Tags Posts tagged with "Bangkok"

Bangkok

par -

A trois mois de la COP 24, des pourparlers de l’ONU sur le changement climatique organisée à Bangkok, en Thailande, se sont conclus dimanche sur un constat mitigé : les progrès sur les directives de mise en œuvre de l’Accord de Paris sur le climat sont inégaux.

Pour la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), il ne fait aucun doute : ces lignes directrices – qui font l’objet de négociations depuis deux ans – sont nécessaires pour que l’Accord de Paris fonctionne de manière équitable et transparente pour tous.

L’objectif fixé est une adoption de ces directives lors de la conférence annuelle sur le changement climatique (COP24) qui se tiendra à Katowice, en Pologne, en décembre prochain.

« À Bangkok, les progrès ont été inégaux en ce qui concerne les éléments du régime de lutte contre le changement climatique que les pays s’efforcent de mettre en œuvre », a déclaré Patricia Espinosa, la Secrétaire exécutive de l’ONU sur le changement climatique à la clôture des pourparlers qui se sont tenues depuis une semaine dans la capitale thaïlandaise. « Cela souligne le besoin urgent de poursuivre le travail dans les semaines à venir », a-t-elle souligné alors que la COP 24 ouvre ses portes dans moins de trois mois.

Accroître l’action climatique, notamment l’appui aux pays en développement

Les directives de l’Accord de Paris, que les Etats s’efforcent de mettre en œuvre, comprennent une action renforcée dans la lutte contre l’impact du changement climatique et un soutien accru et transparent aux actions des pays en développement sous forme de financement, de coopération technologique et de renforcement des capacités.

Les dispositions à mettre en œuvre incluent également l’objectif de limiter l’augmentation de la température mondiale au cours du 21e siècle à moins de 2 degrés Celsius, tout en poursuivant les efforts pour limiter l’augmentation à 1,5 degré Celsius grâce à des réductions d’émissions transparentes et ambitieuses.

« En préparation de la COP 24, il sera essentiel de parvenir à un équilibre entre toutes les questions. Ceci est important car toutes les parties du régime doivent fonctionner ensemble de manière interconnectée », a souligné Mme Espinosa.

Dans la capitale thaïlandaise, les gouvernements ont négocié sur comment concrétiser les contributions et responsabilités des pays développés et ceux en développement dans l’action climatique, tout en prenant en compte les différentes situations propres à chacun d’entre eux.

Accord de Paris : « un équilibre délicat pour rassembler tous les pays »

Parmi les importantes préoccupations soulevées lors des pourparlers de Bangkok : la communication transparente et régulière des actions, ainsi que la manière de parvenir à une clarté totale sur le financement climatique à court et à long terme.

« L’Accord de Paris établit un équilibre délicat pour rassembler tous les pays. Nous devons reconnaître que les pays ont des réalités différentes chez eux. Ils ont différents niveaux de développement économique et social qui mènent à des situations nationales différentes », a déclaré Mme Espinosa. « Cela doit se refléter dans les directives de mise en œuvre de l’Accord de Paris. Cela nécessite une solution politique, mais le temps presse. Les dirigeants doivent s’engager et aider à résoudre ces problèmes bien avant la COP24 », a-t-elle exhorté.

Action climatique : « Cela nécessite une solution politique, mais le temps presse. Les dirigeants doivent s’engager et aider à résoudre ces problèmes bien avant la COP24 » – Patricia Espinosa, Secrétaire exécutive de la CCNUCC

Cette année, le monde a des vagues de chaleur, des feux de forêts, des sécheresses et des inondations records à travers le monde, avec des conséquences dramatiques : de nombreux décès, des moyens de subsistance anéantis et des infrastructures coûteuses perdues dans de vastes zones du monde développé et en développement.

« Il est clair que nous devons intensifier l’action climatique de manière significative. À l’évidence, la mise en œuvre intégrale de l’Accord de Paris est le moyen de le faire d’une manière équilibrée et coordonnée qui ne laisse personne de côté. Le secrétariat (de la CCNUCC) est prêt à entièrement aider les pays à atteindre cet objectif important », a souligné Mme Espinosa.

Lundi, le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, doit s’exprimer sur la question du changement climatique depuis le siège de l’ONU à New York, à deux jours de la tenue du Sommet mondial sur l’action climatique à San Francisco, en Californie.

par -

En matière de tourisme pour tous, l’exigence d’accessibilité universelle ne se limite pas aux seuls groupes formés par les personnes handicapées, les personnes âgées et les familles voyageant avec des enfants en bas âge. À un moment ou à un autre, chacun d’entre nous finit par apprécier les avantages résultant d’une meilleure accessibilité du cadre de vie et des services, que ce soit dans le contexte du tourisme ou en dehors. C’est pour cette raison que l’OMT a choisi de faire du tourisme accessible le thème de la Journée mondiale du tourisme 2016. Les célébrations officielles se dérouleront le 27 septembre à Bangkok (Thaïlande).

Depuis un quart de siècle, la Journée mondiale du tourisme, fêtée tous les ans le 27 septembre, vise à sensibiliser à l’importance du tourisme et à sa valeur sociale, culturelle, politique et économique. Les célébrations officielles de cette année se tiendront à Bangkok (Thaïlande), avec pour thème « Promouvoir l’accessibilité universelle en faveur d’un tourisme pour tous ».

L’accessibilité universelle dans le tourisme est une responsabilité partagée de toutes les parties prenantes de la chaîne de valeur du tourisme, mais c’est aussi un domaine porteur du point de vue commercial pour les entreprises et les destinations.

« Toute personne a droit d’accéder aux loisirs et au tourisme dans des conditions d’égalité. Pourtant, dans le monde, 1 milliard de personnes handicapées, ainsi que les jeunes enfants, les personnes âgées et toute autre personne ayant des difficultés à se déplacer, doivent encore affronter des obstacles pour pouvoir accéder aux éléments fondamentaux du voyage, comme des informations claires et fiables, des transports et des services publics efficaces et un environnement physique dans lequel il est facile de se déplacer. Dans de nombreux lieux touristiques, rien n’est fait pour accueillir les malvoyants, les malentendants, les personnes à mobilité réduite et celles souffrant de troubles cognitifs, en dépit des technologies modernes » a déclaré le secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, Ban Ki-Moon, dans son message officiel.

« Tous les citoyens du monde ont le droit de vivre en direct l’incroyable diversité de notre planète. Il est donc de la plus haute importance que tous les pays et toutes les destinations, ainsi que les acteurs du secteur, veillent à ce que l’environnement physique, les systèmes de transport, les installations et services publics et les circuits d’information et de communication soient accessibles à tous » a indiqué pour sa part le Secrétaire général de l’OMT.

« Le thème de cette année “Promouvoir l’accessibilité universelle en faveur d’un tourisme pour tous” a trait au défi, pour la Thaïlande et pour le monde entier, d’admettre la nécessité de l’accessibilité dans le tourisme et de faire en sorte de pouvoir recevoir n’importe quel voyageur, où qu’il souhaite se rendre. (…) Il nous faut comprendre les principes de la conception universelle (…) Les voyages et le tourisme sont un secteur en pleine expansion et le nombre de voyageurs augmente d’année en année. Aussi devons-nous offrir le maximum de sûreté et de fluidité pour voyager à travers le monde » a expliqué le ministre du Tourisme et des Sports du royaume de Thaïlande, Kobkarn Wattanavrangkul.

Au programme des célébrations officielles, il y aura une session « Tourisme et médias » le 26 septembre à l’université Chulalongkorn de Bangkok et une conférence de toute une journée le 27. Des experts dans les domaines de l’accessibilité et du tourisme viendront échanger leurs points de vue et des meilleures pratiques, en se penchant sur la nécessité de travailler en coopération pour faire progresser les priorités du tourisme pour tous.

Parmi les sujets qui seront abordés lors de la conférence, on peut citer la création de cadres appropriés de politiques facilitant la mise en place de stratégies spécifiques de développement de l’activité commerciale ou encore la nécessité de redoubler d’efforts en ce qui concerne la sensibilisation et le renforcement des capacités, que ce soit des décideurs ou des professionnels du tourisme. Andrew Stevens, responsable Asie-Pacifique de CNNMoney, sur CNN, modérera les débats.

La conférence portera également sur les stratégies novatrices de développement d’équipements, de produits et de services de tourisme accessible qui apportent de la valeur ajoutée aux destinations et les rendent plus concurrentielles sur le marché mondial du tourisme. Des exemples de meilleures pratiques illustreront tout l’intérêt d’investir dans l’accessibilité.

Les célébrations de la Journée mondiale du tourisme 2016 sont organisées en collaboration avec CNN, partenaire média de l’OMT.

FOCUS 🔍

Les chiffres des immatriculations de nouvelles voitures pour le mois de septembre 2018, laissent voire que les ventes des véhicules particuliers de la marque...

Le meilleur des RS

Imed Heni est un cadre de l’OACA. On ne mettra pas sa photo, pour ne pas utiliser celle du petit garçon qu’il affiche sur...

INTERVIEW

L'expert en économie et ancien ministre des Finances Houcine Dimasi a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs points dont...

AFRIQUE

Dans le cadre du Sommet mondial de l'innovation pour la santé (WISH), le Fonds du Qatar pour le Développement (QFFD) signe son premier accord...

Reseaux Sociaux

SPORT

Programme de la 8e journée de la ligue 1 professionnelle de football, prévue les vendredi 23, samedi 24 et dimanche 25 novembre à partir...