Tags Posts tagged with "cancers"

cancers

par -

Le tabagisme cause entre 30 et 40 décès par jour en Tunisie, a affirmé mardi à l’agence TAP le responsable du programme national de lutte antitabac, Fayçal Smaali.

“La cigarette contient 4000 substances toxiques, dont 200 sont cancérigènes”, a-t-il lancé, précisant que le dernier recensement (2016) révèle que 23.5% des Tunisiens sont fumeurs : 45% d’hommes, 3% de femmes et 20% d’adolescents à partir de l’âge de 11 ans.

Selon le même recensement relatif à la santé des Tunisiens, les quatre premières causes de décès dans le pays sont des maladies non transmissibles dues principalement au tabagisme : maladies cardiovasculaires (29.1%), cancer (16.8%), maladies endocriniennes (9.9%) et maladies respiratoires (9.7%).

A l’occasion de la Journée mondiale sans tabac 2017, célébrée par l’OMS le 31 mai 2017 et qui a pour thème cette année “Le tabac – une menace pour le développement”, une campagne a été lancée en Tunisie pour sensibiliser la population aux dangers du tabagisme et à ses répercussions économiques sur les ménages.

Le programme national de lutte antitabac a démarré en 2007 et se base sur quatre axes majeurs: La sensibilisation et l’information, la législation, l’aide au sevrage tabagique et le suivi de la situation dans le pays.

S’agissant du volet législatif, Smaali a indiqué que la loi n° 98-17 du 23 février 1998 relative à la prévention des méfaits du tabagisme a été révisée pour être en phase avec la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac (2003) ratifiée par la Tunisie en 2010, et sera soumise à l’ARP pour adoption.

Aussi, le protocole de l’OMS pour éliminer le commerce illicite des produits du tabac (2013) sera-t-il également présenté à l’ARP avant d’être ratifié par la Tunisie, a-t-il précisé.

Concernant l’aide au sevrage tabagique, Smaali a expliqué qu’il se fait à travers les 66 cliniques spécialisées réparties sur tout le territoire.

La commission nationale de lutte antitabac relevant du ministère de la Santé organise également plusieurs campagnes médiatiques et actions de sensibilisation, notamment à l’hôpital Abderrahmen Mami de pneumo-phtisiologie et à l’institut Salah Azaïez de cancérologie.

Elle propose en outre de créer des clubs de santé dans les collèges et les lycées, qui soient consacrés principalement à la lutte antitabac.

Le tabac tue plus de 7 millions de personnes par an dans le monde, s’alarme l’OMS.

La consommation de tabac coûte 1.4 milliard de dollars en dépenses de santé et en perte de productivité suite à une maladie et à un décès prématuré, relève encore l’Organisation mondiale.

Dans les pays à faible revenu, les ménages consacrent parfois plus de 10% de leurs revenus aux produits du tabac au détriment de l’alimentation, l’éducation et les soins de santé.

par -

Même à petites doses, l’alcool cause de gros dégâts et est suspecté d’être la cause directe de 7 types de cancer. C’est la terrifiante étude intitulée “La consommation d’alcool comme cause du cancer” qui le dit. Ce travail a été réalisé par le département de médecine préventive et sociale de l’Université d’Otago (Nouvelle-Zélande) et a été publié dans la revue Addiction le 21 juillet.

Les chercheurs ont pu établir un lien direct entre l’alcool et des cancers dans au moins sept parties différentes du corps humain. D’après cette étude, ces cancers qu’on peut attribuer à la consommation d’alcool sont la cause de 5,8% du total des morts causés par le cancer dans le monde. L’un de ses principaux auteurs, Jennie Connor, dit ceci : “les [seules] données épidémiologiques peuvent attester que l’alcool provoque des cancers de l’oropharynx, du larynx, de l’œsophage, du foie, du côlon, du rectum ou encore du sein”.

Les chercheurs ont compilé des données épidémiologiques et biologiques récentes sur l’alcool et le cancer et ont procédé à des méta-analyses, c’est-à-dire une constellation de plusieurs études statistiques de petite envergure, ce qui leur a permis d’aboutir à des conclusions générales solides. Ils sont partis de la base de données du fabricant américain de dispositifs médicaux “Medline” et des archives du Centre international de recherche sur le cancer (IARC).
A signaler que des études épidémiologiques faites récemment, comme celles du Fonds mondial de recherche contre le cancer (FMRC) ou encore de la division “cancer ” de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), ont également été intégrées aux résultats des recherches, d’après le journal britannique The Guardian.

“Les risques les plus élevés sont associés aux consommations les plus lourdes, mais une exposition considérable est constatée chez les buveurs de consommation faible à modérée, en raison de la répartition uniforme des buveurs d’alcool au sein de la population”, a indiqué Mme Connor. Elle a ajouté que “les campagnes de réduction de la consommation d’alcool devraient s’adresser à tout le monde”, car “cibler uniquement les gros buveurs” ne permet de toucher qu’une frange très réduite dans le combat contre les cancers attribués à l’alcool.

INTERVIEW

Le Directeur général de l’Agence de promotion de l’industrie et de l’innovation (APII), Samir Bechoual, a appelé à l’institutionnalisation de la campagne d’interpellations et...

AFRIQUE

La Banque africaine de développement (BAD) pense pouvoir offrir 25 millions d'emplois d'ici 2025, dans le cadre de sa nouvelle stratégie pour changer le...

SPORT

Reseaux Sociaux