Tags Posts tagged with "campagne publicitaire"

campagne publicitaire

par -

Il faut être naïf pour croire qu’on ne fait que du football en Russie en ce moment. La grand-messe du football mondial, depuis des décennies, dépasse largement les frontières du sport. Foot et business, business et foot, on ne sait même plus dans quel ordre il faut présenter ce duo, mais une chose est sûre : Ces deux-là sont inséparables et leurs liens se raffermissent au fil du temps. S’y sont greffés des enjeux géostratégiques qui ont définitivement fait du football un sport à part. S’il ne s’agissait que de sport, le Maroc n’aurait jamais perdu l’organisation de la Coupe du Monde de 2026, pour la 4e fois et malgré un dossier béton que beaucoup d’experts ont encensé. Mais voilà, il y avait le bulldozer Donald Trump. Qu’a fait, dit et promis le président américain pour convaincre les plus sceptiques de la FIFA de confier au trio USA-Canada-Mexique le Mondial de 2026 ? Mystère pour le moment. Mais ce qu’on sait c’est que le président russe, Vladimir Poutine, sans doute un des adversaires les plus coriaces de Trump, tient tout autant au Mondial 2018, “son” Mondial. Et face aux Etats-Unis, devant qui il affiche clairement sa volonté de disputer le leadership mondial, économique et politique, Poutine cherche des soutiens, et sait se monter généreux avec ses amis. La Tunisie l’a compris et profite du rendez-vous sportif pour se positionner sur certaines niches. La gloire sportive c’est rappé peut-être, mais pas les marchés dans cette Russie conquérante à qui la remontée des cours du brut fait le plus grand bien.

Les Tunisiens n’ont pas perdu leur temps !

Le représentant de l’Office national du Tourisme tunisien (ONTT) à Moscou, Neji Gouider, a souligné l’importance de tirer profit du Mondial pour faire connaitre davantage la destination Tunisie sur le marché russe.

Une stratégie promotionnelle globale a été mise en place pour faire découvrir aux Russes les spécificités du tourisme tunisien, le riche patrimoine civilisationnel et culturel et les paysages naturels de la Tunisie, a-t-il indiqué dans une déclaration à l’envoyé de l’Agence TAP à Moscou.
Il ajouté qu’une série de réunions a été tenue avec la participation des acteurs du tourisme en Russie en vue de profiter de cette manifestation footballistique mondiale pour promouvoir le tourisme tunisien et renforcer sa position sur le marché russe.

Des partenariats avec plusieurs agences de voyage russes ont, ainsi, été conclus, a-t-il dit, ce qui a contribué à augmenter de 50 pc le nombre de touristes russes qui ont choisi de passer un séjour en Tunisie, en comparaison avec les chiffres enregistrés, l’année dernière, au cours de la même période.

Gouider a ajouté que la Tunisie a pris part à un grand nombre de foires et de salons. “Nous avons, également, établi des contacts avec des” amis de la Tunisie “et des acteurs majeurs du tourisme en Russie en vue d’attirer les touristes russes“.

Pour vanter les atouts touristiques de la Tunisie, a-t-il noté, des spots publicitaires ont été diffusés sur les ondes radiophoniques, des dépliants ont été distribués, des affiches ont été collées dans les principales artères, les places publiques, les hôtels et les aéroports russes.
La publicité par voie électronique a, également, été de la partie. Ainsi, des pages ont été créées sur les réseaux sociaux, tels Instagram, Facebook et Twitter, et des films documentaires diffusés sur You Tube.

Un voyage en Tunisie au profit de 500 tours opérateurs russes a, aussi, été organisé pour leur faire découvrir les particularités du tourisme tunisien, a-t-il relevé.
Le représentant de l’ONTT à Moscou a dit espérer voir le nombre de touristes russes atteindre les 750 mille visiteurs à la fin de décembre 2018 et 1 million en 2020.
Toutefois il a insisté sur la nécessité d’ouvrir une ligne aérienne régulière entre Tunis et Moscou et de programmer des vols non réguliers tout au long de l’année vers les aéroports d’Enfidha, de Monastir et de Djerba.

Une partie de l’opinion publique sénégalaise a critiqué le président Macky Sall pour son long séjour en Russie, une quinzaine de jours, pour officiellement supporter l’équipe nationale. Beaucoup lui ont reproché d’avoir plaqué les affaires nationales urgentes pour s’offrir une escapade chez Poutine. Là aussi il faut être naïf pour croire qu’un chef d’Etat digne de ce nom peut passer tout ce temps à faire la navette entre sa résidence et les loges des stades juste pour s’extasier devant les exploits de ses joueurs. Macky Sall, exactement comme les Tunisiens, n’est évidemment pas là-bas que pour les joies du ballon rond. La Russie, comme la Chine, fait partie des endroits où il faut être. Le président français, Emmanuel Macron, l’a lui aussi bien compris. Cette fréquentation donne des boutons à Donald Trump, mais tant pis…

S.L.

par -

Les flux de touristes russes vers la Tunisie ont enregistré un gonflement spectaculaire, notamment au cours de ces deux dernières années. Selon des statistiques dévoilées par le ministère du Tourisme en 2017, les différents hôtels et agences de voyages tunisiens ont enregistré plus de 400 mille réservations de touristes russes, relevant que notre pays a gagné la confiance des tour-opérateurs russes qui ont décidé de consolider leurs activités en Tunisie.

La saison touristique au cours de cette période a été marquée par un grand succès en ce qui concerne le marché russe, et les chiffres le confirment : le nombre de visiteurs russes a évolué en comparaison avec 2016.

Dans une déclaration faite à l’agence de presse russe «Tass», la ministre du Tourisme et de l’Artisanat, Salma Elloumi, a affirmé qu’il est prévu d’accueillir, en Tunisie, de 550 à 600 mille touristes russes, à la fin de cette année, soit 6% de plus par rapport à l’année écoulée. Elle a ajouté que la Tunisie a toutes les ressources pour réaliser cet objectif, ajoutant que pour le gouvernement, la sécurité des touristes est une priorité.

Elloumi a encore réaffirmé que notre pays dispose de tous les moyens nécessaires pour atteindre cet objectif. Et de préciser, lors de sa récente visite de travail à Moscou, que le département du Tourisme a développé toute une stratégie digitale pour séduire les vacanciers russes.

Selon des experts tunisiens, l’industrie touristique tunisienne a réagi en cherchant à profiter des troubles dans les pays concurrents de la région, en cassant les prix et en ciblant de nouveaux marchés, en particulier celui de la Russie. L’Egypte et la Turquie ont toujours été des destinations prisées par les touristes russes, mais la querelle diplomatique entre Moscou et Ankara a fortement nui à l’industrie turque.

En 2015, la Russie avait décrété des sanctions contre la Turquie, notamment l’interdiction des forfaits russes suite à la destruction d’un avion de chasse russe sur la frontière syrienne en novembre.

La Russie avait également interdit, en 2015, les vols vers l’Egypte après qu’une bombe posée par un terroriste de Daech a pulvérisé un avion de ligne Metrojet transportant des touristes russes en octobre, peu après son décollage d’un aéroport égyptien, tuant les 224 passagers et membres d’équipage.

Suite à ces multiples incidents inattendus, les professionnels tunisiens du secteur ont pris l’initiative afin de conquérir les touristes russes. Ils ont mené des efforts louables à travers la promotion de la destination tunisienne, dont l’objectif principal est de sauver le secteur. De même l’amélioration de la situation sécuritaire dans toute la République a porté ses fruits, avec le retour de plusieurs autres marchés, qui avaient boudé la Tunisie notamment après les attentats du Bardo et de Sousse.

par -

L’organisation mondiale du tourisme (OMT) a dévoilé hier vendredi 15 septembre 2017 les lauréats du concours pour la meilleure campagne publicitaire sur le continent africain.

La Tunisie a raflé le premier prix, damant le pion au Maroc, à l’Afrique du Sud et les Seychelles. Le classement a été annoncé en début de semaine à l’occasion du Forum de l’OMT, organisé en Chine. Seifeddine Chaalali, le conseiller de la ministre du Tourisme, a déclaré que c’est le fruit d’un travail acharné de plus de 3 ans. Il n’a pas omis de souligner les mérites de sa patronne, Salma Elloumi Rekik, qui a eu du flair en pariant sur de jeunes compétences tunisiennes.

Il a affirmé que le secteur fera des bonds encore plus importants dans les prochaines années avec le lancement du portail internet «Discover Tunsia»…

par -

Après l’élection d’un musulman à la marie de Londres, une première pour une capitale européenne, voilà un autre événement qui braque les projecteurs sur la communauté musulmane au Royaume-Uni. Cette fois les bruits sont partis d’une campagne publicitaire de l’ONG britannique Islamic Relief (Secours Islamique) avec une affiche mentionnant « Subhan Allah » (Gloire à Allah). Le message sera plaqué sur 640 bus qui circulent dans cinq grandes villes anglaises, dont Londres où réside la moitié des musulmans du pays.

L’objectif de cette campagne est d’inciter les fidèles à être généreux et à donner des sous pendant le mois saint de Ramadan à la plus grosse organisation islamique britannique. L’argent ramassé servira surtout à venir en aide aux Syriens frappés par la guerre. Jusque-là rien de bien méchant pour les citoyens britanniques. Mais si on regarde dans le rétroviseur, le spot publicitaire « Just Pray », commandé par l’Eglise à Noël pour vanter les vertus de la prière, avait été frappé d’interdiction de diffusion dans de nombreuses salles de cinéma par l’organisme qui réglemente la publicité dans ces endroits, rappelle Le Figaro. Cela a suffi pour que certains citoyens crient à l’injustice et au deux poids deux mesures… en faveur des musulmans.

Prosélytisme, pas prosélytisme…

Dans le film de l’Eglise, on voyait un archevêque de Canterbury en compagnie d’autres chrétiens, ce qui a fait planer des soupçons de prosélytisme ayant conduit à son interdiction. Mais la directrice de l’association Christian Concern, Andrea William, n’en démord pas : La campagne d’Islamic Relief a été favorisée par les autorités. « Si nous autorisons cette publicité en faveur de l’Islam, nous devons aux chrétiens plus de liberté pour s’exprimer », a-t-elle affirmé.

Le bruit a tellement enflé que ’ONG islamique a dû monter au créneau pour se défendre et tenter d’apaiser la tension. « Il est important de redire qu’Islamic Relief ne s’engage pas dans des actions de prosélytisme. C’est la foi qui nous inspire mais l’argent que nous récoltons va aux personnes dans le besoin, des gens de toute religion, ou même sans religion. Beaucoup d’œuvres de charité chrétiennes lancent des campagnes d’appel aux dons autour de Noël, une période où les gens sont plus généreux. Le Ramadans est assez comparable », a déclaré à The Independent le porte-parole de l’organisation, Martin Cottingham.

FOCUS 🔍

Comme chaque année et pour la 8ème fois consécutive, Orange Tunisie a organisé son Orange Summer Challenge (OSC), le rendez-vous incontournable des jeunes technophiles,...

Le meilleur des RS

La loi antiraciste vient d'être votée par le Parlement, avec son lot de sanctions qui en refroidit plus d'un (fortes amendes et même peine...

INTERVIEW

Slim Feriani, le ministre de l'Industrie et des PME et de l'Energie par intérim, a récemment accordé à Africanmanager une interview exclusive où il...

AFRIQUE

Cinquante-cinq personnes ont été tuées cette semaine dans des violences intercommunautaires entre jeunes chrétiens et musulmans dans le nord du Nigeria, a déclaré le...

Reseaux Sociaux

SPORT

Résultats et classement à l'issue de 4e journée de la Ligue 2 professionnelle de football, disputée samedi et dimanche: POULE A Dimanche A Oued Ellil : AS Oued...