui que « les problèmes de l’Afrique, tout comme ses atouts, intéressent toute la communauté internationale. La réussite du Forum de Bamako, c’est de parvenir justement à mettre l’évolution du continent en résonnance avec celle du reste du monde». Alpha Diallo, PDG d’On Time International, se réjouit quant à lui de participer à une réunion véritablement panafricaine : « Toutes les forces vives sont représentées. Nous avons l’occasion de nous rencontrer entre Africains et d’apprendre les uns des autres – ces échanges sont encore trop rares sur le continent. »
« Nous sommes heureux de constater l’engouement pour le forum 2016 ; nous accueillons de nouveaux partenaires tandis que nos amis de longues date restent fidèles. C’est un signal fort que tous envoient en venant à Bamako, encore récemment éprouvée par des violences. Le Mali résiste et se relève, et se fait l’écho de toute l’Afrique » ajoute Coumba Traoré, Secrétaire Générale de la Fondation Forum de Bamako.

INTERVIEW

Le Directeur général de l’Agence de promotion de l’industrie et de l’innovation (APII), Samir Bechoual, a appelé à l’institutionnalisation de la campagne d’interpellations et...

AFRIQUE

La Banque africaine de développement (BAD) pense pouvoir offrir 25 millions d'emplois d'ici 2025, dans le cadre de sa nouvelle stratégie pour changer le...

SPORT

Reseaux Sociaux