Tags Posts tagged with "complicité"

complicité

par -

Le FBI a arrêté, samedi denier,  un responsable de Volkswagen accusé de complicité d’escroquerie aux Etats-Unis, rapporte le site « Zonebourse ».

Volkswagen avait reconnu en septembre 2015 avoir installé un logiciel permettant de fausser les tests d’émission sur 475.000 voitures américaines dotées d’un moteur diesel 2,0 litres.

Toujours selon la même source, l’action Volkswagen gagne 4,39% à Francfort vers 10h05 GMT, en tête du DAX, en attendant cet accord et après avoir annoncé des résultats commerciaux positifs en fin d’année et fait preuve d’optimisme pour cette année.

par -

Khlifa Chibani, porte-parole de la Garde nationale, a fait savoir hier vendredi 06 janvier 2017, lors d’une conférence de presse, que les services de sécurité ont mis la main, en décembre dernier, sur un fonctionnaire qui était en étroite relation avec les “extrémistes” et les alertait sur les interventions des forces de l’ordre les visant. Khlifa Chibani n’a pas souhaité en dire plus sur la fonction exacte du fonctionnaire, il s’est borné à dire que « son poste lui permettait d’avoir accès » au planning des unités sécuritaire et que « sa relation avec la sûreté (nationale) lui permettait de” tout “savoir” sur les opérations à venir. “C’est confirmé dans ses aveux et dans sa confrontation avec des éléments terroristes», a-t-il ajouté. En d’autres mots, ils ont chopé un gros poisson…
Autre indication importante : c’est le démantèlement d’une cellule dans la localité d’Enfidha (100 km au sud de Tunis), fin décembre, qui a permis aux autorités d’interpeler le fonctionnaire en question.

Par ailleurs Khlifa Chibani a déclaré que 11 cellules terroristes ont été démantelées en décembre.

Un vieux serpent de mer

Les liaisons dangereuses entre sécuritaires et extrémistes ont fréquemment agité la place publique ces dernières années, mais du côté des autorités, c’est souvent silence radio du fait que c’est un sujet très embarrassant, susceptible de discréditer tout l’appareil d’Etat. La Tunisie, qui a déjà mauvaise presse à l’étranger, n’a pas besoin d’en rajouter une louche avec une collision entre agents sécuritaires et extrémistes qui serait très préjudiciable si elle est reconnue officiellement. Mais n’empêche, il y a des affaires qu’on est obligé d’ébruiter, sinon c’est la presse qui s’en charge. Par exemple en septembre 2015, le ministère de l’Intérieur a été contraint de reconnaitre  le licenciement de 110 agents des forces de l’ordre, certains d’entre eux ont été soupçonnés d’avoir des rapports avec des groupes ou idéologies « terroristes ».
Leur éviction est due, suite à des enquêtes, «à des soupçons très sérieux d’appartenance à des organisations terroristes ou à leur sympathie » pour ces groupes, ainsi que pour « activités de contrebande » et « abus de pouvoir », avait indiqué le porte-parole du ministère à l’époque, Walid Louguini. Ces agents faisaient partie de « différents corps : police, Garde nationale (gendarmerie, ndlr), armée, douane ».

par -

Le ministre de la Justice, Omar Mansour, a déclaré lors de son audition à l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) sur le viol de 41 enfants tunisiens par un Français, hier vendredi 1er juillet, que les faits se sont déroulés entre 2002 et 2011. Il a ajouté que c’est un complice tunisien, actuellement en cavale, qui a facilité ces crimes.

Mansour, qui était auditionné par la commission de la femme, de la famille et de l’enfance relevant de l’ARP, a déclaré que ces éléments ont été communiqués  par le FBI (Federal bureau of investigation, aux USA) à la justice française.

Le ministre a ajouté que les autorités françaises avaient diligenté une enquête depuis 2012 et ont transmis à la justice tunisienne une commission rogatoire internationale datée du 10 novembre 2014. Il a confirmé qu’une enquête a été lancée lundi dernier, mais que les recherches n’ont pas permis d’identifier formellement le Tunisien accusé de complicité dans cette affaire.

Samira Merai, ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfance, qui était auditionnée en même temps que son collègue de la justice, a affirmé que la délégation à la protection de l’enfance de Tunisie n’a réceptionné aucune alerte durant la période 2002/2011. Elle a invité les victimes à venir témoigner, sous couvert de l’anonymat, pour qu’on puissance leur apporter une aide psychologique et démasquer les réseaux criminels.

Fayçal Ben Mustapha, représentant du ministère des Affaires étrangères, a déclaré que l’ambassade de Tunisie en France suit de près les développements de la condamnation du coupable à 16 ans de réclusion criminelle par une cour d’assises française.

Les parlementaires ont pointé du doigt les lenteurs de la justice tunisienne dans le traitement de ce dossier ; ils ont appelé à l’organisation de campagnes de sensibilisation, de manifestations culturelles et de séances de débat dans les régions pour combattre l’agression sexuelle des mineurs.

La députée Leila Chetaoui a quant à elle dénoncé le manque de coopération entre les différents ministères concernés.

Pour l’élue Yamina Zoghlami, il faut la tenue d’un Conseil ministériel consacré à cette affaire.

Meherzia Labidi est d’avis que cette affaire, vu son ampleur, relève du crime organisé et qu’il faut orienter l’enquête dans ce sens.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Elle, c’est une spécialiste du transport, un secteur où elle a fait presque toute sa carrière, qu’elle connaît, de la voiture particulière à l’avion,...

AFRIQUE

En seulement deux ans, Angonix - un point d'interconnexion Internet (IXP) basé à Luanda - a connu une croissance exponentielle pour devenir le troisième...

SPORT